Les Ormes (Yonne)

commune française du département de l'Yonne

Les Ormes
Les Ormes (Yonne)
La mairie.
Blason de Les Ormes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté de communes de l'Aillantais
Maire
Mandat
Danielle Maillard
2020-2026
Code postal 89110
Code commune 89281
Démographie
Gentilé Ormois
Population
municipale
356 hab. (2018 en augmentation de 20,68 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 57″ nord, 3° 15′ 59″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 238 m
Superficie 8,55 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auxerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charny Orée de Puisaye
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Les Ormes
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Les Ormes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Ormes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Ormes

Les Ormes est une commune française située dans le département de l'Yonne, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Situés à 140 km du sud-est de Paris, Les Ormes se trouvent à mi-chemin de Joigny (22 km) et d'Auxerre (25 km).

Les 855 hectares de la commune sont principalement répartis sur les terrasses argileuses du Tertiaire des auréoles du Bassin parisien : le Sparnacien, caractéristique d'un sol pauvre, grossièrement détritique, est le domaine principal de la forêt (247 ha sur la commune) : d'où principalement la classification des terres en "Puisaye", très peu d'entre elles étant classées en "Gâtinais".

Ce plateau boisé, typique du paysage de Puisaye, domine deux affluents de l'Yonne : le Vrin et le Tholon, qui ont joué un rôle économique important dans le passé grâce au flottage des bois.

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Les Ormes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auxerre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 104 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,3 %), forêts (25,2 %), prairies (5,8 %), zones urbanisées (3,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

HéraldiqueModifier


Ecartelé, aux I et IV d'azur aux trois ormes d'argent issant d'une terrasse du même, au II d'or à trois tourteaux de gueules, au III d'argent à la fasce de gueules.

Ce blason, choisi par la commune en 2011, est inspiré des armoiries des familles Courtenay (en II) et Béthune (en III) qui se sont alliées lors du mariage d'Anne de Courtenay et de Maximilien de Béthune en 1583.

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 1989 Gilberte Patard    
mars 1989 décembre 1998 Jean Guennec    
janvier 1999 mars 2001 Hervé Dulhoste    
mars 2001 mars 2014 Annie Vivier[8] SE  
mars 2014 mars 2020 Claudine Ciezki [9]    
mars 2020 mars 2026 Danielle Maillard[10]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2018, la commune comptait 356 habitants[Note 3], en augmentation de 20,68 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
364426377430459501527528535
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
511523558565539541521513476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
429402365343362325325320279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
239217222211205218256296337
2018 - - - - - - - -
356--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

Église de la Nativité Notre-DameModifier

  Datant des XVIe et XVIIe siècles, elle possède un plan elliptique à deux absides en cul-de-four, sans doute unique en France. Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en « en raison de l'originalité de son plan à double abside, de la qualité de son décor intérieur, notamment le maître-autel maçonné et le banc de communion »[15].

Statues polychromes de la ViergeModifier

  Une statue de la Vierge en bois du XVIe siècle et une de Saint Nicolas en pierre du XVIIe siècle sont inscrites comme objets à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 2014.

Château de BontinModifier

  Dans ce château classé comme monument historique[16], Sully se marie le et y réside jusqu'à la mort de son épouse, Anne de Courtenay.

EnvironnementModifier

La commune inclut la ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental[17],[18]. L'habitat particulièrement visé par cette ZNIEFF est fait d'eaux douces stagnantes ; les autres habitats inclus dans la zone sont des eaux courantes, des prairies humides et mégaphorbiaies, et des bois.

Personnalités liées à la communeModifier

FestivitésModifier

L'association l'Avenir des Ormes[19] est très active :

  • Juin : Omelette géante de 5 000 œufs, feu d'artifice et bal,
  • Juillet : Vide-greniers,
  • Août : concert des Estivales en Puisaye,
  • Septembre : Oktoberfest des Ormes (fête de la bière).

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction des Auxerre », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  9. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 6 mai 2015.
  10. [1]
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Église Notre-Dame-de-la-Nativité », notice no PA89000058, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Château de Bontin », notice no PA00113771, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. ZNIEFF 260014900 - Étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  18. La ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental rassemble plusieurs sites de mêmes caractéristiques, et nombre de ces sites s'étendent sur des parties de plusieurs communes. Les communes concernées par cette ZNIEFF sont :
    Aillant-sur-Tholon, Béon, Charny, Chassy, Chevillon, Cudot, Dracy, La Ferté-Loupière, Grandchamp, Merry-la-Vallée, Les Ormes, Parly, Perreux, Précy-sur-Vrin, Prunoy, Saint-Aubin-Château-Neuf, Saint-Denis-sur-Ouanne, Saint-Martin-sur-Ocre, Saint-Romain-le-Preux, Senan, Sépeaux, Sommecaise, Toucy, Villefranche, Villiers-Saint-Benoît, Villiers-sur-Tholon et Volgré.
  19. Centre France, « Année moins animée à l’Avenir des Ormes », www.lyonne.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).