Etaux

commune française du département de la Haute-Savoie

Etaux
Etaux
Église Saint-André.
Image illustrative de l’article Etaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rochois
Maire
Mandat
David Ratsimba
2014-2020
Code postal 74800
Code commune 74116
Démographie
Population
municipale
1 979 hab. (2017 en augmentation de 10,56 % par rapport à 2012)
Densité 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 59″ nord, 6° 17′ 41″ est
Altitude Min. 580 m
Max. 922 m
Superficie 13,69 km2
Élections
Départementales Canton de La Roche-sur-Foron
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Etaux
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Etaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Etaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Etaux

Etaux (nommée également Eteaux non officiellement) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Le territoire de la commune d'Etaux est situé dans le sud-est de la France, au centre du département de Haute-Savoie, entre le nant de Massy et le Foron, sur le versant nord du plateau des Bornes[1], dans le quart nord-ouest des Alpes françaises. Elle appartient à la région naturelle et historique du Faucigny qui se calque sur la vallée de l'Arve[1].

La commune se trouve à 2 km sud de la ville de La Roche-sur-Foron. L'autoroute A410 passe à côté du chef-lieu.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Étô, selon la graphie de Conflans[2].

HistoireModifier

La position de coteaux a favorisé, semble-t-il, l'implantation d'un habitat gallo-romain, notamment une villa relativement importante, au niveau des lieux-dits Pré Vaulet et Clos de Nay[1]. Il semble toutefois avéré que ce fut un important point de passage à l'époque burgonde.

Situé à l'entrée du col d'Évires, sur l'antique voie romaine qui reliait Genève à Annecy, c'était un centre de péage pour la traversée des cols préalpins. Dans le passé, ont été retrouvés des traces de cette voie, et la tradition raconte qu'à la fin du XIXe siècle, un paysan aurait retrouvé en labourant son champ, un dépôt monétaire d'époque burgonde, composé de monnaies en or et en argent, qui vint partagé entre différents musées nationaux.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 1], dont 72 dans le village[5],[6]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[7].

Politique et administrationModifier

 
Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 ? Paul Demolis    
mars 2001 mars 2008 Denis Duvernay ... ...
mars 2008 mars 2014 François Rosset ... ...
mars 2014 En cours
(au avril 2014)
David Ratsimba ... ...

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Etaliens[8].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 1 979 habitants[Note 2], en augmentation de 10,56 % par rapport à 2012 (Haute-Savoie : +6,72 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
402548546608523563597633664
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
690706736738712684638638614
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
603604612558527579527450519
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2017 -
6388781 0901 5201 5801 6401 8431 979-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

ReligionModifier

La paroisse est dédiée à saint André[8].

Culture locale et patrimoineModifier

 
Ferme du chef-lieu, printemps 2019.
 
Clocher-porte de l'église Saint-André d'Etaux, printemps 2019

Lieux et monumentsModifier

La commune d'Etaux possède un petit patrimoine :

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[3],[4].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Pierre Broise, « Antiquités gallo-romaines du Faucigny », Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, vol. 3, t. XVIII,‎ , p. 259, « Etaux » (lire en ligne).
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 14
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  4. Paul Guichonnet (préf. Henri Baud), Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Roanne, Éditions Horvath, , 354 p. (ISBN 978-2-7171-0235-2), p. 163.
  5. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 130.
  6. Paul Guichonnet (préf. Henri Baud), Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Roanne, Éditions Horvath, , 354 p. (ISBN 978-2-7171-0235-2), p. 167.
  7. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  8. a et b « Etaux », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 9 août 2016), Ressources - Les communes.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.