Ouvrir le menu principal

Jardin du Pré-Catelan
Image illustrative de l’article Jardin du Pré-Catelan
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Paris
Arrondissement 16e
Quartier Muette
Porte-Dauphine
Auteuil
Coordonnées 48° 51′ 53″ nord, 2° 15′ 11″ est

Le jardin du Pré-Catelan est un parc botanique du bois de Boulogne à Paris qui se trouve dans la zone du Pré Catelan.

HistoireModifier

Origine du nom et croix CatelanModifier

 
La croix du Pré-Catelan.

Selon une légende, le nom du Pré-Catelan proviendrait d'un troubadour nommé Arnault Catelan, qui y serait mort en 1312 alors qu'il apportait au roi Philippe le Bel des cadeaux de la part de Béatrice de Savoie[1],[2], épouse du comte de Provence (une autre source parle de « Bérengère de Provence »)[3],[4]. Le roi aurait en effet souhaité divertir sa cour et aurait demandé à la dame de lui envoyer ce célèbre troubadour, qui transportait avec lui un coffret. Séjournant dans son manoir de Passy, Philippe lui délègue alors un escorte, afin de lui faire permettre de traverser la forêt (actuel bois de Boulogne) en sécurité. Celle-ci, cependant, imagine que le coffret contenait des objets précieux et le tue. En réalité, la boîte n'abritait que des parfums et des élixirs, que les soldats utilisent, ce qui permet donc de les démasquer. Ils finissent brûlés. Le roi aurait ensuite fait construire une croix sur le lieu du massacre en mémoire du troubadour[5] ; à la fin du XIXe siècle, il aurait été encore possible distinguer les armes de la Provence sur son socle[3].

Le nom du lieu proviendrait plus probablement de Théophile de Catelan de Sablionnières, capitaine des chasses du château de Madrid et du bois de Boulogne sous Louis XIV et résidant du château de la Muette[6]. La « croix Catelan » proviendrait donc plutôt vraisemblablement de ce personnage ; en effet, à l'époque, on installait des croix sur les grands carrefours du bois, dédiés à des personnages liés à son histoire. Le 14 juillet 1790, toutes furent détruites, sauf celles-ci[5].

Depuis le XIXe siècleModifier

Entre 1853 et 1858, on extrait autour de cet endroit des pierres et du sable afin de paver les allées du bois de Boulogne. Une fois les carrières de 4 hectares fermées, en 1858[7], le lieu est transformé en parc d'attraction pour adultes par Nestor Roqueplan. Ce lieu festif de 8 hectares dispose d'un jardin paysager dessiné par Gabriel Davioud et Jean-Pierre Barillet-Deschamps. Il comprenait une salle de concert, un buffet, une brasserie, un aquarium, un théâtre de magie ou encore un cabinet de photographie. Les promeneurs viennent notamment boire du lait frais produit sur place, faire du vélocipède ou des tours de manège. Le Théâtre des fleurs, un amphithéâtre de 1800 places, comporte des loges cerclées de fleurs et d'arbustes. En 1861, le concessionnaire du parc fait faillite et la ville de Paris le reprend. L'activité du parc prend fin avec la guerre de 1870 et les affrontements de la Commune, moment où il est dévasté, seul le jardin subsistant[3]. L'ancienne laiterie a par la suite été reconvertie en chalet de nécessité[2].

En 1857 est édifié près de la croix le chalet de la Croix Catelan, renommé ensuite Relais du bois. Il comprenait une buvette et un bureau de tabac pour les promeneurs du jardin[5]. Ce lieu de restauration est de nos jours désaffecté. En 1886 est créé à proximité le site sportif de la Croix-Catelan[5] et en 1905 le restaurant Le Pré Catelan[2].

En 1953[8] est inauguré le jardin Shakespeare, à la place de l'ancien Théâtre des fleurs. Il est constitué de petits jardins thématiques faisant référence à cinq pièces du dramaturge[2],[5].

ArbresModifier

AccèsModifier

Le jardin est desservi par la ligne    à la station Porte Dauphine et par la ligne de bus RATP 244 à l'arrêt Bagatelle.

Notes et référencesModifier

  1. Frédéric Mistral, « Catelan lou troubaire » dans Lis isclo d'or.
  2. a b c d et e « Pré-Catelan et jardin Shakespeare », www.paris.fr (consulté le 21 avril 2019).
  3. a b et c Panneau Histoire de Paris devant la croix, au croisement de la route de Suresnes et de la route des Lacs à Bagatelle.
  4. Toutefois, on peut noter qu'on ne compte que Béatrice de Savoie et Béatrice de Provence qui correspondraient en termes de noms, mais qui ne vivaient pas à la même époque que le roi.
  5. a b c d et e Panneau explicatif situé de l'autre côté de la route, par rapport au panneau Histoire de Paris.
  6. Denis Lochouarn, « La seigneurie de Sablonnières », .
  7. Le panneau Histoire de Paris indique 1856.
  8. Le panneau Histoire de Paris indique 1951.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :