Famille Costa de Beauregard

page d'homonymie d'un projet Wikimédia
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Costa.

Costa de Beauregard
Armes de la famille.
Armes de la famille : Costa de Beauregard

Blasonnement D'azur à trois bandes d'or, au chef de France.
Devise Soli fidelis (latin) - "Seulement fidèle"
Période XIIIe siècle
Pays ou province d’origine Gênes
Fiefs tenus Archamp, Balleyson, Bassy, La Bâtie Meille, Beauregard, Bressieux-Hautecour, Cernex, Ceruse, Charlier, Châtelard, Cordon, Crappon, la Dragonnière, Evieu, Frise, Gerbais, Massongy, Megève, La Motte, Nernier, Rougemont, Sacconex, Saint-Genix de Beauregard, Saint-Maurice, Saint-Remy, le Villard ;
Demeures Bassy, Bressieux-Hautecour, Cordon, la Dragonnière, Gerbaix, le Villard, Beauregard.
Charges Président au conseil d'Etat de Savoie
Président en la Chambre des comptes de Savoie
Académicien
Fonctions militaires Général de cavalerie
Commandant les forteresses de Savoie

La famille Costa puis Costa de Beauregard, originaire de Gênes (Ligurie), est une famille de la noblesse de Savoie d'ancienne extraction sur preuves de 1389. Elle obtient le titre de marquis de Saint-Genix de Beauregard en 1700, sous le règne du duc Victor-Amédée II de Savoie. Elle fait partie des Familles subsistantes de la noblesse française, depuis l'Annexion de la Savoie à la France de 1860. La famille Costa de Beauregard est adhérente à l'ANF depuis 1935[1].

HistoriqueModifier

OriginesModifier

La famille Costa apparaît vers le XIIIe siècle à Gênes et elle fait partie des familles patriciennes[2],[3].

La famille pourrait avoir pour plus ancien ancêtre mentionné un certain Rustico Costa, au début du XIIIe siècle, vassal de l'évêque de Gènes pour le fief de San Massimino[4]. Mais le comte de Foras indique qu'il n'en a aucune preuve[4]. Le comte de Foras ne donne cependant qu'une filiation établie à partir de Vincent Costa, Anciens de la République et membre du sénat de Gênes[5].

Une partie de la famille vient s'installer en Savoie, vers la fin du XVIIe siècle[2]. L'évêque de Savone, Pierre-François Costa, présente son cousin, Jean-Baptiste Costa, au duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier[3]. Il le fait, dans un premier temps, gentilhomme de la maison de Savoie, puis du prince Thomas, en 1626[3]. Il obtient ensuite la charge de conseiller d'Etat et il devient président de la Chambre des comptes de Savoie, le [3]. Il obtient les années suivantes les charges de contrôleur général des finances, président du Conseil d'Etat (1631) et surintendant général des finances, commissaire général des étapes (1632)[3]. Il acquiert par la suite le comté du Villard, en 1645, et la seigneurie de Cernex[3],[6]. Le prince Thomas devant rembourser ses dettes auprès Lazare Costa, il vend au fils de ce dernier, Jean-Baptiste, le fief de Villard qui sera érigé en comté par la duchesse et régente Christine de France, le [6]. Jean-Baptiste Costa devient ainsi à l'origine d'une branche savoyarde des Costa[3].

Famille noble de SavoieModifier

En 1700, le duc Victor-Amédée II de Savoie, élève Jean-Baptiste Costa au rang de marquis de Beauregard[7],[8],[9].

TitresModifier

Liste non exhaustive des titres que porta suivant les périodes la famille Costa de Beauregard[10] :

Érection de la baronnie de Saint-Rémy en comté, le .

PersonnalitésModifier

Personnalité apparentée
  • Jean-Paul Alexis, dit Régis Valette (1927-2015), époux de Charlotte Costa de Beauregard, haut fonctionnaire et auteur d'un Catalogue de la noblesse française subsistante, communément désigné comme « le Valette ».

HéraldiqueModifier

Les armes de la famille Costa de Beauregard se blasonnent ainsi :

d'azur à trois bandes d'or, au chef de France[10],[18].

Vincent Costa obtient, en 1428, par concession du roi de France Charles VII , de porter sur ses armes un chef de France, une étoile remplaçant la troisième fleur de lys[3]. En 1634, par diplôme du roi Louis XIV, Jean-Baptiste Costa, chef de la branche de Savoie, obtient le droit de porter en chef les armoiries pleines de France[3].

Support : deux anges[10]
Cimier : un soleil d'or[10]
Devise des Costa est : Soli fidelis [10]

FiliationModifier

Filiation reposant en partie sur la généalogie proposée par le comte Amédée de Foras, dans son second volume Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie[5]. La branche savoyarde des Costa n'a produit qu'une tige, celle des comtes de Saint-Rémy et d'Évieu[19].

  • Antoine Costa, qui effectua des ambassades pour la république de Gênes à Milan, en France (1396), se maria en 1389 avec Philippa de Montaldo[20] dont
    • Vincent, un Ancien de la République de Gênes[20],[21] ; parmi ses descendants :
      • Jean Baptiste III, qui suit ;
      • Lazare Costa, son cousin, vivant en 1647[21], banquier génois, prêteur par l’intermédiaire de son cousin Jean Baptiste de Thomas de Savoie-Carignan ; Lazare eut de son mariage en 1624 avec Pelegrina Biccia deux fils, André et Barthélemy, gentilshommes ordinaires de la chambre du roi de France[22].


  • Jean-Baptiste III (1592-1663)[21], président au conseil d'État, président en la Chambre des comptes, fait comte du Villard, le 18 septembre 1647. Il acquiert de Charles de Chabod la maison forte de la Dragonnière et de Thomas de Savoie-Carignan, le 17 juillet 1645, le château du Villard.
    • Gaspard, qui suit.
    • Pantaléon Costa (1643-1716), commandant les fortesses de Savoie, marié à Louise de Passier de Cordon, comte de Saint-Remy ;
      • Jacques Emmanuel Costa, mort avant sa sœur, qui suit ;
      • Anne Clémence Costa (morte en 1731), mariée à Jean-François de Bertrand de la Pérouse (1676-1751).


  • Gaspard (1628-1685), président à la souveraine chambre des comptes de Savoie.
    • Jean Baptiste IV (1655-1722), président à la chambre des comptes de Savoie, il acheta du domaine souverain la terre et le mandement de Saint Genix, qui furent incorporés avec la seigneurie de Beauregard et les maisons fortes de Frise et de Tresserve en un seul marquisat sous la dénomination de Saint Genix de Beauregard[23].
    • Barthélemy (1665-1743), comte de Massongy, gouverneur d'Ingolstadt, premier chambellan de l'électeur de Bavière, général de cavalerie, commandait en chef, en 1741, l'armée bavaroise. Avec son frère Pantaléon Ignace, il obtint pour sa famille le droit de porter leurs armoiries sur la poitrine d'un aigle impérial et royal[24].
    • Pantaléon Ignace (1663-1703), comte de Nernier, colonel de cavalerie, commandant le régiment des cuirassiers de l'empereur (d'Erbesteirn).
    • Marc Antoine (1679-1751), comte de Charlier, puis marquis de Saint Genix de Beauregard, gentilhomme de la chambre de l'empereur Charles VII, chambellan de l'électeur de Bavière.
      • Joseph Barthélemy Alexis (1726-1797), il fit paraître à Chambéry un Essai sur l'amélioration de l'agriculture dans les pays montueux et en particulier de la Savoie (Gorin, 1774).
        • Joseph Henri (1752-1824)[25], organisateur et quartier-maître général du corps d'état-major piémontais et du génie topographique, puis général. Auteur de Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie[26]. Voir aussi son Journal de voyage à Paris[27]. Il épousa Charlotte Geneviève Joséphine d'Auberjon de Murinais (1756-1811), pour laquelle Joseph de Maistre écrivit le Discours à Madame la Marquise de C****, sur la vie et la mort de son fils Alexis Louis Eugène (lire en ligne).
          • Alexis Eugène Louis (1778-1794), né au château du Villard[11], lieutenant au grenadiers royaux, mort des suites d'une blessure reçue le 27 avril 1794 sur le champ de bataille, au Col-Ardent, au comté de Nice.
          • Henri Maurice Victor François Régis, qui suit.


  • Henri Maurice Victor François Régis[8] (1779-1836), marquis, gentilhomme de la chambre du roi de Sardaigne, conseiller d'État extraordinaire. Il épousa Catherine Élisabeth de Quinson (1785-1832).
    • Clotilde Élisabeth Henriette Marie (1805-1868), comtesse de Seyssel, par son mariage, en 1825[8], avec Henri-Charles-Philibert de Seyssel-Cressieu, comte de Seyssel-Cressieu (1796-1867), à qui elle porte le domaine de Villard, qu'elle a précédemment acquise de son frère Raoul.
    • Louis Marie Pantaléon (1806-1864), marquis de Saint-Genix de Beauregard, premier écuyer du roi de Sardaigne, homme d'État savoyard.
      • Marie Charles Albert (1835-1909), homme politique et historien français, conseiller général de la Savoie, commandant du 1er bataillon des mobiles de la Savoie lors de la guerre de 1870, député de Savoie en 1871, membre de l'Académie de Savoie, et président de 1887 à 1889. Il est élu membre de l'Académie française le 23 janvier 1896.
      • Camille Josselin Marie Victor (1836-1916).
      • Adolphe Jean Marie Camille (Camille Costa de Beauregard), né en 1836 et mort en 1916, chanoine de Chambéry et fondateur de l'orphelinat du Bocage à Chambéry[28].
      • Alix Fernande Marie (Alix Costa de Beauregard), née en 1847 et morte en 1915, entrée en religion sous le nom de sœur Mélanie[29].
    • Antoine Marie Pierre Raoul (1811-1878), il hérite de son père de la terre du Villard, qu'il cédera, en 1825[11], à sa sœur Clotilde, comtesse Henry de Seyssel-Cressieu.

AlliancesModifier

Alliances anciennesModifier

Familles: d'Allinges, d'Auberjon de Murinais, Bouvier d'Yvoire, de Broglie, de Chabod, de Gontempe, Greyfié de Bellecombe, de Lagoutte de Montangey, de Lancrau de Bréon, de Mareste, Milliet de Faverge et de Challes, de Morand de Gonfignon, de Moyria-Châtillon, de Musy, d'Oncieu de la Bâtie, Passerat de Silans, Pourroy de L'Auberivière de Quinsonas, de Prunelé, de Sainte-Marie d'Agneaux, de Quinsons, de Seyssel-Cressieu[5].

Alliances contemporainesModifier

Familles: Alexis, d'Avenel, de Boissieu, Budes de Guébriant, Caillard d'Aillières, Chossat de Montburon, de Foucauld, de Frévol d'Aubignac de Ribains, de Gourcuff, d'Harcourt, Imbert de Balorre, de Kersauson, de La Croix de Ravignan, de La Forest d'Armaillé, Le Cardinal de Kernier, Le Mercier de Maisoncelle, Le Roy de Valanglart, de Mathan, de Maurès de Malartic, d'Orglandes, Pandin de Narcillac, de Peyronnet, Poupart de Neuflize, Thomas de Pange, de Rougé, de Sainte-Marie d'Agneaux, Saulnier d'Anchald, de Sèze, Vertille de Richemont, Von Habsburg-Lotthringen von Altenburg (Autriche)[30].

PossessionsModifier

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief de la famille de Costa :

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Chambéry et ses environs. Le Petit Bugey (vol. 1), Roanne, Éditions Horvath, , 475 p. (ISBN 978-2-7171-0229-1).
  • André Borel d'Hauterive, Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines, vol. A18, Grenoble, Allier Frères, (ISSN 2019-8086, lire en ligne), p. 373-388. Les pages 373-388 correspondent au « Nobiliaire de Savoie ». Les autres pages renvoient à d'autres volumes de l'Annuaire.
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. 12, COS — CUM, Evreux, imprimerie Charles Herisseys, (lire en ligne), p. 12-30, « Costa de Beauregard ».
  • Pantaléon Costa de Beauregard, Mémoire sur la famille Costa, Chambéry, F. Puthod,
  • (it) Gio. Domenico Peri, Attestationi d'alcuni carichi et imprese ne quali si sono impiegati molti della nobilissima famiglia Costa, Gênes, (lire en ligne)
  • Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 5, Grenoble, Allier frères, (lire en ligne), p. 195-202
  • Jean Baptiste L'Hermite de Soliers, La Ligurie française, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Annuaire de l'ANF, Albédia, Aurillac, 2007, p.36.
  2. a et b Histoire des communes savoyardes, 1982, p. 154 (lire en ligne).
  3. a b c d e f g h et i Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, 1868, p. 196.
  4. a et b Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, 1868, p. 196.
  5. a b et c Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, 1868, p. 197-201.
  6. a et b Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Mémoires et documents publiés par la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, , 99 p. (lire en ligne), p. 48.
  7. a et b Christian Regat, François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie - Chablais, Faucigny, Genevois, Cabédita, 1994, (ISBN 9782882951175), p. 49.
  8. a b c d e f g et h Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Mémoires et documents publiés par la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, , 99 p. (lire en ligne), p. 49.
  9. Régis Valette, catalogue de la noblesse française-Savoie, Robert Laffont, 2007, p.68.
  10. a b c d et e Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, 1868, p. 195.
  11. a b et c Michèle Brocard (ill. Edmond Brocard), Les châteaux de Savoie, Yens-sur-Morges, Éditions Cabédita, coll. « Sites et Villages », , 328 p. (ISBN 978-2-88295-142-7, lire en ligne), p. 106.
  12. Notice sur data.bnf.fr
  13. Notice sur data.bnf.fr
  14. Ghislaine Gerbelot, « Camille Costa de Beauregard proclamé bienheureux ? », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  15. « Olivier COSTA DE BEAUREGARD - Dirigeant de la société Figaro Classifieds - BFMBusiness.com », sur dirigeants.bfmtv.com (consulté le 18 août 2019)
  16. « Marguerite Rabassi - Nominations au Journal officiel de la République française », sur jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 18 août 2019)
  17. « Marguerite Costa de Beauregard - Nominations au Journal officiel de la République française », sur jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 18 août 2019)
  18. Annuaire de la Noblesse de France, 1861, p. 158-159.
  19. Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, 1868, p. 202.
  20. a et b La Ligurie française, 1660.
  21. a b et c Mémoire sur la famille Costa, 1864.
  22. Brevet du 16 mars 1654.
  23. Lettres patentes du 20 janvier 1700.
  24. Diplôme impérial du 23 avril 1698.
  25. Charles Albert Costa de Beauregard, Un homme d'autrefois : Souvenirs recueillis par son arrière-petit-fils, le marquis Costa de Beauregard, Paris, E. Plon, (lire en ligne) ; Charles de Mazade, Un gentilhomme de Savoie pendant la Révolution : Le marquis Henry Costa de Beauregard dans Revue des deux mondes, t. 29, (lire en ligne), p. 365-394.
  26. Joseph Henri Costa de Beauregard, Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie et sur les pays soumis à sa domination depuis le commencement du onzième siècle jusqu'à l'année 1796 inclusivement, enrichis de notes et de tableaux généalogiques et chronologiques, Turin, P.-J. Pic, (lire en ligne).
  27. Joseph Henri Costa de Beauregard et Patrick Michel, Journal de voyage d'un jeune noble savoyard à Paris en 1766-1767 : Présenté et annoté par Patrick Michel, Villeneuve-d'Ascq (Nord), Presses universitaires du Septentrion, (ISBN 978-2-7574-0427-0).
  28. Ernest Costa de Beauregard, Le Serviteur de Dieu, chanoine Camille Costa de Beauregard : 1841-1910, Chambéry, Imprimeries réunies,  ; Robert Fritsch, Camille Costa de Beauregard : Fondateur de l'œuvre des jeunes du Bocage à Chambéry, 1841-1910, Chronique d'une œuvre sociale et éducative dans la savoie du XIXe siècle, La Fontaine de Siloé, (ISBN 978-2842060664) ; Françoise Bouchard, Camille Costa de Beauregard : La noblesse du cœur (1841-1910), Chambéry, Salvator, (ISBN 978-2706707780).
  29. Ernest Costa de Beauregard, Alix Costa de Beauregard, Fille de la Charité de Saint-Vincent de Paul. En religion, sœur Mélanie (1847-1915), Chambéry, Imprimeries réunies, .
  30. Bottin Mondain, Levallois-Perret, 2016, p.490.
  31. Maison toujours habitée par la famille de Morand de Gonfignon, descendante de Clémentine Costa de Beauregard (1763-1848), (dans Michèle Brocard, Les châteaux de Savoie, Cabédita, 2004, p.197-198).
  32. Histoire des communes savoyardes, 1982, p. 158 (lire en ligne).