France Ellys

actrice française
France Ellys en 1939.

France Ellys, née vers 1900 et morte à une date indéterminée après 1971, est une comédienne française, active au théâtre de 1920 à 1947 et au cinéma de 1932 à 1951.

BiographieModifier

Une identité mystérieuseModifier

France Ellys a veillé à ne jamais rien dévoiler de sa propre personne. Un journaliste italien qui tentait vainement de l'interroger en 1928[1] écrit : « Ellys évite de parler d'elle, détourne nos questions, comme pour ne pas dévoiler un secret jalousement gardé ». On peut seulement estimer qu'elle est née vers 1900, et il est établi qu'elle vivait encore en 1971. On ne lui connaît ni mari, ni enfant. Quant au patronyme « France Ellys », Lugné-Poe explique dans ses mémoires parus sous le titre Dernière pirouette en 1946 qu'il s'agit du nom d'artiste qu'il lui avait donné[2]. À noter qu'une éléve du Conservatoire, de dix ans sa cadette, a utilisé le même pseudonyme « Ellys » en 1930[3],[4].

Un succès rapideModifier

France Ellys a été découverte par Lugné-Poe qui lui a donné le rôle féminin principal de la pièce Créanciers d'August Strindberg le dans son Théâtre de l'Œuvre qui avait rouvert l'année précédente après cinq années de fermeture dues à la guerre. Le talent de cette nouvelle comédienne, la veille inconnue, est consacré par toute la presse[5]. Devant ce succès, les directeurs de théâtre se l'arrachent, et elle signe en novembre 1920 un engagement avec le théâtre du Vaudeville[6]. Mais elle se récuse finalement pour rester chez Lugné-Poe qui lui confie le premier rôle de ses mises en scènes suivantes. Cela lui vaut un procès avec le Vaudeville, qu'elle finit par gagner en 1926[7].

En 1927, elle est remarquée par le dramaturge Henri-René Lenormand qui lui confie le rôle principal de sa nouvelle pièce Mixture et de ses deux créations suivantes. Cette collaboration est l'occasion pour France Ellys de rencontrer Georges Pitoëff. Elle participe ainsi aux représentations de la compagnie Pitoëff jusqu'en 1935[8].

Parallèlement, elle commence en 1932 une carrière cinématographique dans le film Un homme sans nom dont les directeurs Roger Le Bon et Gustav Ucicky lui ont confié le premier rôle féminin.

Un lent déclinModifier

Dans les années 1940 elle poursuit sa carrière à la fois au cinéma et sur les planches. L'âge venant, elle n'obtient plus que des seconds rôles, puis des petits rôles. Elle met un terme à sa carrière de comédienne de théâtre en 1947 et à celle d'actrice de cinéma au début des années 1950.

Elle donnera ensuite des cours d'art dramatique jusqu'au début des années 1970.

ThéâtreModifier

Liste non exhaustive des pièces jouées par France Ellys :

CinémaModifier

Courts métrages
Longs métrages

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. [PDF] (it) « France Ellys - Conversando con la grande attrice francese », La Voce del Salento, (consulté le 18 septembre 2013)
  2. Lugné-Poe, Dernière pirouette, Éditions du Sagittaire, , p. 112-113
  3. Une certaine Mlle Ellys figurait dans la liste des élèves du Conservatoire qui se sont présentées au concours de comédie de juin 1930, mais son âge (19 ans) ne correspond pas à celui de France Ellys qui devait en avoir environ 30 cette année-là ; l'homonymie est cependant intéressante. Au Conservatoire. Croquis rapides de nos futurs "comédiens". Mlle Ellys. Comoedia, 27 juin 1930, p. 1, disponible sur Gallica.
  4. Portrait de Mlle Ellys second prix de comédie au Conservatoire. Comoedia, 2 juillet 1931, p. disponible sur Gallica.
  5. Fernand Nozière, Lugné-Poe, Paris, Éditions Sansot, , p. 33
  6. « Une révélation de l'Œuvre : Mme France Ellys », Le Figaro, Paris, no 317 de 1920,‎
  7. France Ellys gagne son procès contre le Vaudeville Comoedia, 20 juillet 1926, p. disponible sur Gallica
  8. Jacqueline Jomaron, Georges Pitoëff, metteur en scène, Lausanne, Éditions L'Âge de l'Homme, , p. 73

Liens externesModifier