Kirkkonummi
Kyrkslätt (sv)
Blason de Kirkkonummi
Héraldique
Kirkkonummi
Lacs gelés :
le lac Viträsk à Siuntio et le lac Melko à Kirkkonummi.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Uusimaa
Langue(s) parlée(s) finnois (77,7 %) – suédois (19,7 %)
Démographie
Population 39 275 hab.[1] (2018)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 07′ 00″ nord, 24° 26′ 00″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 90 m
Superficie 101 601 ha = 1 016,01 km2 [2]
· dont terre 366,1 km2 (36,03 %)
· dont eau 649,91 km2 (63,97 %)
Rang superficie (109e / 336)
Rang population (28e / 336)
Histoire
Province historique Uusimaa
Province Finlande méridionale
Fondation 1330
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Kirkkonummi
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Kirkkonummi
Liens
Site web www.kirkkonummi.fi

Kirkkonummi (/ˈkirkːoˌnumːi/, en suédois : Kyrkslätt /²ɕʏrːkslɛt/) est une commune du sud de la Finlande, dans la région d'Uusimaa (en suédois : Nyland), dans la province de Finlande méridionale. Située en banlieue ouest de la capitale Helsinki, elle compte près de 38 000 habitants[1],[3] et connaît une forte croissance.

GéographieModifier

 
Hvitträsk

La commune est bordée au sud par le golfe de Finlande, importante façade maritime (145 km de côte) ponctuée de centaines d'îles et deux péninsules importantes, Porkkala et Upinniemi. Le centre de la commune est largement plat, on y trouve le village centre et la voie ferrée Helsinki-Turku. Le nord est sauvage, forêts, eskers et lacs, ressemblant à sa voisine Espoo. La municipalité comprend une partie du Parc national de Nuuksio.

Outre Espoo (à l'ouest), elle est bordée par les municipalités de Vihti et Siuntio. Kirkkonummi fait partie du Grand Helsinki.

Les habitants sont partagés entre plusieurs villages majeurs et d'autres moins importants, jouant de plus en plus le rôle de banlieue dortoir de la capitale. C'est ce manque d'unité qui a empêché Kirkkonummi d'être proclamée ville, cas similaire à la municipalité de Nurmijärvi.

TransportsModifier

Kirkkonummi est dans le périmètre des transports de la région d’Helsinki. Le village centre est situé à 30 km du centre de Helsinki, 30 minutes en voiture et à peine plus en bus ou en train.

Transports routiersModifier

La valtatie 1 traverse le nord de Kirkkonummi. Le centre de Kirkkonummi est au bord de la kantatie 51. La partie occidentale de la kantatie 50 c'est-à-dire de la Kehä III est située à Kirkkonummi.

Localement, les bus de Pohjolan Liikenne et de Nurmijärven Linja Oy desservent le sud et le centre de Kirkkonummi ainsi que Veikkola[4].

Transports ferroviairesModifier

La rantarata reliant Helsinki à Turku dessert à Kirkkonummi les gares de Masala, Jorvas, Tolsa, Kirkkonummi.

Les trains de la région d'Helsinki: les trains U circulent entre Helsinki et Kirkkonummi en desservant deux fois par heure les gares de Masala, Jorvas, Tolsa, Kirkkonummi. Aux heures de pointe, les trains U et Y desservent les gares de Masala et de Kirkkonummi.

HistoireModifier

La région est peuplée depuis l'âge de la pierre comme l'attestent des gravures rupestres, les premières découvertes en Finlande. Au début du XXe siècle, la commune est un des lieux de repos favoris des artistes fuyant l'agitation d'Helsinki. C'est à ce moment-là qu'est édifiée la demeure de Hvitträsk (1902), œuvre des architectes les plus connus de l'époque : Eliel Saarinen, Herman Gesellius et Armas Lindgren. C'est aujourd'hui un musée et l'une des principales curiosités touristiques de la commune.

À la suite de la guerre, l'histoire de la municipalité devient plus dramatique. L'URSS exige dès l'armistice de 1944 de pouvoir louer pour cinquante ans la péninsule de Porkkala, et avec près de la moitié de la commune, pour en faire une base militaire. Cette base avait une double fonction, pouvant à la fois bloquer le golfe de Finlande contre une offensive ennemie, et aussi contrôler la capitale finlandaise Helsinki, distante de tout juste trente kilomètres. Le traité de Paris entérine cette situation. Cependant, devant le bon comportement des dirigeants finlandais, les Soviétiques évacuent finalement Porkkala en 1956. Aujourd'hui, la péninsule d'Upinniemi (voisine de Porkkala, et faisant partie à l'origine de la zone concédée) abrite la principale base navale du pays et l'école de la marine.

DémographieModifier

La courbe de population est assez intéressante. Avant la guerre, la municipalité compte une importante population agricole, répartie sur une centaine de villages. La moitié sud est évacuée en 1944 pour laisser place nette à l'armée soviétique. Les habitants réinvestissent leurs village ou ce qu'il en reste dès la fin des années 1950 mais la commune commence alors à jouer le rôle de banlieue de Helsinki et connaît un développement exponentiel depuis lors, affichant dernièrement des taux de croissance de la population de l'ordre de 3 % par an.

Évolution démographique
1924 1938 1957 1960 1963 1970 1973 1984 1992
7 7757 8464 2557 0338 03511 50013 33421 88026 539
2001 2004 2005 2012 2015 2018 - - -
29 69432 77233 58137 501[3]38 39139 275[1]---

JumelagesModifier

Personnalités de KirkkonummiModifier

ÉconomieModifier

PolitiqueModifier

Science et cultureModifier

ArtistesModifier

SportifsModifier

GalerieModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (fi) « Ennakkoväkiluku sukupuolen mukaan alueittain 2018 », Tilastokeskus, (consulté le 22 mai 2019)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  3. a et b (fi) « Väestötietojärjestelmä », Centre finlandais du registre de la population, (consulté le 23 décembre 2012)
  4. « Matalalattiabussit tulevat K-nummelle », Viisykkönen, (consulté le 23 mai 2019)
  5. a et b « Ystävyyskunnat », Ville de Kirkkonummi (consulté le 22 mai 2019)