Ouvrir le menu principal

Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XIII

Description de l'image New Zealand Rugby League logo.jpg.
Surnom les Kiwis
Stade Mount Smart Stadium (36 000), Eden Park (60 000)
maillot maillot maillot
short
Kit socks.svg
Entrée au RLIF 1948
Sélectionneur Michael Maguire
Record de sélections Ruben Wiki : 55
Record de points Matthew Ridge : 168
Record d’essais Manu Vatuvei : 22
Premier match officiel Flag of Wales.svg Pays de Galles 8 - 9 Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande
Plus large victoire Drapeau : Tonga Tonga 0 - 74 Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande
Plus large défaite Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0 - 54 Australie Drapeau : Australie
Coupe du monde Phases finales : 15/15
· meilleur résultat Vainqueur (2008)

L'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XIII, dont les joueurs sont surnommés les Kiwis, est l'équipe qui représente la Nouvelle-Zélande dans les principales compétitions internationales de rugby à XIII. Elle est considérée comme l'une des meilleures sélections nationales au monde. En , elle est seconde au classement des équipes nationales de rugby à XIII. Les kiwis évoluent la majeure partie du temps au Mount Smart Stadium d'Auckland ainsi qu'à l'Eden Park de cette même ville, ou plus rarement au Westpac Stadium de Wellington.

Malgré la concurrence du rugby à XV que certains des meilleurs treizistes ont décidé de rejoindre, les Kiwis ainsi que le rugby à XIII en général suscite un engouement particulier chez les Néo-Zélandais, de plus, la Nouvelle-Zélande a compté dans ses rangs quelques-uns des joueurs qui ont marqué l'histoire de ce sport sur le plan mondial. Elle dispute régulièrement des test-matchs lors de tournées en Europe ainsi que les Four Nations et la Coupe du monde.

Sommaire

HistoireModifier

Vu la renommée de l'Australie en rugby à XIII, et l'importance de cette forme de rugby dans l'« Île-continent », il serait naturel de croire que ce sont les australiens les précurseurs du sport. Mais il n'en est rien. Les néo-zélandais sont véritablement ceux qui ont lancé le rugby à XIII dans le Pacifique[REF 1]. Plus précisément, ce sont George Smith et Albert Henry Baskerville qui introduisent le rugby à XIII en Nouvelle-Zélande.Le premier est un ancien joueur des All Blacks, qui, en tournée en Angleterre en 1905, va découvrir le rugby pratiqué dans le nord de l'Angleterre par la Northern Rugby Union, autrement dit le rugby à XIII. Le second découvre par hasard l'existence du rugby à XIII dans une revue britannique Manchester Athletic News, qui relate un match à Bradford qui a réuni 40 000 spectateurs[REF 2]. Les deux joueurs vont mettre en place une tournée d'une sélection de joueurs dans le Nord de l'Angleterre[REF 3], prévue fin 1907, début 1908.

L'équipe de Nouvelle-Zélande prend corps dès 1906 sous le nom de « All Blacks » ou « All Golds », ce dernier terme (gold signifiant «  or ») étant péjoratif et employé en guise de réprobation de leur lien avec le professionnalisme[REF 4].

En 1926, la fédération néo-zélandaise de rugby à XV va devant la justice pour avoir seule le droit d'utiliser le nom de All Blacks. L'équipe nationale prend alors le nom de « Kiwis » , du nom de l'oiseau national.

1947 est l'année où les kiwis rencontrent pour la première fois une équipe d'un pays francophone : la France.Le match a lieu à Paris et, à l'issue d'un match serré, ce sont finalement les visiteurs qui l'emportent sur le score de 11 à 7[1].

La problématique de la fédération néo-zélandaise est depuis assez simple : jusqu'aux années 1980, elle veut privilégier les joueurs nationaux et suit un raisonnement comparable à celle de son homologue quinziste ; seuls les joueurs jouant dans le championnat national peuvent porter le maillot national. L'équipe nationale se trouve alors composée de joueurs issus des divers championnats régionaux et donc amateurs!... La New Zealand Rugby League prend un virage radical en adoptant un système de transfert des meilleurs éléments vers les championnats anglais et australiens, les plus exigeants de la planète et donc de se concentrer tous ses efforts sur une équipe nationale porte-drapeau[REF 5]. Ce qui produira quelques années après les premiers résultats.

Le premier succès international de la Nouvelle-Zélande date de l'année 1986; elle remporte en effet la première Coupe du monde universitaire de rugby à XIII, coupe qu'elle organise chez elle[REF 6].

Pour la première fois de son histoire, en novembre 2008, elle remporte la coupe du monde[2] après avoir perdu à deux reprises en finale en 1988 et 2000 contre l'Australie. Elle s'est également imposée à deux reprises lors du Four Nations.

PalmarèsModifier

Équipe actuelleModifier

 
Adam Blair, capitaine de l'équipe de Nouvelle-Zélande à la Coupe du monde 2017.

Les joueurs présents sont les joueurs sélectionnés pour les Test-matchs d'automne 2018.

 Sélection de Nouvelle-Zélande v · d · m 
Effectif actuel Entraîneurs
Entraîneur

Légende :

  • (c) : capitaine

Joueurs emblématiquesModifier

Parcours en Coupe du mondeModifier

Parcours de l'équipe de Nouvelle-Zélande en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
1954 Quatrième 1972 Quatrième 1995 Demi-finale
1957 Troisième 1975 Quatrième 2000 Finaliste
1960 Troisième 1977 Troisième 2008 Champion
1968 Quatrième 1985-88 Finaliste 2013 Finaliste
1970 Quatrième 1989-92 Troisième 2017 Quart de finale

Notes et référencesModifier

  1. Bonnery 1996, p. 228
  2. Bonnery 1996, p. 228
  3. Bonnery 1996, p. 227
  4. Bonnery 1996, p. 228
  5. Bonnery 1996, p. 228
  6. Bonnery 1996, p. 229

BibliographieModifier

  • Louis Bonnery, Le rugby à XIII le plus français du monde, Limoux, Cano&Franck, , 489 p. (ASIN B000X3Z932), « Aspects du rugby à XIII néo-zélandais », p. 227-245

Autres référencesModifier

  1. André Passamar, L'encyclopédie de Treize Magazine, Nouvelle-Zélande, Toulouse, Sud-Ouest Presse impression, 2ème trimestre 1984, 169 p. (ASIN B0014I5GK6), p. 122-123
  2. Aimé Mouret, Le Who's who du rugby à XIII, Nouvelle-Zélande, Toulouse, Éditions de l'Ixcea, , 291 p. (ISBN 978-2-84918-118-8), p. 191

SourcesModifier

Lien externeModifier