Joseph-Émile Belot

historien français

Joseph-Émile Belot, né le à Montoire-sur-le-Loir, mort le [1] à Lyon 4e, est un historien français, spécialiste de la république romaine.

Joseph-Émile Belot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Maître
Distinctions

BiographieModifier

Élève du collège Louis-le-Grand, il remporte le prix annuel de l'association des anciens élèves[2]. Entré à l'École d'administration (ancêtre éphémère de l'ENA) en 1848, il se présenta à l'École normale supérieure à la dissolution de la précédente, en 1849, et y fut reçu premier[3],[4]. Il étudia sous la direction d'Adolphe Chéruel[3]. En 1855, il est agrégé de lettres (reçu 12e). En 1873, il est docteur ès lettres[5]. Joseph-Émile Belot était professeur aux collèges de Blois, d'Orléans, de Vendôme, de Strasbourg et de Versailles, au lycée Henri-IV (1871-1872), et professeur d'histoire à la Faculté des lettres de Lyon[6],[7]. Il est membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon de 1882 à 1886, et membre correspondant (section histoire) de l'Académie des sciences morales et politiques de 1883 à 1886[6].

Joseph-Émile Belot a été fait chevalier de la Légion d'Honneur le [a].

Il est le père de Émile Belot (1857-1944), ingénieur et astronome, et de Gustave Belot (1859-1929), normalien, agrégé de philosophie, inspecteur général de l'enseignement secondaire[9]. Il est également l'arrière-arrière grand-père de l'organiste Pierre Pincemaille (1956-2018)[b].

PublicationsModifier

  • Histoire des chevaliers romains considérée dans ses rapports avec celle des différentes constitutions de Rome, depuis le temps des Gracques jusqu'à la division de l'Empire romain, Paris : Durand et Pedone-Lauriel , 1872 ; Thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris. Joseph-Émile Belot remporte le Prix Montyon puis le Prix Thérouanne en 1874, décernés par l'Académie Française, pour cette œuvre[12].
  • De Tribunis plebis, de origine et vi, forma et modo tribuniciae potestatis, hanc thesim Facultati litterarum Parisiensi proponebat Aem. Belot, Paris : A. Durand et Pedone-Lauriel , 1872.
  • De la Révolution économique et monétaire qui eut lieu à Rome au milieu du IIIe siècle avant l'ère chrétienne, et de la classification générale de la société romaine avant et après la première guerre punique, Paris : E. Leroux , 1885 (ouvrage dans lequel Belot fait allusion aux travaux de Böckh).
  • Xénophon (trad. Émile Belot), La république d'Athènes : lettre sur le gouvernement des Athéniens / adressée en 378 avant J.C. par Xénophon au roi de Sparte Agésilas : texte grec, dont les différentes parties sont rétablies dans leur ordre véritable, traduction française, avec une préface, une introduction, et un commentaire historique et critique, Paris, Pedone-Lauriel, 1880-1881 (OCLC 492819946, ASIN B001CG2UJU, SUDOC 108241262).

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il choisit Guillaume-Alfred Heinrich pour lui remettre la décoration[8].
  2. Suzanne Belot (1885-1974) est la fille d'Émile Belot (1857-1944)[10] et la grand-mère de Pierre Pincemaille[11].

RéférencesModifier

  1. Archives municipales de Lyon, acte de décès n°781 dressé le 01/10/1886, vue 132 / 171
  2. « Partie non officielle », Journal général de l'instruction publique, vol. 16, no 68,‎ , p. 731-732 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  3. a et b Charles Bayet, « Un professeur français : M. Belot », Revue internationale de l'enseignement, no 13,‎ , p. 38-49 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020).  .
  4. Machin Howard et Wright Vincent, « Les élèves de l'École Nationale d'Administration de 1848-1849 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 36, no 4,‎ , p. 605-639 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020).
  5. « Thèses du doctorat ès lettres », Bulletin administratif de l'instruction publique, t. 16, no 300,‎ , p. 54-55 (lire en ligne, consulté le 7 avril 2020).
  6. a et b Martine François, Amélie Le Pendeven, Blandine Husser, « BELOT Émile Joseph », sur http://cths.fr, (consulté le 18 mars 2018)
  7. Fernand Azais, « A travers les journaux : Autour du Capitole », L'Express du Midi, no 13230,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2018).
  8. « Cote LH/174/49 », base Léonore, ministère français de la Culture
  9. « Les Belot : chercher, expliquer et pérenniser l’ordre dans le cosmos, la manufacture et la société », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 1er octobre 2018).
  10. « Ascendance et descendance d'Émile Belot », sur le site geneanet (consulté le 28 mars 2020).
  11. « Descendance de Fernand Pincemaille », sur le site geneanet (consulté le 28 mars 2020).
  12. « Émile BELOT », sur le site de l'Académie Française (consulté le 10 octobre 2018).

Liens externesModifier