Littératures de langues régionales

Les littératures de langues régionales comprennent les monuments littéraires en langue régionale qui précèdent la fondation de langues d’état ainsi que la production littéraire de date plus récente.

Beaucoup de régions en Europe ont connu un renouveau d’intérêt pour la littérature vernaculaire au cours XIXe siècle et l’exemple de quelques écrivains devenus célèbres, comme l’Écossais Robert Burns, ou le provençal Frédéric Mistral (prix Nobel de littérature pour son œuvre en langue d'oc) a servi d’inspiration.

Littérature en alsacienModifier

Littérature en asturienModifier

Littérature en basqueModifier

Littérature en berrichon et nivernais (parler proche du berrichon)Modifier

Littérature en bourguignon-morvandiauModifier

Littérature en bretonModifier

Littérature en catalanModifier

Littérature en langue corseModifier

Littérature en flamandModifier

Littérature en comtoisModifier

Littérature en franciqueModifier

Littérature en francoprovençal (ou arpitan)Modifier

Littérature en galloModifier

Littérature celtique galloiseModifier

Littérature en galloisModifier

Littérature en irlandaisModifier

Littérature en mayennaisModifier

Littérature en normandModifier

Littérature en occitanModifier

Indépendamment à son déclin récent, l'occitan, langue administrative de nombreux anciens états (et encore aujourd'hui du Val d'Aran en Catalogne) compte un corpus littéraire étendu sur le temps (plus de mille ans depuis les troubadours jusqu'à aujourd'hui), l'espace et dans les genres (allant jusqu'à l'encyclopédie médiévale, à la poésie de la Renaissance, au théâtre baroque à machine, à l'opéra baroque, au conte philosophique, etc.). Si certains auteurs tels que Pierre Goudouli, Cyprien Despourrins, Jasmin ont eu une réception littéraire au-delà de leurs régions, le point culminant reste certainement l'obtention du prix Nobel de littérature par Frédéric Mistral. L'existence d'une littérature en langue d'oc s'est accompagnée très tôt de la mise en place de standards littéraires ; ainsi, une académie : le Consistoire du Gai Savoir fut fondée au Moyen Age, elle créa une grammaire servant de norme (les Leys d'Amors) et un concours littéraire (les Jeux Floraux). Depuis le XIXe siècle, le Félibrige a repris le flambeaux en s'instituant comme académie, ainsi que le fit un peu plus tard l'Institut d'études occitanes).

Littérature en béarnais et gasconModifier

Littérature en provençalModifier

Littérature en orléanaisModifier

Littérature en picardModifier

Littérature en romancheModifier

Littérature en saintongeaisModifier

Littérature en scotsModifier

Littérature suisse allemandeModifier

Littérature en wallonModifier

Voir aussiModifier