MG MGB

automobile

MGB
MG MGB
MGB roadster

Marque MG
Années de production 1962-1980
Production 523 836 exemplaire(s)
Classe Voiture de sport
Usine(s) d’assemblage Abingdon-on-Thames
(Drapeau de l'Angleterre Angleterre)
Moteur et transmission
Moteur(s) BMC Série-B 4 cylindres en ligne 1,8 L
6 cylindres en ligne 3 L Austin
V8 Rover 3,5 L
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 1 798 cm3
Puissance maximale 95 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses 4 rapports synchronisés, ou automatique BorgWarner
Poids et performances
Poids à vide 920 kg
Vitesse maximale 170 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 11 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Roadster, GT
Dimensions
Longueur 3 886 mm
Largeur 1 524 mm
Hauteur 1 219-1 295 mm
Empattement 2 311 mm
Chronologie des modèles

La MGB ou MG Type B est une voiture de sport roadster-GT du constructeur automobile britannique MG (Morris Garages). Considérée comme un des archétypes du « roadster anglais » elle est fabriquée à plus de 500 000 exemplaires de 1962 à 1980, en quatre versions successives MK1, MK2, MK3 et MK4.

HistoireModifier

D'abord produite sous forme de roadster, elle sera également diffusée à partir de 1965 en version GT[1] (avec un design Pininfarina de break de chasse). Plus important succès commercial de la marque, elle fut produite à plus de 500 000 exemplaires jusqu'en 1980 (environ 350 000 roadsters et 150 000 coupés)[2].

Elle est motorisée en version d'origine par un moteur BMC Série-B de 4 cylindres en ligne des précédentes MG A, avec 1,8 L de cylindrée, à double carburateurs S.U.

Esthétiquement, l'histoire de la MGB se divise en deux parties :

  • 1962-1974 : le modèle ne connaît que des modifications mineures, comme l'ajout de crosses de pare-chocs ou des calandres légèrement différentes : les poignées « pull handle » des premiers modèles font place à des modèles plus conventionnels.
  • 1975-1980 : période considérée par certains amateurs comme la fin des « vraies MGB », lorsque le groupe British Leyland (propriétaire de MG) répond aux nouvelles réglementations antipollution écologiques et sécuritaires américaines (notamment californiennes), avec pare-chocs proéminents en polyuréthane, rehaussement de la garde au sol de trois centimètres, et « dépollution » du moteur. La ligne stylistique est alourdie par ces ajouts et le moteur perd de la puissance (certaines versions US développant environ 69 chevaux, contre 95 pour les modèles d'origines). Les taux de change (suspension de la convertibilité dollar/or à partir de 1971) ont également condamné ce modèle sur son marché américain de prédilection (la moitié des MGB produites ont été exportées vers les États-Unis).

Les MG A et MG B sont longtemps parmi les cabriolets les plus produits du monde[3], avant d'être détrônés par le cabriolet Mazda MX-5 des années 1990. Rover (propriétaire de la marque) commercialise alors en 1993 le modèle « MG RV8 » à moteur V8 Rover de 4 L, vendu à environ 2 000 exemplaires, avant la succession des MG F de 1995 (puis MG TF en 2002).

VersionsModifier

  • MGB Mk I, moteur BMC Série-B de 1,8 litre à trois paliers ;
  • MGB Mk II, moteur de cylindrée équivalente mais à cinq paliers ;
  • MGB Mk III, proche du précédent mais avec des finitions différentes (calandre, feux arrière) ;
  • MGB Mk IV, pare-chocs en caoutchouc, simple carburateur, et suspensions rehaussées (conforme aux nouvelles normes pollution et anticollision des États-Unis de ).

Deux versions plus sportives ont été développées : la MGC avec un moteur 6 cylindres de 3 litres de cylindrée. Destinée à succéder à l'Austin-Healey 3000 MK3, elle n'a pas obtenu le succès escompté. Outre le logo, elle se distingue extérieurement du modèle B par deux caractéristiques essentielles : son double bossage de capot, le premier central rendu nécessaire pour pouvoir loger le moteur six cylindres et le second plus petit et sur la gauche au niveau des carburateurs pour améliorer l'arrivée d'air. Le diamètre des jantes passe de 14 pouces sur la MGB à 15 pouces sur la MGC.

En 1969, l'ingénieur Ken Costello modifie et motorise des MGB GT tuning « Costello » avec un moteur V8 Oldsmobile, vendues à une centaine d'exemplaires[4]. Inspiré par l'expérience, MG commercialise sa propre MGB V8 en 1971, à moteur V8 Rover de Rover P5 accessible depuis la fusion en 1968 entre sa maison-mère, British Motor Corporation, et celle de Rover, Leyland. Présentée un an plus tard, la MGB V8 atteint les 200 km/h, effectue le 0 à 100 km/h en 8,3 s et tient le 1 000 m départ arrêté en 29,4 s[5],[6].

ConcurrenceModifier

La MG B concurrence entre autres les roadsters anglais et européens de l'époque MG Midget, Triumph Spitfire, Austin-Healey 3000, Morgan Plus 4, Triumph TR4, Triumph TR5, Triumph TR6, Triumph Stag, Alfa Romeo Spider (Duetto)...

CompétitionModifier

La MGB participe à de nombreuses compétitions (dans sa catégorie GT) telles que 24 Heures du Mans, Rallye de Monte-Carlo, Targa Florio, 12 Heures de Sebring, 6 Heures de Spa-Francorchamps...

PhilatélieModifier

Ce modèle figure dans une collection de philatélie de dix timbres postaux « British Auto Legends », éditée en au Royaume-Uni par Royal Mail[7].

CinémaModifier

Notes et référencesModifier

  1. « MG MGB GT (1965-1980) », sur stubs-auto.fr,
  2. « MGB (1962-1980) », sur www.caradisiac.com (consulté en )
  3. « Présentation Historique de la MGB », sur www.mgclubdefrance.com (consulté en )
  4. « MGB GT : comme une envie de fog et de Beatles », sur www.carjager.com (consulté en )
  5. « MG B GT V8 (1973 - 1976) », sur L'Automobile sportive (consulté le )
  6. « MGB V8 Costello: une MG pour connaisseurs ! », sur Boîtier rouge,
  7. Des timbres célèbrent les légendes mécaniques britanniques - Alexandre Stricher, autocult.fr, 20 août 2013
  8. [vidéo] Chanson d'Andy, les Demoiselles de Rochefort, Gene Kelly sur YouTube

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier