Ouvrir le menu principal

La Grande Menace (film, 1978)

film sorti en 1978
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Grande Menace.
La Grande Menace
Titre original The Medusa Touch
Réalisation Jack Gold
Scénario John Briley,
Peter Van Greenaway
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni,
Drapeau de la France France
Genre thriller fantastique
Durée 105
Sortie 1978

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Grande Menace (The Medusa Touch) est un film franco-britannique réalisé par Jack Gold, sorti en 1978.

Résumé détailléModifier

« Ne suis-je pas l'homme doué du pouvoir de provoquer les catastrophes ? » - John Morlar

Brunel (Lino Ventura), un policier français exerçant temporairement à Londres, est désigné pour enquêter sur le meurtre du romancier John Morlar (Richard Burton). Tandis qu'ils examinent le lieu du crime, les policiers découvrent que la victime est toujours en vie, en dépit de graves blessures. Morlar est conduit à l'hôpital, où il est maintenu en vie avec une activité cérébrale à peine perceptible.

Avec l'aide du journal de Morlar ainsi que de sa psychiatre, le Dr Zonfeld (Lee Remick), Brunel reconstitue le passé de Morlar, rempli d'inexplicables catastrophes, incluant la mort brutale de plusieurs proches qu'il n'aimait pas ou qui l'avaient offensé. Morlar se révèle être un médium avec de formidables pouvoirs télékinésiques. Alors que son état semble s'améliorer à la grande stupéfaction des médecins, Brunel découvre bientôt que, dégoûté du monde qui l'entoure et totalement misanthrope, Morlar est responsable de deux accidents récents : l'écrasement d'un avion de ligne en plein cœur de Londres, et la perte d'un équipage d'astronautes.

De son lit d'hôpital, où son activité cérébrale s'emballe à nouveau, il tente de faire s'écrouler la cathédrale de "Minster" au moment d'une cérémonie avec la Reine. Se rendant compte que c'est Morlar qui est à l'origine de toutes ces catastrophes, Brunel fonce à l'hôpital pour débrancher le respirateur de Morlar. Apparemment agonisant et toujours dans le coma, Morlar écrit péniblement sur un bloc-notes le nom d'une centrale nucléaire britannique : "Windscale"... tandis que son activité cérébrale s'emballe à nouveau.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Légende : Doublage de 1978 / Redoublage de 2003[1]

Autour du filmModifier

  • Dans sa copie originale anglaise, le film est d'une durée légèrement plus longue que celle diffusée en France : durant la catastrophe à l'abbaye de Westminster, quelques plans à caractère sanglant ont en effet été coupés. La chose est d'autant plus étonnante que la censure française a toujours eu pour réputation d'être beaucoup moins stricte que l'anglaise.

BibliographieModifier

  • Penny Juror, The Medusa Touch, « Burton. The Man Behind the Myth », Sphere Books, Londres, 1985, 272 pages, p. 211, (ISBN 0-7221-5212-4)
  • Barry Rivadue, The Medusa Touch, « Lee Remick. A Bio-Bibliography », Greenwood Press, Westport (États-Unis), 1995, 225 pages, p. 82-84, (ISBN 0-313-28447-4)
  • Leonard Maltin, The Medusa Touch, « Leonard Maltin's 2001 Movie & Video Guide », New American Library (Collection : Signet Books), New York, 2000, p. 903, (ISBN 0-451-20107-8)
  • Harvey Fenton & David Flint, The Medusa Touch, « Ten Years of Terror. British Horror Films of the 1970s », Fab Press, Guilford (États-Unis), 2001, 336 pages, p. 295-296, (ISBN 0952926083)
  • Alain Paucard (sous la direction de Jean Tulard), « Guide des films. F-O », Éditions Robert Laffont (Collection : Bouquins), Paris, 2010, p. 1468, (ISBN 9782221104521), Paris, 2010, p. 1468, (ISBN 9782221104521)

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier