Ouvrir le menu principal

Froidfond

commune française du département de la Vendée

Froidfond
Froidfond
L’église Sainte-Marie-Madeleine.
Image illustrative de l’article Froidfond
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Challans
Intercommunalité Communauté de communes Challans-Gois Communauté
Maire
Mandat
Philippe Guérin
2014-2020
Code postal 85300
Code commune 85095
Démographie
Gentilé Froidfondais
Population
municipale
1 831 hab. (2016 en augmentation de 14,8 % par rapport à 2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 12″ nord, 1° 45′ 24″ ouest
Altitude 45 m
Min. 17 m
Max. 64 m
Superficie 21,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Froidfond

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Froidfond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Froidfond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Froidfond
Liens
Site web Site officiel

Froidfond est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Sommaire

GéographieModifier

Le territoire municipal de Froidfond s’étend sur 2 182 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 45 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 17 et 64 mètres[1],[2].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Froidfond
La Garnache La Garnache Saint-Étienne-de-Mer-Morte (Loire-Atlantique)
La Garnache   Touvois (Loire-Atlantique)
Challans Saint-Christophe-du-Ligneron Falleron

ToponymieModifier

Nommé "Froidefons" sur plusieurs cartes anciennes (comme celle du "Gouvernement de La Garnache" de Tassin, publiée vers 1634), Froidfond tirerait son nom de "fons" : "fontaine" et de "froide." Idée renforcée par l'abondance des sources et puits sur son territoire : "Puits des Landes", "source de la Thécinière", "source de la Ferronnière", "la fontaine de Coudrie."[3]

HistoireModifier

La paroisse fut probablement fondée par des religieux bénédictins autour de l'abbaye qu'ils y bâtirent[4]. On dit que l'abbé de Saint-Léger (diocèse de Saintes) y envoya des prieurs jusqu'au XVIe siècle, à cette époque son abbaye fut détruite par les protestants. La paroisse fut ensuite formée par la commune proprement dite et par une fraction de l'ancienne paroisse de Saint-Croix-de-Coudrie.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 - Claude Doux    
1821 1830 Louis-Germain Boislève    
- - Louis Blanchard    
- 1970 Louis-Germain Boislève    
1927 1932 Armand Baril    
- - Henri Blanchard    
1989 Hubert Gaudin   Retraité (coopérative agricole)

(démissionnaire)[5]
Josette Rousselot[6]    
En cours Philippe Guérin[7],[8] DVD Professeur d’éducation physique et sportive

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 1 831 habitants[Note 1], en augmentation de 14,8 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500464653702640841871925947
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9309009299079619229481 0221 057
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0891 1031 0861 0031 007948902843791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7967567438208789291 2041 2451 676
2016 - - - - - - - -
1 831--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,1 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 13,5 %) ;
  • 49,3 % de femmes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 17,7 %).
Pyramide des âges à Froidfond en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
5,4 
75 à 89 ans
7,8 
8,1 
60 à 74 ans
9,6 
20,6 
45 à 59 ans
18,4 
24,6 
30 à 44 ans
21,7 
17,3 
15 à 29 ans
19,1 
24,1 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

JumelageModifier

Froidfond a officiellement été jumelée le dimanche 17 juillet 2016 avec la commune de Pierrefitte-Nestalas, dans les Hautes-Pyrénées. Le premier acte de la signature s'est déroulé à Pierrefitte les 25 et 26 juin 2016. Pour marquer l'événement, la nouvelle salle des sports de Froidfond a été baptisée Salle Pierrefitte-Nestalas.

Lieux et monumentsModifier

  • École publique Henri-Dès
     
    Puits des Landes à Froidfond
  • École privée Sainte-Jeanne-d'Arc
  • Église Sainte-Marie-Madeleine, XIXe siècle.
  • Stade Philippe-Violeau, inauguré en 2007.
  • Le site de l'Espinassière (mitoyen des communes de La Garnache et Froidfond) accueille, depuis le printemps 2006, neuf éoliennes au sein de l'un des parcs éoliens de Vendée[15].
  • Le Puits des Landes, puits ancien

Le Puits des LandesModifier

Restauré en 2015 par l'association froidfondaise Histoire et patrimoine, le Puits des Landes, se trouve sur le Chemin des Charbonnières.

Moulins à ventModifier

Sur la carte générale de la France des Cassini, on recense au XVIIIe deux moulins à vent en pierre, proches l'un de l'autre : le moulin de la Fête, et le moulin de Mocsouris (orthographe de l'époque). Ils n'existent plus aujourd'hui.

LégendeModifier

Cité par Jean-Loïc Le Quellec, l'historien vendéen Edmond Bocquier, dans son livre La Préhistoire des villes de Vendée, écrit qu'il y avait autrefois dans l'église de Froidfond une statue de sainte Perrine (jeune Angevine ayant vécut au 18e), et qu'elle était un but de pèlerinage - particulièrement afin d'obtenir la guérison de maladies des yeux.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Philippe Violeau : footballeur professionnel de 1988 à 2006, champion de France avec Auxerre (1996) et Lyon (2002, 2003 et 2004).
  • Loïc Albert : longue carrière exclusivement consacrée au cyclo-cross ; licencié au Vélo-club Challandais, il a glané une bonne dizaine de victoires par saison, dont les titres de champion départemental de Vendée (à plusieurs reprises) et régional Atlantique Anjou, en 1963, 1967 et 1969. Il a participé à plusieurs championnats de France (meilleures places : 21, 22, et 25e).

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Commune 5101 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Froidfond », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. https://www.froidfond.fr/découvrir-froidfond/
  4. https://www.froidfond.fr/découvrir-froidfond/histoire-et-patrimoine/
  5. « La démission de Josette Rousselot est effective », Ouest-France,‎ .
  6. « Josette Rousselot, maire, sera épaulée par 3 adjoints », Ouest-France,‎ .
  7. « Élections : Philippe Guérin, maire, et deux nouveaux adjoints », Ouest-France,‎ .
  8. « Conseil municipal », Ouest-France,‎ .
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 14 mai 2011)
  15. Orange

7. Ouest France du 29 décembre 1971 : article sur la carrière de Loïc Albert, fils d'agriculteurs.