Le Beau Danube bleu

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Beau (homonymie), Danube et Bleu (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour le film biographique allemand de 1954 consacré à Johann Strauss II, voir Le Beau Danube bleu (film, 1954).

Le Beau Danube bleu
Œuvres de Johann Strauss II
An der schönen blauen Donau
Image illustrative de l’article Le Beau Danube bleu
Johann Strauss II (fils) (1825-1899)

Genre Musique classique, musique symphonique, poème symphonique, valse romantique, musique de film
Musique Johann Strauss II (fils)
Texte Josef Weyl, Franz von Gernerth
Langue originale Allemand
Chorégraphie Valse viennoise
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative 9:42
Dates de composition 1866 en musique classique
Commanditaire Johann von Herbeck (directeur du Wiener Männergesang-Verein)
Création
Établissement thermal Dianabad du canal du Danube de Vienne (Drapeau de l'Autriche Autriche)
Interprètes Wiener Männergesang-Verein

Le Beau Danube bleu (An der schönen blauen Donau, en allemand) op. 314, est une célèbre valse viennoise pour orchestre symphonique, composée par le compositeur autrichien Johann Strauss II (fils) en 1866[1]. Poème symphonique dédié au Danube[2], elle fait partie de ses œuvres les plus célèbres, avec entre autres Wiener Blut (Esprit viennois) de 1873, régulièrement jouées entre autres par l'Orchestre philharmonique de Vienne en clôture et rappel traditionnel du concert du nouvel an à Vienne[3]. Considérée comme un second hymne de Vienne et de l'Autriche, elle est également une des musiques de film les plus célèbres de l'histoire du cinéma avec sa reprise de 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick en 1968[4].

HistoriqueModifier

Johann Strauss II (fils) succède à son père Johann Strauss (père) qu'il surpasse rapidement en célébrité (deux des compositeurs les plus célèbres de l'histoire de la musique classique) à la place de directeur (k.k. Hofballmusikdirektor) de la musique de bal de la cour de l'Empire d'Autriche-Hongrie du Saint-Empire romain germanique.

Le compositeur Johann von Herbeck (directeur du prestigieux Wiener Männergesang-Verein, importante chorale masculine de Vienne d'environ 130 membres) demande vers 1865 à Johann Strauss fils (alors âgé de 42 ans) de composer une nouvelle « valse chorale vivante et joyeuse » pour leur festival d'été Sommer-Liedertafel[5]. Cette œuvre est inspirée à Strauss par un voyage sur le Danube. L'auteur-poète-parodiste de la chorale Josef Weyl (en) (ami d'enfance du compositeur) écrit les premières versions de paroles sur le thème satirique et ironique, pris à la légère et à la dérision, de la défaite militaire historique de la Maison d'Autriche à la guerre austro-prussienne de 1866 (qui met fin à sa suprématie historique sur la confédération germanique par le traité de Prague (1866), au détriment des prémisses de l'Empire allemand de 1871 du chancelier prussien-allemand Otto von Bismarck)[6]. Les membres indignés de la chorale s'offusquent des paroles[7]. La première représentation publique du Wiener Männergesang-Verein à lieu le à l'établissement thermal Dianabad du canal du Danube de Vienne, avec un important succès enthousiaste et retentissant[8] (mais le texte de Weyl produit de vivent critiques, indignations et offuscations du public viennois autrichien)[9].

Fichier audio
Le Beau Danube bleu

L'interprétation par Strauss de la version orchestrale symphonique féerique définitive de son oeuvre (sans paroles) à Paris lors de l'Exposition universelle de 1867 est un triomphe majeur international, avec plus de 20 rappels, et plus d'un million de partitions vendues dans le monde. Le texte définitif (rarement interprété depuis) est écrit en 1890 par l'auteur-compositeur Franz von Gernerth sur la thème du poème symphonique actuel « Danube si bleu, si beau et si bleu, vous tourbillonnez calmement à travers la vallée et les prairies, notre Vienne vous salue, votre ruban d'argent lie le pays à la terre, et les coeurs heureux battent sur votre belle plage... ».

AnecdoteModifier

Lorsque qu'Alice von Meyszner-Strauss (belle-fille de Johann Strauss) a demandé au célèbre compositeur allemand Johannes Brahms de lui signer un autographe, ce dernier lui aurait écrit les premières mesures du Beau Danube bleu, commentées par un célèbre « Hélas! pas de Johannes Brahms ».

OrchestrationModifier

 
Premières mesures du Beau Danube bleu, dédicacée par le compositeur.
Instrumentation du beau Danube bleu
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses, 1 harpe

Bois
2 flûtes (la deuxième jouant aussi du piccolo), 2 hautbois,

2 clarinettes en ut, 2 bassons

Cuivres
4 cors en fa, 2 trompettes en fa

1 trombone basse, 1 tuba

Percussions
2 timbales, 1 caisse claire, 1 grosse caisse, 1 triangle

PostéritéModifier

Au cinémaModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.   Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

PublicitéModifier

  • Dans tous les vols Austrian Airlines, la musique est diffusée pendant l'embarquement et le débarquement de l'avion.

ConcertsModifier

TélévisionModifier

AutresModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Le beau danube bleu (J. Strauss) L. Stokowski, Orchestre symphonique de Philadelphie », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 16 décembre 2017)
  2. « Johann Strauss, le beau Danube bleu, valse op. 314 » (consulté le 16 décembre 2017)
  3. [vidéo] Johann Strauss II - Le Beau Danube bleu - Concert du nouvel an de l'Orchestre philharmonique de Vienne sur YouTube
  4. [vidéo] Johann Strauss II - 2001, l'Odyssée de l'espace - Stanley Kubrick sur YouTube
  5. « Le Beau Danube bleu », sur pad.philharmoniedeparis.fr (consulté le 10 février 2020)
  6. « Découvrir une œuvre : Le Beau Danube Bleu », sur www.classiquenews.com (consulté le 10 février 2020)
  7. « Le beau Danube bleu, 150 ans de valse et toujours en vogue », sur www.lepoint.fr (consulté le 10 février 2020)
  8. « Sur le Beau Danube Bleu de Johann Strauss », sur www.danube-culture.org (consulté le 15 février 2020)
  9. Christine Klusacek, Kurt Stimmer: Die Stadt und der Strom. Wien und die Donau. Dachs-Verlag, Wien 1995, ISBN 3-85058-113-6, S. 199 f.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier