Ouvrir le menu principal

Escalquens

commune française du département de la Haute-Garonne

Escalquens
Escalquens
Le centre historique.
Blason de Escalquens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Escalquens
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Sicoval
Maire
Mandat
Alain Serieys
2014-2020
Code postal 31750
Code commune 31169
Démographie
Gentilé Escalquinois
Population
municipale
6 557 hab. (2016 en augmentation de 8,29 % par rapport à 2011)
Densité 779 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 07″ nord, 1° 33′ 42″ est
Altitude Min. 146 m
Max. 232 m
Superficie 8,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Escalquens

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Escalquens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escalquens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escalquens
Liens
Site web www.escalquens.fr

Escalquens (prononcé [ɛskalkɛ̃s]) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. Elle fait partie de la communauté d'agglomération du Sicoval.

Ses habitants sont les Escalquinois et les Escalquinoises.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain à 15 km de Toulouse, dans le Sud-Est toulousain, aux portes du Lauragais, pays du Pastel, du canal du Midi… Le Lauragais comprend la Montagne Noire (Revel et le lac de Saint-Ferréol sont à 40 km) et un vaste massif de collines dans lequel s'étend Escalquens. Depuis leur sommet, il est possible de contempler la chaîne des Pyrénées, mais seulement la veille des jours de mauvais temps (selon une vieille légende qui s'avère souvent vérifiée).

Communes limitrophesModifier

Escalquens est limitrophe de sept autres communes.

 
Carte de la commune de Escalquens et de ses proches communes.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par l'Hers-Mort et son affluent le Ruisseau de Troy.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 842 hectares ; son altitude varie de 146 à 232 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

La gare d'Escalquens, sur la ligne F du réseau de transports en commun de Toulouse, permet de rejoindre rapidement le centre-ville de Toulouse.

Plusieurs lignes de bus Tisséo relient la commune au métro toulousain :

ToponymieModifier

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

L'habitat, diffus, est essentiellement constitué de maisons individuelles dans un cadre champêtre. La municipalité souhaite maîtriser cette évolution et créer un cœur de village afin que la commune garde toute sa dimension humaine.

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : Écartelé : au premier et au quatrième de gueules aux deux fasces d'argent, au deuxième et au troisième d'or au lion naissant d'azur.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt neuf[3],[4].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne du Sicoval et du canton d'Escalquens (avant le redécoupage départemental de 2014, Escalquens faisait partie de l'ex-canton de Montgiscard).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1995 Jean Cassan MRG Conseiller général
1995 2020 Alain Serieys PS  

Politique de développement durableModifier

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[5].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 6 557 habitants[Note 1], en augmentation de 8,29 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320383400461506489536513537
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
524479453416388427397381384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350357374346351348345374388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4538962 0512 8844 3235 4775 6786 0556 557
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 83 46 36 27 29 30 31 31
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

Même si la majorité de la population active migre tous les jours vers Toulouse et ses grandes sociétés (EADS Astrium Satellites, Airbus, Thales Alenia Space, Motorola, Thomson, CNES, France Télécom…) ou vers le vivier d'entreprises de Labège-Innopole et du Parc technologique du Canal, Escalquens accueille quelques sociétés génératrices d'emplois (Midi-Pyrénées Plastiques, La Toulousaine, Gaches Chimie…). De plus, la commune d'Escalquens accueillera d'ici peu une zone commerciale d'importance avec notamment un magasin Décathlon qui a ouvert en août 2008.

Ces activités sont complétées par de nombreux artisans et commerçants. Les universités, instituts de technologies et autres écoles d'ingénieurs de Toulouse, situés à proximité, offrent également la possibilité de poursuivre des études supérieures.

Lieux et monumentsModifier

Deux monuments, situés à 100 mètres l'un de l'autre, en plein cœur du village :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Vie localeModifier

 
La salle des fêtes.

EnseignementModifier

Escalquens fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune d'Escalquens depuis la crèche en passant par les écoles maternelles (Lavandes et Romarins) jusqu'à l'école élémentaire Petit Bois. Sur la commune voisine de Saint-Orens-de-Gameville, le collège Jacques Prévert et le Lycée Pierre-Paul Riquet prennent le relais de la scolarité de la jeunesse locale.

À noter qu'un collège est en 2018 en construction dans la commune[14] ; initialement prévu pour 2011, la date de commencement du chantier (fin 2012) implique un grand retard dans les travaux. La nouvelle date d'inauguration de l'établissement est prévue pour la rentrée de septembre 2019[15].

SantéModifier

Maison de retraite type ehpad Borde-Haute,

Activités sportivesModifier

Tennis, rugby à XV, football, taekwondo, karaté, aikido, boxe Française,

CultureModifier

Salle des fêtes, médiathèque,

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du Sicoval[16].

Personnalités liées à la communeModifier

JumelagesModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031107.html.
  5. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Escalquens, consultée le 26 octobre 2017
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. https://actu.fr/occitanie/escalquens_31169/ce-quil-faut-savoir-sur-college-descalquens-son-chantier_16538926.html
  15. https://actu.fr/occitanie/escalquens_31169/college-descalquens-eleves-vont-changer-detablissement_15631528.html
  16. http://www.sicoval.fr/fr/mon-logement/dechets.html
  17. https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/03/2880725-roller-une-escalquinoise-aux-championnats-du-monde.html