Christian VII

roi de Danemark et de Norvège
(Redirigé depuis Christian VII de Danemark)

Christian VII
Christian 7
Kristian VII
Illustration.
Portrait du roi Christian VII par Roslin, vers 1772.
Titre
Roi de Danemark et de Norvège

(42 ans, 1 mois et 28 jours)
Prédécesseur Frédéric V
Successeur Frédéric VI
Biographie
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Nom de naissance Christian af Oldenborg
Date de naissance
Lieu de naissance Copenhague
Drapeau de Danemark-Norvège Danemark-Norvège
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Rendsburg
Blason du Duché de Holstein Duché de Holstein
Sépulture Cathédrale de Roskilde
Père Frédéric V
Mère Louise de Grande-Bretagne
Conjoint Caroline-Mathilde de Hanovre
Enfants Frédéric VI Red crown.png
Louise-Augusta
Religion Luthéranisme danois
Résidence Palais de Christiansborg (Copenhague)

Christian VII
Monarques de Danemark-Norvège

Christian VII (en danois : Christian VII ; en norvégien : Kristian VII), né le à Copenhague et mort le à Rendsbourg, est un roi de Danemark et de Norvège de 1766. Membre de la maison d'Oldenbourg, il règne sur le royaume de Danemark et le royaume de Norvège du jusqu'à sa mort.

FamilleModifier

Il est le fils du premier mariage du roi Frédéric V et de Louise de Grande-Bretagne (1724 – 1751), épousée en 1743. De cette union naquirent également :

Son père se remaria en 1752 avec Juliane-Marie de Brunswick (1729 – 1796), fille du duc Ferdinand-Albert II de Brunswick-Wolfenbüttel. De ce mariage est issu :

BiographieModifier

Naissance et familleModifier

Christian est né le dans la Chambre de la Reine au palais de Christiansborg, résidence principale de la monarchie danoise sur l'île de Slotsholmen au centre de Copenhague. Il est le fils du roi Frédéric V et de son première épouse, la princesse Louise de Grande-Bretagne. Frédéric et Louise avaient déjà eu un fils en 1745 (également du nom de Christian), mais il était mort en 1747, et Christian était donc prince héritier de naissance.

Il est baptisé deux heures après la naissance. Sa grand-mère paternelle, la reine douairière Sophie-Madeleine, a porté le prince lors du baptême en tant que marraine. Après le baptême, le prince nouveau-né a été placé dans un berceau de parade avec un baldaquin pour la vue de tous les nombreux invités qui étaient venus au baptême[1].

Les espoirs étaient grands pour l'avenir du nouvel héritier du trône. Le compositeur allemand Christoph Willibald Gluck, qui séjourna au Danemark de 1748 à 1749, composa à l'occasion de la naissance du prince héritier la scène musicale La Contesa dei Numi (la dispute des dieux), où les divinités olympiennes se réunissaient sur les rives du Grand Belt pour discuter de qui doit protéger en particulier le nouveau prince. Elle a été joué pour la première fois le , à l'occasion du premier service religieux de la reine après la naissance[2] . Il perd sa mère à l'âge de 2 ans lorsque la reine Louise meurt en couches à 27 ans. L'année suivante, son père épouse la duchesse Juliane-Marie de Brunswick.

Accession au trôneModifier

Le , le roi Frédéric V meurt et Christian lui succéde à l'âge de 17 ans. Proclamé roi au balcon du palais de Christiansborg, il devint le roi Christian VII.

MariageModifier

Il épouse en 1766 Caroline-Mathilde de Hanovre (1751 – 1775), sœur du roi de Grande-Bretagne George III, qu'il ne tarda pas à délaisser.

Règne et PostéritéModifier

Malade et déséquilibré, Christian VII laissa de facto les rênes du pouvoir à son médecin, Johann Friedrich Struensee, qui mena une politique libérale et humaniste, audacieusement inspirée des Lumières. Amant de la reine, ministre du conseil privé, le comte Johann Friedrich Struensee exerce le pouvoir jusqu'à un coup d'État en 1772 : la belle-mère du roi, Juliane-Marie de Brunswick-Wolfenbüttel, évincée du pouvoir sous l'influence de Struensee, manipule Christian VII avec l'appui de la noblesse hostile aux réformes humanistes. Elle réussit à lui faire signer l'arrestation du ministre, qui sera décapité, et à isoler, y compris de ses enfants, la reine Caroline-Mathilde. Celle-ci sera condamnée à l'exil, et l'union royale se dissoudra.

Assignée à résidence au château de Celle dans le Hanovre, la reine Caroline-Mathilde avait eu deux enfants :

À partir de 1772, son état de démence s'aggravant, Christian VII n'est plus que nominalement roi de Danemark. Jusqu'en 1784, le pays est gouverné par Juliane-Marie de Brunswick-Wolfenbüttel, belle-mère du roi, par le fils de celle-ci, Frédéric, prince héréditaire de Danemark, qui est régent, et par son ministre Ove Høegh-Guldberg. Cette période est marquée par un retour à l'ordre ancien.

Cependant, son biographe Ulrik Langen remet en cause la folie de Christian VII. Pour lui le roi n'aurait pas été fou mais aurait simulé la folie[3].

Dernières annéesModifier

En 1784, le fils de Christian VII, Frédéric VI, s'empare de la régence du royaume, évinçant Frédéric. Cette régence est marquée par des réformes libérales et agraires, reprenant la voie ouverte par Johann Friedrich Struensee, mais aussi par les débuts désastreux des guerres napoléoniennes.

Mort et inhumationModifier

 
Tombeau de Christian VII dans le mausolée royal de la cathédrale de Roskilde.

Physiquement et mentalement détruit, Christian VII meurt à 59 ans d'un anévrisme cérébral au château de Rendsburg, dans le duché de Holstein, en 1808, après plus de 40 ans d'un long règne controversé au cours duquel son instabilité mentale l'a empêché d'exercer réellement le pouvoir.

Christian VII fut inhumé dans la chapelle Frédéric V de la cathédrale de Roskilde, la nécropole traditionnelle des rois de Danemark[4].

Œuvres inspirées par Christian VIIModifier

GénéalogieModifier

Arbre généalogique[8]Modifier

Notes et référencesModifier

  1. (da) « Royale dåb gennem tiden », kristendom.dk (consulté le )
  2. (da) « Charlottenborg - et stop på din musikalske byvandring gennem København » [archive du 15. september 2011], Bibliotheque royale
  3. « Les Lumières au Danemark sur Paroles d'histoire »
  4. (da) « Christian VII : Dansk konge 1766-1808 », sur gravsted.dk
  5. Forum, maison d'édition danoise. Non traduit
  6. The Dictator sur l'IMDb
  7. A Royal Affair sur l'IMDb
  8. Christoph Heinrich von Ammon, Genealogie ascendante jusqu'au quatrieme degre inclusivement de tous les Rois et Princes de maisons souveraines de l'Europe actuellement vivans, reduite en 114 tables ..., Aux Depens de L'Auteur, Se Vend Chez Etienne de Bourdeaux, (lire en ligne)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier