Joseph-Émile Belot

historien français

Joseph-Émile Belot, né le à Montoire-sur-le-Loir, mort le [1] à Lyon 4e, est un historien français, spécialiste de la république romaine.

BiographieModifier

Élève du collège Louis-le-Grand, il remporte le prix annuel de l'association des anciens élèves[2]. Entré à l'École d'administration (ancêtre éphémère de l'ENA) en 1848, il se présenta à l'École normale supérieure à la dissolution de la précédente, en 1849, et y fut reçu premier[3],[4]. Il étudia sous la direction d'Adolphe Chéruel[3]. En 1855, il est agrégé de lettres (reçu 12e). En 1873, il est docteur ès lettres[5]. Joseph-Émile Belot était professeur aux collèges de Blois, d'Orléans, de Vendôme, de Strasbourg et de Versailles, au lycée Henri-IV (1871-1872), et professeur d'histoire à la Faculté des lettres de Lyon[6],[7]. Il est membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon de 1882 à 1886[8], et membre correspondant (section histoire) de l'Académie des sciences morales et politiques de 1883 à 1886[6].

Joseph-Émile Belot a été fait chevalier de la Légion d'Honneur le [a].

Il est le père de Émile Belot (1857-1944), ingénieur et astronome, et de Gustave Belot (1859-1929), normalien, agrégé de philosophie, inspecteur général de l'enseignement secondaire[10]. Il est également l'arrière-arrière grand-père de l'organiste Pierre Pincemaille (1956-2018)[b].

PublicationsModifier

  • Histoire des chevaliers romains considérée dans ses rapports avec celle des différentes constitutions de Rome, depuis le temps des Gracques jusqu'à la division de l'Empire romain, Paris : Durand et Pedone-Lauriel , 1872 ; Thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris. Joseph-Émile Belot remporte le Prix Montyon puis le Prix Thérouanne en 1874, décernés par l'Académie Française, pour cette œuvre[13].
  • De Tribunis plebis, de origine et vi, forma et modo tribuniciae potestatis, hanc thesim Facultati litterarum Parisiensi proponebat Aem. Belot, Paris : A. Durand et Pedone-Lauriel , 1872.
  • De la Révolution économique et monétaire qui eut lieu à Rome au milieu du IIIe siècle avant l'ère chrétienne, et de la classification générale de la société romaine avant et après la première guerre punique, Paris : E. Leroux , 1885 (ouvrage dans lequel Belot fait allusion aux travaux de Böckh).
  • Xénophon (trad. Émile Belot), La république d'Athènes : lettre sur le gouvernement des Athéniens / adressée en 378 avant J.C. par Xénophon au roi de Sparte Agésilas : texte grec, dont les différentes parties sont rétablies dans leur ordre véritable, traduction française, avec une préface, une introduction, et un commentaire historique et critique, Paris, Pedone-Lauriel, 1880-1881 (OCLC 492819946, ASIN B001CG2UJU, SUDOC 108241262).

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il choisit Guillaume-Alfred Heinrich pour lui remettre la décoration[9].
  2. Suzanne Belot (1885-1974) est la fille d'Émile Belot (1857-1944)[11] et la grand-mère de Pierre Pincemaille[12].

RéférencesModifier

  1. Archives municipales de Lyon, acte de décès n°781 dressé le 01/10/1886, vue 132 / 171
  2. « Partie non officielle », Journal général de l'instruction publique, vol. 16, no 68,‎ , p. 731-732 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  3. a et b Charles Bayet, « Un professeur français : M. Belot », Revue internationale de l'enseignement, no 13,‎ , p. 38-49 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020).  .
  4. Machin Howard et Wright Vincent, « Les élèves de l'École Nationale d'Administration de 1848-1849 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 36, no 4,‎ , p. 605-639 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020).
  5. « Thèses du doctorat ès lettres », Bulletin administratif de l'instruction publique, t. 16, no 300,‎ , p. 54-55 (lire en ligne, consulté le 7 avril 2020).
  6. a et b Martine François, Amélie Le Pendeven, Blandine Husser, « BELOT Émile Joseph », sur http://cths.fr, (consulté le 18 mars 2018)
  7. Fernand Azais, « A travers les journaux : Autour du Capitole », L'Express du Midi, no 13230,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2018).
  8. Dominique Saint-Pierre, BELOT Émile Joseph (1829-1886),in Dominique Saint-Pierre (dir.), Dictionnaire historique des académiciens de Lyon 1700-2016, Lyon : Éditions de l'Académie (4, avenue Adolphe Max, 69005 Lyon), 2017, p.122-123
  9. « Cote LH/174/49 », base Léonore, ministère français de la Culture
  10. « Les Belot : chercher, expliquer et pérenniser l’ordre dans le cosmos, la manufacture et la société », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 1er octobre 2018).
  11. « Ascendance et descendance d'Émile Belot », sur le site geneanet (consulté le 28 mars 2020).
  12. « Descendance de Fernand Pincemaille », sur le site geneanet (consulté le 28 mars 2020).
  13. « Émile BELOT », sur le site de l'Académie Française (consulté le 10 octobre 2018).

Liens externesModifier