Ouvrir le menu principal

Mâlain

commune française du département de la Côte-d'Or
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Melun.

Mâlain
Mâlain
Blason de Mâlain
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Talant
Intercommunalité Ouche et Montagne
Maire
Mandat
Nicolas Beneton
2014-2020
Code postal 21410
Code commune 21373
Démographie
Population
municipale
729 hab. (2016 en augmentation de 2,1 % par rapport à 2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 36″ nord, 4° 47′ 44″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 535 m
Superficie 11,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Mâlain

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Mâlain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mâlain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mâlain

Mâlain est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

 
Vue panoramique de Mâlain

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

voir Mediolanum

HistoireModifier

Mâlain - Mediolanum - a été fondée en 70 av. J.-C. Au cours des Ier et IIe siècles apr. J.-C., la ville s'étend sur plus de 200 hectares et les échanges commerciaux y sont prospères. Située à la même hauteur que Dijon (Divio), elle se situait en territoire éduen.

L'Ouche toute proche était alors navigable et permettait de relier le couloir de la Saône puis du Rhône où étaient importés divers produits dont les vins. La datation des amphores et fragments retrouvés sur le site a permis aussi de repérer l'importation de vins grecs ou italiens (Étrurie) et des échanges de produits alimentaires avec la région de Lyon.

Au XIe siècle, les Mâlain-Sombernon construisent une forteresse sur l'éperon rocheux qui domine le village.

Le château sera partagé en 1422 entre Jeanne et Catherine, pour n'être réunifié qu'en 1654 par Nicolas Brulart, qui l'abandonnera peu après au profit de Sombernon.

HéraldiqueModifier

  Blason Parti: au premier d'azur au sauvage d'or, au second de gueules au lion d'or; le tout sommé d'un chef d'or chargé de trois merlettes de sable[1].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Mme Mireille Cassard    
1995 2001 M. Raymond Zabeth    
2001 2008 M. Hubert Petit    
2008 En cours M. Nicolas Beneton Gauche Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 729 habitants[Note 1], en augmentation de 2,1 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6716507557116837437809301 097
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
814802791694695701696719770
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
796716704655720756654636659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
645564510554660750685715738
2016 - - - - - - - -
729--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Le château de Mâlain.
 
Le site de la Boussière.

Prospection aérienne du site du sanctuaire du dieu Mars Cicolluis, et à Litavis, avec son enclos cultuel proto-historique. Ce site a livré de nombreux objets : bassins, colonnes, corniches, autels, inscriptions. Le fanum, de plan quadrangulaire ; une grande salle à exèdre, un aqueduc et des bâtiments faisant penser à des thermes. Sa localisation à 750 mètres au couchant du Théâtre, sur la rive droite de la Douix découvert en 1976 semble exclure une relation entre les deux sites[7].

  • Grotte dite "le Trou du diable" où des céramiques néolithiques et des vases du bronze ancien ont été retrouvés. De récentes recherches permettent de penser qu'une communication existe ente cette grotte et le château situé au-dessus de celle-ci.
  • Musée : plusieurs salles abordent l'archéologie, l'histoire, la géologie... Visitable sur demande, rue du Mont Chauvin.
  • Les lavoirs (4) : à chaque lavoir correspond un quartier, attaché à une couleur.
  • L'église : XIXe siècle, peintures des XVIIe et XVIIIe siècles
  • La croix du XVIe siècle qui fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [8].(sur la place de l'Église)
  • Maisons et fermes, nombreuses, des XVIIIe et XIXe siècles
  • Ancienne usine à chaux et les mines
  • Tombe du libre penseur, route de Paradis : essayez de déchiffrer les inscriptions philosophiques....

Le patrimoine non bâti :

  • Parc Sophie-Moniotte (face à la mairie).
  • Forêts du mont Chauvin, de la Chassagne, de la roche Aîgue (606 mètres) : nombreux chemins de randonnées, belvédères.
  • Réservoir dit du Trou d'eau (propriété privée - baignade interdite) : route de Baulme la Roche
  • Vallée de la Douix : promenade ombragée.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Odot Molain (1383-1471), qui fut l'une des plus grosses fortunes du duché de Bourgogne et qui reprit en 1433 le titre, éteint, de seigneur de Mâlain[9].
  • Sophie Moniotte, patineuse
  • Anne-Caroline Chausson, championne du monde VTT, championne olympique BMX
  • Claude Coiret (1771-1808). Soldat de la Révolution et de l'Empire. Né et décédé à Mâlain. Chevalier de la Légion d'honneur.

LégendesModifier

 
Blason des Mâlain.

La Crevasse du Diable

Mâlain porte bien son nom, il fut considéré comme un ancien lieu de la pratique de sorcellerie noire en France. En effet, l'on raconte l'histoire d'une jeune femme qui, un soir, aurait été emmenée par un sheitan khel qui se faisait appeler tonton David, jusqu'à une crevasse, réputée pour avoir été appelée "Le trou du Diable" qui mènerait jusqu'aux enfers. Aussi, le château de Mâlain, aujourd'hui en cours de restauration, est considéré comme maudit car construit au-dessus de ce "trou du Diable".

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentaire "storia Magazine" de tv net HD

https://www.dailymotion.com/video/x10p6jz_chateau-de-malain_tv

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Banque du Blason
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Agglomération gallo-romaine de Mediolanum », notice no PA00112785, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Archéologia, n°482 de novembre 2010. p.40.
  8. « Croix », notice no PA00112519, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Odot Molain, un homme d'affaires chalonnais du XVe siècle », article de Gérard Delannoy paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 128 de décembre 2001 (pages 24 et 25).

Liens externesModifier