Ouvrir le menu principal

Izaut-de-l'Hôtel

commune française du département de la Haute-Garonne

Izaut-de-l'Hôtel
Izaut-de-l'Hôtel
Izaut-de-l'Hôtel vu du nord-est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes Cagire-Garonne-Salat
Maire
Mandat
François Moura
2014-2020
Code postal 31160
Code commune 31241
Démographie
Gentilé Izautois
Population
municipale
324 hab. (2016 en augmentation de 12,89 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 03″ nord, 0° 45′ 17″ est
Altitude Min. 397 m
Max. 800 m
Superficie 9,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Izaut-de-l'Hôtel

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Izaut-de-l'Hôtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Izaut-de-l'Hôtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Izaut-de-l'Hôtel

Izaut-de-l'Hôtel est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Izautois.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Saint-Gaudens située dans le Comminges à 14 km au sud-est de Saint-Gaudens. L'église, au centre du village, a pris la place d'une chapelle dédiée à sainte Madeleine.

Le village est dominé par les ruines d'un château, qui pouvait, si l'on en juge par ses proportions, abriter une petite garnison. On peut encore en voir le premier niveau voûté d'une tour et un système de rempart double. Izaut faisait partie du comté de Comminges.

Communes limitrophesModifier

Izaut-de-l'Hôtel est limitrophe de huit autres communes.

 
Communes voisines.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le Job un affluent du Ger.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 968 hectares ; son altitude varie de 397 à 800 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Accès avec la ligne régulière de transport interurbain du réseau Arc-en-ciel (anciennement SEMVAT) ou en gare de Saint-Gaudens sur la ligne Toulouse - Bayonne.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Au moment des guerres de religion, est mentionné un Louis de La Mothe, qui se dit seigneur d'Izaut. Avec Géraud d'Encausse, seigneur de Save, il lève une troupe de 300 hommes pour voler au secours de Toulouse, assiégée par les Huguenots. Au XVIe siècle, on connaît aussi un Ogier de La Mothe. Selon la tradition, ils auraient possédé une vaste demeure au milieu du village actuel, encore aujourd'hui habitée.

Chronologie :

  • Les premieres traces de peuplement remonte au néolithique : haches et outillage en pierre, découverts au lieu-dit le « Peyré ».
  • Habitat gallo-romain : sur le petit plateau, découvert en périphérie de village[3].
  • Moyen Âge central (XIIIe siècle) : Izaut est chef-lieu d'une châtellenie au sein du comté de Comminges. Une charte de privilèges est octroyée aux habitants en 1250 par Bernard VI de Comminges[4].
  • Aliénation de la seigneurie d'Izaut de 1402 à 1784 à la famille de Lamothe[5].
  • Izaut entre avec le comté de Comminges dans le domaine royal en 1454.
  • Ancien Régime : les archives municipales sont composées essentiellement des documents sur les procès des bois entre la communauté et les différents pouvoirs.
  • L’église d’Izaut était le siège d’un archiprêtre qui englobait 20 paroisses en 1369 et 19 en 1640[6].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[7],[8].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cagire-Garonne-Salat et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Izaut-de-l'Hôtel faisait partie de l'ex-canton d'Aspet) et avant le elle faisait partie de la communauté de communes des Trois Vallées.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Georges Encausse    
mars 2008 En cours François Moura Les Républicains Retraité

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10]. En 2016, la commune comptait 324 habitants[Note 1], en augmentation de 12,89 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
645596581635900931890890890
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
865849840690760771744706613
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
533530566399383382401365324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
351288309332320306329296318
2016 - - - - - - - -
324--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 205 233 246 257 268 287 315 313
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'élevage.

EnseignementModifier

Izaut-de-l'Hôtel fait partie de l'académie de Toulouse.

Activités sportivesModifier

Écologie et recyclageModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Le château d'Izaut-de-l'Hôtel fait l'objet d'une préservation et d'une consolidation par une association loi de 1901.
  • Église Notre-Dame-du-Mont-Carmel.


  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier


Protection environnementaleModifier

Le site Natura 2000 Chaînons calcaires du Piémont Commingeois est classé en zone spéciale de conservation depuis 2007, avec une superficie de 6 198 hectares il s'étend sur une partie de la commune de Izaut-de-l'Hôtel[17]

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Arnaud Coiffe in Revue de Comminges, 1999
  4. Charles Higounet, Le Comté de Comminges de ses origines à son annexion à la Couronne, Toulouse, E. Privat, Paris, M. Didier, Collection Bibliothèque méridionale, 1949 (2 vol.)
  5. Villain, Noblesse
  6. Raymond Corraze, Un pouillé commingeois du XIVe siècle, Paris, E. Leroux, 1938 (extrait du Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1936 et 1937)
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR7300885 - Chaînons calcaires du Piémont Commingeois - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 novembre 2018)