Ouvrir le menu principal

Église Saint-Michel-des-Lions

église située en Haute-Vienne, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Michel.

Église Saint-Michel-des-Lions
Image illustrative de l’article Église Saint-Michel-des-Lions
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction XIVe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1909)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Ville Limoges
Coordonnées 45° 49′ 50″ nord, 1° 15′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Michel-des-Lions

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Église Saint-Michel-des-Lions

Géolocalisation sur la carte : Limoges

(Voir situation sur carte : Limoges)
Église Saint-Michel-des-Lions

L'église Saint-Michel-des-Lions (Sent Micheu daus Lions en occitan limousin) est une des principales églises de Limoges, ville du département français de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle doit son nom aux deux lions gallo-romains de pierre qui gardent son entrée.

HistoireModifier

Saint Loup, évêque de Limoges donne, vers 630, une chapelle Saint-Michel aux chanoines de Saint Martial[1]. Deux incendies à Limoges, en 1123 et en 1147, détruisent l’église. C’est le moine Pierre de Verteuil qui la reconstruit. L’église est consacrée en 1213. Mais cette nouvelle église s’effondre et la première pierre d’une nouvelle église est posée en 1364. De cette église de 1364, il reste deux chapelles et une partie des murs. En 1552, des travaux d’agrandissement sont réalisés avec une travée ajoutée à l’ouest, remarquable par ses grandes verrières. Des travaux sont réalisés au cours des siècles suivants, en particulier sur le clocher (1604, 1754, 1810...).

DescriptionModifier

C'est une église de style gothique, construite entre les XIVe et XVIe siècles. Elle possède un typique clocher limousin (comme la cathédrale St-Étienne) surmonté d'une curieuse boule métallique.

En 1810, lorsque la foudre s'abat sur le clocher de l'église, l'édifice religieux est endommagé. Le militaire chargé du projet de réfection de la flèche du monument a l'idée de le coiffer d'une boule, « pour faciliter les opérations de triangulation et les mesures géodésiques ». Cette sphére pèse 600 kg et fait environ 2 m de diamètre. Les Limougeauds se sont habitués à cet appendice militaire (un hôtel lui emprunte même son nom : l'hôtel de la Boule d'Or) mais il présente une grande prise au vent et met à nouveau l’édifice en péril. Des travaux de restauration sont lancés et le débat fait rage entre ceux qui veulent un clocher avec ou sans boule. Les membres de la Société Archéologique et Historique du Limousin se divisent eux aussi entre boulophiles et boulophobes. Le Préfet de l’époque tranche en demandant l'avis du Ministère des Beaux-Arts. Une nouvelle boule doit remplacer l'ancienne mais la Première Guerre est déclarée. La nouvelle sphère est ajourée et en cuivre mais elle devra attendre la fin de la guerre pour trouver sa place aux côtés de la girouette qui, elle, n’a pas bougé depuis 1824.

L'église est classée au titre des monuments historiques en 1909[2].

MobilierModifier

L'église conserve les reliques de saint Martial autour desquelles existe toujours un culte pris en charge par la Grande confrérie de saint Martial et la confrérie des Porteurs de la Châsse[3]. Elle possède aussi les reliques de saint Loup et de sainte Valérie auxquels sont dédiés deux confréries. Ces reliques sont conservées dans un retable construit au XIXe siècle qui célèbre la vie et les miracles de saint Martial. L'église possède aussi un riche mobilier :

Notes et référencesModifier

  1. Albert de Laborderie, L'Eglise de Saint-Michel-des-Lions ark:/12148/bpt6k940538d, Limoges, , 46 p. (lire en ligne)
  2. « Eglise Saint-Michel-des-Lions », notice no PA00100343, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Site de la confrérie des Porteurs de la Châsse

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • St Michel des Lions Limoges XIVe XVe siècle, 3e édition Imprimerie Touron et fils Limoges Dépôt Légal 3e trimestre 1980 (1re édition 1953; 2e édition 1967).
  • Claude Andrault-Schmitt, Limoges, église Saint-Michel-des-Lions, dans Congrès archéologique de France, 172e session, Haute-Vienne romane et gothique. L'âge d'or de son architecture. 2014, Société française d'archéologie, 2016, p. 157-171, (ISBN 978-2-901837-61-9)

Articles connexesModifier