Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saarinen.

Eero Saarinen
Image illustrative de l’article Eero Saarinen
Eero Saarinen
Présentation
Naissance
Kirkkonummi, Finlande
Décès (à 51 ans)
Ann Arbor, États-Unis
Nationalité Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau des États-Unis États-Unis
Mouvement Mouvement moderne
Activités Architecte, designer.
Formation Académie de la Grande Chaumière, Université Yale, Académie des Arts de Cranbrook
Œuvre
Agence Eero Saarinen and Associates
Réalisations Gateway Arch
TWA Flight Center
chaise Tulipe
Distinctions médaille d'or de l'AIA
Entourage familial
Père Eliel Saarinen
Mère Louise « Loja » Gesellius
Famille Lilian Swann Saarinen (première femme)
Aline B. Saarinen (seconde femme)

Eero Saarinen est un architecte et designer américain d'origine finlandaise né le à Kirkkonummi et mort le à Ann Arbor.

Fils d'Eliel Saarinen, architecte finlandais réputé, il émigre avec sa famille à l’adolescence. Après des études d’architecture, il entre au cabinet de son père et collabore avec lui. Petit à petit il gère lui-même ses propres projets et concours architecturaux. Il obtient notamment la construction de la Gateway Arch en 1948. À la mort d’Eliel Saarinen il reprend les rênes de l’entreprise et multiplie les projets. Il conçoit une grande variété de bâtiments : des sièges sociaux de sociétés pour General Motors ou encore Bell), des habitations privées, des bâtiments de facultés à Yale et au MIT, des terminaux d’aéroports (Dulles, TWA Flight Center). Son style architectural évolue au fil des années, passant des formes rectilignes à des conceptions multipliants les courbes.

Il conçoit aussi des meubles. Après avoir fait ses premières armes avec Charles Eames, il entame une collaboration à long terme avec la société éditrice Knoll avec laquelle il crée notamment la chaise Tulipe.

Sommaire

BiographieModifier

Les premières annéesModifier

 
Hvitträsk, maison d'enfance de Saarinen à Kirkkonummi en Finlande.

Eero Saarinen naît le à Kirkkonummi en Finlande. Il est le fils de Louise « Loja » Gesellius, artiste (sculptrice et créatrice textile) et d'Eliel Saarinen, l'un des principaux architectes de Finlande[1]. Loja est la sœur d'Herman Gesellius, un associé d'Eliel au sein du cabinet d'architecture Gesellius-Lindgren-Saarinen. Il a une sœur ainée née en 1905, Eva-Liza, qui deviendra décoratrice d'intérieur[2]. La famille vit à Hvitträsk[3], une bâtisse de style romantique national, aujourd'hui un musée classé.

Pour avoir reçu le second prix d'un concours d'architecture pour imaginer le nouveau siège du Chicago Tribune en 1922, Eliel Saarinen est encensé par la critique. Alors en 1923, les Saarinen partent aux États-Unis[4]. Ils s’installent à Ann Arbor puis à Bloomfield Hills près de Détroit dans le Michigan. Son père devient le premier président de l'Académie des Arts de Cranbrook[5],[6]. De 1930 à 1931 Eero étudie la sculpture à l'Académie de la Grande Chaumière de Paris. Puis il étudie l'architecture à l'université Yale de 1931 à 1934[5],[7]. Pendant 2 ans, grâce à une bourse universitaire, il opère un tour d'Europe, visitant l'Italie, l'Égypte, la Palestine, la Grèce l'Allemagne, la Suède et la Finlande[8]. En 1936 il travaille au Cranbrook Architectural Office, le studio de son père. Il devient un ami proche de Charles Eames, Lilian « lily » Swann (sa future femme) et Florence Schust (future Florence Knoll), respectivement professeur et étudiantes à Cranbrook[9].

Les débuts comme architecte et les premiers prixModifier

 
Théâtre de Tanglewood à Lenox.

L'un de ses premiers projets architecturaux est la salle de concert et de théâtre de Tanglewood à Lenox dans le Massachusetts, résidence d'été de l'Orchestre symphonique de Boston[10]. Projet au long cours, l'aménagement du site de mobilise l'agence familiale à plusieurs reprises au cours de l'histoire. Eliel est chargé en 1937 de dessiner le pavillon de musique. En 1941, père et fils travaillent en duo pour réaliser la salle de concert et de théâtre. L'édifice montre une transition entre leur propre style. Eero y injecte des idées novatrices telles des arches soutenant un toit en escalier. À la fin des années 50 ce sont les associés d'Eero qui installent une voute dans le pavillon de musique[11].

 
L'église First Christian de Columbus

L'église First Christian de Columbus dans l'Indiana est un autre projet emblématique de la collaboration des Saarinen père et fils au sein de l'agence. Lorsque les deux architectes travaillent de concert sur un projet, Eero se concentre d'avantage sur l'aménagement intérieur, et Eliel sur la conception des volumes bâtis. La relation de travail entre eux est souvent excellente, chacun sachant tirer profit des idées de l'autre. Cela-dit en cas de désaccord poussé, le père a souvent le dernier mot. Ici, Eero souhaite une tour carillon métallique au mécanisme ouvert à la vue des passants. Mais c'est bien une tour en brique qui est érigée comprenant de multiples perforations d'où sort le son des carillons de l'orgue[12].

En 1940, Eero Saarinen obtient la nationalité américaine[8]. Avec Charles Eames, qui est assistant de son père, il décroche le premier prix d'un concours de création de design organique organisé par le Museum of Modern Art de New York en 1941[13],[14]. Leur travail montre une nouvelle technique de moulage de bois en contreplaqué (développée à l'origine par le designer finlandais Alvar Aalto)[15]. Le 26 juin 1942, Lily donne naissance à leur premier enfant, Eric[16]. De 1942 à 1945 il fait son service militaire auprès de l'Office of Strategic Services (OSS, « Bureau des services stratégiques »), une agence de renseignement gouvernementale à Washington[13]. Il y est recruté par un ami et ancien étudiant de Yale, Donal McLaughlin. Là-bas il est conçoit plusieurs manuels sur des sujets tels que le désamorçage de bombe. Aussi il dessine l'aménagement de la Situation Room à la Maison Blanche[16]. Le 20 janvier 1945, naît Suzan, le second enfant du couple Saarinen[17].

En 1947 la société Knoll Associates qui vient de se séparer de son designer Jens Risom cherche un nouveau concepteur. C'est Eero Saarinen, ami de longue date de Florence Knoll qui est choisi pour dessiner une chauffeuse[18]. Le model 61 dit « Grasshopper » (sauterelle) est un fauteuil à l'âme en contreplaqué moulé pour l'assise tapissée et disposant d'une armature en contreplaqué cintré évoquant les pattes de l'insecte sus-nommé[19]. Ce fauteuil n'est pas une réussite commerciale mais cette collaboration en appellera d'autres par la suite[19].

À partir de 1945 débute le projet des Case Study Houses, expérience architecturale dont le but est de construire des maisons modernes et économiques dans les environs de Los Angeles. Initié par John Entenza, rédacteur en chef de la revue Arts & Architecture, 36 projets (construit ou non) sont dessinés par des architectes[20]. Eero Saarinen participe avec Charles Eames à la réalisation de la N°9 dite « Entenza House » en 1949 à Pacific Palisades,[21]

 
La Gateway Arch de Saint-Louis

En 1947 le Jefferson National Expansion Memorial lance un concours d'architecture qui a pour but d'ériger à Saint-Louis un monument en hommage aux pionniers de la conquête de l'Ouest ainsi qu'à Thomas Jefferson. Ce monument doit symboliser la porte de l'Ouest et être représentatif du XXe siècle[22]. Etonnement en présentant chacun un projet, le père et le fils Saarinen se retrouvent concurrents. Eero est assisté par sa femme Lily, sculptrice. Dan Kiley s'occupe des aménagements paysagés et J. Henderson Barr conçoit l'aménagement intérieur[23],[24]. L'équipe d'Eero propose une grande arche. Selon lui l'arche symbolise « la porte de l'Ouest, l'expansion nationale et ainsi de suite ». À cause d'une erreur de télégramme, la famille croit tout d'abord qu'Eliel fait partie des cinq derniers finalistes. En réalité, c'est bien Eero qui voit son projet présélectionné adoubant définitivement le fils aux yeux du père[23]. La construction de la Gateway Arch, culminant à une altitude de 192 mètres, ne commence qu'en 1963 soit dix-huit mois après la mort d'Eero Saarinen pour s'achever le [25].

 
fauteuil Womb - Model 70.

En 1948, Knoll édite le fauteuil Womb - Model 70. C'est la seconde collaboration de Saarinen avec l'entreprise pennsylvanienne. Sous l'impulsion de Florence Knoll qui désire un siège au forme organique (d'où son nom Womb : la matrice), le designer reprend le concept d'un siège présenté lors du concours du Musée d'Art Moderne de New York[18]. Mais cette fois-ci, il remplace le contreplaqué par une coque en fibre de verre. Cette assise est habillée de tissu rembourré[19]. En 1950, Knoll sort le fauteuil de bureau Model 71. Les années 1950 connaissent un boom de l'aménagement d'espaces de travail. Florence Knoll dirige la Knoll Planning Unit, un service au sein de l'entreprise qui collabore avec les clients pour répondre à leurs attentes pratiques et esthétiques[26]. Pour créer ce fauteuil, Saarinen s'inspire du Model 42 de Florence Knoll en le modernisant notamment grâce à une coque en polyester et fibre de verre[27]. Cette nouvelle collaboration permet à Knoll de conforter sa position comme l'un des grands leaders du mobilier de bureau[26].

La décennie des grands projetsModifier

 
L'un des bâtiments du centre technique de General Motors

Eliel Saarinen meurt en 1950. son fils lui succède à la tête du cabinet d'architecture. La société est par la suite renommée Saarinen & Associates[15]. Esquissé en 1945 par son père, le projet du centre technique de General Motors est l'occasion pour Eero Saarinen au début des années 1950 de s'affirmer comme un concepteur de projets hors-normes[28]. Le constructeur automobile souhaite construire son nouveau centre sur un terrain de 130 hectares et y accueillir 5000 collaborateurs[29]. Disséminés autour d'un bassin central, l'architecte dispose les cinq pôles d'activité de la compagnie : recherche, ingénierie, développement des procédés, design industriel et services. Chacune de ces unités est re-divisée en cinq parties de briques et de verres. Les façades des blocs sont constitués de séries de cadres vitrées d'une largeur d'1,50 mètres. Afin d'apporter une touche de diversité, les murs d'extrémités en briques sont tous émaillés d'une couleur différente[28].

 
Locaux d’Eero Saarinen and Associates à Bloomfield Hills.

En janvier 1953 à la suite du succès du projet pour General Motors, Eero Saarinen est interviewé par Aline Bernstein Louchheim, une critique d'art et d'architecture[30]. Le portrait de Saarinen, publié dans le New York Times Magazine est intitulé « Now Saarinen the Son » (maintenant Saarinen le fils)[N 1]. La critique et l'architecte sont attirés l'un par l'autre. Saarinen fini par divorcer et il épouse Aline en secondes noces[8]. Après leur mariage, Aline s'occupe de la relation médias à l'agence Eero Saarinen & Associates. Ensemble, ils ont un fils prénommé Eames en l'honneur de son ami Charles Eames[31].

 
Le Kresge Auditorium du MIT

Au début des années 1950, Eero Saarinen est commissionné par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour concevoir un auditorium et une chapelle. Ces deux édifices sont une occasion pour l'architecte de se détacher progressivement du style Mies van der Rohe[32]. Pour le Kresge Auditorium, dont la construction débute en 1953, l'architecte dessine une ossature en béton armé prenant la forme d'une coque mince, égale à un huitième de sphère[N 2]. Celle-ci culmine à 50 mètres de haut et repose sur trois points. Trois mur-rideau de vitrages s'étendent sur les parties verticales. Face à l'auditorium il place la chapelle du MIT. Celle-ci se constitue d'un cylindre en brique de 50 pieds (15,24 m) de diamètre et 30 pieds (9,144 m) de haut. En partie basse les briques forment des voutes irrégulières reposant sur un sous-bassement en béton. Un bassin douve entour la chapelle[33]. L'édifice n'a pas d'autre fenêtre que le puit de lumière surplombant l'autel. Saarinen voulant recréer un effet de clair de lune à la vertical de l'autel, le designer Harry Bertoia conçoit un écran métallique suspendu qui réfléchi la lumière naturelle[34]. Les deux créations architecturales de Saarinen reçoivent des critiques mitigées. Certains y voyant des chef-d'œuvres, d'autres pointant des défauts esthétiques ou fonctionnels. Les musiciens pointent la mauvaise acoustique de l'auditorium[35],[36]. D'autres pointeront des formes peu dynamiques jurant avec l'environnement proche[37].

 
Patinoire David S. Ingalls, université Yale.

Après son travail pour le MIT, Eero Saarinen est commissionné par l’université de Yale où il a étudié l'architecture. En 1953 il est chargé de concevoir la patinoire de l’équipe universitaire de hockey sur glace de Yale, les Yale Bulldogs[38]. Avec la patinoire David S. Ingalls, l’architecte prolonge ses expérimentations de structures dômes avec ici un système structurel innovant. Saarinen crée une arche caténaire en béton armé de 90 mètres. Les cables partent de chaque cotés de cette épine dorsale et terminent leur course arrimés aux deux murs latéraux. Ce réseau de filins supporte une ferme en bois créant un toit dynamique à double courbure[39]. Selon son associé Kevin Roche : « La grande leçon à tirer de cet exemple est la maitrise des lignes et des formes qu’Eero possédait »[38]. Terminée en 1958, la patinoire est par la suite surnommée Yale Whale (la Baleine de Yale) de par la forme si particulière de son toit[40]. Le coût original de l’édifice est finalement doublé, atteignant les 1,5 millions de dollars[41].

En 1954, l’architecte devient membre de l’Académie américaine des arts et des lettres dans la même promotion que le peintre George Grosz, le poète Robert Lowell, l’écrivaine Elizabeth Bishop et le compositeur Carl Ruggles[42]. La même année il débute la construction de la chapelle du Stephens College dite « Firestone Baars Chapel » à Columbia dans le Missouri. Contrairement aux usages qui orientent les édifices chrétiens sur un axe est-ouest, il imagine un bâtiment de forme carré accessibles par chaque côté. Une toiture à quatre pans de faible pente est surmontée d’une flèche[43].

 
Terminal TWA de l'Aéroport International John F. Kennedy

En 1956 l’agence Eero Saarinen & Associates est engagée pour concevoir le terminal de la TWA à l’aéroport d’Idlewild (renommé plus tard aéroport John-F. Kennedy). Peut avant ce projet, Le Corbusier achève le Chapelle de Ronchamp en France. Cet édifice en béton est une inspiration pour les architectes comme Saarinen qui délaissent progressivement les lignes droites pour se tourner vers les courbes et contre-courbes[44]. Saarinen explique : « ce qui m'intéresse dans ces structures, c'est de savoir quand et ou les utiliser. En cherchant à approfondir les différentes possibilités qu’elles offrent, on découvre qu’elles ne se limitent pas à des formules mathématiques qu’il suffirait d’appliquer sans quoi tout s’écroulerait, mais qu’il existe de nombreuses alternatives, toutes aussi logiques et justes, menant dans de nombreuses directions »[44]. L’architecte imagine un bâtiment munit d’un toit composé de quatres coques en béton armé. Le toit voûté permet un aménagement intérieur spacieux et fluide, quasiment dépourvu de limites spatiales. Tous les éléments structurels et circulatoires sont incurvés et asymétriques. Les colonnes supportant les passerelles supérieures sont fusionnés de façon homogène dans le sol et le plafond[45]. Les critiques y ont vu la forme d’un oiseau ailé, métaphore de l’aviation[46], cependant Eero Saarinen n'a jamais prétendu que sa conception soit destinée à représenter quelque chose de physique[47].

 
Siège Tulipe.

En 1957[N 3] il achève le développement d'une collection de meubles pour Knoll. Fin 1954 dans des échanges avec Hans Knoll, Saarinen se dit très confiant à propos de cette quatrième collaboration avec l'éditeur de mobilier. Il lui écrit : « J'ai une idée qui va mettre Herman Miller à genoux »[48]. Ainsi il crée le Pedestal Group, un ensemble de mobilier dont l'objectif est de se débarrasser de tous ce « misérable fouillis de pieds » dans la maison[27]. Les pieds centraux sont donc conçus en fonte d'aluminium gainés de plastique. Pour la chaise Tulipe, les coques d'assises sont en plastique renforcé de fibre de verre moulée. Les coussins amovibles sont en mousse de latex[49],[27]. Beaucoup d'observateurs y voient une prolongation des concepts appliqués pour la création du TWA Flight Center de l'aéroport JFK : les formes et la fusion des éléments structurels en une forme unique[50]. Ce projet est un succès pour l'entreprise Knoll, la chaise tulipe devient rapidement une icône du design et un best-seller[51].

En 1959 il entame la construction de la North Christian Church (Église Chrétienne du Nord). Il reprend l’idée du chœur placé au centre de l’édifice déjà présente dans la chapelle du Stephens College. Cette fois-ci l’église est composé d’une ceinture hexagonale semi-enterrée et surmontée d’un toit à six pans supportés par six arcs en acier se rejoignant en une flèche[52]. Dans une interview l’architecte avoue que selon lui c'est l’une de ses plus grandes réalisations[53]. Bien qu'il n'ait pas suscité beaucoup d'intérêt du vivant d’Eero Saarinen, cet édifice a largement été copié pendant les décennies suivantes dans toute l'Amérique[54].

En cette fin de décennie, les projets se multiplient[55]. On peut notamment citer les sites d’entreprises comme le Bell Labs Holmdel Complex pour les Laboratoires Bell[56], le siège de Deere & Company[57] et la tour CBS à New York. L’agence obtient de nouvelles commandes de terminaux d’aéroport avec ceux d’Hellinikon Est à Athènes[58] et Dulles International à Washington DC[59]. Eero Saarinen conçoit également la facultés Ezra Stiles et S.F.B. Morse de l’université Yale et des résidences universitaires pour l’université de Pennsylvanie[55].

Fin de vieModifier

Le 21 août 1961, l'architecte est hospitalisé à Ann Harbor. Il meurt le 1er septembre lors d'une opération chirurgicale d'une tumeur au cerveau, à l'âge de 51 ans. Il est enterré au cimetière White Chapel à Troy dans le Michigan[60]. Il reçoit la médaille d'or de l'Institut Américain des Architectes à titre posthume en 1962[55]. Quelques jours plus tard l'agence déménage à Hamden dans le Connecticut[61]. Le cabinet d'architecture survit à Saarinen. Ses deux principaux collaborateurs Kevin Roche et John Dinkeloo reprennent les rênes de l'entreprise. Ils achèvent les projets en cours tels que le Terminal aéroportuaire TWA, la Gateway Arch ou encore le Bell Labs Holmdel Complex. Les associés renomment la société Kevin Roche John Dinkeloo and Associates en 1966[62].

HéritageModifier

Kevin Roche dépose en 2002 les archives de cette dernière à l'Université Yale[63].

En 2007, l’American Institute of Architects (AIA) publie les résultats d’un sondage établissant un classement des édifices américains préférés. Trois constructions d’Eero Saarinen sont plébiscitées. En 14e position, on trouve la Gateway Arch, le Terminal TWA de l’aéroport JFK est 115e et à la 149e place la patinoire Ingalls de l’université Yale[64]. Le même institut décerne le Twenty-five Year Award (« prix des vingt-cinq ans ») pour six des bâtiments auxquels l’architecte a contribué : l’école Crow Island, l’église Christ Lutheran, le centre technique General Motors, le terminal de Dulles, la Gateway Arch, le siège social de Deere & Company[65].

Du mobilier et des dessins d’Eero Saarinen sont en exposition permanente au MoMA de New York[66]. Une exposition de l'œuvre de Saarinen, Eero Saarinen : Shaping the Future, a été organisée par l'Institut culturel finlandais de New York en collaboration avec l’école d’architecture de l’université de Yale, le National Building Museum et le Musée de l'architecture finlandaise. L'exposition a voyagé en Europe et aux États-Unis de 2006 à 2010[67].

RéalisationsModifier

ArchitectureModifier

Travaux principaux d’Eero Saarinen :

MobilierModifier

  • 1946 : la chaise Grasshopper - Model 61 (édité par Knoll)
  • 1948 : le fauteuil Womb - Model 70 (édité par Knoll)
  • 1950 : le fauteuil Model 71 (édité par Knoll)
  • 1958 : la chaise Tulipe (éditée par Knoll)

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. l'article du New York Times Magazine par Aline B. Louchheim, 26 Avril 1953.
  2. Selon sa femme Aline, l'architecte aurait trouvé l'idée de cette forme en découpant une balle de caoutchouc creuse (op. cit. Saarinen de Pierluigi Serraino, p.38)
  3. Les différentes sources ne s'accordent pas sur l'année. Dans les faits, la présentation de la chaise Tulipe se déroule en 1957, mais la production débute en 1958 (op. cit. Knoll de Brian Lutz, p.295). La date sur site de l'éditeur est 1957

RéférencesModifier

  1. Pierluigi Serraino 2011, p. 7
  2. Donald Albrecht 2017, p. 323
  3. (fi) « Hvitträskin vaiheet », Museovirasto (consulté le 23 janvier 2013)
  4. Donald Albrecht 2017, p. 324
  5. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 8
  6. Charlotte Fiell, Peter Fiell 2012, p. 620
  7. (fi) « Eero Saarinen 20.8.1910, Kirkkonummi — 1.9.1961, Ann Arbor, Michigan USA », Musée de l'architecture finlandaise (consulté le 4 mars 2015)
  8. a b et c Pierluigi Serraino 2011, p. 92
  9. Donald Albrecht 2017, p. 327-328
  10. Renaud Machart, « Le Shed, hangar à grande musique de Tanglewood », sur Le Monde, (consulté le 8 mars 2019)
  11. Pierluigi Serraino 2011, p. 17
  12. Donald Albrecht 2017, p. 37
  13. a et b Cherie Fehrman et Kenneth Fehrman 2009, p. 54
  14. (en) Eliot F. Noyes, « Organic design in home furnishings », sur Museum of Modern Art, (consulté le 2 mars 2019), p. 3
  15. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 9
  16. a et b Donald Albrecht 2017, p. 329
  17. Donald Albrecht 2017, p. 330
  18. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 24-25
  19. a b et c (en + de + fr) Charlotte Fiell et Peter Fiell, 1000 chairs, Taschen, , 624 p. (ISBN 3822836443), p. 228-229
  20. Pierluigi Serraino 2011, p. 21
  21. Registre national des lieux historiques, « National Register of Historic Places - Registration Form », sur www.nps.gov, (consulté le 8 mars 2019)
  22. (en) Sharon A. Brown, Administrative History : Jefferson National Expansion Memorial National Historic Site, National Park Service, , Chpt 1 (1933–1935: The Idea)
  23. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 27
  24. (en) « The Significance of the Gateway Arch Landscape », sur nps.gov, National Park Service (consulté le 27 octobre 2013).
  25. Pierluigi Serraino 2011, p. 29
  26. a et b Brian Lutz 2010, p. 127-128
  27. a b et c (en + de + fr) Charlotte Fiell et Peter Fiell, 1000 chairs, Taschen, , 624 p. (ISBN 3822836443), p. 258-260
  28. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 33
  29. (en) Hardo Braun et Dieter Grömling, Research and Technology Buildings : A Design Manual, Birkhäuser Architecture, coll. « Design Manuals », , 238 p. (ISBN 978-3764321741), p. 23-24
  30. (en) Alexandra Lange, « Love & Architecture », The Design Observer, (consulté le 9 mars 2019)
  31. Pierluigi Serraino 2011, p. 13
  32. Pierluigi Serraino 2011, p. 37
  33. Pierluigi Serraino 2011, p. 39-40
  34. (en) Kim Williams, « Recalling Eero Saarinen : 1910-2010 », Nexus Network Journal - Architecture and Mathematics, Springer Science & Business Media, vol. 12, no 2,‎ , p. 193
  35. (en) Douglass Shand-Tucci, MIT : An Architectural Tour, Princeton Architectural Press, coll. « The Campus Guide », , 400 p. (ISBN 978-1616892746), p. 288
  36. (en) Edward R. Ford, The Details of Modern Architecture : 1928 to 1988, MIT Press, coll. « The Campus Guide », , 466 p. (ISBN 978-0262562027), p. 285
  37. Pierluigi Serraino 2011, p. 40-41
  38. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 53
  39. (en) Peter Rosen, Eero Saarinen: The Architect Who Saw the Future, documentaire co-produit par Eric Saarinen, 2017.
  40. (en) Margaret Rhodes, « The World's Most Beautiful Hockey Rink Gets a Big Upgrade », Wired, (consulté le 16 mars 2019)
  41. (en) « Ingalls Rink History », université Yale (consulté le 7 avril 2019)
  42. (en) « American Academy of Arts and Letters 1954 Awards Ceremony », New York Public Radio, (consulté le 16 mars 2019)
  43. Pierluigi Serraino 2011, p. 57
  44. a et b Pierluigi Serraino 2011, p. 61
  45. Pierluigi Serraino 2011, p. 63-64
  46. (en) Lois S. Kramer, Strategies for Reuse of Underutilized Or Vacant Airport Facilities, Transportation Research Board, , 62 p., p. 21
  47. (en) Ezra Stoller, The TWA Terminal : The Building Block Series, Princeton Architectural Press, coll. « Building Block Series », , 96 p. (ISBN 978-1568981826), p. 5
  48. Brian Lutz 2010, p. 65
  49. Brian Lutz 2010, p. 146
  50. Pierluigi Serraino 2011, p. 59
  51. (en) Anne Massey, Chair, Reaktion Books, , 224 p. (ISBN 978-1861897589), p. 78
  52. Pierluigi Serraino 2011, p. 89
  53. (en) A Look at Architecture, Columbus Area Visitor Center, , 182 p. (ISBN 978-0965929912), p. 48
  54. Jayne Merkel 2005, p. 159-160
  55. a b et c Pierluigi Serraino 2011, p. 93
  56. (en) Hardo Braun et Dieter Grömling, Research and Technology Buildings : A Design Manual, Birkhauser, coll. « Design Manuals », , 238 p. (ISBN 978-3764321741), p. 24-26
  57. (en) Louise A. Mozingo, Pastoral Capitalism : A History of Suburban Corporate Landscapes, MIT Press, coll. « Urban and Industrial Environments », , 336 p. (ISBN 978-0262526142), p. 119-133
  58. (en) Matthew Rampley, Heritage, Ideology, and Identity in Central and Eastern Europe : Contested Pasts, Contested Presents, Boydell Press, , 216 p. (ISBN 978-1843837060), p. 169
  59. (en) Joan M. Marter, The Grove Encyclopedia of American Art, vol. 1, Oxford University Press, , 2608 p. (ISBN 978-0195335798), p. 48
  60. (en) « Eero Saarinen », sur www.findagrave.com (consulté le 4 mars 2019)
  61. Pierluigi Serraino 2011, p. 15
  62. (en) « Firm - About », sur krjda.com (site officiel Roche Dinkeloo) (consulté le 4 mars 2019)
  63. (en) « Eero Saarinen Papers Donated to Yale Library », sur www.yale.edu, Université Yale, (consulté le 10 novembre 2010)
  64. (en) Alex Frangos, « Americans' Favorite Buildings », sur The Wall Street Journal, (consulté le 17 avril 2019)
  65. (en) « Twenty-five Year Award », sur American Institute of Architects (consulté le 17 avril 2019)
  66. « Eero Saarinen », sur www.marieclaire.fr (consulté le 17 avril 2019)
  67. (en) « Eero Saarinen : Shaping the Future », sur www.mfa.fi, Helsinki, Musée de l'architecture finlandaise (consulté le 17 avril 2019)}
  68. (en) « Cummins Inc. - Irwin Office Building », The Cultural Landscape Foundation (consulté le 21 avril 2019)
  69. (en) Michael A. Capps, « Eero Saarinen - Architect With a Vision », National Park Service, (consulté le 7 avril 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Donald Albrecht et Eeva-Liisa Pelkonen, Eero Saarinen : Shaping the Future, Yale University Press, , 464 p. (ISBN 978-0300122374)
  • (en) David G. De Long, Eero Saarinen : Buildings from the Balthazar Korab Archive, W. W. Norton Company, , 400 p. (ISBN 9780393732238)
  • (en) Cherie Fehrman et Kenneth Fehrman, Interior Design Innovators 1910-1960, Fehrman Books, , 217 p. (ISBN 978-0984200108), p. 51-55
  • Charlotte Fiell et Peter Fiell, Design du XXème siècle, Cologne, Tashen, , 768 p. (ISBN 978-3836541091)
  • Brian Lutz, Knoll : Le Style Moderniste, Éditions du Chêne, , 300 p. (ISBN 978-2-8123-0324-1)
  • (en) Brian Lutz, Eero Saarinen : Furniture for Everyman, Pointed Leaf Press, , 224 p. (ISBN 978-1938461019)
  • (en) Jayne Merkel, Eero Saarinen, Phaidon Press, , 256 p. (ISBN 978-0714865928)
  • (en) Antonio Roman, Eero Saarinen : An Architecture of Multiplicity, Princeton Architectural Press, , 464 p. (ISBN 978-1-56898-340-0)
  • Pierluigi Serraino (trad. Françoise Chaudemanche), Saarinen : 1910-1961 : Un expressionniste structurel, Taschen, , 96 p. (ISBN 978-3836544306)

DocumentairesModifier

  • (en) Peter Rosen, Eero Saarinen: The Architect Who Saw the Future, documentaire co-produit par Eric Saarinen, 2017.

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :