Ouvrir le menu principal

Civaux

commune française du département de la Vienne

Civaux
Civaux
L’église Saint-Gervais-Saint-Protais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Lussac-les-Châteaux
Intercommunalité Communauté de communes Vienne et Gartempe
Maire
Mandat
Hervé Jaspart
2014-2020
Code postal 86320
Code commune 86077
Démographie
Gentilé Civaliens
Population
municipale
1 203 hab. (2016 en augmentation de 17,6 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 43″ nord, 0° 40′ 01″ est
Altitude 108 m
Min. 67 m
Max. 149 m
Superficie 26,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Civaux

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Civaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Civaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Civaux
Liens
Site web ville-civaux.fr

Civaux est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine. La commune abrite une unité de production d'électricité, la centrale nucléaire de Civaux.

Ses habitants sont appelés les Civaliens[1] ou les Civausiens.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Civaux est située en bordure de la Vienne, dans le sud-est du département de la Vienne.

Elle est située à 45 minutes du Futuroscope.

La commune est proche du parc naturel régional de la Brenne

Communes limitrophesModifier

Le bourg est entouré par les communes de Mazerolles (Vienne), La Chapelle-Viviers et Verrières (Vienne). Civaux est située à 6 km au nord-ouest de Lussac-les-Châteaux la plus grande ville aux alentours.

HydrographieModifier

La commune est traversée par 5,7 km de cours d'eau dont les principaux sont la Vienne sur une longueur de 4,2 km et Le Goberté sur une longueur de 1,2 km.

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[2], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Voies de communication et transportsModifier

Les gares et les halte ferroviaires les plus proches du village sont :

Les aéroports les plus proches de la commune sont :

Politique et administrationModifier

IntercommunalitéModifier

La commune de Civaux fait, depuis 1793, partie du département de la Vienne, du district puis de l'arrondissement de Montmorillon, et du canton de Lussac devenu en 1801 Lussac-les-Châteaux.

Depuis le 1er janvier 2013, Civaux appartient à la communauté de communes du Lussacois.

Depuis 2015, Civaux est dans le canton de Lussac-les-Châteaux (No 10) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Civaux était dans le canton No 14 de Lussac- les-Châteaux dans la 3e circonscription.

Liste des mairesModifier

Liste des maires de Civaux[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Hervé Jaspart DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Finances communalesModifier

Civaux bénéficie des retombées financières et économiques de la présence de la centrale nucléaire qui a permis d'installer des équipements d'un niveau peu habituel dans une petite commune.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 1 203 habitants[Note 1], en augmentation de 17,6 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
743616756873860909914950964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9369801 0249519581 000989918957
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
954967958964935853798819791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
734683650683682851933946958
2013 2016 - - - - - - -
1 1361 203-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune de Civaux dépend de l'académie de Poitiers (rectorat de Poitiers) et son école primaire publique Paul-Cézanne dépend de l'inspection académique de la Vienne. Elle comprend sept classes et accueille les enfants dès trois ans dans la section petit-moyen.

SportsModifier

  • Un stade avec terrain d'honneur et terrain annexe.
  • Des terrains de tennis.
  • Un skatepark.
  • Une salle omnisports (tribune de 450 places assises) avec marquage au sol pour accueillir tous les sports de salle, handball, basket-ball, volley-ball, badminton, trois terrains de tennis et une salle de danse et de gym avec miroirs.
  • L'association sportive (AS) qui a pour but le développement du football, mais aussi les boules, le basket-ball, le volley-ball, le cyclisme, etc.
  • Un complexe comprenant une piscine, un centre de plongée avec une fosse de 20 m de profondeur, un spa de remise en forme (Abysséa) et un bowling. Le centre aquatique Abysséa a accueilli 133 000 visiteurs en 2010, selon l'office départemental de tourisme. Le centre aquatique propose à partir de 2016 un bassin à vagues de 313 m2. Le chantier comprend également l'extension des espaces de balnéothérapie et de fitness, un nouveau toboggan, une zone réservée aux jeunes enfants et des plages. L'objectif est d'augmenter la fréquentation de cet équipement (plus de 100 000 visiteurs en 2015). La mairie est propriétaire de ces installations qui sont exploitées par la société Vert-Marine dans le cadre d'une délégation de service public.

CommerceModifier

En 2018, il y a deux commerces: une boulangerie et une épicerie, un salon de coiffure, une pharmacie et une maison de santé.

TourismeModifier

Un camping avec des mobile-homes à louer (40 emplacements).

Le musée archéologique avec des collections de la préhistoire à la fin du Moyen Âge. Le musée propose des visites guidées, des visites du patrimoine avec audioguides, des ateliers, des animations pour tous publics.

 
Crocodile nain du bassin d'Afrique de l'Ouest

La Planète des crocodiles propose 5 000 m2 de dépaysement au sein d'un jardin tropical. L'occasion de découvrir 12 espèces de crocodiliens dont l'alligator albinos, mais aussi le faux gavial, l'alligator nain d'Afrique... et le seul groupe en France de crocodiles marins. Un espace de découverte pour petits et grands.

Centrale nucléaire de CivauxModifier

Article détaillé : centrale nucléaire de Civaux.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes [vicaria] Exidualinsis en 862, [vic.] Sicvalensis 963 - 964, [vi.] Exivalis vers 970, Sicvallis en 992, [de] Sivallis en 1007[8].

Il s'agit d'une formation toponymique gauloise difficile à analyser. Le premier élément Exid- de forme (*exito [?])[8]) et de sens inconnu, semble se retrouver dans Exideuil (Charente) et Excideuil (Dordogne)[8] et Issudel (Lot, Puy-l'Évêque, Exidolio XIVe siècle), dont la terminaison -euil / -el représente l'appellatif gaulois ialon « clairière, village ». Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak interprètent exito, qu'ils citent sans astérisque, comme un mot gaulois signifiant « champ »[9].

Le second élément -ual- [val-] ne connait pas non plus d'explication convaincante[8]. Par aphérèse, le nom est devenu Sitval- (noté Sicval-), d'où la forme moderne notée Civaux, la forme -vaux étant liée à l'attraction du pluriel de val « vallée, vallon », c'est-à-dire vaux conservé par exemple dans l'expression par monts et par vaux.

HistoireModifier

PatrimoineModifier

Patrimoine historiqueModifier

La nécropole est un lieu exceptionnel et unique : près de 1.000 sarcophages sont encore en place ou forment une clôture originale.

Autres monumentsModifier

  • La Tour-aux-Cognons est inscrite comme monument historique depuis 1927. C'est un donjon du 11e siècle situé face au bourg, sur la rive droite de la Vienne.
  • L’église Saint-Gervais-Saint-Protais est l'une des plus anciennes de France avec son chœur (5e-9e siècles) et sa nef romane. Des chapiteaux originaux ornent l'église : le mariage, la tentation...

Patrimoine naturelModifier

Deux sites sont classés comme zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[10]. Ils couvrent 7 % de la surface communale. Il s'agit de la forêt de Lussac et des îles de la Tour au Cognum. Ce dernier est, aussi, classé comme espaces naturels sensibles (ENS).

Des espaces naturels de la commune bénéficient de protections issues d'engagements internationaux relevant de la directive habitats -faune-flore. Ces espaces représentent 7 % de la surface communale et il s'agit de[11] : la forêt et les prairies de Lussac-les-Châteaux.

Arbres remarquablesModifier

Selon l'Inventaire des arbres remarquables de Poitou-Charentes[12], il y a trois arbres remarquables sur la commune qui sont classés comme monument naturel dont[13] :

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Gentilé sur le site habitants.fr. Consulté le 27 septembre 2008.
  2. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 192b
  9. Jean-Maire Cassagne et Mariola Korsak, Villes et Villages en pays lotois, Tertium, , 304 p. (ISBN 9782368481073, lire en ligne)
  10. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011
  11. DREAL Poitou-Charentes / MNHN, 2013
  12. Poitou-Charentes Nature, 2000
  13. DREAL Poitou-Charentes / SDAP, 2013

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Brigitte Boissavit-Camus, Jean-Claude Papinot, Jean-Pierre Pautreau : Civaux, des origines au Moyen Âge, EDF, 1990.
  • Eugène Lefèvre-Pontalis, « L'église romane de Civaux (Vienne) et son abside carolingienne », Bulletin monumental, Paris / Caen, A. Picard / H. Delesques, vol. 77,‎ , p. 379-386 (ISSN 0007-473X, lire en ligne)
  • Jean-Claude Papinot, Jean-Pierre Pautreau Le Val de Civaux, des origines à la fin du Moyen Âge, Geste éditions (Itinéraires du patrimoine no 307)- 2005 (ISBN 978-2845611979).
  • Jean-Claude Papinot, Civaux, Témoignages archéologiques de la préhistoire à l'époque médiévale. Civaux : Société des amis de Civaux, 1983.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :