Ouvrir le menu principal

Ligne de Vendenheim à Wissembourg

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Vendenheim à Wissembourg
Image illustrative de l’article Ligne de Vendenheim à Wissembourg
Un TER en gare de Marienthal.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Vendenheim, Haguenau, Wissembourg
Historique
Mise en service 1855
Concessionnaires Cie Str. Bâle (1852 – 1854)
Est (1854 – 1871)
EL (1871 – 1919)
AL [non concédée] (1919 – 1937)
SNCF (1938 – 1940)
DR (1940 – 1945)
SNCF (1945 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 146 000
Longueur 60,026 km
Vitesse maximale
commerciale
160 km/h (de Vendenheim à Bischwiller)[1]
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Partielle

25 kV – 50 Hz
(à Vendenheim, entre la gare et le racc. à la LGV Est européenne)

Pente maximale
Nombre de voies 2 de Vendenheim à Haguenau
1 de Haguenau à la frontière
(Anciennement à double voie)
Signalisation BAL (jusqu'à Haguenau)
BM-VU SNCF (ensuite)
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TGV et ICE (à Vendenheim, entre la gare et le racc. à la LGV Est européenne)
TER
Fret
Schéma de la ligne

La ligne de Vendenheim à Wissembourg est une ligne de chemin de fer française du département du Bas-Rhin. Elle relie les gares de Vendenheim, près de Strasbourg, et de Wissembourg et se poursuit jusqu'à la frontière franco-allemande.

Elle constitue la ligne numéro 146 000[2] du réseau ferré national.

Dans l'ancienne nomenclature de la région Est de la SNCF, elle était numérotée « ligne 33 » et désignée en tant que « Ligne Wissembourg – Strasbourg »[3].

Sommaire

HistoireModifier

Le 4 février 1848, une convention est conclue entre la République Française et le Royaume de Bavière pour l'établissement d'un chemin de fer « de Strasbourg à Spire ». Cette convention est promulguée par un décret le 25 mai 1852[4].

Par décret du 25 février 1852, le ministre des Travaux publics est autorisé à procéder à la concession du « chemin de fer de Strasbourg à la frontière bavaroise, près Wissembourg »[5]. La concession de la ligne est accordée à la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie à la même date. Cette convention est approuvée par un décret, toujours le 25 février 1852[6].

Une convention passée le 17 août 1853 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg prévoit la subrogation de la compagnie Paris à Strasbourg à celle de Strasbourg à Bâle. Cette convention est approuvée par un décret impérial à la même date[7].

Le 16 janvier 1854, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg devient la Compagnie des chemins de fer de l'Est dont les statuts sont approuvés le 21 janvier 1854.

Une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie des chemins de fer de l'Est du 20 avril 1854 approuve la fusion de compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle avec la compagnie des chemins de fer de l'Est. Cette convention est approuvée par décret impérial à la même date[8].

CaractéristiquesModifier

La ligne entre Vendenheim et Haguenau (double voie) est équipée de Block automatique lumineux (BAL). Entre Haguenau et Wissembourg, le Block manuel de voie unique (BMVU) est utilisé.

ExploitationModifier

Cette ligne est principalement utilisée par les TER reliant Strasbourg à Haguenau, la deuxième ville du Bas-Rhin, au moyen de 36 aller-retours, dont un tiers origine-destination Wissembourg et un tiers Niederbronn-les-Bains, le reste étant de Haguenau.

En 2016, ce trafic cohabite avec celui de la LGV Est européenne dont l'extrémité orientale se raccorde sur la ligne de Vendenheim à Wissembourg partiellement électrifiée pour l'occasion, les travaux inhérents à l'implantation de la nouvelle bifurcation y étant beaucoup moins contraignants et coûteux que sur la ligne historique Paris - Strasbourg.

La ligne Vendenheim-Wissembourg fait partie des tracés classés UIC 7 à 9[9], et ces lignes sont menacées, selon Reporterre[10].

GaresModifier

Dans le tableau suivant, les gares mentionnées en gras sont celles de bifurcation, présentes comme passées. Les TER passant à Vendenheim (soit la majorité des trains circulant sur cette ligne) sont en provenance ou à destination de la gare de Strasbourg-Ville ; ils utilisent donc une section de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville (plus connue sous le nom de ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville).


Gare Service(s) Commune
    Vendenheim TER (halte) Vendenheim
    Hoerdt TER (halte) Hoerdt
    Weyersheim TER (halte) Weyersheim
    Kurtzenhouse TER (halte) Kurtzenhouse
    Bischwiller TER Bischwiller
    Marienthal TER (halte) Haguenau
    Haguenau TER Haguenau
    Walbourg TER (halte) Walbourg
    Hoelschloch TER (halte) Surbourg
    Soultz-sous-Forêts TER Soultz-sous-Forêts
    Hoffen TER (halte) Hoffen
    Hunspach TER (halte) Hunspach
    Riedseltz TER (halte) Riedseltz
    Wissembourg TER, trains de la Deutsche Bahn Wissembourg

(La disposition des gares de la ligne et de ses autres infrastructures sont visibles sur le schéma de la ligne de Vendenheim à Wissembourg.)

Notes et référencesModifier

  1. SNCF Réseau, « Vitesse maximale nominale sur ligne : Ligne de Vendenheim à Wissembourg », sur data.sncf.com, SNCF, (consulté le 1er juin 2017).
  2. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, page 72.
  3. [PDF] SNCF Région de l'Est - Carnet de profils et schémas - 1962, voir notamment planches 173 et 174, pages 94 et 95 du PDF.
  4. « N° 4105 - Décret portant promulgation de la convention conclue entre la France et la Bavière, pour l'établissement et l'exploitation d'un chemin de fer de Strasbourg à Spire : 25 mai 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9, no 537,‎ , p. 1419 - 1425 (lire en ligne).
  5. « N° 3759 - Décret qui autorise le ministre des Travaux publics à concéder le chemin de fer de Strasbourg à la frontière bavaroise, près Wissembourg, et à modifier le cahier des charges de la concession du chemin de fer de Strasbourg à Bâle : 25 février 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9, no 499,‎ , p. 581 - 600 (lire en ligne).
  6. « N° 3760 - Décret qui approuve la convention passée, le 25 février 1852, entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle : 25 février 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9, no 499,‎ , p. 600 - 602 (lire en ligne).
  7. « N° 806 - Décret impérial relatif à la concession d'un chemin de fer de Paris à Mulhouse, avec embranchement sur Coulommiers, d'un chemin de fer de Nancy à Gray et d'un chemin de fer de Paris à Vincennes, Saint-Mandé et Saint-Maur : 17 août 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 2, no 94,‎ , p. 531 - 557 (lire en ligne).
  8. « N° 1519 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 20 avril 1854, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des travaux Publics, et la compagnie des chemins de fer de l'Est : 20 avril 1854 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 3, no 177,‎ , p. 1393 - 1398 (lire en ligne).
  9. [PDF] Lignes classée UIC 7 à 9 sur reporterre.net, site de Reporterre.
  10. Trains-du-quotidien-les-usagers-temoignent sur reporterre.net, site de Reporterre.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire (1852 - 1857), t. 1, Paris, Palau, , 215 p. (ISBN 2-950-94211-3), « 1.36 Vendenheim-Haguenau - 18 juillet 1855 », p. 117-118.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :