Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

organisme intergouvernemental créé par l'ONU
(Redirigé depuis GIEC)

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
Logo de l'organisation
Situation
Création 1988
Type Organe intergouvernemental créé par l’ONU
Siège Genève (Suisse) au siège de l'Organisation météorologique mondiale
Langue anglais
Budget 6 millions d'euros (en 2018)
Organisation
Membres 195 États
Effectifs Bureau : 36 membres dont un président et trois vice-présidents
Président Hoesung Lee (depuis 2015)
Personnes clés Bert Bolin (fondateur)

Site web ipcc.ch

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est un organisme intergouvernemental chargé d'évaluer la réalité, les causes et les conséquences du changement climatique en cours.

Créé en 1988 sous l'égide de l'Organisation météorologique mondiale et du Programme des Nations unies pour l'environnement à la suite d'une initiative politique internationale, le GIEC est ouvert à tous les pays membres de l'Organisation des Nations unies. En 2021, il regroupe 195 États.

Les évaluations du GIEC sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques. Elles sont publiées sous la forme de rapports synthétiques ou dédiés à un aspect particulier du changement climatique[1].

HistoriqueModifier

 
Le GIEC est une organisation autonome hybride, constituée de scientifiques et de représentants des États. La présence de ces derniers a été voulue par le G7 sous la pression du président américain Ronald Reagan et de la Première ministre britannique Margaret Thatcher qui souhaitaient un contrôle des gouvernements sur les rapports produits par l'organisation.

CréationModifier

Les recherches scientifiques sur le climat, notamment la question de l'influence des activités humaines sur celui-ci, se développent fortement au cours des XIXe et XXe siècles, même si des travaux ont été menés auparavant[2]. Initialement, l'influence de l'humain sur le climat est jugée minime, les phénomènes naturels étant considérés comme bien plus importants que l'impact de l'action humaine[2]. Dès la fin du XIXe siècle, cependant, le scientifique Svante Arrhenius « établit une relation possible entre la concentration de CO2 dans l’atmosphère et la température de la planète », selon Serge Planton[2]. Le XXe siècle voit les recherches et les idées évoluer et, à la fin de la décennie 1980, l'idée que l'activité humaine affecte le climat commence à être considérée comme une hypothèse sérieuse[2].

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est créé en [3], à la demande du G7[4] (groupe composé de l'Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, du Japon, de l'Italie et du Royaume-Uni), par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et sous le patronage du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)[5],[6],[7],[8],[9].

Le GIEC est une organisation intergouvernementale autonome[8], constituée d'une part de scientifiques apportant leur expertise et d'autre part de représentants des États participants. Cette structure hybride a été voulue par le G7 sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher, leur crainte étant de voir l'expertise climatique relever d'une agence de l’Organisation des Nations unies (ONU) constituée uniquement de scientifiques soupçonnés de militantisme écologique[10]. La création du GIEC a été validée par un vote de l'Assemblée générale des Nations-Unies.

D'après Nigel Lawson, secrétaire à l’Énergie puis chancelier de l'Échiquier dans le gouvernement de Margaret Thatcher, sa motivation était plus complexe que celle de Reagan. Outre son envie de laisser la science aux mains des scientifiques, elle avait été sensibilisée par le diplomate et spécialiste de l'environnement Crispin Tickell, l'un de ses conseillers au Foreign Office[11]. Il est également souvent mentionné sa motivation de contrer les syndicats britanniques des mineurs de charbon tout en soutenant le nucléaire en tant que source d'énergie propre pour remplacer le charbon[12],[13].

Le météorologiste suédois Bert Bolin a joué un rôle important lors de la création de l'organisme et l'a dirigé de 1988 à 1997[14]. Les autres membres fondateurs sont le Canadien Maurice Strong et le Britannique John T. Houghton[15]. Les experts scientifiques contribuants sont issus de différents domaines, tels que les sciences de la nature, les sciences politiques ou l'économie[9].

Historique de l'activitéModifier

Le GIEC a émis plusieurs rapports d'évaluation, dont le premier en 1990 (trois rapports supplémentaires ont paru en 1992), puis le deuxième, publié en 1995 et qui a fourni aux négociateurs d’importants documents avant l’adoption du protocole de Kyoto en 1997[16]. Le troisième rapport d’évaluation a été publié en 2001, le quatrième en 2007, le cinquième en 2013-2014 et le sixième en 2021-2022[16]. Plusieurs rapports supplémentaires et autres documents relatifs à des sujets particuliers ou de la méthodologie ont été publiés au fil des ans[16].

Entre 2010 et 2012, le Giec réalise un examen de ses processus et procédures[16].

À la suite des menaces de baisse de financement de la part du président des États-Unis d'Amérique élu en 2016, Donald Trump, le gouvernement français a annoncé, en , augmenter sa contribution au GIEC d'un million d'euros par an jusqu'à l'année 2022[17], ce qui porte son soutien à hauteur de 15 % des contributions des États[18]. D'autres États (dont le Japon, le Luxembourg, le Maroc, Mexique et la Norvège) et l'Union européenne envisagent aussi d'augmenter leurs contributions[17].

RécompenseModifier

En 2007, le prix Nobel de la paix a été conjointement attribué au GIEC et à l'ancien vice-président des États-Unis d'Amérique Al Gore[19],[6], l'année qui suivit la diffusion du film An Inconvenient Truth, documentaire présentant les effets dramatiques du réchauffement climatique sur la planète.

ObjectifsModifier

Évolution globale des températures depuis 1880.

Le GIEC a pour mission d'évaluer et de synthétiser l'état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques disponibles, de façon neutre et objective, en rapport avec la question du réchauffement climatique[6],[8]. L'organisme travaille à rendre compte des différents points de vue et des incertitudes, tout en dégageant clairement les éléments qui relèvent d'un consensus de la communauté scientifique. Il a donc pour mission d'« établir régulièrement une expertise collective scientifique sur le changement climatique »[3],[7]. Les apports de ces documents sont utilisés par les décideurs politiques et en tant qu'outil d'information pour la société civile[8],[2].

« [Il] a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation[20]. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents[21]. »

Le GIEC n'est donc pas un organisme de recherche, mais un lieu d'expertise visant à synthétiser des travaux menés dans les laboratoires du monde entier[22],[6],[8],[9], en fonction d'un problème précis, pour lequel les États, membres de l'ONU, l'ont mandaté.

Selon Valérie Masson-Delmotte, chercheuse française en paléoclimatologie au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et co-présidente du groupe de travail no 1 de l'organisation : « le Giec ne fait pas ses propres projections, il évalue celles publiées par la communauté scientifique ». Deux communautés travaillent donc en parallèle au sein du groupe, d'une part, les climatologues, qui tentent de simuler l’évolution du climat, et, d'autre part, les socioéconomistes qui tentent de simuler l’évolution des activités humaines[23].

OrganisationModifier

Cycles de fonctionnementModifier

Le travail du Giec est organisé en cycles qui durent chacun plusieurs années[8]. Chaque cycle permet l'élaboration d'un rapport d'évaluation et de rapports spéciaux concernant un thème particulier, à partir des connaissances scientifiques[8]. Le bureau à la tête du Giec est renouvelé après chaque cycle d'évaluation[2].

 
Le secrétariat du GIEC se situe au sein du bâtiment de l'organisation météorologique mondiale à Genève, en Suisse, lieu où s'est déroulée la première session de séance plénière du GIEC.

Séances plénières de l'assemblée généraleModifier

L'assemblée générale se réunit en sessions de séances plénières avec comme membres les représentants des gouvernements de tous les pays adhérents à l'Organisation des Nations unies (ONU), chaque membre comptant pour une voix[2].

En 2021, le GIEC compte 195 membres, pays qui se réunissent généralement une fois par an. Des centaines de fonctionnaires et d'experts de différents ministères et d'instituts de recherche compétents des pays membres ainsi que des organisations observatrices assistent à ces sessions. En 2021, le GIEC compte aussi 181 organisations observatrices[24].

Les décisions majeures sont prises par le groupe lors de la session plénière, telles que[24] :

  • l'élection du président, des membres du bureau du GIEC et du bureau du groupe de travail ;
  • la structure et le mandat des groupes de travail ;
  • les principes et les procédures du groupe ;
  • le plan de travail du groupe ;
  • le budget et l'organisation budgétaire du groupe ;
  • la portée et les grandes lignes des rapports émis par le groupe, ainsi que l'approbation, l'adoption et l'acceptation des rapports.

Le GIEC fait appel à des centaines d’experts éminents, spécialistes des divers domaines traités dans ses rapports, qui consacrent du temps à établir des évaluations en tant qu’auteurs coordonnateurs principaux et auteurs principaux. Des centaines d’autres experts apportent des contributions ponctuelles en qualité d’auteurs collaborateurs et formulent des observations sur les chapitres en qualité d’examinateurs. Ces experts sont sélectionnés par appel à candidatures lancés auprès des gouvernements et des organisations ayant le statut d’observateur auprès du GIEC ; des curriculum vitæ détaillés sont ensuite remis et les auteurs sont sélectionnés en fonction de leurs compétences. Le GIEC s’efforce de réunir des équipes d’auteurs représentatives de la diversité des points de vue et des qualifications scientifiques, techniques et socio-économiques[25].

Calendrier des sessions plénières du GIEC, depuis sa création jusqu'en 2020Modifier

  • 1re session : Genève (Suisse) du 9 au
  • 2e session : Nairobi (Kenya), du 26 au
  • 3e session : Washington DC (États-Unis), du 05 au
  • 4e session : Sundsvall (Suède), du 27 au
  • 5e session : Genève, du 13 au
  • 6e session : Genève, du 29 au
  • 7e session : Genève, du 10 au
  • 8e session : Harare (Zimbabwe), du 11 au
  • 9e session : Genève, du 29 au
  • 10e session : Nairobi, du 10 au
  • 11e session : Rome (Italie), du 11 au
  • 12e session : Mexico (Mexique), du 11 au
  • 13e session : Maldives, le 22 et du 25 au
  • 14e session : Vienne (Autriche), du 1er au
  • 15e session : San José, (Costa Rica), du 15 au
  • 16e session : Montréal (Canada), du 1er au
  • 17e session : Nairobi, du 4 au
  • 18e session : Wembley, (Royaume-Uni) du 24 au
  • 19e session : Genève, du 17 au
  • 20e session : Paris, du 19 au
  • 21e session : Vienne, (Autriche), du 3 au
  • 22e session : New Delhi (Inde), du 9 au
  • 23e session : Addis-Abeba (Éthiopie), du 6 au
  • 24e session : Montréal, les 22,24 et du 26 au
  • 25e session : Port-Louis, (Île Maurice), du 26 au
  • 26e session : Bangkok, (Thaïlande), du au
  • 27e session : Valence (Espagne), du 12 au
  • 28e session : Budapest, (Hongrie), du 9 au
  • 29e session : Genève, du au
  • 30e session : Antalya, (Turquie), du 21 au
  • 31e session : Bali (Indonésie), du 26 au
  • 32e session : Pusan (Corée du Sud), du 11 au
  • 33e session : Abu Dhabi (Émirats arabes unis), du 5 au 8 et du 10 au
  • 34e session : Kampala (Ouganda), du 5 au 8 et du 18 au
  • 35e session : Genève, du 6 au
  • 36e session : Stockholm (Suède), du 23 au
  • 37e session : Batoumi (Géorgie), du 14 au
  • 38e session : Yokohama, (Japon), du 25 au
  • 39e session : Berlin (Allemagne), du 7 au
  • 40e session : Copenhague (Danemark), du 24 au
  • 41e session : Nairobi, du 24 au
  • 42e session : Dubrovnik (Croatie), du 5 au
  • 43e session : Nairobi, du 11 au
  • 44e session : Bangkok, du 17 au
  • 45e session : Guadalajara (Mexique), du 28 au
  • 46e session : Montréal, du 6 au
  • 47e session : Paris, du 13 au
  • 48e session : Incheon en Corée du Sud, du 1er au
  • 49e session : Kyoto, au Japon, du 8 au
  • 50e session : Siège de l'UNESCO, du 24 au

DirectionModifier

SiègeModifier

Le secrétariat du GIEC est situé dans les locaux de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), situés à Genève, en Suisse.

PrésidenceModifier

L’assemblée plénière du GIEC, qui comprend l'ensemble des représentants des gouvernements des nations constituant l'ONU, choisit le président du groupe.

Élection du président en 2015Modifier

En , Hoesung Lee, enseignant d’économie du changement climatique à l’École supérieure de l’énergie et de l’environnement de l'université de Corée et ancien vice-président[27] a été élu par 78 voix, contre 56 qui avaient choisi le docteur en sciences physiques belge Jean-Pascal van Ypersele de Strihou. Au total, six candidats étaient en lice pour occuper cette fonction[28].

Jean-Pascal van Ypersele de Strihou a ensuite démissionné de tous ses postes à responsabilité au GIEC, mais il a immédiatement déclaré être prêt à continuer de servir la communauté internationale, d'une autre manière[29].

Les trois vice-présidents élus le même jour sont Youba Sokona (Mali), Ko Barrett (États-Unis) et Thelma Krug (Brésil)[30].

Liste des présidents depuis la création du GIECModifier
Liste des présidents du GIEC 
PortraitIdentitéPériodeDurée
DébutFin
 Bert Bolin
( - )
9 ans
 Robert Watson
(né en )
5 ans
 Rajendra Kumar Pachauri
( - )
13 ans
 Ismail El Gizouli
(né au XXe siècle)
8 mois
 Hoesung Lee
(né en )
BureauModifier

Les membres du bureau du GIEC sont généralement élus par l'assemblée plénière pour la durée de l’établissement d’un rapport d’évaluation, soit environ cinq à six ans. Le processus d'élection du bureau a, par exemple, eu lieu en 2002 puis en 2008[2].

Le bureau se compose du président du GIEC, des coprésidents des trois groupes de travail et du bureau de l’équipe spéciale pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, des vice-présidents du GIEC ainsi que les coprésidents des groupes de travail. En 2015, le bureau du GIEC se composait d'une trentaine de membres[31],[2]. Ses membres sont donc de différents pays et les scientifiques sont issus de différentes disciplines[6].

Groupes de travailModifier

Le GIEC est organisé en trois groupes de travail[32],[6],[8],[9] :

S'y ajoute une équipe spéciale pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, qui a produit des guides pour ces inventaires[33],[2]. Un rapport spécial, d'une équipe dédiée, a été publié sur les scénarios d'émission de gaz à effets de serre[34],[6], qui a été la base de certaines simulations dans les travaux des groupes de travail.

Chaque groupe de travail (et l'équipe spéciale) a deux coprésidents, l'un représentant les pays développés, l'autre les pays en voie de développement. Ces groupes ont chacun l'appui d'une équipe scientifique, technique et opérationnelle[8]. Pour le sixième rapport d'évaluation du Giec, les coprésidents du groupe de travail I sont Valérie Masson-Delmotte (France) et Panmao Zhai (Chine), ceux du groupe de travail II sont Hans-Otto Pörtner (Allemagne) et Debra Roberts (Afrique du Sud), ceux du groupe de travail III sont Jim Skea (Royaume-Uni) et Priyadarshi R. Shukla (Inde) ; les coprésidents de la Task Force on National Greenhouse Inventories sont Kiyoto Tanabe (Japon) et Eduardo Calvo Buendia (Pérou)[35]. Chaque groupe de travail comporte plusieurs vice-présidents[35].

En ce qui concerne les rapports d'évaluations, au sein de chaque groupe de travail, la coordination de la préparation du rapport est faite par les coprésidents ; la coordination des grandes sections des rapports est faite par l'auteur coordonnateur principal ; chaque section a un auteur principal, tandis que des auteurs collaborateurs alimentent les aspects techniques ; enfin, un éditeur-réviseur vérifie que les commentaires du rapport issus des spécialistes et gouvernements lors de la phase de commentaires sont bien pris en compte[2].

Scientifiques contributeursModifier

GénéralitésModifier

Dans les années 2010, le laboratoire des médias de Sciences po Paris, en France, a travaillé sur l'évolution du GIEC au fil des ans ; une partie de ce travail a trait aux scientifiques qui ont contribué aux rapports. Si, en 1990, les auteurs principaux des chapitres des rapports étaient au nombre de 273, ils sont 833 en 2013. Entre ces deux dates, le taux de chercheurs occidentaux est passé d'un peu plus de 80 % du total des scientifiques à 65 %, le taux de chercheurs asiatiques ayant crû. Les groupes de travail ayant la plus grande diversité d'origines géographiques pour les chercheurs sont les groupes de travail II et III. Par ailleurs, peu d'experts contribuent à plusieurs rapports du Giec et peu d'experts ont contribué à plus d'un groupe de travail, bien que ce soit possible[36].

Scientifiques français ayant un poste officiel du GIECModifier

Scientifiques canadiens ayant un poste officiel du GIECModifier

  • John MR Stone, climatologue est nommé au GIEC en 1997, où il a d'abord exercé les fonctions de vice-président du groupe de travail no 1 ; puis le scientifique a participé à la préparation du troisième rapport d'évaluation. Il est ensuite passé au poste de vice-président du groupe de travail no 2 « Impacts, adaptation et vulnérabilité ». Il occupe depuis 2007 un poste de responsabilité dans la préparation du quatrième rapport d'évaluation.

FinancementModifier

En 2012, le budget annuel du GIEC est d'environ cinq millions d'euros[2]. En 2021, le budget annuel du GIEC s'élève à environ six millions d'euros[30],[37] ; il est financé par les 195 États membres de l'ONU qui y contribuent de « manière indépendante et volontaire ». Cette même année 2021, les pays donnant le plus d'argent sont notamment les États-Unis, le Japon, la France, l'Allemagne et la Norvège[37]. En 2022, ce budget est d'un peu moins de 8 millions d'euros[37]. D'autres pays, souvent ceux en développement, donnent une « contribution en nature, en accueillant des réunions du Giec »[37].

Du fait de cette indépendance, le gouvernement fédéral des États-Unis, dont le financement s'élevait à environ 1,6 million d'euros, a décidé de cesser celui-ci dès l'année 2016, à la suite de l'élection de Donald Trump à la présidence de ce pays, malgré les réticences du Sénat américain, tandis que la France a réévalué en 2018 sa contribution à un million d'euros jusqu'en 2022[38].

Le budget dévolu au GIEC permet le financement de l'organisation des réunions, le secrétariat, les déplacements des chercheurs de pays en développement et la traduction des rapports[37]. Les scientifiques, bénévoles pour le Giec, ne sont pas rémunérés par cet organisme, mais les ministères de leurs pays ou leurs organismes de recherche les rémunèrent pour le travail effectué et les déplacements[37],[2].

L'unique organe permanent du Giec est son secrétariat, situé à Genève, en Suisse, et qui comporte en 2021 treize salariés — qui dépendent de l'OMM et du PNUE[37].

Plusieurs décennies d'activitésModifier

Vue généraleModifier

Le GIEC organise régulièrement une séance plénière annuelle, chaque pays membre disposant d'une voix lors de ces séances. Les petits pays (Monaco, Andorre, le Luxembourg) ont donc autant de pouvoir décisionnel que les grands (Inde, Chine, États-Unis).

En 2018, la France accueille la séance plénière du 13 au . Cette réunion s'organise au palais de l'UNESCO, organisme international lié au groupe, du fait de son implication dans l'éducation, la science et la culture. Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, le ministre de la Transition écologique et solidaire, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ont, tous les trois, participé le premier jour à la cérémonie d’ouverture de la réunion qui marque le trentième anniversaire de la création du groupe[39].

Le GIEC réunit également des ateliers d'experts sur les différentes questions touchant au changement climatique et peut apporter ses compétences à l'occasion de conférences, par exemple sur les hydrates de gaz[40].

Ses activités sont principalement la production des rapports (rapport d'évaluation[7], rapports spéciaux)[41], de directives méthodologiques et de documents techniques. Ces documents scientifiques sont utilisés par les gouvernements afin d'« élaborer des politiques dans le domaine du climat » et au cours des négociations internationales des COP pour le climat[7].

Rapports d'évaluationModifier

Ces six rapports[6],[7],[9] sont souvent désignés sous les acronymes suivants :

  1. FAR (First Assessment Report) pour le premier rapport (1990)
  2. SAR (Second Assessment Report) pour le deuxième rapport (1995)
  3. TAR (Third Assessment Report) pour le troisième rapport (2001)
  4. AR4 (4th Assessment Report) pour le quatrième rapport (2007)
  5. AR5 (5th Assessment Report) pour le cinquième rapport (2014)
  6. AR6 (6th Assessment Report) pour le sixième rapport (prévu pour 2022, dont le premier volet[42] a été publié le et les deux suivants début 2022).

Les rapports d'évaluation se décomposent en trois documents de contenus scientifiques très différents : le rapport, en tant que tel, qui contient trois volumes de 1 500 pages chacun ; un rapport de synthèse de 30 à 50 pages ; un résumé pour les décideurs de 5 à 10 pages. Ces deux derniers documents, rédigés dans un style non technique adapté aux décideurs, sont élaborés par l'équipe de rédaction[43], puis sont soumis à un examen simultané de la part d'experts extérieurs au GIEC et des gouvernements[2] ; ils sont ensuite révisés par les auteurs principaux, aidés par les éditeurs-réviseurs, puis sont soumis aux gouvernements et aux organisations ayant le statut d’observateurs, et enfin à l'examen du Groupe d'experts réuni en session[44]. Le dernier mot reste donc aux experts[7],[2].

Chaque rapport est produit sur plusieurs années selon des étapes définies : l'assemblée plénière du GIEC prend la décision de la préparation du rapport et de ses lignes principales ; des spécialistes sont désignés par les gouvernements et les organisations ; chaque bureau des groupes de travail désigne ses auteurs ; ces derniers établissent le premier jet d'un projet de rapport ; d'autres spécialistes passent en revue ce projet ; ensuite, le second jet du texte est réalisé par les auteurs ; les autres spécialistes et les gouvernements compulsent ce second jet ; la version finale est établie par les auteurs ; le Résumé pour les décideurs est examiné par les gouvernements ; une nouvelle assemblée plénière des représentants des gouvernements revoit la version finale du Résumé pour les décideurs selon un processus précis d'approbation de chaque élément du texte — les auteurs scientifiques veillant encore au respect des éléments — ; enfin, le tout est diffusé[2].

Premier rapport d'évaluation (1990)Modifier

Dans ce premier rapport de 1990[45], le GIEC observe que les émissions dues aux activités humaines accroissent sensiblement la concentration dans l'atmosphère des gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, chlorofluorocarbones, oxyde nitreux) et renforcent l'effet de serre naturel. Le GIEC établit quatre scénarios d'émissions futures, le scénario A n'envisageant aucune mesure, les scénarios B, C et D correspondant à des degrés de réglementation croissants. Il prévoit un doublement des concentrations équivalentes de dioxyde de carbone par rapport aux niveaux pré-industriels entre 2025 et 2050 pour les scénarios A à C, et 2100 pour le scénario D.

Dans le cas du scénario A, le GIEC prédit une augmentation de température d'environ °C d'ici 2100, ainsi qu'une augmentation du niveau des mers de 65 cm. Dans le cas du scénario D, l'augmentation de température sur un siècle ne serait que de °C.

Le GIEC souligne les incertitudes relatives à ces scénarios, dues à une méconnaissance des sources et des puits de gaz à effet de serre, et aux réactions des nuages, des océans et des calottes polaires face à un changement du forçage radiatif provoqué par l'augmentation des gaz à effets de serre. En particulier, les phénomènes de rétroaction sont mal connus.

Le GIEC observe que, depuis 1900, la température a augmenté d'environ 0,5 °C et que le niveau de la mer a monté d'environ 15 cm. Ces variations sont du même ordre de grandeur que les variations naturelles du climat, mais il est possible également que ces variations naturelles aient contribué à réduire le réchauffement dû à un effet de serre anthropique. Le GIEC se donne 10 ans pour pouvoir confirmer le renforcement de l'effet de serre.

Le rapport essaie également d'évaluer quels impacts aurait un tel réchauffement sur l'agriculture, les écosystèmes, les ressources en eau, la santé publique. Il examine quels moyens pourraient être mis en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ce rapport a incité l'ONU à établir une « Convention-cadre sur les changements climatiques » adoptée en 1992 et entrée en vigueur en .

En 1992, le GIEC a produit un rapport supplémentaire destiné aux négociateurs de cette convention-cadre au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, la même année.

Deuxième rapport d’évaluation : « Changements climatiques 1995 »Modifier

Entre les années 1990 et 1995, des études ont été menées afin de parvenir à distinguer les influences naturelles qui s'exercent sur le climat et celles qui relèvent d'une activité anthropique. Le rapport[46] de 1995 estime que l'évolution du climat depuis un siècle s'explique mieux en tenant compte d'une influence anthropique, et que cette évolution n'est vraisemblablement pas d'origine naturelle. Il reprend les scénarios du précédent rapport[2], tout en rappelant les incertitudes portant sur ces scénarios.

Ce rapport a fourni les bases de négociation du protocole de Kyoto.

Troisième rapport d’évaluation : « Bilan 2001 des changements climatiques »Modifier

Il comprend les trois rapports des groupes de travail et un rapport de synthèse sur les questions scientifiques directement liées avec les politiques à suivre.

Selon ce rapport[47], les années 1990 auront été la décennie la plus chaude sur la période 1860-2000. Les changements concernant le niveau de la mer, la couverture neigeuse, la superficie des glaces et les précipitations sont révélateurs d'un réchauffement du climat. Une responsabilité humaine à ce réchauffement est davantage soulignée que dans les précédents rapports. Le rapport prévoit une augmentation de température entre 1,4 °C et 5,8 °C entre 1990 et 2100 et estime que le rythme du réchauffement est sans précédent depuis les dix derniers millénaires.

Alors que les précédents rapports étaient passés relativement inaperçus au sein du grand public, c'est essentiellement à la suite de ce rapport et entre 2000 et 2005 que la question de l'existence d'un réchauffement climatique et d'une éventuelle responsabilité humaine sont massivement traitées dans les médias[48]. C'est également à partir de 2000 que se développe une vive opposition aux conclusions et prévisions alarmantes du GIEC. C'est également vers cette époque que la question climatique entre dans les débats politiques.

Quatrième rapport d’évaluation : « Changements climatiques 2007 »Modifier

Le quatrième rapport d'évaluation (AR4) a été publié le . Il compile les travaux de chacun des groupes de travail présentés lors de trois sessions échelonnées au cours de l'année :

  • le « rapport du groupe de travail I », sur les bases scientifiques physiques des changements climatiques présenté à Paris, le [49],[50] ;
  • le « rapport du groupe de travail II », sur les conséquences, l’adaptation et la vulnérabilité aux changements climatiques présenté à Bruxelles, le [51],[52] ;
  • le « rapport du groupe de travail III », sur l’atténuation des changements climatiques présenté à Bangkok, le [53],[54] ;
  • le « rapport de synthèse » (RSY) qui fait la synthèse des précédents. Il est rédigé sous la direction de Rajendra K. Pachauri, président du GIEC, et publié avec la version finale de l'AR4[55].

Cinquième rapport d'évaluation : « Changements climatiques 2014 »Modifier

Le cinquième rapport d’évaluation se décompose en trois parties : « éléments scientifiques », « conséquences, adaptation et vulnérabilité » et « atténuation du changement climatique ».

La responsabilité de ce rapport repose sur trois groupes de travail, ainsi qu’un rapport de synthèse. Il consiste en une synthèse de 9 200 études[6],[36].

La contribution du groupe de travail I a été acceptée et approuvée en . La contribution du groupe de travail II a été adoptée en mars et celle du groupe III, en [56]. Le rapport de synthèse définitivement approuvé a été publié le (texte intégral[57] et résumé pour décideurs[58]).

Un document avait été diffusé en avance dès [59] par un des réviseurs, sans l'accord du GIEC. En réaction, le GIEC a publié un « démenti » en forme de mise au point[60], à la suite de quoi, les projets des différents chapitres du groupe de travail II ont été publiés à leur tour[61].

  • Le premier volet concerne les bases scientifiques[62], illustré par les scénarios RCP. Le groupe de travail I l'a présenté à Stockholm (Suède) le .
  • Le deuxième volet recense les impacts du réchauffement climatique, ainsi que les possibilités d'adaptations et les vulnérabilités. Ce texte, qui résulte, d'après le GIEC, d'un immense travail de lecture et de compilation de douze mille publications scientifiques, a été publié le lundi [63]. La version finale de ce rapport a été mise en ligne en [64].
  • Une synthèse du troisième volet est présentée le à Berlin (Allemagne)[65]. Celle-ci est un « résumé pour décideurs » destiné à aider les chefs de gouvernement dans leurs décisions. Le ministère français de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie français en a publié une traduction[66] (non validée par le GIEC).

Chacune de ces trois parties est accompagnée d'un « Résumé à l’intention des décideurs » (summary for policy-makers, SPM) qui récapitule dans un format condensé les conclusions du groupe de travail pour des non-experts, et en particulier les décideurs politiques. L'AR4 sert ainsi de base aux négociations de la Conférence de Copenhague de 2009 sur les changements climatiques.

Les conclusions principales de ce rapport sont[67] :

  • il est encore possible de limiter l'élévation de température à 2 °C en moyenne planétaire de plus qu’avant la Révolution industrielle si les émissions mondiales de gaz à effet de serre sont « réduites de 40 à 70 % entre 2010 et 2050 » ;
  • le dioxyde de carbone (CO2) issu des combustibles fossiles joue le rôle majeur parmi les émissions de gaz à effet de serre ;
  • si les réserves de combustibles fossiles disponibles sont entièrement utilisées, des réchauffements de l'ordre de 4 à 5 °C seraient atteints en 2100, ce qui entraînerait une poursuite de ce réchauffement au siècle suivant jusqu'à 7 ou 8 °C ; un des résultats du rapport est de montrer que l'augmentation importante des réserves de combustibles fossiles avec les pétroles et gaz non conventionnels annihile l'idée qu'un épuisement rapide des fossiles pourrait éviter le problème climatique ;
  • « la décarbonation (i.e. la réduction de l’intensité en carbone) de la production d’électricité est un composant essentiel des stratégies d’atténuation rentables pour atteindre des niveaux de concentrations bas. Dans la majorité des scénarios à stabilisation basse, la part de la production d’électricité bas-carbone (y compris énergie renouvelable (EnR), nucléaire et capture et stockage du carbone - CSC) augmente à partir de la part actuelle d’environ 30 % à plus de 80 % en 2050, et la génération d’énergie à partir de combustible fossile sans CSC est supprimée quasi complètement d’ici 2100 ».

Sixième rapport d'évaluation : « Impacts, adaptation et vulnérabilité 2022 »Modifier

Lors de sa 43e session, en , le GIEC est convenu que le rapport de synthèse afférent au sixième rapport d'évaluation serait achevé en 2022 ; il sera lié au premier bilan mondial prévu au titre de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques établi en 2012 pour une période de dix ans. Ainsi, ses apports seront pris en compte lors du bilan mondial de l'accord de Paris sur le climat en 2023, ainsi que lors de l'évaluation des 17 objectifs de développement durable fixés par l'ONU[68].

Le but de ce rapport est de permettre aux pays membres d'évaluer les progrès accomplis en vue de réaliser leur objectif de contenir le réchauffement mondial en deçà de °C, en poursuivant l'action menée pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C. Les contributions des trois groupes de travail étaient alors envisagées pour l'année 2021[69].

La première partie du sixième rapport d'évaluation, à savoir la contribution du groupe de travail 1 dédié aux bases physiques du climat a été approuvé vendredi après une session d’approbation des différents membres du 26 juillet au 6 août et a été rendue publique le [70],[71]. La deuxième partie du rapport, dédiée aux impacts du changement climatique sur les sociétés et la biodiversité, a été diffusée le [72],[73] et la troisième, consacrée aux solutions envisageables pour diminuer l'impact sur le climat, le [74].

Prévisions globalesModifier
Les quatre familles de scénarios du SRES[75],[76],[77] du quatrième rapport et les prévisions des hausses de températures globales moyennes en 2100.
AR4[78]
Objectifs plus économiques

Objectifs plus environnementaux
Mondialisation
(monde homogène)
A1
Croissance économique rapide
(trois groupes : A1T, A1B, A1Fl)
1,4 - 6,4 °C
B1
Durabilité environnementale globale
1,1 - 2,9 °C
Régionalisation
(monde hétérogène)
A2
Développement économique
avec une orientation régionale

2,0 - 5,4 °C
B2
Durabilité environnementale locale
1,4 - 3,8 °C
Synthèse des rapportsModifier

Lors de sa 43e session qui s'est déroulée à Bangkok, en , le GIEC a décidé de réviser l'édition 2006 des lignes directrices pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serres et d'élaborer un nouveau rapport méthodologique pour actualiser et compléter ces lignes directrices[79].

La réduction des gaz à effet de serre peut s'opérer sur des secteurs très variés de l'économie et de l'environnement de vie humain. Les scientifiques du GIEC ont fait la synthèse des différentes études présentant des scénarios d'émissions, classés par gamme d'augmentation de température à l'équilibre.

En particulier, pour la catégorie de hausse de température comprise ente 2 et 2,4 °C, cette synthèse montre que dans la grande majorité des études le pic d'émissions mondiales se situe avant 2015[80].

Pour infléchir sur le long terme la tendance du réchauffement et atteindre une stabilisation des taux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, il est ensuite nécessaire de diminuer fortement les émissions (dans la gamme de -50 à -85 % en 2050 par rapport à l'an 2000, pour une température à l'équilibre de 2 à 2,4 °C).

Selon le 6e rapport du GIEC, « la vie sur Terre peut se remettre d'un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces [...], l'humanité ne le peut pas »[81],[82].

Résumé à l'intention des décideurs politiques (2018)Modifier

Publié à l'intention des dirigeants des pays adhérents à l'ONU, en prévision de la conférence de Katowice de 2018 sur les changements climatiques (COP24) et rendu public par l'intermédiaire de la presse, ce résumé du nouveau rapport du GIEC a été présenté le .

Les collaborateurs scientifiques du groupe d'étude y exposent de nouveau les conséquences du réchauffement déjà en cours, et particulièrement la menace de dépassement au-delà de 1,5 °C de réchauffement par rapport aux niveaux pré-industriels. Des vagues de chaleur répétées, une extinction de nombreuses espèces, voire la déstabilisation des calottes polaires entraînant une montée des océans y sont présentées sur le long terme[83],[84].

Rapports méthodologiquesModifier

 
Les observations des satellites de la NASA montrent que la banquise arctique diminue de 11,5 % par décennie, dans les années 2010, par rapport à la moyenne de 1979 à 2000.
  • Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre[85].
  • Recommandations en matière de bonnes pratiques pour le secteur de l'utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie (UTCATF) (2003).
  • Recommandations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux (2000).
  • Lignes directrices du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre – version révisée 1996 (Manuel simplifié, volume 2[86]).
  • Logiciel d’utilisation du Manuel de référence pour les inventaires de gaz à effet de serre.

Rapports spéciauxModifier

Les rapports spéciaux du GIEC portent sur l'évaluation d'une thématique particulière ou visent à répondre à une question précise.

Date Titre (court) du rapport spécial Article sur Wikipédia Traduction
officielle
en français
Titre original anglais
Special Report on…
Titre en français
Rapport spécial sur…
1994 IPCC Technical Guidelines for Assessing Climate Change Impacts and Adaptations
1994 Climate Change 1994: Radiative Forcing of Climate Change and An Evaluation of the IPCC IS92 Emission Scenarios
1997 The Regional Impacts of Climate Change: An Assessment of Vulnerability Incidences de l'évolution du climat dans les régions : Évaluation de la vulnérabilité
1999 Aviation and the Global Atmosphere L'aviation et l'atmosphère planétaire
2000 Emissions Scenarios (SRES) Les scénarios d'émissions lien
2000 Methodological and Technological Issues in Technology Transfer Questions méthodologiques et technologiques dans le transfert de technologie
2000 Land Use, Land-Use Change, and Forestry L’utilisation des terres, le changement d’affectation des terres et la foresterie
2005 Carbon dioxide capture and storage Piégeage et stockage du dioxyde de carbone
2005 Safeguarding the ozone layer and the global climate system Préservation de la couche d’ozone et du système climatique planétaire : Questions relatives aux hydrofluorocarbures et aux hydrocarbures perfluorés
2011 Renewable energy sources and climate change mitigation (SRREN) Sources d’énergie renouvelable et atténuation du changement climatique
2012[87] Managing the risks of extreme events and disasters to advance climate change adaptation (SREX) Gestion des risques de catastrophes et de phénomènes extrêmes pour les besoins de l’adaptation au changement climatique
2018 Global Warming of 1,5 °C (SR15) Réchauffement planétaire de 1,5 °C lien Résumé
2019[88],[89] Climate Change and Land (SRCCL) Changement climatique et terres émergées lien
2019 The Ocean and Cryosphere in a Changing Climate (SROCC) Les océans et la cryosphère dans un monde dont le climat change lien

CrédibilitéModifier

Organisation des publicationsModifier

Les publications officielles du GIEC ont pour objet de proposer une synthèse des connaissances scientifiques. Ces synthèses comprennent les publications qui font l'unanimité et celles qui sont contestées par des scientifiques. Ces rapports sont le fruit d'un long débat qui aboutit à un consensus : l'approbation de la version finale du rapport par tous les scientifiques et tous les gouvernements faisant partie du GIEC (la quasi-totalité des pays du monde sont représentés et ont signé l'approbation de la version finale, y compris les États-Unis)[90],[7],[9],[2].

Affaire du « Climategate »Modifier

L'affaire du « Climategate » (selon une dénomination journalistique qui l'a présenté comme un scandale scientifique, à l'instar du Watergate ou du Monicagate), dénommée plus prosaïquement « l'incident des courriels du Climatic Research Unit », est une affaire résultant de la divulgation, après un piratage en , d'un ensemble de courriels et de fichiers datés entre 1996 et le et attribués à des responsables du Climatic Research Unit (CRU) de l'Université d'East Anglia et à leurs correspondants[91],[92]. Les accusations portaient sur la manipulation de données sur le réchauffement climatique. Ces recherches sur les changements climatiques naturels et anthropiques sont parmi les plus influentes[92] et un certain nombre des correspondants concernés font partie de l'encadrement du GIEC, qui a dès lors été directement mêlé à l'affaire.

Le président du GIEC Rajendra Pachauri, aux moments des faits, a fait une déclaration annonçant que le « Climategate » ne pouvait rester ignoré et que le GIEC conduirait des investigations avant de prendre position[93]. Plusieurs enquêtes ont été menées sur le sujet[92]. En particulier, après six mois d'enquête, une commission indépendante, menée par le Pr Muir Russel, ancien doyen de l'université de Glasgow, a écarté les soupçons sur les scientifiques britanniques accusés[94],[92].

L'agence néerlandaise d'évaluation de l'environnement (PBL) a par ailleurs évalué en 2010 la qualité du dernier rapport du GIEC en date[92].

Critiques factuellesModifier

Prévoir le climat à long terme au-delà de la météoModifier

Un argument populaire concernant la prévision climatique, telle que peuvent l'effectuer les chercheurs du GIEC, est : « comment peut-on prévoir le climat à long terme et pas le temps qu'il va faire dans cinq jours ? »[95].

Dans un document publié par le GIEC, la réponse est présentée dans ce sens : « Si le temps et le climat sont étroitement liés, il s’agit en fait de réalités différentes. Défini comme l’état de l’atmosphère à un moment et en un lieu donné, le temps est susceptible de changer d’une heure à l’autre et d’un jour à l’autre. Le climat, pour sa part, se réfère généralement aux statistiques des conditions météorologiques sur une décennie ou plus ».

La prévision météorologique consiste donc à prévoir le temps qu’il fera sur une période précise (jour, semaine) et en un secteur donné (pays, région), tandis que l'étude du climat se propose de décrire et prévoir l'évolution à moyen et long terme de la distribution statistique des températures, des précipitations et des vents dans un secteur. Non seulement les valeurs moyennes, mais aussi les valeurs et phénomènes extrêmes (canicules, vagues de froid, sécheresses, pluies exceptionnelles, tornades, cyclones…) sont évaluées en fréquence et intensité. Les modèles climatiques élaborés par les chercheurs du GIEC sont fondés sur des programmes informatiques très complexes. Ceux-ci effectuent des simulations informatiques en tenant compte des interactions entre l’atmosphère, les surfaces maritimes, la surface des terres émergées, la neige et la glace et l’ensemble de l'écosystème mondial[96].

De plus, les travaux du Giec reposent sur des « scénarios d'évolution », différents de « prévisions »[2].

Utilisation du graphique en « crosse de hockey »Modifier

 
Courbe des températures dite en forme de « crosse de hockey ».

Le troisième rapport du GIEC, en 1998, présente la reconstitution climatique du climatologue et géophysicien américain Michael E. Mann dite « MBH98 » et connue sous le nom de graphique en « crosse de hockey ».

Ce graphique était la première reconstitution de la température nord-hémisphérique durant les 1 000 dernières années ; il différait d'un premier rapport schématique qui montrait des températures plus élevées durant la période médiévale qu'aujourd'hui. La présence de MBH98 dans le TAR a largement contribué à démontrer que la période de réchauffement actuelle est inhabituelle en comparaison aux températures de 1000 à 1900, jusqu'à ce que la méthodologie utilisée pour produire ce graphique soit la cible de critiques[97],[98].

Lors de l'AR4, ces différentes critiques émises à l'encontre de la reconstitution de Mann ont été évaluées par le Groupe de travail I[99]. Cette réévaluation basée notamment sur l'ajout de nouvelles données paléoclimatiques rendues disponibles depuis le précédent rapport, aboutit à un graphique relativement similaire à celui de la crosse de hockey[100] dans lequel il apparaît, selon le texte du rapport, qu'« il est très probable que les températures moyennes dans l’hémisphère Nord ont été plus élevées pendant la seconde moitié du XXe siècle que durant n’importe quelle autre période de cinquante ans au cours des cinq derniers siècles et il est probable qu’elles ont été les plus élevées depuis 1 300 ans au moins ».

Bien que cette conclusion soit répétée dans le rapport de synthèse de l'AR4[101], le nouveau graphique, lui, n'y est pas repris.

Fonte des glaces en HimalayaModifier

En 2007, dans le résumé technique de son quatrième rapport, le groupe II du GIEC estimait que les glaciers de l'Himalaya reculaient plus vite que les autres glaciers du monde et « pourraient disparaître d'ici 2035, voire avant »[102]. Absente des travaux de synthèse du GIEC[103], cette affirmation est mise en avant de façon alarmiste à la fin de l'année 2009, avec la perspective de la Conférence de Copenhague sur le climat et la médiatisation du thème du réchauffement climatique. Dès lors, plusieurs enquêtes journalistiques[104],[105] montrent que cette projection est erronée. Finalement, le , le GIEC publie un communiqué de presse qui reconnaît une erreur concernant ce point précis mais qui maintient l'intégralité des conclusions présentées par ailleurs dans les rapports de synthèse (notamment sur la fonte des glaciers)[106].

Le communiqué souligne aussi que cette erreur ponctuelle est le résultat d'une mauvaise application des règles de validation scientifique. En effet, cette date inexacte provient d'un rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF) qui l'attribue erronément à une étude de la Commission internationale de la Neige et de la Glace alors qu'en réalité elle est issue d'un article du New Scientist[107], une revue de vulgarisation scientifique britannique qui ne fait pas l'objet d'une évaluation par les pairs comme c'est le cas pour les revues proprement scientifiques. La date de 2035 serait une coquille sur un chiffre plus réaliste mais controversé : 2350, date à laquelle le géographe russe Vladimir Kotliakov a calculé que les glaciers extra-polaires pourraient avoir disparu à 80 % si le rythme du réchauffement se maintenait[108]. Fred Pearce, l'auteur du New Scientist, a, de son côté, confirmé que ce chiffre lui avait été donné lors d'une interview par un scientifique indien, Syed Hasnain, qui rédigeait à l'époque une étude sur la question qui restera non-publiée[105]. Après la finalisation du texte de 2007, mais avant sa publication officielle, cette erreur avait été signalée par Georg Kaser, glaciologue et membre du groupe I du GIEC, mais trop tard, semble-t-il, pour être corrigée[109],[110].

Fin 2009, une étude du ministère indien de l'environnement et des forêts avait alimenté la controverse en critiquant la vitesse de fonte des glaciers himalayens suggérée par le rapport du GIEC et en niant la conclusion plus générale que ces glaciers fussent menacés par le réchauffement climatique[111]. Le président du GIEC, Rajendra Pachauri y avait d'abord répondu sévèrement, en reprochant à cette étude de n'avoir pas de solides bases scientifiques pour nier le rôle du réchauffement dans la fonte glaciaire[112]. Au mois de janvier suivant, un groupe de scientifiques, dont Georg Kaser, fera paraître une lettre pour rectifier le paragraphe incriminé du rapport du GIEC et expliquer l'origine de l'erreur concernant la date de 2035 tout en confirmant les conclusions générales[113]. Ces auteurs accréditent l'hypothèse d'une erreur de transcription de l'étude de ICSI par le fait que le texte mentionne que la surface des glaciers concernés passerait de 500 000 à 100 000 km2, ce qui ne peut correspondre à l'Himalaya dont les glaciers couvrent 33 000 km2.

« Pause » de dix-sept ansModifier

Le , le président du GIEC de l'époque, Rajendra Kumar Pachauri, a reconnu lors d’une interview publiée par le journal The Australian que « le réchauffement global avait enregistré une « pause » de 17 ans ».

De nombreux climato-sceptiques ont interprété cette déclaration comme étant une supposée reconnaissance officielle de leur contestation. Lors de l'interview, le président du groupe a pourtant insisté sur le fait qu'il s'agissait d'un arrêt temporaire de la phase de réchauffement en ajoutant ce commentaire :

« Ce qui est tout à fait perceptible c’est que, au cours des cinquante dernières années, la tendance est à la hausse. Cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas de haut et de bas – il y en aura –, mais ce dont il faut se soucier, c’est de la tendance, et elle est maintenant influencée dans une large mesure par l’activité humaine. »

En fait, selon l'organisation, les températures évoluent par paliers entraînant une certaine stabilité durant des périodes plus ou moins variables avant une nouvelle élévation brutale. Selon Rajendra Kumar Pachauri, ce palier de 17 années n'est pas suffisant dans sa durée pour remettre en question l’existence d’un réchauffement aux origines anthropiques[114],[115].

En 2017, de nouvelles études ont montré qu'une amélioration du modèle de forçage, du stockage de chaleur dans les océans, des variations naturelles et de données manquantes expliquaient ce qui a été improprement qualifié de « hiatus » et renforçaient encore la confiance en une cause anthropogénique du réchauffement[116],[117]. De plus, il existe une variabilité naturelle du climat sur de courtes périodes ; celle-ci s'inscrit toutefois dans une tendance au réchauffement climatique sur une période de temps plus longue[117]. Par ailleurs, au fil des ans, les moyens de récolte de données scientifiques sur les milieux, par exemple sur la température et le degré de salinité des océans, ont fortement évolué[117].

Place des femmes dans le GIECModifier

Chandni Singh, chercheuse sur les changements climatiques en Inde et auteure principale du groupe de travail No 2 du GIEC, annonce que si elle n'a jamais été personnellement victime de discrimination déclarée au sein du GIEC, elle sait que des femmes chercheuses en sont victimes et déclare, en outre :

« J'ai régulièrement entendu des récits de collègues et de jeunes chercheuses qui ont du mal à naviguer sur le terrain avec une forte volonté et qui ont confiance en eux sans paraître trop autoritaires ou trop agressifs. »

L’observation de Chandni Singh est confirmée par l’étude du PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) selon laquelle « un tiers des personnes interrogées ont indiqué que la garde des enfants et les responsabilités familiales étaient des obstacles à leur pleine participation aux travaux du GIEC »[118].

Critique épistémologique et conservatismeModifier

De la science à la politiqueModifier

Selon James Annan, spécialiste japonais de la sensibilité du climat et membre du GIEC, ses confrères de l'organisme accentueraient délibérément les conclusions des scénarios les plus catastrophiques, afin de « justifier l'action publique »[119]. Des commentateurs considèrent que le GIEC « dramatise […] la situation »[6].

D'autres critiques considèrent que le GIEC soutiendrait, en raison d'une interférence politique, une position de consensus a minima qui ne reflète que très partiellement l'état actuel de la recherche, et qu'il aurait tendance à sous-estimer les effets du réchauffement[120],[121].

Le journaliste français spécialisé Philippe Verdier dénonce en 2015 les liens « entre scientifiques, politiques, lobbies économiques, ONG environnementales »[122]. Le journaliste estime que le GIEC « communiquerait mal », ce qui rendrait son discours « inaudible », et précise que celui-ci « anéantit systématiquement les avis polémiques », alors que les avis du GIEC sont relus et souvent révisés par de nombreux chercheurs au sein d'un comité de lecture[123]. Ces affirmations entraînent son licenciement du groupe France Télévisions pour « manquement au devoir de réserve », lequel provoque une polémique médiatique.

Selon la chercheuse Kari De Pryck, qui analyse les fondements et « la question de la/des séparation(s) entre science et politique » du GIEC, « cette organisation a dû, à plusieurs reprises, adapter ses procédures sous la pression d’actions internes et externes » ; « malgré une institutionnalisation très politique de la question climatique, le GIEC doit sa crédibilité à l’éminence de ses personnalités scientifiques », bien que la création de cet organisme soit une action purement politique[124].

Le GIEC utilise des descriptions verbales de l'incertitude[125] :

« Les qualificatifs ci-après ont été utilisés pour indiquer la probabilité évaluée d’un résultat : quasiment certain (probabilité de 99 à 100 %), très probable (90 à 100 %), probable (66 à 100 %), à peu près aussi probable qu’improbable (33 à 66 %), improbable (0 à 33 %), très improbable (0 à 10 %), exceptionnellement improbable (0 à 1 %). La probabilité évaluée est indiquée en italique : par exemple très probable… D’autres qualificatifs peuvent également être utilisés le cas échéant : extrêmement probable (95 à 100 %), plus probable qu’improbable (> 50 à 100 %), plus improbable que probable (0 à < 50 %) et extrêmement improbable (0 à 5 %). Enfin, ce Rapport utilise également les expressions « fourchette probable » et « fourchette très probable » qui signifient que la probabilité évaluée d’un résultat se situe dans la fourchette de 17 à 83 % ou de 5 à 95 %. »

Une étude montre qu'il existe de grandes différences individuelles dans l'interprétation de ces descriptions verbales, selon les points de vue et croyances des personnes. Une double échelle (verbale-numérique) serait supérieure au mode de communication actuel[126].

Conformément aux buts envisagés d'aide à la décision politique et malgré le caractère d'expertise non prescriptif des rapports du GIEC, nombre de décideurs en matière politique tiennent compte de ses apports[6].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Les missions et les activités du GIEC », sur actu-environnement.com, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, Mieux comprendre le Giec, (lire en ligne [PDF]).
  3. a et b « Les experts du climat », CNRS Le Journal, CNRS, no 274,‎ , p. 21 (lire en ligne, consulté le ).
  4. François Gemenne, Géopolitique du changement climatique, Armand Colin, , 256 p. (ISBN 978-2-200-24711-9, présentation en ligne).
  5. « GIEC »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ipcc.ch, .
  6. a b c d e f g h i j et k Manon-Nour Tannous et Xavier Pacreau, « Qu'est-ce que le GIEC ? », fiche thématique issue de l'ouvrage Les relations internationales, sur Vie-publique.fr, (consulté le ).
  7. a b c d e f et g Tifenn Clinkemaillié, « Climat : quatre choses à savoir sur le GIEC, l'autorité scientifique de référence », sur Les Échos, (consulté le ).
  8. a b c d e f g h i et j « Le 6e cycle du GIEC », sur université Paris-Saclay, (consulté le ).
  9. a b c d e et f Pierre Lauret et Anouk Barberousse, « Le GIEC, une communauté d’expertise originale », Cahiers philosophiques, vol. 142, no 3,‎ , p. 121 (ISSN 0241-2799 et 2264-2641, DOI 10.3917/caph.142.0121, lire en ligne, consulté le ), sur Cairn.info
  10. « Comment cette structure a imposé son autorité scientifique », Libération, 3 novembre 2014.
  11. « Climat : de Thatcher à Greta Thunberg, le Giec en 4 points », sur franceculture.fr,
  12. (en) « David Cameron’s Labor Support ‘Misplaced’, Says Nigel Lawson », sur The Global Warming Policy Forum, (consulté le ).
  13. « [À l’origine] Quand Margaret Thatcher et Ronald Reagan ont créé le GIEC »,
  14. (en) « Bert Bolin (1925-2007) - A world leading scientist and science organizer »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur bbcc.su.se.
  15. (en) The Independant.
  16. a b c et d (en) Giec (IPCC), IPCC Factsheet : Timeline - highlights of IPCC history (fiche d'historique), mise à jour de juillet 2021, 2 p. (lire en ligne [PDF]).
  17. a et b Simon Roger, « Le GIEC reçoit le soutien de la France et de l’Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  18. AFP et Connaissance des énergies, « La France accroît d'un million d'euros par an son soutien au GIEC », Agence France-Presse, le 13 mars 2018.
  19. « Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et Albert Arnold (Al) Gore Jr.- Prix Nobel de la paix 2007 », sur Nations unies, (consulté le ).
  20. « Principes régissant les travaux du GIEC » [PDF], sur ippc.ch, (consulté le ), p. 1.
  21. Collectif, Chimie et changement climatique, EDP Sciences, , 256 p. (ISBN 9782759820368, lire en ligne), p. 26.
  22. Jean-Marc Jancovici, Qu'est-ce que le GIEC ?, sur jancovici.com, 2008.
  23. Olivier Monod, « Est-il vrai que dans les scénarios du Giec le PIB par habitant est en moyenne multiplié par 10 d'ici 2100 ? », Libération, (consulté le ).
  24. a et b « Comment le GIEC est organisé », sur GIEC (consulté le ).
  25. « Fiche d’information sur le GIEC : Comment le GIEC sélectionne-t-il ses auteurs? » [PDF], sur GIEC, (consulté le ).
  26. (en) « Calendar » (liste des séances plénières du GIEC), sur GIEC (consulté le ).
  27. unfccc, « Le GIEC a elu son nouveau President, Hoesung Lee »  , sur unfccc.int, (consulté le ).
  28. « Le GIEC a élu son nouveau Président, Hoesung Lee », Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (consulté le 15 août 2018).
  29. « Jean-Pascal van Ypersele : J'avais dit la présidence ou rien, je quitte donc le Giec », La Libre Belgique (consulté le 15 août 2018).
  30. a et b Ministère de la transition écologique, « Comprendre le GIEC »  , sur ecologie.gouv.fr, (consulté le ).
  31. IPCC/GIEC, « Composition et mode de fonctionnement du GIEC »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ipcc.ch (consulté le ).
  32. IPCC (GIEC), « Comment le GIEC est organisé », sur ipcc.ch (consulté le ).
  33. Guides méthodologiques pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre.
  34. SRES : Special Report on Emission Scenarios.
  35. a et b Giec (IPCC), « The IPCC Bureau », sur GIEC (consulté le ).
  36. a et b Audrey Garric, « Qui sont les scientifiques qui ont rédigé le rapport du GIEC ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. a b c d e f et g Agathe Beaujon, « Changement climatique : 5 chiffres pour comprendre comment fonctionne le Giec », sur Challenges, (consulté le ).
  38. Nina Schretr, « 30 ans après : le GIEC en 5 chiffres », sur Sciences et Avenir, (consulté le ).
  39. « Le GIEC célèbre ses 30 ans à l’Unesco et s’ouvre au public », France Diplomatie (consulté le 28 août 2018).
  40. (en) « GIEC Attends the 7th International Conference on Gas Hydrate », sur giec.cas.cn, 29 juillet 2011.
  41. Site web du GIEC : section Publications
  42. « Changement climatique : ce qu'il faut retenir du sixième rapport des experts du Giec », sur France Info, (consulté le ).
  43. La composition de l'équipe de rédaction est arrêtée par le bureau en fonction des personnes proposées par le président du groupe d’experts en concertation avec les coprésidents des groupes de travail en tenant compte des critères suivants : compétences scientifiques, techniques et socio-économiques représentatives de la diversité des points de vue, représentation géographique, association d’experts avec et sans expérience préalable du GIEC, parité hommes/femmes.
  44. Procédures à suivre pour l'élaboration, l'examen, l'acceptation, l'adoption, l'approbation et la publication des rapports du GIEC [PDF], GIEC.
  45. Overview [PDF], 1990, 12 pages : résumé du premier rapport du GIEC.
  46. Seconde évaluation du GIEC : Changement de climat 1995 [PDF], GIEC, 1995, 74 pages.
  47. Rapport 2001, GIEC, résumé.
  48. À titre d'exemple, le livre L'Effet de serre, allons-nous changer le climat ? de Hervé Le Treut et Jean-Marc Jancovici, date de 2004.
  49. Résumé pour les décideurs I.
  50. Rapport complet AR4 WG1.
  51. Résumé pour les décideurs II.
  52. Rapport complet AR4 WG2.
  53. Résumé pour les décideurs III.
  54. Rapport complet AR4 WG3.
  55. Rapport de synthèse.
  56. Site du GIEC/IPCC, le cinquième rapport d’évaluation (consulté le 12 août 2018).
  57. (en)CLIMATE CHANGE 2014 - SYNTHESIS REPORT - Longer report, GIEC, .
  58. Changements climatiques 2014 - Rapport de synthèse, GIEC, .
  59. Sur stopgreensuicide.com.
  60. Unauthorized posting of the draft of the Working Group I contribution to the IPCC’s Fifth Assessment Report [PDF], GIEC, 14 décembre 2012.
  61. Sur nofrakkingconsensus.com.
  62. (en)WORKING GROUP I : Climate Change 2013: The Physical Science Basis, site du groupe de travail I.
  63. (en) « Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability », sur ipcc.ch (GIEC) (consulté le ).
  64. (en)WGII AR5 Chapter / Annex Downloads, site IPCC-WG2 (2e groupe de travail du GIEC).
  65. (en)WORKING GROUP III : Mitigation of Climate Change, site officiel du groupe de travail III.
  66. Résumé à l'intention des décideurs du volume 3 du 5e rapport d'évaluation du GIEC, ministère français de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 6 mai 2014).
  67. « Lutte contre le réchauffement : le GIEC pas à sec », Libération, 3 novembre 2014.
  68. Climat.be (Belgique), « Rapports du GIEC », sur climat.be, années 2010-2020 (consulté le ).
  69. Sixième rapport d’évaluation, GIEC (consulté le 12 août 2018).
  70. (en) « IPCC confirms release date and approval session details for next report », sur GIEC, (consulté le ).
  71. « Le Giec prépare la sortie de son 6e rapport dans un climat extrême », sur Reporterre (consulté le ).
  72. Nicolas Martin, « GIEC, deuxième manche : adaptation », émission radiophonique, La Méthode scientifique, sur France Culture, (consulté le ).
  73. Nicolas Martin, « GIEC, eau lunaire, maïs sauvage et machine learning », émission radiophonique, La Méthode scientifique, sur France Culture, (consulté le ).
  74. Camille Adaoust et Thomas Baïetto, « "Nous avons les outils pour limiter le réchauffement" climatique : ce qu'il faut retenir du nouveau rapport du Giec sur les solutions pour endiguer la crise », sur France Info, (consulté le )
  75. (en) CCIS project: Frequently Asked Questions , Canadian Institute for Climate Studies
  76. (en) IPCC Special Report on Emissions Scenarios, Chapter 4: An Overview of Scenarios / 4.2. SRES Scenario Taxonomy, tableau 4- 2: « Overview of SRES scenario quantifications ».
  77. (en) Figure 2.11: Schematic illustration of SRES scenarios, GIEC.
  78. « AR4 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF].
  79. Rapports méthodologiques, GIEC (consulté le 12 août 2018).
  80. Résumé pour les décideurs, Working group III, GIEC, tableau RID 5.
  81. « L'humanité à l'aube de retombées climatiques cataclysmiques », sur connaissancedesenergies.org, .
  82. (en) « Hunger, drought, disease: UN climate report reveals dire health threats » [« Faim, sécheresse, maladie : le rapport de l'ONU sur le climat fait état de graves menaces sur la santé »], sur France 24, .
  83. « Contre le réchauffement climatique, le GIEC appelle à des transformations sans précédent », Science et Avenir, le 8 octobre 2018.
  84. « Climat, le GIEC appelle à des transformations sans précédent », La Voix du Nord], le 8 octobre 2018.
  85. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre (5 volumes téléchargeables, versions françaises, 2006
  86. Lignes directrices du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre – version révisée 1996
  87. Daniel (Les Échos), « Rapport ‘Extrêmes climatiques’ du GIEC : le reflux de l’alarmisme ? », (consulté le ).
  88. Climat : le GIEC redoute de voir la planète affamée par la vitesse du réchauffement, Les Échos, 8 août 2019.
  89. (en) « Climate Change and Land », sur IPCC, (consulté le ).
  90. « Qu’est-ce que le GIEC ? », site de Jean-Marc Jancovici (consulté le 27 décembre 2018).
  91. (en) Jonathan Leake, « The great climate change science scandal », The Sunday Times, 29 novembre 2009.
  92. a b c d et e Stéphane Foucart, « Le travail des experts du climat lavé de tout soupçon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. (en) « UN body wants probe of climate e-mail row », BBC News, 4 décembre 2009.
  94. « Climategate : un rapport indépendant blanchit le Giec », Futura Planète (consulté le 17 août 2018).
  95. « Pourquoi peut-on prévoir le climat à long terme et pas la météo ? », sur deux ou trois choses à propos du développement durable] (consulté le 15 août 2018).
  96. Changements climatiques 2013 : Les éléments scientifiques (Rapport), GIEC, , 222 p. (lire en ligne [PDF]), p. 157-158, 162-163.
  97. (en) Corrections to the Mann et al.(1998) Proxy data base and northern hemispheric average temperature series Energy&Environment, Volume 14, number 6, 2003
  98. (en) Ad hoc Committee report on the ‘Hockey stick’ global climate reconstruction
  99. [PDF]Résumé pour les décideurs [PDF], p. 466 et suivantes.
  100. [PDF]Résumé pour les décideurs [PDF], figure 6.10c.
  101. [PDF]Résumé pour les décideurs p. 31
  102. (en) The Himalayan glaciers, GIEC.
  103. Un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental [PDF], GIEC.
  104. « Himalaya : le recul des glaciers pèse sur l'avenir de l'Asie » [PDF] (consulté le ).
  105. a et b (en) World misled over Himalayan glacier meltdown, timesonline.co.uk
  106. (en) IPCC statement on the melting of Himalayan glaciers [PDF], GIEC.
  107. (en) « Flooded out », sur Newscientist (consulté le ).
  108. (en) V.M. Kotlyakov, « Variations of Snow and Ice in the past and at present on a Global and Regional Scale » [PDF], International hydrological programme, sur UNESCO Documents and publications, UNESCO, (consulté le ) : « The extrapolar glaciation of the Earth will be decaying at rapid, catastrophic rates—its total area will shrink from 500,000 to 100,000 km² by the year 2350. ».
  109. « Glaciers de l'Himalaya: un nouveau coup dur pour les experts du climat », sur Google (consulté le ).
  110. Rapport de l'IAC sur le GIEC.
  111. (en) V. K. Raina, « Himalayan Glaciers : A State-of-Art Review of Glacial Studies, Glacial Retreat and Climate Change »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], (consulté le ).
  112. (en) Randeep Ramesh, « India 'arrogant' to deny global warming link to melting glaciers », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  113. (en) « Tracking the Source of Glacier Misinformation », sur Sciencemag (consulté le ).
  114. Ph V-D, « Non, le réchauffement climatique ne s’est pas arrêté il y a dix-sept ans », sur rue89, Le Nouvel Obs, (consulté le ).
  115. Christopher Monckton depuis Brenchley, Royaume Uni, « Le GIEC reconnaît 17 ans sans réchauffement », sur Contrepoints, (consulté le ).
  116. (en) Iselin Medhaug, Martin B. Stolpe, Erich M. Fischer et Reto Knutti, « Reconciling controversies about the ‘global warming hiatus’ », Nature, vol. 545, no 7652,‎ , p. 41–47 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/nature22315, lire en ligne, consulté le ).
  117. a b et c Denis Delbecq, « La pause dans le réchauffement n’en était pas une », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  118. « Peu de femmes dans la rédaction des rapports sur le climat », sur SCI-DEV.net, 17 octobre 2018 (consulté le 16 avril 2019).
  119. « Au GIEC, on ment « pour justifier l’action politique » », Contrepoints, 14 février 2013 (consulté le 18 août 2018).
  120. (en) Warning on Warming, Bill McKibben, nybooks.com, 15 mars 2007.
  121. (en) Global warming estimates, media expectations, and the asymmetry of scientific challenge [PDF], skepticalscience.com, 2010.
  122. « Philippe Verdier s'attaque aux lobbies », Le Figaro, , à propos de son ouvrage Climat investigation.
  123. « Climat : les amalgames de Philippe Verdier », Sciences et Avenir (consulté le 18 août 2018).
  124. « Le GIEC sur l'évolution du climat, ou les défis d'un mariage arrangé entre science et politique », ceriscope, Centre de recherches internationales (Ceri) de l'Institut d'études politiques (Sciences Po) (consulté le 13 août 2018).
  125. « L’océan et la cryosphère dans le contexte du changement climatique » [PDF], sur GIEC, (consulté le ), p. 6.
  126. (en) David V. Budescu, Han-Hui Por et Stephen B. Broomell, « Effective communication of uncertainty in the IPCC reports », Climatic Change, vol. 113, no 2,‎ , p. 181–200 (ISSN 1573-1480, DOI 10.1007/s10584-011-0330-3, lire en ligne  , consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Il s'agit, ci-dessous, d'ouvrages écrits par des membres du GIEC ou d'ouvrages collectifs comprenant, parmi leurs auteurs, un membre de ce groupement.

  • Ouvrage collectif, « Chimie et changement climatique », edp, sciences 2016, collection chimie et…, dirigée par Bernard Bigot (ISBN 978-2-75-982035-1)
 
Jean-Pascal van Ypersele.
 
Jean Jouzel.

Documents de synthèsesModifier

Il s'agit de liens présentant les synthèses des rapports du GIEC, traduits en français.

Rapport 2007 : 4e rapport d'évaluationModifier

Rapport 2014 : 5e rapport d'évaluationModifier

2021-2022 : 6e rapport d'évaluationModifier

Articles connexesModifier

Articles sur les conventionsModifier

Autres articlesModifier

Liens externesModifier