Ouvrir le menu principal

Grand Prix automobile d'Espagne 2013

Grand Prix d'Espagne 2013
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 66
Longueur du circuit 4,655 km
Distance de course 307,104 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso,
Ferrari,
h 39 min 16 s 596
(vitesse moyenne : 185,605 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 20 s 718
(vitesse moyenne : 207,612 km/h)
Record du tour en course Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez,
Sauber-Ferrari,
min 26 s 217
(vitesse moyenne : 194,370 km/h)

Le Grand Prix automobile d'Espagne 2013 (Formula 1 Gran Premio de España 2013), disputé le sur le circuit de Catalogne à Barcelone, est la 883e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et de la cinquième manche du championnat 2013. Il s'agit de la quarante-troisième édition du Grand Prix d'Espagne comptant pour le championnat du monde de Formule 1. L'épreuve se dispute pour la vingt-troisième fois depuis 1991 sur le circuit catalan (contre neuf fois à Jarama, cinq fois à Jerez et quatre fois au Parc de Montjuich).

En qualifications, les Mercedes font à chaque fois la différence dans le dernier secteur chronométré du circuit. Si Lewis Hamilton est ainsi le plus rapide des deux premières manches, son coéquipier Nico Rosberg réalise en troisième manche sa deuxième pole position consécutive et la troisième de sa carrière. Pour la troisième fois consécutive de la saison, la pole position revient à Mercedes qui monopolise la première ligne grâce à la deuxième place d'Hamilton. Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen occupent la deuxième ligne. Fernando Alonso et Romain Grosjean partent depuis la troisième ligne, Felipe Massa, sixième temps des qualifications, étant pénalisé de trois places pour avoir gêné Mark Webber.

Le dimanche, à l'issue d'une course où la gestion des pneumatiques s'avère déterminante, Fernando Alonso remporte sa deuxième victoire de la saison, la trente-deuxième de sa carrière et la deux cent vingt-et-unième de la Scuderia Ferrari. Il devance, sur le podium, Kimi Räikkönen et son coéquipier Felipe Massa. L'Espagnol, sur une stratégie à quatre arrêts, construit sa victoire lors de son premier relais qui lui permet de prendre la tête après treize tours. Il gère ensuite son avance au gré des différents passages au stand et des choix de types de pneus. Les Mercedes qui occupaient la première ligne se montrent moins performantes en course puisque Lewis Hamilton termine hors des points et Nico Rosberg se classe sixième. Kimi Räikkönen, en n'effectuant que trois arrêts quand ses rivaux en font un de plus, finit deuxième et revient ainsi à quatre points de Sebastian Vettel, quatrième de la course, et toujours premier du classement du championnat du monde tandis qu'Alonso réduit l'écart à 17 points. Mark Webber, Paul di Resta, Jenson Button, Sergio Pérez et Daniel Ricciardo prennent les points restants alors qu'Esteban Gutiérrez se retrouve durant deux tours en tête d'un Grand Prix pour la première fois de sa carrière en Formule 1 et réalise son premier meilleur tour en course.

Au classement des constructeurs, Red Bull Racing reste en tête avec 131 points et devance désormais Ferrari (117 points) et Lotus (111 points) ; suivent Mercedes (72 points), Force India (32 points), McLaren (29 points), Toro Rosso (8 points) et Sauber (5 points). Huit des onze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Caterham, Marussia et Williams n'en ayant pas encore inscrit.

Essais libresModifier

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30Modifier

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Fernando Alonso Ferrari 1 min 25 s 252
2   Felipe Massa Ferrari 1 min 25 s 455 + 0 s 203
3   Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 1 min 25 s 667 + 0 s 415
4   Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 26 s 042 + 0 s 790
5   Adrian Sutil Force India-Mercedes 1 min 26 s 212 + 0 s 960
6   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 26 s 374 + 1 s 122

Au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix d'Espagne, pour le début de la saison européenne du championnat, la pluie est présente sur le circuit de Montmeló. Les monoplaces prennent la piste en pneus intermédiaires pour effectuer leur tour d'installation et Nico Hülkenberg, seul pilote en piste en début de séance, après plusieurs tours lancés, fixe le temps de référence en 1 min 51 s 644 puis améliore en 1 min 48 s 508[2],[3],[4].

Quelques instants plus tard, Felipe Massa passe en tête en 1 min 45 s 023 mais son temps est battu successivement par Romain Grosjean (1 min 44 s 714), Fernando Alonso (1 min 43 s 630) tandis que les pilotes McLaren sont toujours dans leur motorhome à attendre que la pluie baisse d'intensité. Grosjean tourne en 1 min 43 s 392) lorsque les deux pilotes de la Scuderia Toro Rosso prennent les devants : Jean-Éric Vergne tourne en 1 min 42 s 667 et son coéquipier Daniel Ricciardo en 1 min 42 s 605[2],[3],[4].

Les conditions de piste s'améliorent sensiblement ce qui permet à Mark Webber d'enchaîner plusieurs tours lancés et d'améliorer à chaque boucle (1 min 41 s 658, 1 min 40 s 845, 1 min 39 s 980 et 1 min 39 s 614) ; il est néanmoins devancé par Alonso (1 min 38 s 732), Ricciardo (1 min 37 s 987) et à nouveau Alonso (1 min 36 s 645). À vingt minutes de la fin de la séance, Lewis Hamilton prend la tête en 1 min 36 s 159, toujours en pneus intermédiaires. Felipe Massa reprend alors la première place en 1 min 36 s 005. Vergne informe son équipe que la trajectoire est désormais suffisamment sèche pour passer les nouveaux pneus durs de Pirelli : il améliore quelques instants plus tard en 1 min 34 s 710[2],[3],[4].

À dix minutes du drapeau à damier, les pilotes chaussent tous leurs pneus slicks et Daniel Ricciardo prend le commandement en deux temps (1 min 29 s 602 puis 1 min 27 s 904. Hamilton améliore en 1 min 26 s 918, Alonso en 1 min 26 s 804 et Valtteri Bottas en 1 min 26 s 456. Romain Grosjean fait son retour en haut du classement en 1 min 26 s 042 mais doit finalement s'incliner face aux deux pilotes de la Scuderia Ferrari, Felipe Massa ayant tourné en 1 min 25 s 618 et Alonso établissant la meilleure performance de la matinée en 1 min 25 s 252 devant Massa, Vergne, Grosjean, Adrian Sutil, Hamilton, Bottas et Kimi Räikkönen[2],[3],[4].

Durant cette séance, Force India a testé, sur la Force India VJM06 de Paul di Resta, un système de suspension Front and Rear Interactive Control (pour contrôle interactif de suspension avant et arrière) grâce auquel les suspensions sont contrôlées par un déplacement de fluide d'avant en arrière ou d'arrière en avant selon l'assiette de la monoplace. Le système, démonté à l'issue de la session, devrait voir son développement poursuivi lors des prochaines courses[5].

McLaren Racing a brisé la règle du couvre-feu (deux jokers sont permis avant qu'une sanction soit donnée par la FIA) dans la nuit précédant la première séance d'essais libres pour terminer l'intégration des évolutions de la McLaren MP4-28 arrivées après 23 heures depuis l'usine en Angleterre[6],[7]

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30Modifier

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[8]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 22 s 808
2   Fernando Alonso Ferrari 1 min 22 s 825 + 0 s 017
3   Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 22 s 891 + 0 s 083
4   Kimi Räikkönen Lotus-Renault 1 min 23 s 030 + 0 s 222
5   Felipe Massa Ferrari 1 min 23 s 110 + 0 s 302
6   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 23 s 140 + 0 s 332

La deuxième séance d'essais libres du Grand Prix d'Espagne commence sur une piste sèche contrairement à la session matinale et les pilotes s'élancent dès l'ouverture de la piste. La température ambiante est de 19 °C et le bitume est à 33 °C. Pirelli met à disposition des écuries deux nouveautés ; la première spécification à l'endurance renforcée, réservée aux essais, doit permettre de rouler autant que possible durant toute la séance et créer de l'action pour les spectateurs tandis que la seconde est un nouveau mélange dur (code couleur orange), visant à répondre aux critiques émises en début de saison par les équipes. Beaucoup d'écuries se concentrent sur l'évaluation des pneumatiques, impossible à faire le matin en raison de l'humidité. D'autres (comme Caterham F1 Team, Lotus F1 Team ou McLaren Racing) doivent valider l'introduction de nouvelles pièces aérodynamiques[9],[10],[11].

Sebastian Vettel fixe le temps de référence en 1 min 27 s 307, performance rapidement améliorée par Nico Hülkenberg (1 min 27 s 063), Daniel Ricciardo (1 min 26 s 392), Esteban Gutiérrez (1 min 26 s 095), Jean-Éric Vergne (1 min 25 s 705), son coéquipier Daniel Ricciardo (1 min 25 s 283), Lewis Hamilton (1 min 23 s 900), son coéquipier Nico Rosberg (1 min 23 s 801), Mark Webber (1 min 23 s 112) et Fernando Alonso (1 min 23 s 030)[9],[10],[11].

À une heure du drapeau à damier, les pilotes reprennent la piste en pneus tendres et Webber passe en tête en bouclant un tour en 1 min 22 s 891. Son coéquipier Vettel améliore en 1 min 22 s 808 et fixe alors le meilleur temps de la session, les pilotes se concentrant, en fin de séance, sur le rythme à tenir lors de longs relais pour préparer au mieux la course. Romain Grosjean, victime d'un échappement fêlé, n'a pu boucler aucun tour en pneus tendres lors de cette séance[9],[10],[11],[12].

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 hModifier

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[13]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Felipe Massa Ferrari 1 min 21 s 901
2   Kimi Räikkönen Lotus-Renault 1 min 21 s 907 + 0 s 006
3   Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 22 s 044 + 0 s 143
4   Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 22 s 069 + 0 s 168
5   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 22 s 229 + 0 s 328
6   Fernando Alonso Ferrari 1 min 22 s 254 + 0 s 353

La température est de 18 °C dans l'air et de 21 °C en piste au départ de la troisième séance d'essais. Si de gros nuages évoluent autour de Barcelone, les services météorologiques du circuit ne prévoient pas de menace de pluie durant la session. Une quinzaine de pilotes prend immédiatement la piste pour un tour d'installation, tous avec la nouvelle spécification de pneus durs. Nico Rosberg fixe le premier temps de référence en 1 min 29 s 468 mais son temps est battu immédiatement par son coéquipier Lewis Hamilton en 1 min 27 s 951[14],[15],[16].

Charles Pic tourne ensuite en 1 min 25 s 635, Esteban Gutiérrez en 1 min 25 s 013 et Sebastian Vettel en 1 min 23 s 920. Après vingt minutes, les deux Lotus F1 Team, également en pneus durs, se hissent en tête du classement, Romain Grosjean (1 min 23 s 042) précédant Kimi Räikkönen (1 min 23 s 1522). Les Lotus E21, visiblement réglées avec une garde au sol très basse, provoquent de nombreuses gerbes d'étincelles à chaque passage. Fernando Alonso améliore ensuite en 1 min 23 s 006[14],[15],[16].

Tandis que de nombreux pilotes se lancent dans de longs relais (Hamilton couvre ainsi treize tours lancés et Rosberg seize tours), d'autres écuries choisissent de rester dans leurs garages. Nico Hülkenberg se plaint d'une forte dégradation de ses pneus dès le dixième tour lancé. Pour le dernier tiers de la séance, de nombreux pilotes reprennent la piste en pneus tendres. Ainsi chaussé, Alonso améliore son meilleur tour de plus d'une demi-seconde (1 min 22 s 254). Cinq minutes plus tard, Räikkönen tourne en 1 min 21 s 907 puis Mark Webber s'intercale entre les deux en 1 min 22 s 044. À cinq minutes de la fin de séance, Felipe Massa établit le meilleur temps en 1 min 22 s 901[14],[15],[16].

Séance de qualificationsModifier

Résultats des qualificationsModifier

Session Q1Modifier

La température de l'air est de 20 °C et la piste est à 36 °C au départ de la première partie des qualifications. Si la pluie n'est pas annoncée sur le circuit, un vent violent risque de perturber les pilotes. Quatre minutes après le début de la session, Daniel Ricciardo est le premier en piste, suivi par Pastor Maldonado et Nico Hülkenberg. Esteban Gutiérrez, Valtteri Bottas et Jean-Éric Vergne les rejoignent peu après. Ricciardo fixe le temps de référence en 1 min 24 s 100, performance améliorée par Hülkenberg en 1 min 23 s 760 puis par Vergne, qui n'effectue qu'un tour lancé avant de rentrer aux stands, en 1 min 23 s 467[17],[18],[19].

Kimi Räikkönen passe ensuite en tête en 1 min 23 s 087, juste devant son équipier Romain Grosjean en 1 min 23 s 196. Après dix minutes dans la séance, Fernando Alonso et Felipe Massa entrent en piste ; seuls Sebastian Vettel et son coéquipier Mark Webber, Jenson Button et son coéquipier Sergio Pérez, Lewis Hamilton et son coéquipier Nico Rosberg sont encore dans leur garage[17],[18],[19].

Alonso se hisse en première position en 1 min 22 s 264 et Massa est deuxième à deux dixièmes de seconde. Alors qu'Hülkenberg a un problème sur sa monoplace, les pilotes Mercedes rentrent en piste avec les pneus tendres et Nico Rosberg passe en tête avec un tour bouclé en 1 min 21 s 913. Lewis Hamilton tourne alors en 1 min 21 s 728 et devance Rosberg, Vettel, Alonso, Webber, Massa, Vergne, Ricciardo, Räikkönen, Pérez et Adrian Sutil. Pastor Maldonado risque une pénalité pour avoir gêné Jenson Button à la fin de son tour rapide. La même mésaventure est arrivée à Kimi Raikkonen, gêné par Gutiérrez alors qu'allait réaliser le meilleur temps en pneus durs[17],[18],[19].

Les six pilotes éliminés sont Charles Pic et son coéquipier Giedo van der Garde, Max Chilton et son coéquipier Jules Bianchi, Pastor Maldonado et son coéquipier Valtteri Bottas[17],[18],[19].

Session Q2Modifier

Alors que la deuxième phase de qualification débute, tous les pilotes choisissent les pneus tendres et il faut attendre trois minutes pour qu'Esteban Gutiérrez se lance en piste, suivi par Nico Hülkenberg, Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen. Gutiérrez fixe le temps de référence en 1 min 22 s 910, performance immédiatement améliorée par Hülkenberg en 1 min 22 s 708[17],[20],[21].

Räikkönen passe ensuite en tête en 1 min 21 s 676 et Nico Rosberg est désormais deuxième. Quelques instants plus tard, Sebastian Vettel, en pneus usés tourne en 1 min 22 s 890 et prend la deuxième place. Fernando Alonso, en dépit d'une glissade en sortie de chicane, tourne ensuite en 1 min 21 s 646 et s'installe en tête quand son coéquipier Felipe Massa prend la quatrième place devant Romain Grosjean. Après dix minutes Alonso mène toujours devant Räikkönen, Rosberg, Massa, Grosjean, Hülkenberg, Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Gutiérrez et Mark Webber[17],[20],[21].

Alors que Vettel, Gutiérrez, Webber et Paul di Resta reprennent la piste pour un dernier relai, Alonso, Räikkönen, Rosberg, Massa et Grosjean restent aux stands. Vettel, désormais en pneus neufs, prend la première place grâce à un tour bouclé en 1 min 21 s 602 mais finalement Lewis Hamilton réalise la meilleure performance de la session en 1 min 21 s 001. Mark Webber a été gêné par Felipe Massa ; l'incident est examiné par les commissaires après la fin de la qualification[17],[20],[21].

Les pilotes éliminés sont Daniel Ricciardo et son coéquipier Jean-Éric Vergne, Adrian Sutil, Jenson Button, Nico Hülkenberg et Esteban Gutiérrez[17],[20],[21].

Session Q3Modifier

Kimi Räikkönen est le premier pilote en piste dès son ouverture, suivi quelques instants plus tard par Fernando Alonso, Felipe Massa, Romain Grosjean et Nico Rosberg. Rosberg réalise le meilleur temps en 1 min 20 s 824 et devance Alonso, Grosjean et Räikkönen[17],[22],[23].

À cinq minutes de la fin de séance, tous les pilotes sont aux stands avant de repartir pour les uns pour une seconde tentative, pour les autres pour une seule série chronométrée (Vettel, Webber, Pérez et Hamilton). Sebastian Vettel tourne en 1 min 21 s 054 : il ne bat pas Rosberg mais repousse Räikkönen à la troisième place. Rosberg améliore sa performance en 1 min 20 s 718 et son coéquipier Lewis Hamilton, deuxième, assure l'hégémonie de la première ligne à Mercedes Grand Prix. Vettel est troisième devant Räikkönen, Alonso, Massa, Grosjean, Mark Webber, Sergio Pérez et Paul di Resta[17],[22],[23].

À l'issue des qualifications, Felipe Massa écope d'une pénalité de trois places sur la grille de départ pour avoir gêné Mark Webber lors de la Q2. Le Mexicain Esteban Gutiérrez écope de la même sanction pour avoir gêné Kimi Räikkönen[24],[25],[26].

Grille de départModifier

Résultats des qualifications[27]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1   Nico Rosberg Mercedes 1 min 21 s 913 1 min 21 s 776 1 min 20 s 718
2   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 21 s 728 1 min 21 s 001 1 min 20 s 972
3   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 22 s 158 1 min 21 s 602 1 min 21 s 054
4   Kimi Räikkönen Lotus-Renault 1 min 22 s 210 1 min 21 s 676 1 min 21 s 177
5   Fernando Alonso Ferrari 1 min 22 s 264 1 min 21 s 646 1 min 21 s 218
6   Felipe Massa Ferrari 1 min 22 s 492 1 min 21 s 978 1 min 21 s 219
7   Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 22 s 613 1 min 21 s 998 1 min 21 s 308
8   Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 22 s 342 1 min 21 s 718 1 min 21 s 570
9   Sergio Pérez McLaren-Mercedes 1 min 23 s 116 1 min 21 s 790 1 min 22 s 069
10   Paul di Resta Force India-Mercedes 1 min 22 s 663 1 min 22 s 019 1 min 22 s 233
11   Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 1 min 22 s 905 1 min 22 s 127
12   Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 1 min 22 s 775 1 min 22 s 166
13   Adrian Sutil Force India-Mercedes 1 min 22 s 952 1 min 22 s 346
14   Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 23 s 166 1 min 22 s 355
15   Nico Hülkenberg Sauber-Ferrari 1 min 23 s 058 1 min 22 s 389
16   Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 1 min 23 s 218 1 min 22 s 793
17   Valtteri Bottas Williams-Renault 1 min 23 s 260
18   Pastor Maldonado Williams-Renault 1 min 23 s 318
19   Giedo Van der Garde Caterham-Renault 1 min 24 s 661
20   Jules Bianchi Marussia-Cosworth 1 min 24 s 713
21   Max Chilton Marussia-Cosworth 1 min 24 s 996
22   Charles Pic Caterham-Renault 1 min 25 s 070
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 27 s 448 (107 % de 1 min 21 s 728)
  • Felipe Massa est sanctionné d'un recul de trois places sur la grille de départ pour avoir gêné Mark Webber lors de la deuxième phase des qualifications. Qualifié en sixième position, il s'élance depuis la neuvième place[24],[25],[26].
  • Esteban Gutiérrez est sanctionné d'un recul de trois places sur la grille de départ pour avoir gêné Kimi Räikkönen lors de la deuxième phase des qualifications. Qualifié en seizième position, il s'élance depuis la dix-neuvième place[24],[25],[26].
La grille de qualification du Grand Prix d'Espagne 2013.
La grille de départ du Grand Prix d'Espagne 2013.

CourseModifier

Déroulement de l'épreuveModifier

 
Vue panoramique du circuit lors du Grand Prix d'Espagne 2013.

Il fait très beau et chaud au départ du Grand Prix d'Espagne, où les deux Mercedes Grand Prix sont en première ligne. Les vingt-deux monoplaces s'alignent sur la grille de départ, quasimement toutes en pneus tendres. À l'extinction des feux, Nico Rosberg, en pole position, s'engouffre en tête dans le premier virage devant Sebastian Vettel et Lewis Hamilton mais Fernando Alonso prend rapidement la troisième place en effectuant un audacieux double dépassement par l'extérieur sur Hamilton et Räikkönen dès le troisième virage. Au premier passage sur la ligne de chronométrage, Rosberg devance Vettel, Alonso, Hamilton, Kimi Räikkönen, Sergio Pérez, Felipe Massa, Adrian Sutil, Romain Grosjean, Paul di Resta, Mark Webber et Jean-Éric Vergne[28],[29],[30].

Dès le sixième tour, Lewis Hamilton est difficulté avec ses pneus : Räikkönen et Massa se font alors très pressants derrière lui tandis que les trois pilotes de tête se tiennent en moins de deux secondes. Räikkönen passe Hamilton dès le tour suivant quand Webber effectue son premier arrêt. Massa, Sutil, Nico Hülkenberg, Pastor Maldonado s'arrêtent au huitième tour et Grosjean rentre abandonner à cause d'une casse de suspension arrière. Alonso, Hamilton, di Resta et Vergne s'arrêtent au neuvième tour, Rosberg, Vettel, Räikkönen, Pérez et Daniel Ricciardo au suivant, Jenson Button au onzième et Esteban Gutiérrez au treizième[28],[29],[30].

