Nexon (Haute-Vienne)

commune française du département de la Haute-Vienne

Nexon (Neiçon [nejˈsu] en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Nexon
Nexon (Haute-Vienne)
Château de Nexon.
Blason de Nexon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nexon Monts de Chalus
(siège)
Maire
Mandat
Fabrice Gerville-Reache
2020-2026
Code postal 87800
Code commune 87106
Démographie
Gentilé Nexonnais
Population
municipale
2 509 hab. (2019 en diminution de 1,1 % par rapport à 2013)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 45″ nord, 1° 11′ 17″ est
Altitude Min. 295 m
Max. 446 m
Superficie 40,79 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Limoges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Yrieix-la-Perche
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Nexon
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Nexon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nexon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nexon
Liens
Site web http://www.nexon.fr

C'est l'une des six villes-portes du parc naturel régional Périgord-Limousin.

GéographieModifier

 
Situation de la commune de Nexon en Haute-Vienne.

La commune de Nexon a une superficie de 40,8 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges, située à 18 km au nord-est.

Le territoire communal est traversé par la rivière l'Aixette et par le ruisseau le Crassat qui y prend sa source.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 1 101 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1970 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[7]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records NEXON (87) - alt : 336 m 45° 40′ 48″ N, 1° 11′ 18″ E
Records établis sur la période du 01-04-1970 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 0,7 2,8 4,7 8,2 11,4 13,2 12,8 9,8 7,6 3,2 1,4 6,4
Température moyenne (°C) 4,1 5 7,9 10,2 14,1 17,5 19,6 19,3 15,9 12,5 7,3 4,9 11,6
Température maximale moyenne (°C) 7,7 9,4 12,9 15,7 19,9 23,5 26,1 25,9 22 17,4 11,3 8,4 16,7
Record de froid (°C)
date du record
−22
16.01.85
−14,5
10.02.86
−12
01.03.05
−6,4
08.04.21
−2,5
06.05.19
2,3
07.06.20
3
04.07.90
2
20.08.72
0,4
18.09.01
−5
26.10.03
−10
23.11.88
−12
29.12.96
−22
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
17,9
01.01.22
23,5
27.02.19
26
19.03.05
30
30.04.05
33
15.05.92
37,9
30.06.15
39,4
16.07.15
39
05.08.03
34
03.09.05
29
04.10.86
24
02.11.81
19
07.12.86
39,4
2015
Précipitations (mm) 97 78,9 76,6 94,3 94,2 70,4 63,5 66,3 83,3 92,7 104,3 104,5 1 026
Source : « Fiche 87106001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


UrbanismeModifier

TypologieModifier

Nexon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Limoges, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 127 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (84 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (40,5 %), zones agricoles hétérogènes (36,1 %), forêts (11,6 %), terres arables (6,7 %), zones urbanisées (5,1 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

De Aneisso en 1031 - 1059[14].

Peut-être du bas latin annexio « adjonction » au sens de « rattachement d'un territoire » ou « annexe d'une église », qui rappelle ici l'appartenance et le rattachement de cette terre, puis plus tard de sa cure, au domaine de Lastours[15] ou plutôt du nom d'homme gaulois Anectius, suivi du suffixe gaulois -onem[16], en effet les toponymes formés à partir d'un nom de personne gaulois suivi de ce suffixe sont courants en France.

HistoireModifier

Saint patron : On a coutume de lui attribuer pour patron Saint Ferréol, toutefois, c'est bien Jean-Baptiste, à qui fut dédié le patronage de Nexon, dans son église paroissiale de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste.

Nexon est située au bord de la grande voie antique qui reliait, au long du premier millénaire, Bourges à Bordeaux. L'histoire de Nexon est rattachée à celle des Lastours, premiers barons du Limousin et seigneurs de Nexon, Hautefort et Pompadour, puis par le mariage d'Agnès de Lastours à Guy de Nexon au XIIIe siècle[1] et par la vente de cette co-seigneurie, avec ses droits de justice, vassaux, hommages, colombier… par Galliot de Lastours à Léonard de Gay en 1532.

En 1569, cinq jours avant la bataille de La Roche-l'Abeille, Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts qui apportait des renforts en mercenaires aux protestants, atteint de fièvres, vient mourir à Nexon, « dans les bras de Louis de Nassau, prince d'Orange », ses entrailles déposées dans un tombeau retrouvé au XIXe siècle dans le jardin de la demeure ancestrale de Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau, co-seigneurs de Nexon[17] depuis l'an 1600. Sa tombe fut érigée sur l'actuelle place de l'Église.

C'est en 1633 que Léonard de Gay achève de construire le château qui restera, pendant 350 ans, celui de la famille de Gay de Nexon jusqu'en 1983, où la mairie en fait l'acquisition du baron Ferréol de Nexon, dernier propriétaire en titre[18].

Histoire contemporaineModifier

La ville de Nexon est entrée dans l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale car elle fut le siège d'un centre de regroupement pour les juifs étrangers arrêtés dans la région par la police et la gendarmerie françaises sur ordre du gouvernement de Vichy. C'est de là que les victimes furent envoyées au camp de Drancy et de là vers les camps d'extermination (Auschwitz, Treblinka en particulier).

Le 12 novembre 1938, le gouvernement Édouard Daladier publie un décret prévoyant la création de centres spéciaux pour l'internement des « étrangers indésirables ».

Le centre de séjour surveillé de Nexon fut achevé dans le courant de 1940 et accueillit des prisonniers politiques en novembre 1940 après avoir « hébergé » des réfugiés espagnols.

Il comprenait treize baraques permettant d'abriter 1 200 internés ; quatre constructions supplémentaires porteront la capacité d'accueil à 1 600 personnes. Il était entouré d'un réseau de barbelés et surveillé par quatre miradors, complétés par des chevaux de frise.

Compte tenu du transfert fréquent d'internés vers d'autres camps français ou allemands et de la main-d'œuvre que l'occupant y puisait, l'effectif varia de 150 à 700 détenus, en majorité communistes et syndicalistes.

Le 29 août 1942, 450 Juifs dont 68 enfants de la région de Limoges sont arrêtés et rassemblés à Nexon. Ils seront livrés aux nazis et déportés à Auschwitz. Des israélites âgés évacués du camp du Récébédou trouvèrent « refuge » à Nexon.

À la suite de sa dissolution en novembre 1943, les internés du camp de Gurs sont également transférés à Nexon.

L'attaque du camp par les FFI le 11 juin 1944 provoqua une coupure d'électricité qui est mise à profit par 54 détenus pour s'évader. Les autres internés sont acheminés à Limoges au camp du Grand Séminaire. Nexon redevient alors un camp d'internement administratif qui est définitivement fermé en 1945.

Les conditions de vie au C.S.S. (centre de séjour surveillé) de Nexon étaient dures et bon nombre d'internés souffrirent d'un manque d'hygiène et de malnutrition[19].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[20]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1946
(démission)
Mathurin Pauliat    
mars 1946 mars 1965 Louis-Jean Pradeau    
mars 1965 juin 1995 René Rebière PS Agent général d'assurances retraité
Conseiller général du canton de Nexon (1985 → 1998)
Vice-président du conseil général de la Haute-Vienne [Quand ?]
juin 1995 mars 2014 Liliane Jamin [21] PS Secrétaire administrative
Présidente de la CC du Pays de Nexon (? → 2014)
mars 2014 En cours Fabrice Gerville-Reache PS Architecte
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué deux fleurs à la commune[22]. Nexon a obtenu en 2007 le Prix Val'hor de la diversité végétale[23].

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Nexonnais[24].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[26].

En 2019, la commune comptait 2 509 habitants[Note 6], en diminution de 1,1 % par rapport à 2013 (Haute-Vienne : −0,93 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8661 5501 4562 0742 1572 1602 0612 3702 461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3842 4452 6482 5762 8552 9543 1303 1553 079
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 2283 2313 1352 8112 7522 6742 5962 5542 464
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 4452 3792 4152 3792 2972 3252 3852 3902 457
2014 2019 - - - - - - -
2 5642 509-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

L'économie de Nexon a été en premier lieu liée à la guerre, par l'élevage de chevaux destinés aux combats militaires, pratiqué par la famille de Nexon sur ses terres. C'est dans les haras de Nexon qu'ont été élaborés les croisements qui ont donné naissance à la race anglo-arabe[29]. Au XIXe siècle, l'élevage équin du baron de Nexon à partir des années 1840 est considéré comme le plus important du Limousin[30].

Aujourd'hui, les haras du Château sont le siège du centre équestre de Nexon, doté depuis 2007 d'un manège couvert et de tous les équipements nécessaires à la tenue de concours hippiques.

Activités industriellesModifier

Siège de l'usine SOFRANCE (groupe Safran), spécialisée dans l'expertise de filtrages (aéronautique) qui emploie 165 salariés.

 
Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Équipements culturelsModifier

  • Centre Social / Point Information Jeunesse
  • Le Sirque - pôle national des arts du cirque de Nexon en Limousin, équipé d’un chapiteau permanent de plus de 400 places installé dans le parc du château de Nexon, site classé, domaine boisé de 30 hectares, est un lieu de création pour les arts du cirque en France. http://www.cirquenexon.com

2011, « les 10 ans du chapiteau », 10 ans après « l’Année des arts du cirque » (été 2001 - été 2002) lancé par le ministère de la Culture et de la Communication, une opération de renforcement de la politique publique en faveur du secteur. L’anniversaire est marqué par un signe de reconnaissance de l’État : l’attribution du label national pour le Sirque, Pôle National des Arts du Cirque de Nexon en Limousin (PNC), au cœur d’un réseau de dix établissements culturels en France. Ce label valorise le travail mené pour un service public de la culture, même (et surtout) dans une petite commune rurale, avec une programmation et une coopération sur l’ensemble du territoire. Il confirme le pôle cirque de Nexon comme un lieu de référence sur la région et en France.

  • La médiathèque Markoff - Établissement de prets de plus de 500 m2 qui propose livres, CD, DVD, tablettes, jeux de société, salle d'exposition très peu utilisée. Cette bibliothèque municipale,lors de sa construction, a été construite grâce au legs, au profit de la commune, de Mme Markoff.

La gestion de la bibliothèque est donnée à la communauté de communes.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armoiries de Nexon[32] se blasonnent ainsi :

D'azur à trois tours d'argent maçonnées de sable, accompagnées de six fleurs de lis d'or, 3, 2 et 1.


Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Fiche du Poste 87106001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Limoges », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  15. Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin - 1862 - Page 41
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 496b.
  17. Mes souvenirs de 75 ans, Baron Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau, Limoges, Bardou, 1836; p. 3-7.
  18. Bulletin archéologique du Limousin, 1846 ; p. 555.
  19. Le camp fantôme, Tessa Racine, documentaire, 52 min, France 3 Limousin, 2005, DVD et Blu-ray (ASIN B000NN9X0I).
  20. « Les maires de la commune » (consulté le ).
  21. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  22. Site des villes et villages fleuris, consulté le 1er février 2021.
  23. Palmarès 2007 Villes et villages fleuris.
  24. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. Race anglo-arabe
  30. Nicole de BLOMAC, La gloire et le jeu. Des hommes et des chevaux 1766-1866, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1991
  31. « Eglise de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  32. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le ).