Coupe du monde de rugby à XIII 2021

coupe du monde
Coupe du monde de rugby 2021
Description de l'image Logo coupe du monde.jpg.
Généralités
Sport Rugby à XIII
Organisateur(s) RLIF
Édition 16e
Lieu(x) Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Date du au
Participants 16
Épreuves Tournoi masculin
Tournoi féminin
Tournoi Fauteuil
Tournoi Handisport
Directeur Jon Dutton
Site web officiel Site officiel

Palmarès
Tenant du titre Australie
Vainqueur Australie
Finaliste Samoa
Meilleur(s) marqueur(s) Josh Addo-Carr
Meilleur(s) réalisateur(s) Nathan Cleary

Navigation

La Coupe du monde de rugby à XIII 2021 est la seizième édition de la Coupe du monde de rugby à XIII et se déroule en 2022 en Angleterre. Cette annonce est faite par la Fédération internationale en . Elle est prévue initialement du au , mais la pandémie de Covid 19 provoque son report en 2022, et amène l'évènement à se dérouler du au .

Seize nations participent à cette édition pour le tournoi masculin, contre quatorze lors des éditions 2013 et 2017 en raison du succès de cette compétition. Elle est organisée conjointement avec l'édition féminine et l'édition en rugby fauteuil. Comme pour la coupe du monde de rugby à 9 de 2019, le principe d'égalité des sexes sera appliqué pour les versements de prime ainsi, et celui d'égalité sociale entre joueurs valides et personnes à mobilité réduite[1].

A noter que pour la première fois dans l'histoire du tournoi masculin, la Jamaïque et la Grèce disputent cette compétition.

Autre nouveauté, l'arbitrage par une femme d'un match masculin, les femmes ayant quasi-systématiquement au moins un poste d'arbitre de touche.

Préparation de l'événementModifier

Trois candidats à l'organisationModifier

Il y avait initialement trois candidatures pour la Coupe du monde 2021 mais la candidature des Émirats arabes unis a été annulée à la suite de l'arrestation de Sol Mokdad (directeur du développement du rugby à XIII aux Émirats arabes unis)[2],[3]. Il est reproché à ce dernier l'utilisation du mot « rugby », or la Fédération de rugby à XV des Émirats arabes unis revendique d'être le seul organisme à posséder toutes les variations et désignations des formes de rugby sur ce territoire. La conséquence directe de cette affaire est la disparition du rugby à XIII aux Émirats arabes unis car seule la fédération de rugby à XV peut organiser des compétitions de rugby sur son territoire.

Les deux autres candidatures sont d'une part celle de l'Angleterre et d'autre part une candidature conjointe du Canada et des États-Unis. La candidature de l'Angleterre, en raison du fort succès de l'édition 2013 sur ses terres s'appuient sur des stades non dévolus au rugby à XIII et à une aide de financement par le gouvernement.

La candidature des États-Unis et du Canada est le fait d'une agence de marketing sportif australienne (MSI) avec la volonté de créer un engouement en dehors des nations treizistes historiques. Il s'agirait de la première organisation de cette compétition en dehors de l'Europe et de l'Australasie.

Choix de la nation hôte et du projetModifier

Finalement le , la Fédération internationale confie l'organisation de cette compétition à l'Angleterre, sans exclure la possibilité que des matchs puissent avoir lieu en Écosse, au pays de Galles ou en France[4]. Mais deux années après, il apparait que tous les matchs auront lieu en Angleterre, « 80% dans le nord du pays »[5].

Format de la compétitionModifier

En , les médias annoncent que, pour la première fois de son histoire, la Coupe du Monde réunira sous cette appellation non seulement le tournoi masculin, mais aussi un tournoi international féminin et un tournoi handisport[5].

Polémiques de la phase d'avant-tournoiModifier

Il est reproché aux organisateurs de la Super League de pas tenir compte suffisamment de la Coupe du monde. En effet, en 2021, la vingt-sixième saison de cette compétition ne s'achève qu'une quinzaine de jours à peine avant la date prévue du match inaugural.

Par ailleurs la Fédération anglaise de rugby à XIII est critiquée pour ne pas faire jouer son équipe nationale contre une équipe comme la France en match préparatoire. Elle préfère en effet faire jouer l'Angleterre contre une sélection des Exilés[6]. Néanmoins, en 2022, les équipes de France et d'Angleterre se rencontrent à Perpignan au cours d'un double header qui oppose les équipes féminines et masculines.

De manière générale, peu de test-matchs ou de matchs préparatoires sont organisés.

Report de la compétition en 2022Modifier

Le développement de la pandémie du Covid-19 (surtout en Australie, pays jusqu'ici relativement épargné depuis le début de la pandémie en 2020) menace l'organisation même du tournoi. On craint même son report en 2022[7].

On note également qu’Australiens[8] et Néo-Zélandais[9] sont favorables à ce report, l'Australie étant prête à se retirer de la Coupe du monde[10]. Finalement les deux nations océaniennes annoncent le retrait de leur participation[11].

Seules quelques voix discordantes se font entendre en Océanie, pour critiquer cela. C'est le cas de l'homme politique et commentateur Jason Costigan.

Dans un premier temps, les organisateurs confirment que la Coupe se tiendra bien en 2021, comme prévu[12], les raisons pour ce maintien étant très diverses (soutien du gouvernement, importance pour le rugby à XIII international[13]) .

Il est même envisagé le remplacement des équipes défaillantes par les États-Unis, la Serbie, voire une sélection aborigène et maorie.

Néanmoins, début les rumeurs, les observateurs et les médias font état d'un report de plus en plus certain en 2022[14].

Il est annoncé officiellement le [15].

Acteurs de la Coupe du mondeModifier

Les équipes qualifiéesModifier

Tous les quarts-de-finalistes de l'édition 2017 sont automatiquement qualifiés auxquels s'ajoutent huit équipes qui disputent des éliminatoires. Ainsi huit équipes viennent d'Asie-Pacifique, six d'Europe, une du Moyen-Orient/Afrique et une issue d'un barrage intercontinental.

Les seize équipes nationales qualifiées pour la phase finale
Qualifiés d'office
Huit places
Passage par des qualifications
Huit places

JoueursModifier

La répartition des poulesModifier

Début , la Fédération internationale de rugby à XIII a donné certains détails relatifs à l'organisation de la Coupe du Monde[16].

Les équipes sont reparties en quatre groupes de quatre, les deux premiers de chaque groupe étant qualifiés pour les quarts de finale. C'est une formule bien plus simple que celle des éditions précédentes. La composition des poules est déterminée par un tirage au sort le , une fois connus tous les qualifiés, et après un report de la date initiale qui était fixée le [17].

Les deux seules nations francophones pressenties pour disputer la compétition ont donc un traitement différencié et un accès plus ou moins facile aux quarts de finale, selon leurs résultats lors de la précédente édition. Le Liban, quart de finaliste à l'édition de 2017, est dans le deuxième chapeau, ce qui lui permet d'éviter les Samoa, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et les Fidji. À moins d'une baisse significative de niveau d'ici 2021, ce format doit lui permettre de poursuivre sa route vers les quarts-de-finale.

La France, première qualifiée à la suite des éliminatoires, sait qu'elle peut se retrouver avec un « poids lourd » dans son groupe comme l'Australie, et devra vaincre une nation polynésienne ou le Liban qu'elle n'a jamais battu en phase finale, pour espérer accéder aux quarts-de-finale.

Répartition des équipes avant composition des poules
Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4

StadesModifier

Malgré quelques atermoiements peu de temps après la désignation de l'Angleterre, il apparait que l'intégralité des matches se déroulera dans cette nation, un grand nombre dans le nord du pays[18].

Fin 2018, on apprend que le stade de Twickenham (appartenant à la fédération anglaise de rugby à XV) accueillerait[19] des matches. Il s'agissait en fait d'une rumeur alimentée par le fait que la question a été étudiée par le conseil municipal local. Finalement, le stade « quinziste » n'est pas retenu.

Bolton Leigh Liverpool Manchester
University of Bolton Stadium Leigh Sports Village Anfield Old Trafford
28 723 places 12 000 places 54 074 places 74 994 places
       
St Helens Warrington Newcastle upon Tyne Middlesbrough
Totally Wicked Stadium Halliwell Jones Stadium Kingston Park Riverside Stadium
18 000 places 15 200 places 10 200 places 34 000 places
       
Newcastle upon Tyne Doncaster Huddersfield Kingston upon Hull
St James' Park Keepmoat Stadium John Smith's Stadium KCOM Stadium
52 405 places 15 231 places 24 121 places 25 400 places
       
Leeds
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Leeds
Elland Road Headingley Stadium
37 890 places 21 062 places
   
Sheffield Coventry
Bramall Lane Ricoh Arena
32 702 places 32 753 places
   
Londres
Emirates Stadium
60 260 places
 

Déroulement de la compétitionModifier

1er tourModifier

Groupe AModifier

Groupe A
Équipe J V N D PP PC Pts
1   Angleterre 3 3 0 0 198 28 6
2   Samoa 3 2 0 1 140 68 4
3   France 3 1 0 2 56 116 2
4   Grèce 3 0 0 3 20 200 0

J : matches joués
V : victoires ; N : nuls ; D : défaites
PP : points marqués ; PC : points concédés
Pts : points de classement

15 octobre   Angleterre 60 - 6   Samoa St James' Park,
Newcastle
17 octobre   France 34 - 12   Grèce Keepmoat Stadium,
Doncaster
22 octobre   Angleterre 42 - 18   France University of Bolton Stadium,
Horwich
23 octobre   Samoa 72 - 4   Grèce Keepmoat Stadium,
Doncaster
29 octobre   Angleterre 94-4   Grèce Bramall Lane,
Sheffield
30 octobre   Samoa 62-4   France Halliwell Jones Stadium,
Warrington

Sur le papier, un des groupes les plus disputés avec le « groupe D ». L'Angleterre doit sans difficulté s'en extraire et s'emparer de la première place. La sélection de joueurs de la NRL par les Samoa remet un temps en cause ce pronostic. Un journaliste australien, Phil Gould, indiquant même avant le début du match inaugural que l'Angleterre ne peut battre les Samoa[20]. Mais malgré un démarrage de match poussif, les Anglais infligent une correction aux insulaires (60-6).

La Grèce, la nouvelle qualifiée, composée de joueurs évoluant en Australie, devrait jouer les arbitres : si le point-average est nécessaire pour départager les équipes pour la deuxième place. Elle perd d'ailleurs son premier match de coupe du monde de son histoire face à la France, confirmant ainsi son rôle de « comptable » du groupe. Elle parvient quand même à marquer deux essais. Néanmoins, elle est largement battue ensuite par les Samoa. Ce qui alimente la perplexité des observateurs; Louis Bonnery se demandant même sur l'antenne de BeinSport si les Samoa n'ont pas fait volontairement l'impasse sur leur premier match face à l'Angleterre, qu'elles ont perdu sur un score lourd. Le match Angleterre -France tient ses promesses en matière de qualité de jeu, si les Français sont dominés on leur reconnait cependant des qualités et des progrès évidents. La dernière journée du groupe donne lieu à des scores fleuves ; si cela était prévisible pour le match Angleterre-Grèce, cela est en revanche surprenant dans le dernier match du groupe où la France se fait écraser par les Samoa.

Groupe BModifier

Groupe B
Équipe J V N D PP PC Pts
1   Australie 3 3 0 0 192 14 6
2   Fidji 3 2 0 1 98 60 4
3   Italie 3 1 0 2 38 130 2
4   Écosse 3 0 0 3 18 142 0

J : matches joués
V : victoires ; N : nuls ; D : défaites
PP : points marqués ; PC : points concédés
Pts : points de classement

15 octobre   Australie 42 - 8   Fidji KCOM Stadium,
Kingston upon Hull
16 octobre   Écosse 4 - 28   Italie Kingston Park,
Newcastle upon Tyne
21 octobre   Australie 82 - 0   Écosse Ricoh Arena,
Coventry
22 octobre   Fidji 60 - 4   Italie Kingston Park,
Newcastle upon Tyne
29 octobre   Fidji 30-14   Écosse Kingston Park,
Newcastle upon Tyne
29 octobre   Australie 66-6   Italie Totally Wicked Stadium,
St Helens

Cette poule permet de juger de la solidité de Fidji, en lui permettant de s'étalonner, sans trop de pression au vu du bagage « rugbystique » des insulaires, face aux nations européennes. Puisque, sauf catastrophe, l'Australie est appelée à en finir première. Un scénario qui gagne en vraisemblance dès le premier match des Kangourous, qui battent largement les Mélanésiens. L'Italie crée une demie-surprise en battant largement l’Écosse et en apparaissant comme un « outsider » pour remporter la deuxième place qualificative. Mais en se faisant écraser ensuite par les Fidji, les Azzuri ne sont plus en mesure de peser sur le destin de la poule. La troisième journée n'est que la confirmation de pronostics faits dès que la composition de la poule a été établie; l'Australie et Fidji se qualifient pour les quarts de finale.

Groupe CModifier

Groupe C
Équipe J V N D PP PC Pts
1   Nouvelle-Zélande 3 3 0 0 150 28 6
2   Liban 3 2 0 1 118 60 4
3   Irlande 3 1 0 2 72 82 2
4   Jamaïque 3 0 0 3 20 190 0

J : matches joués
V : victoires ; N : nuls ; D : défaites
PP : points marqués ; PC : points concédés
Pts : points de classement

16 octobre   Jamaïque 2 - 48   Irlande Headingley Carnegie Stadium,
Leeds
16 octobre   Nouvelle-Zélande 34 - 12   Liban Halliwell Jones Stadium,
Warrington
22 octobre   Nouvelle-Zélande 68 - 6   Jamaïque Headingley Carnegie Stadium,
Leeds
23 octobre   Liban 32 - 14   Irlande Leigh Sports Village,
Leigh
28 octobre   Nouvelle-Zélande 48- 10   Irlande Headingley Carnegie Stadium,
Leeds
30 octobre   Liban 74-12   Jamaïque Leigh Sports Village,
Leigh

La Nouvelle-Zélande est la favorite du groupe. Néanmoins, la marge de ses succès est à observer à la loupe. Ces dernières années les Kiwis marquant le pas en s'éloignant du podium mondial. Une marge relativement réduite lors de son premier match gagné face à de solides Libanais. Le Liban confirme cependant son statut de favori face à la Jamaïque, qui est qualifiée pour la première fois de son histoire et l'Irlande qui paraissait plus faible sur le papier avant le début du tournoi. Néanmoins les Celtes, en écrasant les joueurs des Caraïbes lors du premier match de la poule, devraient constituer un adversaire plus coriace que prévu. Comme prévu, les Kiwis assomment ensuite les Jamaïcains ; mais ces derniers en marquant leur premier essai de coupe de monde, attirent la sympathie des observateurs par leur enthousiasme[21]. Comme prévu, le Liban domine l'Irlande, mais au terme d'un match âpre émaillé de mauvais gestes. Lors de la dernière journée, la Nouvelle-Zélande confirme sa suprématie face à l'Irlande, le Liban écrasant la Jamaïque.

Groupe DModifier

Groupe D
Équipe J V N D PP PC Pts
1   Tonga 3 3 0 0 148 34 6
2   Papouas.-Nlle-Guinée 3 2 0 1 86 40 4
3   Îles Cook 3 1 0 2 44 136 2
4   Pays de Galles 3 0 0 3 18 86 0

J : matches joués
V : victoires ; N : nuls ; D : défaites
PP : points marqués ; PC : points concédés
Pts : points de classement

18 octobre   Tonga 24 - 18   Papouas.-Nlle-Guinée Totally Wicked Stadium,
St Helens
19 octobre   Pays de Galles 12 - 18   Îles Cook Leigh Sports Village,
Leigh
24 octobre   Tonga 32 - 6   Pays de Galles Totally Wicked Stadium,
St Helens
25 octobre   Papouas.-Nlle-Guinée 32 - 16   Îles Cook Halliwell Jones Stadium,
Warrington
30 octobre   Tonga 92-10   Îles Cook Riverside Stadium,
Middlesbrough
31 octobre   Papouas.-Nlle-Guinée 36-0   Pays de Galles Keepmoat Stadium,
Doncaster

Si cette poule ne comportait pas d'équipe européenne, on pourrait la qualifier de championnat d'Océanie « B ». Car si le Tonga part avec une légère avance sur ses concurrents, c'est bien entre équipes du Pacifique que se joueront les places qualificatives. Avec sa large défaite face à la France, en test-match, les Gallois, portés par leur public, ne peuvent espérer que sauver l'honneur en remportant peut-être une victoire contre les Iles Cook.

Le premier match de la poule entre Tongiens et « Papous » tient ses promesses en qualité de jeu, avec un score serré, un jeu rapide et bien exécuté du côté de chaque équipe. Il ressort de l'avis général que ce match est le meilleur de la première « journée » du tournoi. Même si un certain sentiment d'injustice restera chez les observateurs, en raison d'un arbitrage apparaissant comme défavorable pour la Papouasie[22].

Le second match de la poule entre Gallois et Cookiens, d'une intensité moindre, n'en demeure pas moins aussi disputé. Il faut toute la technique individuelle des Cookiens pour se débarrasser des Celtes, inférieurs sur le papier, mais disciplinés en défense.

La deuxième journée confirme que la poule est très disputée. Si sans surprise, Tonga et Papouasie-Nouvelle-Guinée se débarrassent de leurs adversaires (respectivement pays de Galles et les îles Cook), c'est au terme de matches avec une marge de points réduite.

La troisième journée est décevante en termes de suspense : les Tonga écrasent les Îles Cook, les Papouans-néo-guinéens battent sans éclat le pays de Galles.

Phase finaleModifier

Quarts de finale Demi-finales Finale
Le au Kirklees Stadium, Huddersfield   Le à Elland Road, Leeds   Le à Old Trafford, Manchester
  Australie 48
  Liban 4  
  Australie 16
Le à MKM Stadium, Kingston upon Hull
      Nouvelle-Zélande 14  
  Nouvelle-Zélande 24
Le à Emirates Stadium, Londres
  Fidji 18
  Australie 30
Le à DW Stadium, Wigan
      Samoa 10
  Angleterre 46  
  Papouasie-Nouvelle-Guinée 6  
  Angleterre 26
Le à Halliwell Jones Stadium, Warrington
      Samoa 27
  Tonga 18
  Samoa 20


Quarts de finaleModifier

Comme lors de la précédente édition, une seule équipe européenne se qualifie pour les quarts de finale : l'Angleterre.

Le Liban est, pour la deuxième fois de suite, présent à ce stade, et il est le seul représentant de la zone « Moyen Orient-Afrique ».

Si les deux premiers quarts voient la victoire facile des favoris, l'Angleterre et l'Australie, les choses sont très différentes pour les suivants.

Puisque la Nouvelle-Zélande et les Tonga sont mis en difficulté ; la Nouvelle-Zélande étant même menée dès le début de la partie par les Fidjiens.

Mais alors que la Nouvelle-Zélande finira par remonter au score, ce ne sera jamais le cas des Tonga qui sombreront face à des Samoans très organisés.

Demi-finalesModifier

Celles-ci voient le retour de la Nouvelle-Zélande dans le dernier carré. Les Samoa y participent pour la première fois.

Le spectacle est au rendez-vous avec des matchs serrés et à suspense. L'Australie ne triomphe de la Nouvelle-Zélande que de quelques points.

Mais la suprise est l'élimination de la nation hôte, l'Angleterre par les Samoa, le point en or étant nécessaire pour départager les deux nations. Une surprise d'autant plus importante que l'Angleterre avait écrasé les mêmes Samoa lors du match de poule.

FinaleModifier

Australie - SamoaModifier
Feuille de match
  Australie 30 – 10 Samoa  
(mt : 14 - 0)
à Old Trafford, Manchester

Homme du match :   James Tedesco

Points marqués :

Évolution du score : 4-0, 10-0, 14-0 mt, 20-0, 20-6, 26-6, 26-10, 30-10

Arbitre :   Ashley Klein

Spectateurs : 67 502


Bilan de la Coupe du mondeModifier

Joueurs en évidenceModifier

Meilleurs marqueurs d'essaisModifier

Classement des meilleurs marqueurs d'essais de la Coupe du monde 2021
Rang Joueur Équipe Essais MJ
1 Josh Addo-Carr   Australie 12 5
2 Dominic Young   Angleterre 9 5
3 Thomas Makinson   Angleterre 7 4
4 Tim Lafai   Samoa 6 5
Louis Senior   Irlande 6 3
Daniel Tupou   Tonga 6 4

Meilleurs scoreursModifier

Classement des meilleurs scoreurs de la Coupe du monde 2021
Rang Joueur Équipe Points Essais Buts Drops Matches
joués
1 Stephen Crichton   Samoa 73 4 28 1 6
2 Nathan Cleary   Australie 68 1 32 - 5
Thomas Makinson   Angleterre 68 7 20 - 4
4 Isaiya Katoa   Tonga 50 2 21 - 3
5 Josh Addo-Carr   Australie 48 12 - - 5

MédiasModifier

Une couverture télévision classiqueModifier

Au Royaume-Uni, la compétition est retransmise par la BBC[23].

En France, à peine plus d'un mois avant le début de l'épreuve, on apprend que Beinsport et Sport en France diffuseront des matchs de la coupe du monde, l'intégralité des matchs pour la première[24],[25]. Vià Occitanie fait une annonce similaire quelques jours avant le début de la compétition masculine.

En Australie, la coupe du monde est diffusée par Fox Sports[26].

A noter que lors du premier match inaugural, une rupture du faisceau perturbe la diffusion de la rencontre en France et en Australie.

De nouveaux supports de diffusionModifier

En France la compétition est disponible sur l'application Twitch. Les téléspectateurs, disposant d'une box, peuvent voir les chaines Sport en France et Via Occitanie quel que soit l'endroit où ils vivent en France.

Aspects socio-économiquesModifier

La Coupe du monde est financée par un programme du « Northern Powerhouse », qui prévoit le versement d'une subvention de 12 millions de livres sterling[5].

Le principe d'égalité salariale sera appliquée entre hommes et femmes, et entre valides et personnes à mobilité réduite[1].

RéférencesModifier

  1. a et b Idriss, « Egalité des primes lors de la Coupe du monde 2021 », sur Treize Mondial, (consulté le )
  2. (en) « Extreme code wars: UAE Rugby Union has UAE Rugby League boss arrested », sur smh.com.au, (consulté le )
  3. (en) « Jailbreak: The Story Of Sol Mokdad », sur stevemascord.com, (consulté le )
  4. La Coupe du monde 2021 aura lieu en Angleterre, p. 30, Midi Olympique, le 30 octobre 2016.
  5. a b et c (en) Barney Cotton, « “The best players in the world will descend on England” – BLM speaks to Rugby League World Cup CEO », sur businessleader.co.uk (consulté le )
  6. Idriss, « L'Angleterre a refusé un match contre l'équipe de France », sur Treize Mondial, (consulté le )
  7. (en) Ian Laybourn, « Rugby League World Cup: Decision to proceed with or postpone 2021 tournament set to be made next week », sur www.yorkshirepost.co.uk, (consulté le )
  8. (en) « Australia’s NRL clubs want Rugby League World Cup postponed until 2022 », sur the Guardian, (consulté le )
  9. (en) « Warriors CEO doesn’t think Rugby League World Cup should go ahead », sur www.sen.com.au (consulté le )
  10. (en) Adrian Proszenko, Adam Pengilly, « ‘A long way from committing’: Kangaroos considering World Cup withdrawal », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le )
  11. (en) Australian Associated Press, « NRL clubs stand firm with Australia and New Zealand over Rugby League World Cup », sur the Guardian, (consulté le )
  12. (en) « Rugby League World Cup in UK this year confirmed », sur AP NEWS, (consulté le )
  13. (en) Mike Meehall Wood, « This Is Why The Rugby League World Cup Had To Happen In 2021 », sur Forbes (consulté le )
  14. (en) James Whaling, « Rugby League World Cup to be postponed after Australia and New Zealand withdraw », sur mirror, (consulté le )
  15. « International - La Coupe du monde de rugby à XIII officiellement reportée à 2022 », sur Rugbyrama, (consulté le )
  16. « Les détails de la Coupe du monde 2021! », sur ffr13.fr, .
  17. Nicolas, « La nouvelle date du tirage au sort de la Coupe du monde 2021 dévoilée », sur treizemondial.fr, (consulté le ).
  18. (en) Press Association Sport Staff, [https://www.dailymail.co.uk/sport/othersports/article-5959753/2021-Rugby-League-World-Cup-set-played-entirely-England.html « 2021 rugby league World Cup set to be played entirely in England : Organisers revealed the 2021 Rugby League World Cup will be played in England The majority of games will be played at venues in the north of England. The World Cup has been boosted by a £10million legacy grant from government There will be 16 teams competing in the tournament in 2021, up from 14. »], sur dailymail.co.uk, (consulté le ).
  19. En , les sources sont divergentes : certaines parlent de projet examiné par la commune, d'autres d'accueillir les demi-finales.
  20. (en-GB) Ben Scott, « Phil Gould responds to his "England can't beat Samoa" comment after England win 60-6 », sur Rugby League News, (consulté le )
  21. (en) Tom Sargeant, « ‘Best moment of the World Cup’: Jamaica legend’s ‘surreal’ try to ‘etch his name’ in history », sur Fox Sports, (consulté le )
  22. (en) Riley Morgan, « 'How on earth': Rugby League fans erupt over 'awful' World Cup call », sur au.sports.yahoo.com, (consulté le )
  23. (en) « Rugby League World Cup: What channel is it on? How to watch RLWC in UK », sur www.sportingnews.com (consulté le )
  24. samuel, « Coupe du Monde : 100% des matches des Equipes de France seront diffusés », sur Fédération Française de Rugby à XIII, (consulté le )
  25. « Rugby à XIII - Coupe du monde de rugby à XIII : tous les matchs des équipes de France seront diffusés », sur Rugbyrama, (consulté le )
  26. (en) « RLWC2021 to be broadcast to 150 countries », sur National Rugby League, (consulté le )