Alonso remonte en piste à la deuxième place derrière Rosberg avant de prendre l'avantage dans le douzième tour ; Vettel l'imite quelques instants plus tard. Au quatorzième passage, Alonso précède Vettel de 2 secondes, Massa de 3 s, Rosberg de 5 s et Räikkönen de 6 s ; suivent Webber, Pérez, di Resta, Hamilton, Ricciardo, Hülkenberg et Vergne. Räikkönen double à son tour Rosberg alors qu'Alonso creuse l'écart sur Vettel : au dix-huitième passage, Alonso a 4 secondes d'avance sur Vettel et de 5 s sur Massa[28],[29],[30].

Paul di Resta change de pneus au dix-neuvième tour, imité au tour suivant par Massa, Webber, Vergne, Maldonado et Giedo Van der Garde. Alonso et Hülkenberg s'arrêtent au vingt-et-unième tour, Sutil et Van der Garde (il rentre sur trois roues à la suite de la perte d'une roue arrière mal fixée lors de son précédent arrêt) au suivant, Pérez et Charles Pic au vingt-troisième, Vettel et Ricciardo au suivant, Hamilton et Valtteri Bottas au vingt-cinquième et Räikkönen au suivant. Au vingt-septième passage Alonso devance Massa, Vettel, Räikkönen, Rosberg qui rentre changer ses pneus, Webber, Gutiérrez, di Resta, Button, Hülkenberg, Pérez et Vergne[28],[29],[30].

Au vingt-huitième tour, alors que Gutiérrez et Button s'arrêtent, Räikkönen tente de passer Vettel, sans succès, ce qui profite aux Ferrari de tête qui creusent l'écart. Le Finlandais, en pneus tendres, réussit à prendre l'avantage sur l'Allemand, en difficulté avec ses pneus durs, dans le trente-deuxième tour. Au trente-quatrième passage, Alonso possède 14 secondes d'avance sur son coéquipier Massa, 18 s sur Räikkönen, 21 s sur Vettel et 35 s sur Webber ; suivent di Resta, Rosberg, Ricciardo, Pérez et Gutiérrez[28],[29],[30].

Pendant ce temps, Vergne et Hülkenberg rentrent aux stands où Hülkenberg, mal libéré par son écurie, accroche le Français : il est pénalisé d'un stop-and-go un peu plus tard. Alonso, Massa, Webber et Hamilton rentrent au trente-sixième tour, di Resta et Pérez au trente-huitième, Vettel et Ricciardo au suivant et Gutiérrez au quarante-troisième tour. Alonso reprend la tête de la course et creuse immédiatement l'écart sur Räikkönen en pneus tendres usés. Le Finlandais rentre alors au quarante-cinquième pour son troisième arrêt alors que ses adversaires ont appliqué une stratégie à quatre arrêts. Button change de pneus au tour suivant, Rosberg au quarante-septième, Alonso et Sutil au quarante-neuvième, Webber, Pérez et Hamilton au suivant, Massa, Vettel et Ricciardo au cinquante-et-unième, di Resta et Vergne au cinquante-troisième[28],[29],[30].

À dix tours de l'arrivée, Alonso mène devant Räikkönen (à 13 secondes), Massa, Vettel et Webber. Plus loin, Sergio Pérez revient sur son coéquipier Jenson Button, huitième mais reste dans son sillage jusqu'à l'arrivée. Fernando Alonso remporte ainsi son Grand Prix national devant Kimi Räikkönen, Felipe Massa complétant le podium ; suivent pour les points Vettel, Webber, Rosberg, di Resta, Button, Pérez et Ricciardo[28],[29],[30].

Fernando Alonso est le seul pilote, avec Michael Schumacher (troisième sur la grille en 1996), à remporter le Grand Prix d'Espagne sur le circuit de Catalogne sans s'être élancé depuis la première ligne de la grille de départ.

L'importante dégradation des pneumatiques lors de ce Grand Prix, empêchant les pilotes d'attaquer et les forçant à réaliser une course de gestion sous la pression des ingénieurs de piste préoccupés de l'usure excessive des gommes, entraîne, à l'issue de la course, une réaction du manufacturier Pirelli très critiqué : afin de limiter les arrêts au stand, il annonce préparer une nouvelle gamme de pneus plus durables, mis à disposition des écuries à partir du Grand Prix du Canada, le 9 juin 2013[31]. Pour autant, l'article 12.6.3 du règlement technique impose que les spécifications des pneumatiques doivent être déposées à la FIA avant le 1er septembre de l'année précédente et qu'une fois le championnat lancé, seule l'unanimité des écuries peut permettre un changement. La seule exception à ce règlement est un problème de sécurité (article 12.5.2), or Pirelli a toujours indiqué officiellement que ces changements ne concernaient pas la sécurité des pneumatiques[32],[33],[34].

Classement de la courseModifier

Classement de la course[35]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 3   Fernando Alonso Ferrari 66 1 h 39 min 16 s 596 (185,605 km/h) 5 25
2 7   Kimi Räikkönen Lotus-Renault 66 + 9 s 338 4 18
3 4   Felipe Massa Ferrari 66 + 26 s 049 9 15
4 1   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 66 + 38 s 273 3 12
5 2   Mark Webber Red Bull-Renault 66 + 47 s 963 7 10
6 9   Nico Rosberg Mercedes 66 + 1 min 08 s 020 1 8
7 14   Paul di Resta Force India-Mercedes 66 + 1 min 08 s 988 10 6
8 5   Jenson Button McLaren-Mercedes 66 + 1 min 19 s 508 14 4
9 6   Sergio Pérez McLaren-Mercedes 66 + 1 min 21 s 738 8 2
10 19   Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 65 + 1 tour 11 1
11 12   Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 65 + 1 tour 19
12 10   Lewis Hamilton Mercedes 65 + 1 tour 2
13 15   Adrian Sutil Force India-Mercedes 65 + 1 tour 13
14 16   Pastor Maldonado Williams-Renault 65 + 1 tour 17
15 11   Nico Hülkenberg Sauber-Ferrari 65 + 1 tour 15
16 17   Valtteri Bottas Williams-Renault 65 + 1 tour 16
17 20   Charles Pic Caterham-Renault 65 + 1 tour 22
18 23   Jules Bianchi Marussia-Cosworth 64 + 2 tours 20
19 22   Max Chilton Marussia-Cosworth 64 + 2 tours 21
Abd. 18   Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Ferrari 53 Aileron 12
Abd. 21   Giedo Van der Garde Caterham-Renault 22 Perte d'une roue 18
Abd. 8   Romain Grosjean Lotus-Renault 8 Suspension 6

Pole position et record du tourModifier

Nico Rosberg part en pole position pour la troisième fois de sa carrière, la deuxième consécutive et la première à Barcelone. Esteban Gutiérrez, pour sa cinquième apparition en Formule 1, réalise le premier meilleur tour en course de sa carrière.

Tours en têteModifier

Auteur de sa deuxième pole position consécutive, Nico Rosberg parvient à conserver son avantage au départ et défend sa position pendant dix tours malgré les difficultés de sa voiture. En retardant son premier arrêt au stand, Esteban Gutiérrez, pourtant parti dix-neuvième, saisit l'occasion de mener un Grand Prix pour la première fois de sa carrière ; quand il rentre à son tour, c'est Fernando Alonso qui s'empare de la première place. Grâce à une stratégie gagnante de quatre arrêts et à une monoplace performante, il garde la tête jusqu'au bout, ne laissant à ses rivaux Vettel et Räikkönen que de brefs intermèdes à l'avant de la course[38].

Classements généraux à l'issue de la courseModifier

StatistiquesModifier

Le Grand Prix d'Espagne 2013 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Alan Jones (116 Grands Prix disputés entre 1975 et 1986, champion du monde en 1980 avec Williams F1 Team, 12 victoires, 6 pole positions, 13 meilleurs tours et 24 podiums) est nommé assistant des commissaires de course pour ce Grand Prix[46] ;
  • Esteban Gutiérrez mène un Grand Prix pour la première fois de sa carrière (2 tours en tête)[47].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAN PREMIO DE ESPAÑA 2013 PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  2. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Barcelone L1 : Alonso devant Massa », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 mai 2013)
  3. a b c et d Julien Delfosse, « EL1 : Alonso mène les débats devant Massa et Vergne », sur toilef1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  4. a b c et d (en) Formula One Administration, « Practice One - Alonso leads the way in soggy Spain », sur formula1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  5. Olivier Ferret, « F1 - Force India a testé sa suspension FRIC », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 mai 2013)
  6. Olivier Ferret, « F1 - McLaren brise le couvre-feu en Espagne », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 mai 2013)
  7. Julien Delfosse, « McLaren enfreint le couvre-feu à Barcelone », sur toilef1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  8. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAN PREMIO DE ESPAÑA 2013 PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  9. a b et c Daniel Thys, « F1 - Barcelone L2 : Vettel prend la tête », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 mai 2013)
  10. a b et c Guillaume Navarro, « EL2 - Red Bull et Ferrari dans un souffle », sur toilef1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  11. a b et c (en) Formula One Administration, « Practice Two - Vettel edges Alonso into second », sur formula1.com, (consulté le 10 mai 2013)
  12. Olivier Ferret, « F1 - 4ème temps pour Raikkonen, échappement cassé pour Grosjean », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 mai 2013)
  13. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAN PREMIO DE ESPAÑA 2013 PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  14. a b et c Daniel Thys, « F1 - Barcelone L3 : Massa se hisse en tête », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 mai 2013)
  15. a b et c Guillaume Navarro, « EL3 - Ferrari, Lotus et Red Bull dans un mouchoir », sur toilef1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  16. a b et c (en) Formula One Administration, « Practice Two - Vettel edges Alonso into second », sur formula1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  17. a b c d e f g h i et j (en) Formula One Administration, « Qualifying - Rosberg heads dominant Mercedes one-two », sur formula1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  18. a b c et d Guillaume Navarro, « Q1 - Williams se noie sur les lieux de sa victoire 2012 », sur toilef1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  19. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Barcelone : Rosberg en pole, Hamilton à ses côtés Q1 - 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 mai 2013)
  20. a b c et d Guillaume Navarro, « Q2 - Hamilton dévoile son jeu ; Button out », sur toilef1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  21. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Barcelone : Rosberg en pole, Hamilton à ses côtés Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 mai 2013)
  22. a et b Guillaume Navarro, « Qualifs Espagne - Mercedes scelle la première ligne ! », sur toilef1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  23. a et b Daniel Thys, « F1 - Barcelone : Rosberg en pole, Hamilton à ses côtés Q3 - 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 mai 2013)
  24. a b et c Olivier Ferret, « F1 - Trois places de pénalité pour Massa et Gutierrez », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 20 avril 2013)
  25. a b et c Michaël Duforest, « Massa et Gutiérrez pénalisés de 3 places », sur toilef1.com, (consulté le 20 avril 2013)
  26. a b et c (en) Formula One Administration, « Massa and Gutierrez penalised for impeding », sur formula1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  27. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAN PREMIO DE ESPAÑA 2013 Qualifying », sur formula1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  28. a b c d e f et g Daniel Thys, « F1 - Alonso s’impose chez lui ! », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 12 mai 2013)
  29. a b c d e f et g Guillaume Navarro, « GP d’Espagne : Alonso, nouveau Messie de Barcelone », sur toilef1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  30. a b c d e f et g (en) Formula One Administration, « Race - Alonso storms to victory in Spain », sur formula1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  31. Daniel Thys, « F1 - GP du Canada : Nouveaux pneus Pirelli », sur lequipe.fr, (consulté le 16 mai 2013)
  32. Olivier Ferret, « F1 - Les changements de Pirelli contraires aux règlements ! », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 17 mai 2013)
  33. Benjamin Vinel, « Les changements de Pirelli seront minimes », sur toilef1.com, (consulté le 18 mai 2013)
  34. Grégory Demoen, « La FIA recadre Pirelli », sur f1i.fr, (consulté le 18 mai 2013)
  35. (en) Formula One Administration, « FORMULA 1 GRAN PREMIO DE ESPAÑA 2013 Race », sur formula1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  36. « Espagne 2013 Qualification », sur statsf1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  37. « Espagne 2013 Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  38. « Espagne 2013 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  39. « Espagne 2013 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  40. « Espagne 2013 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  41. « Nico ROSBERG Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 11 mai 2013)
  42. « Fernando ALONSO Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  43. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  44. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  45. « Esteban GUTIERREZ Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)
  46. Basile Davoine, « Alan Jones sera commissaire de course à Barcelone », sur toilef1.com, (consulté le 9 mai 2013)
  47. « Esteban GUTIERREZ Tour en tête », sur statsf1.com, (consulté le 12 mai 2013)

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :