Ouvrir le menu principal

Jean-Lin Lacapelle

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacapelle.

Jean-Lin Lacapelle
Illustration.
Jean-Lin Lacapelle en 2017.
Fonctions
Député européen
Siégera après le Brexit – date inconnue
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Conseiller régional d’Île-de-France
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 26 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Valérie Pécresse
Groupe politique FN puis RN
(Vice-président)
Secrétaire général adjoint du Front national

(2 ans, 2 mois et 7 jours)
Président Marine Le Pen
Successeur fonction supprimée
Conseiller régional du Centre

(12 ans et 11 jours)
Élection 15 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
Président Michel Sapin
Alain Rafesthain
François Bonneau
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Lyon (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique FN (1986-2018)
RN (depuis 2018)
Profession Directeur commercial

Jean-Lin Lacapelle, né le à Lyon, est un homme politique français.

Membre depuis 1986 du Front national, devenu Rassemblement national, proche de Marine Le Pen, il exerce différentes fonctions au sein des instances du parti depuis 2016. Il est conseiller régional du Centre de 1998 à 2010, et conseiller régional d’Île-de-France depuis 2015.

BiographieModifier

Parcours professionnelModifier

Né le [1], Jean-Lin Lacapelle a été cadre au sein de plusieurs grands groupes industriels tels que Danone et Cadbury, notamment au poste de directeur des ventes. Début 2016, il quitte un poste de directeur commercial chez L'Oréal pour travailler à temps plein au Front national (FN)[2].

Parcours politiqueModifier

Membre du FN depuis 1986, il est un ami de longue date de Marine Le Pen et des anciens « gudards » restés proches de celle-ci, tels que Frédéric Chatillon et Axel Loustau[2],[3],[4].

Il est conseiller régional du Centre entre 1998 et 2010[3]. Au tournant des années 2000, il préside « Générations Le Pen », association de soutien à Marine Le Pen[3].

Lors des élections régionales de 2015 en Île-de-France, il figure en tête de la liste du FN dans les Hauts-de-Seine et est élu conseiller régional, ce qui constitue son retour dans la vie politique active[4],[3].

Au sein du Front national, devenu Rassemblement national, il est promu secrétaire général adjoint auprès de Nicolas Bay en janvier 2016[3], ainsi que secrétaire national aux fédérations et à l’implantation : un an après sa prise de fonction, il revendique le remplacement de quelque 36 secrétaires départementaux et se voit surnommé « le nettoyeur » à ce titre[2]. Le Figaro indique que « cet écrémage a surtout pour conséquence mécanique d'écarter progressivement les cadres recrutés du temps de Jean-Marie Le Pen. Ainsi certaines figures jugées trop marquées par l'héritage du « Menhir », comme Christophe Boudot dans le Rhône ou encore Dominique Martin en Haute-Savoie, se sont vus proposer de se concentrer sur leurs mandats respectifs de conseiller régional et de député européen »[5].

Lors des élections législatives de 2017, il est candidat dans la douzième circonscription des Bouches-du-Rhône qui comprend Marignane, où il est installé depuis peu. Alors qu'il est considéré comme favori compte tenu de l'arrivée de Marine Le Pen en première position au second tour lors de l'élection présidentielle dans cette circonscription, il termine en troisième position au second tour avec 21,86 % des voix, derrière le candidat des Républicains Éric Diard (24,65 %) et la candidate de La République en marche Camille Bal (23,67 %)[6].

En mars 2018, il intègre le bureau national du FN (ex-bureau politique) à l'occasion du congrès de Lille[7]. Il est par ailleurs délégué national aux ressources : à ce titre, il a notamment pour objectif de recueillir 300 000 euros de dons d’adhérents supplémentaires et réclame que Florian Philippot rembourse ses « dettes » au parti[4].

Il figure en position éligible (no 23) sur la liste du Rassemblement national pour les élections européennes de 2019[8]. Il est élu député européen mais son mandat commencera après le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.

RéférencesModifier

  1. Conseil régional d'Île-de-France : M. Jean-Lin LACAPELLE, sur iledefrance.fr (consulté le 17 novembre 2018).
  2. a b et c Louis Hausalter, « Jean-Lin Lacapelle, le zélé caporal de Marine Le Pen », sur marianne.net, (consulté le 11 novembre 2018).
  3. a b c d et e Olivier Faye, « La direction du Front national légèrement remaniée », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 22 janvier 2016).
  4. a b et c Ivanne Trippenbach, « Jean-Lin Lacapelle, le Cerbère de Marine Le Pen », sur L'Opinion.fr, (consulté le 11 novembre 2018).
  5. Marc de Boni, « Jean-Lin Lacapelle, le «nettoyeur» du FN », sur lefigaro.fr, (consulté le 11 novembre 2018).
  6. Mathilde Ceilles, « Résultats législatives  Parachutage raté pour Jean-Lin Lacapelle (FN) dans la 12e circonscription des Bouches-du-Rhône », sur 20minutes.fr, (consulté le 11 novembre 2018).
  7. Béatrice Houchard, « A Lille, Marine Le Pen met en place ses nouvelles équipes », sur L'Opinion.fr (consulté le 11 novembre 2018).
  8. « Marine Le Pen "fait plaisir à ses copains" sur la liste des Européennes », sur franceinter.fr, (consulté le 8 mai 2019).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :