Merry-la-Vallée

commune française du département de l'Yonne

Merry-la-Vallée
Merry-la-Vallée
Mairie & restaurant de Merry-la-Vallée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté de communes de l'Aillantais
Maire
Mandat
Jean-Luc Prevost
2020-2026
Code postal 89110
Code commune 89251
Démographie
Population
municipale
374 hab. (2018 en diminution de 7,2 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 57″ nord, 3° 19′ 58″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 292 m
Superficie 18,31 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auxerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Merry-la-Vallée
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Merry-la-Vallée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Merry-la-Vallée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Merry-la-Vallée

Merry-la-Vallée est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Les formes les plus anciennes de Merry-la-Vallée sont les suivantes :[1]

  • Matriacus, viii e se (Bibl. hist. de l'Yonne, I, 348) ;
  • Marriacum, 1221 (chap. d'Auxerre) ;
  • Merriacum in Valle, XVe siècle (pouillé du dioc. d'Auxerre ; Lebeuf, Hist. d'Auxerre, IV, pr. no 413) ;
  • Merri, 1289 (chap. d'Auxerre) ;
  • Merry-lez-Églény, 1481 ;
  • Mery, 1638 (chap. d'Auxerre).

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Merry-la-Vallée est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auxerre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 104 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (50,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (50,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,3 %), terres arables (41,5 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), prairies (2,5 %), zones urbanisées (1,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

HistoireModifier

Au XIXe siècle Merry-la -Vallée dépendait du canton d'Aillant.— Seigneurie appartenant au chapitre d'Auxerre[1].

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 2008 Jean-Luc Prévost    
mars 2008 En cours Roger Charpy[9]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 374 habitants[Note 3], en diminution de 7,2 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8799138159229701 0811 0781 0861 103
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0231 000958950949933918862832
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
768709665593555506462444419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
402354335325344362416406377
2018 - - - - - - - -
374--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • L'église date du Moyen Âge. C'est l'église paroissiale de Saint-Vincent et de Saint -Fiacre, à deux nefs, du XVe siècle[14].
  • La Chapelle de Saint-Félix se situe au milieu des bois. La première mention remonte à 1270 (chapitre d'Auxerre). En 487, saint Félix, encore enfant, fut martyrisé comme chrétien, en ce lieu. Ses reliques furent transférées dans l'église Saint-Germain d'Auxerre. Au XVIe siècle la chapelle fut détruite pendant les guerres de religion. La chapelle actuelle a été construite en 1843 et restaurée, en 1895[15]. Marcel Poulet a décoré cette chapelle en 1997 de deux peintures murales sur le mur du chevet (tempera aux ocres locales): martyre de Saint-Félix et Massacre des Innocents avec de nombreuses références à des faits récents (bombardements, déportation, génocides africains).
  • Le Château d'Arthé - privé -

EnvironnementModifier

La commune inclut deux ZNIEFF :

  • ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental[16],[17]. L'habitat particulièrement visé par cette ZNIEFF est fait d'eaux douces stagnantes ; les autres habitats inclus dans la zone sont des eaux courantes, des prairies humides et mégaphorbiaies, et des bois ;
  • ZNIEFF de la prairie de fauche en vallée de Maurepas et bois voisin de la Faïencerie, 183 ha de prairies améliorées et de cultures comme habitat visé, et comprenant aussi des eaux courantes, des prairies humides et mégaphorbiaies, du bocage et des bois. Cette ZNIEFF s'étend sur les communes de Dracy, Merry-la-Vallée, Toucy et Villiers-Saint-Benoit[18].

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b QUANTIN (Maximilien) Dictionnaire topographique du département de l'Yonne... (1862) p. 81.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auxerre », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 17 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 17 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Maximilien Quantin, Répertoire archéologique du département de l'Yonne, vol. 1, Paris, Imprimerie impériale (publié par ordre du ministre de l'Intérieur), coll. « Répertoire archéologique de la France », (réimpr. Res Universis, 1991), 291 p. (lire en ligne), p. 125 de la section « Yonne ». Note sur la section « Yonne » : L'Yonne est le dernier des cinq départements présentés dans le document lié - après l'Oise (Emmanuel Woillez, 1862), l'Aube (Darbois de Jubainville, 1861), le Morbihan (M. Rosenzweig, 1863) et le Tarn (Hippolyte Crozes, 1865).
    Accès direct à la section "Yonne" : dans le menu des pages de google livres (au-dessus et à droite de la fenêtre de lecture du livre), cliquer sur "c" (entre "Magnicourt" et "Saint-Léger-sous-Brienne").
  15. Dictionnaire topographique du département de l'Yonne - Max. Quantin - 1862
  16. ZNIEFF 260014900 - Étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  17. La ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental rassemble plusieurs sites de mêmes caractéristiques, et nombre de ces sites s'étendent sur des parties de plusieurs communes. Les communes concernées par cette ZNIEFF sont : Aillant-sur-Tholon, Béon, Charny, Chassy, Chevillon, Cudot, Dracy, La Ferté-Loupière, Grandchamp, Merry-la-Vallée, Les Ormes, Parly, Perreux, Précy-sur-Vrin, Prunoy, Saint-Aubin-Château-Neuf, Saint-Denis-sur-Ouanne, Saint-Martin-sur-Ocre, Saint-Romain-le-Preux, Senan, Sépeaux, Sommecaise, Toucy, Villefranche, Villiers-Saint-Benoît, Villiers-sur-Tholon et Volgré.
  18. ZNIEFF 260008535 - Prairie de fauche en vallée de Maurepas et bois voisin de la Faïencerie sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..