Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crussol.

Maison de Crussol
Image illustrative de l’article Maison de Crussol
Armoiries de Crussol d'Uzès

Blasonnement Écartelé: aux 1re et 4e, mi-parti de fascé d'or et de sinople (Crussol), d'or à trois chevrons de sable (Levis); aux 2e et 3e, contre-écartelé, d'azur à trois étoiles d'or, rangées en pal (Gourdon), et d'or à trois bandes de gueules (Genouillac); sur le tout de gueules à trois bandes d'or (Uzès).
Devise « Ferro non auro » (la)
Période XIIIe au XXIe siècles
Pays ou province d’origine Languedoc
Allégeance Drapeau de la France France
Demeures Château de CrussolSaint-Péray)

Château d'Uzès

Château de Bonnelles

Château de La Celle-lès-Bordes

Hôtel d'Uzès (Tonnerre)

Château de Maulnes

Hôtel d'Uzès (Paris, rue Montmartre, par Claude-Nicolas Ledoux)

Charges Grand panetier de France, gouverneurs de provinces, six députés
Fonctions militaires Cinq généraux
Fonctions ecclésiastiques deux archevêques, ecclésiastiques (compr. évêque)

La maison de Crussol olim Bastet[1] originaire du Languedoc est une famille subsistante de la noblesse française.

Cette famille compte parmi ses représentants des officiers généraux, des gouverneurs, des prélats, une femme de lettres au XVIIIe siècle et des députés en 1789 et au XIXe siècle.

Elle reçut en 1565 le titre de duc d'Uzès et la Pairie en 1572 ; de nos jours c'est le plus ancien titre ducal et la plus ancienne Pairie de France[2].

HistoireModifier

Cette famille prouve sa noblesse depuis 1215 et a été admise aux honneurs de la Cour au XVIIIe siècle[2]. Elle portait d'abord le nom Bastet (ou Bastel) auquel elle ajouta (au XIIe siècle) celui de Crussol (du nom d'une baronnie située dans le Vivarais près de Valence)[3] pour finir par substituer complètement le nom de Crussol à son patronyme d'origine Bastet.

Par mariage en 1486, elle reçoit la terre d'Uzès qui sera érigée en duché en 1565 et en pairie en 1572.

Le titre de duc de Crussol est porté par le fils aîné du duc d’Uzès. Il a été donné cinq fois par le roi par lettres patentes de duc à brevet entre 1674 et 1815.

Le duc de Crussol a reçu ce titre soit sur démission de son père, le duc d’Uzès, en 1674 et en 1755, soit comme titre d’attente en 1727, 1777 et 1815.

Lors d’une démission, le duc de Crussol siégeait alors au parlement de Paris comme pair de France à la place du duc d’Uzès. En 1830, le duc de Crussol remplaça son père, le duc d’Uzès, à la Chambre des Pairs. En 1871, le duc de Crussol siégea à l’Assemblée Nationale comme député du Gard.

Avant la première lettre patente de duc de Crussol, le fils aîné du duc d’Uzès portait le titre de comte de Crussol, titre appartenant au duc d’Uzès.

Aux 19e, 20e et 21e siècles, le titre a été et est toujours porté par courtoisie par le fils aîné du duc d’Uzès. La maison de Crussol est avec la maison de Noailles un exemple de titre ducal donné par le roi au fils aîné depuis 1674.

Branches et personnalitésModifier

Cette famille s'est divisée en plusieurs branches :

  1. les barons de Crussol, puis vicomtes (1486) et ducs (1565) d'Uzès, parmi lesquels se distinguent :
  2. les marquis de Crussol et de Montausier.
  3. les marquis de Florensac, compris notamment les personnalités suivantes :

Autres personnalitésModifier

Armorial de Crussol d'UzèsModifier

En 1486, Jacques de Crussol reçoit la vicomté d'Uzès de son mariage avec Simone d'Uzès, à condition de porter le nom et les armes d'Uzès :

Devise : Ferro non auro (« Par le fer pas l’or »)

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 70.
  2. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante au XXIe siècle, année 2002, pages 70 et 193.
  3. Dictionnaire Bouillet, article des familles de Crussol.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier