Compromis austro-hongrois

Compromis établissant la double-monarchie d’Autriche-Hongrie en 1867
(Redirigé depuis Compromis de 1867)
Compromis austro-hongrois
Description de cette image, également commentée ci-après
Subdivisions de l'Autriche-Hongrie après 1867 :
Type de traité Compromis
Signé
Vienne
Expiration
Parties
Parties Flag of the Habsburg Monarchy.svg Empire d'Autriche Diète de Hongrie
Signataires François-Joseph Ier Ferenc Deák

Carte en français de l’Autriche-Hongrie en 1887 : Autriche en rose, Hongrie en jaune, Bosnie (encore nominalement ottomane) en orange.
Couronnement de François-Joseph et Élisabeth (« Sissi ») à Budapest en 1867 comme souverains du royaume hongrois.

Le Compromis austro-hongrois (en allemand : Österreichisch-Ungarischer Ausgleich « compensation, arrangement[1] » ; en hongrois : kiegyezés « compromis, accord, acceptation[2] ») établit en 1867 la double-monarchie d’Autriche-Hongrie, remplaçant l’empire d'Autriche lui-même issu en 1804 de l’empire des Habsbourg. Ce compromis est signé par l’empereur d'Autriche François-Joseph Ier et une délégation hongroise, dirigée par l’homme d’État Ferenc Deák : il dresse le cadre d’un nouveau mode de gouvernement par lequel les régions autrichiennes et hongroises sont gouvernées par des Parlements et des Premiers ministres différents. L’unité, sous forme d’union personnelle, est assurée par un souverain, une armée et plusieurs ministères communs. La « Compensation », signée le , pose le principe de la fidélité de la Hongrie aux Habsbourg en échange de sa large autonomie au sein de l’Empire : elle est formellement adoptée le par une Diète hongroise restaurée. Il prend fin le lors de l'éclatement de l'Autriche-Hongrie.

ContexteModifier

Affaiblie par sa défaite dans la guerre austro-prussienne en 1866, l’Autriche, monarchie multinationale, se heurte aux aspirations des différents peuples, qui inquiètent la noblesse autrichienne et la noblesse hongroise, dominantes et possédant la majeure partie des terres de l’Empire. Après de longues tractations, les options fédérales à six (Autriche, Bohême-Moravie, Galicie-Lodomérie, Hongrie, Croatie et Transylvanie), à quatre (Autriche, Bohême, Croatie, Hongrie) ou à trois (Autriche, Hongrie, Croatie) sont écartées au profit d’une option à deux : partie Autrichienne ou « Cisleithanie » et partie Hongroise ou « Transleithanie ». Cette option, la seule que les aristocraties de ces deux entités acceptent, inaugure la « double-monarchie » d’Autriche-Hongrie, également appelée « monarchie danubienne », ainsi que le « double-règne » de François-Joseph et d’Élisabeth, solennellement couronnés le à Budapest comme roi et reine de Hongrie[3].

TermesModifier

Le compromis, renouvelable tous les dix ans, fait de l’empire d'Autriche et du royaume de Hongrie deux entités autonomes et égales qui disposent chacune de sa propre constitution et de son propre Parlement qui vote son propre budget. Les deux chambres du Parlement de chaque partie de la monarchie danubienne envoient des représentants à une sorte de Parlement commun, les Délégations, pour voter le budget commun.

Le premier compromis, signé en 1867, fixe les termes qui sont ceux des compromis suivants (1877, 1887, 1900, 1907) : il définit des affaires communes (affaires étrangères, guerre, administration de la Bosnie-Herzégovine, à partir de 1878, et budget pour ces postes), et des affaires « dont le règlement d'un commun accord serait opportun » (union douanière et monétaire, postes, chemins de fer).

Les constitutions étaient d’inspiration libérale au sens politique du terme, mais concrètement, le mode d’élection des députés était inégalitaire. En 1910, en Autriche, les Tausend Adelfamilien (« mille plus nobles familles ») possèdent d’immenses richesses en fortune et en terres, et disposent d’une influence prédominante non seulement à la Cour mais aussi au Reichsrat et donc sur la politique et la diplomatie de l’Empire. Une centaine de ces familles siègent comme « pairs » à la Chambre Haute du Parlement impérial (Herrenhaus)[4]. La même année, dans le royaume de Hongrie, seuls 6 % des hommes (mais aucune femme) disposent du droit de vote et un tiers des terres appartient à moins de 9 000 familles de la noblesse hongroise, sur-représentée au Parlement de Budapest. La noblesse hongroise est seule dans la Chambre des magnats (Főrendiház) et largement majoritaire à la Chambre des représentants (Képviselőház)[5], où la vie politique est essentiellement réservée aux Magyars : sur 453 députés, 372 sont magyars[6] [7].

Ainsi conçu au profit des nobles autrichiens et hongrois, ce compromis politique satisfait, ou en tout cas ne mécontente pas les populations germanophones et magyarophones, mais porte en lui les germes de la dissolution de la « double-monarchie », car il déçoit les aspirations des autres peuples de l’Empire, Slaves (Tchèques, Slovaques, Polonais, Ukrainiens, Slovènes, Croates, Serbes) ou latins (Italiens, Roumains)[8].

Évolution du compromis et de ses termesModifier

Comme le compromis est décennal, il doit être renégocié tous les dix ans. À chaque renouvellement, l’essentiel de la négociation porte sur le montant de la participation de chacune de ses deux entités au budget commun. En 1867, le partage du budget commun se fait ainsi : 70 % pour l’empire d'Autriche, 30 % pour le royaume de Hongrie. Jusqu’en 1907, la participation hongroise augmente progressivement jusqu’à concourir à 35 % du budget commun.

Fin du compromisModifier

À l’issue de la Première Guerre mondiale, le traité de Saint-Germain démantèle la « Double Monarchie » au nom du « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » formulé dans le dixième des quatorze points du président américain Woodrow Wilson[9]. Les bénéficiaires du compromis de 1867 seront cette fois défavorisés : le traité de Saint-Germain interdit l’union des Allemands d’Autriche à la république de Weimar et place ceux du Haut-Adige sous souveraineté italienne[10] ; quant aux Hongrois, le traité de Trianon laisse un quart d’entre eux hors de la nouvelle Hongrie indépendante[11]. Après la fin du compromis en 1918, l’aristocratie des deux entités perdra ses privilèges : dans les États successeurs de l’Empire, les immenses domaines nobiliaires sont partagés par les réformes agraires entre les paysans locaux, tous les indicateurs de noblesse (titres et noms de terres) sont abolis[12], et les Habsbourg eux-mêmes ne sont pas épargnés : ils sont interdits de règne et même de séjour tant en Autriche qu’en Hongrie[13].

Notes et référencesModifier

  1. (de) « Ausgleich », sur DWDS (de), Berlin-Brandenburgischen Akademie der Wissenschaften.
  2. (hu) « kiegyezik », dans Géza Bárczi et Országh László (dir.), A magyar nyelv értelmező szótára [« Dictionnaire de la langue hongroise »], t. 4 (Ki – Mi), Budapest, Akadémiai kiadó, (lire en ligne).
  3. A. J. P. Taylor, The Habsburg Monarchy, 1815–1918: A history of the Austrian Empire and Austria-Hungary, ed. Macmillan, New York 1952.
  4. Hannes Stekl, Adel und Bürgertum in der Habsburgermonarchie 18. bis 20. Jahrhundert, Oldenbourg et Vienne, 2004. (ISBN 3-486-56846-9).
  5. Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie la Première Guerre mondiale : la fin d'un empire, Soteca 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », Paris 2011, (ISBN 978-2-9163-8559-4), P. 139
  6. Clark 2013, p. 82.
  7. Renouvin 1934, p. 96.
  8. Henri Bogdan, L'Autriche-Hongrie et la question nationale, Confluences méditerranéennes 2010, vol. 2, n° 73, p. 13-20
  9. Brigitte Vacha, Die Habsburger, Eine Europäische Familiengeschichte, Sonderausgabe 1996, p. 413.
  10. Georg Wagner, Österreich : von der Staatsidee zum Nationalbewusstsein, éd. Österreichischen Staatsdrückerei, Vienne 1982, (ISBN 3-7046-0017-2).
  11. Yves de Daruvar, Le Destin Dramatique de la Hongrie : Trianon ou la Hongrie écartelée, éd. Albatros, Paris 1971.
  12. En Autriche, par l’Adelsaufhebungsgesetz (« loi d’Abolition de la noblesse ») de 1919 : Jean Bérenger, L'Autriche-Hongrie : 1815-1918, Armand Colin 1998, (ISBN 978-2200217433 et 2200217439).
  13. Alexis Lassagne, « La blessure du Traité de Trianon », La Nouvelle Revue d'histoire, n° 87 de novembre-décembre 2016, p. 47.

BibliographieModifier

  • (en) Mark Cornwall, Last Years Of Austria-Hungary: A Multi-National Experiment in Early Twentieth-Century Europe, 2e éd., Exeter, University of Exeter Press, 2002.

Articles connexesModifier