Ouvrir le menu principal

Les Heures sombres

film de Joe Wright, sorti en 2018
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darkest Hour (homonymie).
Les Heures sombres
Description de cette image, également commentée ci-après
Winston Churchill, ici en 1942
Titre québécois L'Heure la plus sombre
Titre original Darkest Hour
Réalisation Joe Wright
Scénario Anthony McCarten
Acteurs principaux
Sociétés de production Working Title Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre drame historique
Durée 125 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Heures sombres ou L'Heure la plus sombre au Québec (Darkest Hour) est un drame historique britannique réalisé par Joe Wright, sorti en salles en 2017.

Le film raconte les quelques jours entre l'arrivée au pouvoir de Winston Churchill, fraîchement nommé Premier ministre, et son succès face aux politiciens partisans de négociations de paix avec l'Allemagne, notamment dans son propre parti. Ces événements sont encadrés par deux des plus célèbres discours de Churchill, celui du 13 mai et celui du 4 juin 1940. Les choix de Churchill vis-à-vis de la bataille de Dunkerque ou de ses alliés sont également présentés, tout comme ses rapports parfois difficiles avec le roi George VI, et l'union politique qu'il obtient à la Chambre, lui permettant d'avoir le soutien politique nécessaire pour diriger le pays.

SynopsisModifier

Se déroulant entre le 9 mai 1940 (la veille de l’offensive allemande) et début juin 1940, le film se focalise sur le personnage de Churchill et son entourage, en partie par l'œil de sa nouvelle secrétaire privée (en), chargée de taper télégrammes et courriers. D'abord pressenti comme prochain Premier ministre, Churchill se heurte à une opposition favorable à des pourparlers de paix (en premier Lord Halifax et Chamberlain). Puis on le suit à la tête du gouvernement, dans les affres de la douleur des choix difficiles. Notamment lorsque la guerre éclair refoule les 300 000 hommes de l'armée britannique à Dunkerque, le dos à la mer. Churchill ordonne le sacrifice d'une unité chargée d'une diversion (30e brigade motorisée commandée par le brigadier Nicholson (en) à Calais) et la mobilisation des embarcations civiles pour secourir les armées française et anglaise encerclées à Dunkerque : c'est l'« opération Dynamo » qui débute le 26 mai.

Avant son discours devant le parlement du 4 juin 1940, Churchill décide de suivre les conseils du roi George VI, dont il a reçu la confiance : prendre l'avis des gens de la rue et s'appuyer sur eux. Il descend dans le métro pour la première fois de sa vie et effectue la fin du trajet jusqu'au Palais de Westminster. Il y découvre la confiance et la détermination des Britanniques à se battre jusqu'au bout contre le fascisme. Aux questions sur une possible négociation d'un accord de paix, les gens résument leur sentiment par un jamais unanime. Il utilise alors les paroles attribuée à Horatius Coclès dans une ballade de Thomas Babington Macaulay (Lays of Ancient Rome) : « Tôt ou tard la mort arrive à tout homme sur cette terre, et comment mourir mieux qu’en affrontant un danger terrible » qu'un homme achève avec émotion pour lui « pour les cendres de ses pères et l’autel de ses dieux ? ». Churchill a la réponse à cette autre décision difficile : transcrire politiquement la résistance et le combat, et ce contre l'avis du cabinet de guerre. Il s'adresse au grand cabinet (membres de son groupe) où il reçoit une ovation (avec les mêmes jamais), puis à la chambre des députés, où même Chamberlain donne son accord à son parti. Voulue par tous, l'union nationale est ainsi réalisée par Churchill.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Producteur délégué : James Biddle

DistributionModifier

ProductionModifier

 
Gary Oldman et Joe Wright à l'avant-première parisienne du film

Genèse et développementModifier

En février 2015, il est annoncé que Working Title Films a acquis les droits du scénario Darkest Hour, écrit par Anthony McCarten, revenant sur les premiers jours de Winston Churchill durant la Seconde Guerre mondiale[4].

En mars 2016, il est révélé que Joe Wright est en négociations pour réaliser le film[5]. En septembre 2016, Focus Features acquiert les droits de distribution américaine[6].

Distribution des rôlesModifier

En avril 2016, Gary Oldman est annoncé dans le rôle de Winston Churchill[7].

En septembre 2016, Ben Mendelsohn et Kristin Scott Thomas sont confirmés dans les rôles respectifs de George VI et Clementine Churchill[6]. En novembre 2016, Stephen Dillane rejoint lui aussi la distribution[8].

TournageModifier

Le tournage a débuté en novembre 2016[9]. Il a eu lieu en Angleterre, notamment à Manchester (Hôtel de ville, John Rylands Library…), à Bicester, à Londres (Greenwich) ainsi que dans le comté de Yorkshire[10].

Durant la totalité du tournage, Gary Oldman aura passé près de 200 heures de maquillage pour se glisser dans la peau de Winston Churchill[11].

AccueilModifier

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis[12] 56 468 410 $ 20
  France[13],[14] 768 284 entrées 16
  Mondial[12] 150 913 996 $

Réception critiqueModifier

Le film obtient des critiques favorables de la part de la presse spécialisée, qui salue la manière dont Gary Oldman a su se glisser dans la peau de Winston Churchill. Ce rôle est considéré comme l'une des meilleures performances de sa carrière[15],[16].

DistinctionModifier

AnalyseModifier

Le film met bien l'accent sur le débat qui animait le Cabinet de Guerre britannique en mai-juin 1940. Certes, Churchill fut porté au pouvoir par un courant d'opinion unanime : le chef de file travailliste, Clement Attlee, refusant de rentrer dans un gouvernement dirigé par Chamberlain, champion de l'apaisement, il fallut que Churchill devienne Premier ministre pour voir Attlee accepter. Cependant, Churchill dut composer avec les principaux chefs du Parti Conservateur et dut garder Lord Halifax au Foreign Office alors que celui-ci restait un partisan déterminé de la négociation avec Hitler non pas parce qu'Halifax était pro-nazi mais parce qu'il ne pensait pas que la Grande-Bretagne avait les moyens militaires de résister. Comme le montre le film, les débats entre les deux camps furent rudes au cours de l'été 1940, et Churchill n'était pas sûr du tout de l'emporter.

Erreurs et approximations historiquesModifier

Concernant la nomination de Churchill en tant que premier ministre, le refus de Lord Halifax tiendrait plus du fait qu'il fait partie de la Chambre des Lords, et que pour lui le chef du gouvernement doit venir de la Chambre des Communes[17].

Concernant le siège de Calais, celui-ci est présenté comme une conséquence de la demande de Churchill que ces troupes attaquent les forces allemandes pour les pousser à se concentrer sur Calais, tout en laissant Dunkerque tranquille. En réalité, l'armée allemande vise déjà la capture du port de Calais, important du point de vue du ravitaillement des Alliés. Les troupes présentes sont britanniques mais également françaises et belges ; seuls 300 soldats mourront durant ce siège - le film laissant croire que l'hécatombe est nettement plus importante, et uniquement britannique. Les sièges de Boulogne-sur-mer (qui se rend un jour avant Calais) et surtout de Lille (qui se rend le 31 mai) ont sans doute eu autant d'importance, ce que Churchill lui-même reconnaitra dans ses mémoires[18]. La décision d'Adolf Hitler d'arrêter l'offensive en France, au 23 mai, est également à l'avantage de l'évacuation à tel point que l'événement est surnommé « miracle de Dunkerque ».

Notes et référencesModifier

  1. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  2. « Fiche de doublage français du film », sur RS Doublage (consulté le 17 janvier 2018)
  3. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le 14 novembre 2017)
  4. (en) Mike Fleming, Jr., « ‘Theory Of Everything's Anthony McCarten & Working Title Set Winston Churchill WWII Epic », sur Deadline.com, (consulté le 4 novembre 2016).
  5. (en) Ali Jaafar, « Joe Wright In Talks To Direct Winston Churchill Pic For Working Title », sur Deadline, (consulté le 4 novembre 2016).
  6. a et b (en) Dave McNary, « Gary Oldman’s Winston Churchill Film ‘Darkest Hour’ Gets Release Date, Rounds Out Cast », sur Variety, 6 deptembre 2016 (consulté le 4 novembre 2016).
  7. (en) Dave McNary, « Gary Oldman in Talks to Play Winston Churchill in ‘Darkest Hour’ », sur Variety, (consulté le 4 novembre 2016).
  8. (en) Diana Lodderhose, « Stephen Dillane Joins Working Title's Churchill WWII Epic 'Darkest Hour' As Production Begins In UK », sur Deadline, (consulté le 14 décembre 2016).
  9. (en) Jordan Raup, « First Look: Gary Oldman Thoroughly Transforms into Winston Churchill in ‘Darkest Hour’ », sur The Film Stage, (consulté le 4 novembre 2016).
  10. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database.
  11. (en) « Gary Oldman Spent 200 Hours In Make-Up Chair To Become Winston Churchill In 'Darkest Hour' », sur Deadline, (consulté le 30 mars 2017).
  12. a et b (en) « Darkest Hour (2017) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 17 novembre 2018)
  13. « Les Heures Sombres (2017) », sur Jp Box Office (consulté le 17 janvier 2018)
  14. « LES HEURES SOMBRES (DARKEST HOUR) », sur CBO Box-Office (consulté le 17 janvier 2018)
  15. « Darkest Hour (2017) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 4 novembre 2018)
  16. « Darkest Hour Reviews », Metacritic, CBS Interactive (consulté le 10 janvier 2018)
  17. (en) Robert Self, Neville Chamberlain: A Biography, Ashgate, (ISBN 0754656152), p. 431
  18. « These Frenchmen, under the gallant leadership of general Molinié, had for four critical days contained no less than seven German divisions which otherwise could have joined in the assaults on the Dunkirk perimeter. This was a splendid contribution to the escape of their more fortunate comrades of the BEF » ((en) Winston Churchill, The Second World War : Their Finest Hour, vol. 2, Cassel & Co., , p. 86).

Voir aussiModifier