Famille de Mathan

de Mathan
Blasonnement De gueules, à deux jumelles d'or, accompagnées en chef d'un lion léopardé du même
Période XIVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bretagne
Fonctions militaires Officiers, gouverneurs, maréchal de camp
Fonctions ecclésiastiques Prieur
Récompenses civiles Pair de France
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis, ordre de la Légion d'honneur

La famille de Mathan est une famille d'extraction chevaleresque établie au bailliage de Caen dont la filiation est prouvée depuis 1341[1].

HistoireModifier

Elle pourrait être originaire de Mathieu, village situé au nord de Caen (Calvados)[2]. Mathan est également une terre et seigneurie en Basse-Normandie, située à proximité de l'Abbaye Notre-Dame d'Aunay-sur-Odon (commune de Longvillers, lieu-dit Mathan), qui donna son nom à cette famille d'ancienne noblesse en Normandie.

Cette famille est différente de la famille Hue de Mathan prétendant avoir été anoblie en 1595[3].

La famille de Mathan établit sa filiation depuis Henri de Mathan, trouvé en 1274 et la prouve depuis Jean de Mathan, qui aurait épousé, vers 1341, Jeanne de Parfouru[1]. Cette dernière apporte dans sa dot les terres de Saint-Pierre-de-Semilly (Manche), qui appartiennent toujours à ses descendants aujourd'hui[4].

Cette famille est membre de l'ANF depuis le 5 décembre 1952.

PersonnalitésModifier

ArmesModifier

Les armes de la famille de Mathan sont : « De gueules, à deux jumelles d'or, accompagnées en chef d'un lion léopardé du même. »

  • Supports : deux lions
  • Cimier : une tête humaine
  • Devise en latin : Nihil deret timentibus Deum
  • Devise en français : Au feal, rien ne falt
  • Cri de guerre : Mathan

RésidencesModifier

Les possessions actuelles et passées de la famille de Mathan sont :

 
Aperçu du château de Saint-Pierre-de-Semilly (50), propriété de la famille de Mathan depuis le XIVe siècle.
  • Château de Ragny à Tournay-sur-Odon[8]
  • Manoir de Mathan à Longvillers (XVe siècle)
  • Manoir de Vains[9]
  • Château de la Bristière à Échillais[10]
  • Château de Boisgibault à Ardon[11]
  • Château de Lamballe à Fleury-les-Aubrais (détruit au XXe siècle ?)[12]
  • Château de Saint-Pierre-de-Semilly (XVIe siècle)[4]
  • Château de Belbeuf (hérité au début du XXe siècle après le décès de Jacques Godart de Belbeuf, dernier du nom - vendu en 1930)[13]
  • Hôtel de Mathan à Rouen, qui deviendra une filature de coton, puis le couvent des Ursulines (détruit au début du XXe siècle)[14]
  • Château de Beaunay (se nomme aujourd'hui "château des Étangs") à Beauval-en-Caux[15]
  • etc.

AlliancesModifier

Costa de Beauregard, Desfriches Doria, Goullet de Rugy, Le Berceur de Fontenay, Pandin de Narcillac, Le Caron de Chocqueuse, Le Dantu, Imbert de Trémiolles, Tardieu de Maleissye-Melun, d'Andigné, d'Aché, des Asses, d'Anneville, d'Angerville, de Berranger, de Bossoreille de Ribou, de Bucy, de Chabannes, de Conchy, de Coulonges, de Creully, d'Espinay, d'Espinay Saint-Luc, de Froissard de Broissia, de Parfouru, de Limairac, de Longvillers, de Feraudy, des Hays de Gassart, d'Héricy, de Garron de La Bévière, du Croquet de Guyencourt, de Reviers, de La Haye Jousselin, de Bengy de Puyvallée, du Chastel de la Howarderie, du Cluzel de La Chabrerie, de Kéchilava, du Peloux de Praron, Davy, Godart de Belbeuf, de Faret de Fournès, de Foucault, Juglar, Lamour de Caslou, Le Bas de Cambes, de Savary, de Siresme de La Ferrière, de Valori, etc.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Grand Armorial de France, tome V, page 13.
  2. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France,
  3. Grand Armorial de France, tome IV, page 316.
  4. a et b « Une histoire de famille qui perdure depuis 700 ans », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017).
  5. Hippolyte Sauvage, Le Château de Saint-Lô et ses capitaines-gouverneurs, (lire en ligne)
  6. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française
  7. Netskiss.fr, « Le château disparu de Cambes en plaine », sur www.cambesenplaine.com (consulté le 15 février 2017)
  8. « Le château de Ragny a livré ses secrets, mercredi », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  9. « État général des fonds Chartrier de Vains - 16e-20e s. », sur recherche.archives.manche.fr (consulté le 15 février 2017)
  10. « Jean de Mathan pour la mise en valeur du château de la Bristière à Echillais », sur academie-saintonge.org (consulté le 15 février 2017)
  11. Centre France, « Ardon - Si le domaine de Boisgibault m’était conté », www.larep.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  12. Henri de Frondeville, Les conseillers du Parlement de Normandie : recueil généalogique établi sur la base du manuscrit Bigot de la Bibliothèque de Rouen, A. Lestringant, (lire en ligne)
  13. belbeuf, « Belbeuf - Histoire », sur www.belbeuf.fr (consulté le 15 février 2017)
  14. Guy Pessiot, Histoire de Rouen, Editions PTC, , 319 p. (ISBN 978-2-906258-86-0, lire en ligne)
  15. François-Alexandre Aubert de la Chesnaye des Bois et Badier, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes, & l'état des grandes terres du royaume ... On a joint ... le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles, & plus illustrés ..., Chez la veuve Duchesne ... et l'auteur, (lire en ligne)

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier