Divinités olympiennes

ensemble de 12 divinités majeures du panthéon grec

Les divinités olympiennes sont un groupe réunissant les divinités principales du culte de la religion grecque antique.

Cortège des dieux, sarcophage de Prométhée, v. , musée du Louvre

Elle tiennent leur nom de l'Olympe, lieu où elles sont censées résider ou du moins se réunir autour de leur roi, Zeus, elles appartiennent toutes à sa génération ou celle de ses enfants et l'assistent dans le gouvernement du monde en fonction des domaines dans lesquels se manifeste leurs puissances. Ces « Olympiens » sont souvent présentés à l'époque moderne comme étant douze. L'idée d'un groupe de douze divinités majeures apparait régulièrement dans les sources grecques à partir de la fin de l'époque archaïque et à l'époque classique, néanmoins la composition de ce groupe varie selon les cas et ils ne sont que rarement qualifiés comme des « Olympiens ».

À l'époque contemporaine, depuis le XIXe siècle, s'est diffusée une liste « canonique » de « douze divinités olympiennes », mais il s'agit d'une reconstitution simplifiant la complexité des situations antiques.

L'Olympe, demeure des dieux Modifier

Dans la mythologie grecque, le concept d'Olympe en tant que résidence divine est reprise des épopées de Homère[1],[2]. C'est de là que Zeus exerce son rôle de roi des dieux : il y convoque les autres dieux, qui y tiennent des banquets luxueux et discutent des affaires du monde. Comme souvent dans ces récits, il n'y a pas de manière fixe et claire de la présenter :

  • c'est une montagne, généralement identifiée au mont Olympe de Thessalie (mais d'autres montagnes du monde grec portent le même nom, voir Mont Olympe (homonymie)), dont le sommet, enneigé, est très élevé et donc à l'écart du monde des humains, où Zeus se tient à plusieurs reprises et y convoque les autres dieux (Iliade, VIII, 3-4) ;
  • c'est un domaine céleste, qui n'est pas vraiment distingué du « Ciel » (Ouranos) (Iliade, V, 749-754 ; aussi chez Hésiode dans la Théogonie, 689-690), autre lieu de résidence divine par excellence dans la mythologie grecque.

Les dieux « olympiens » Modifier

Chez Homère, il arrive que les principaux dieux grecs soient qualifiés d'« Olympiens » (Olympioi ; Iliade I, 399 et XX, 47), ce qui renvoie manifestement au fait qu'il est dit par ce même auteur qu'ils résident sur l'Olympe. Sinon, c'est une épithète divine (épiclèse) employé pour plusieurs divinités, avant tout Zeus et Héra, mais aussi à l'occasion à Aphrodite, Ilithyie, Artémis, Gaia, Déméter. Hésiode (Théogonie, 52) évoque de son côté les « Muses Olympiennes » et Hérodote (Enquête, II, 44) un Héraclès Olympien qui fait l'objet d'un culte de la part des Grecs. Isocrate évoque aussi les Olympiens, qui sont les dieux qui sont bénéfiques aux humains. Ces mêmes dieux peuvent aussi être qualifiés d'« Ouraniens » (Ouranioi), ce qui renvoie à l'assimilation de l'Olympe au Ciel, et également au dieu primordial Ouranos[3],[4].

Suivant l'acception moderne, les « Olympiens » sont un groupe de dieux peuplant l'Olympe et lié à Zeus et à la sphère céleste. Ils sont souvent opposés dans la recherche moderne à un autre groupe, celui des « Chthoniens », divinités associées au monde souterrain (les Enfers) et terrestre (notamment l'agriculture), ce qui inclut Hadès, Perséphone, Déméter, Hécate, Hermès, etc. Cette opposition n'a pas le caractère systématique et rituel qu'on a longtemps voulu lui donner : on a longtemps distingué entre un type de sacrifice « olympien » tourné vers le jour, la lumière et le ciel, et un autre « chthonien », tourné vers la nuit, l'obscurité et le sol, mais un examen plus fin de la documentation a fait voler en éclat cette opposition. Plusieurs divinités peuvent du reste rentrer dans les deux catégories : Hadès, pourtant incontestablement associé au monde infernal, est parfois inclus parmi les divinités olympiennes ; dans certains cas Hermès est rattaché à l'un ou à l'autre des deux groupes[5],[6],[7].

Les « Douze » Modifier

Dans les présentations modernes courantes, les « Olympiens » sont souvent définis comme un groupe de douze divinités majeures appartenant à une même génération divine, celle de Zeus et de sa progéniture, qui sont généralement considérés comme les plus importants aux yeux des anciens Grecs : Zeus, Héra, Poséidon, Déméter, Apollon, Artémis, Arès, Aphrodite, Hermès, Athéna, Héphaïstos et Hestia[8]. Cette liste apparaîtrait plutôt dans des sources d'époque romaine, en revanche pour les époques grecques antérieures la situation est très variée[9].

Les textes grecs antiques évoquent « les Douze » (hoi dôdeka), qui font l'objet par endroits d'un culte de façon collective dans un type de sanctuaire appelé Dodekatheon. Ce chiffre a sans doute un aspect symbolique (Platon le met en rapport avec les mois de l'année), mais sa signification n'est pas claire. Pour autant que l'on puisse la repérer, cette notion d'un groupe de douze dieux se met progressivement en place à partir de la fin du VIIIe siècle av. J.-C., parmi les tentatives de mettre en ordre le monde divin (qui se retrouve aussi dans les théogonies et généalogies divines), dans la poésie et aussi dans le culte. Chez Homère déjà les grands dieux dirigés par Zeus forment par moments un groupe de douze (Iliade, XX, 33-40) ; ailleurs ils sont seulement dix (Iliade, XX, 67-74). L'idée qu'il y a un groupe de douze divinités majeures apparaît clairement dans la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. et au suivant. Elle transparaît dans l’Hymne homérique à Apollon (l. 128) et chez Pindare (Olympiques, X, 49). Un culte aux Douze Dieux est instauré sur l'agora d'Athènes à l'époque de la tyrannie de Pisistrate (Autel des Douze Dieux d'Athènes, v. 522/1 ; d'après Thucydide), et la frise des Panathénées qui orne par la suite (v. 440-435) le Parthénon présente un groupe de douze dieux. L'autre lieu de culte où un groupe de douze dieux semble émerger vers la même époque est Olympie. Des sanctuaires aux Douze Dieux se retrouvent ailleurs aux périodes suivantes (Délos, Kos, etc.), peut-être à l'exemple d'Athènes et d'Olympie. Hérodote (Enquête, II, 4) dit que le fait de distinguer douze divinités majeures vient des Égyptiens. Avec Platon, puis au milieu du IIIe siècle av. J.-C., l'idée d'un groupe de douze dieux à vénérer prioritairement semble bien ancrée dans les mentalités. La composition du groupe (quand elle est donnée par des sources antiques) est mouvante, aucune liste « canonique » de ces Douze ne se dessinant, malgré la présence de figures incontournables (Zeus, Héra, Poséidon, Athéna, Hermès, Apollon, Artémis) : Homère inclut Xanthe et Létô dans son groupe de douze divinités, mais ils sont absents des listes suivantes ; Hestia est souvent incluse dans le groupe, mais sur la frise des Panathénées elle est remplacée par Dionysos ; à Olympie il est également présent, aux côtés des Charites, d'Alphée, de Kronos et de Rhéa ; à Kos on trouve Hécate et pas Hestia. Et il faut attendre Claude Élien, au IIe – IIIe siècle de notre ère, pour que les Douze Dieux soient qualifiés d'« Olympiens » comme on le fait à l'époque moderne[10],[11],[3],[12].

Les « Douze Olympiens » selon les critères modernes Modifier

Comme évoqué précédemment, la liste des douze divinités olympiennes a été établie à l'époque moderne à partir de sources antiques. Aucune liste canonique n'existant dans l'Antiquité, elle a donc un caractère artificiel et peut varier selon les auteurs, qui l'établissent à partir d'un ensemble de quatorze divinités.

La liste traditionnelle comprend :

Représentation Nom Fonctions et attributs
  Zeus Fils de Cronos et de Rhéa, il règne sur le ciel et sur le panthéon grec. Malgré son mariage avec Héra, il eut de nombreux enfants (divins ou humains) de ses nombreuses conquêtes.
  Héra Fille de Cronos et de Rhéa, déesse du mariage ; elle siège, en sa qualité d'épouse de Zeus, sur le trône olympien.
  Poséidon Dieu des tremblements de terre, des tempêtes, de la mer et des océans, époux d'Amphitrite.
  Déméter Fille de Cronos et de Rhéa, déesse de l'agriculture et des moissons.
  Aphrodite Née de l'écume de la mer[13] ou fille de Zeus et de Dioné[14] selon les traditions, elle préside à la beauté, à l'amour, à la sensualité. Elle est mariée à Héphaïstos mais a de nombreux amants, Arès notamment.
  Artémis Fille de Zeus et de Léto, elle est la déesse de la chasse et de la lune. Elle est, avec Athéna et Hestia, l'une des seules déesses du panthéon ayant juré de préserver sa virginité.
  Apollon Frère jumeau d'Artémis, il est le dieu de l'art, de la beauté, du soleil, mais aussi de la médecine. En tant qu'Apollon Loxias (en grec Ἀπόλλων λοξίας / Apóllōn loxías, c'est-à-dire Apollon l'oblique), il est le dieu des oracles et possède un temple oraculaire à Delphes.
  Athéna Fille de Zeus et de Métis, elle est la déesse de la sagesse, de la guerre et de l'artisanat. Elle est également la protectrice d'Athènes.
  Hermès Fils de Zeus et de Maïa, il est le messager des dieux. Outre ce rôle, il assure la fonction de « conducteur des âmes » (Hermès psychopompe, en grec Ἑρμῆς ψυχοπομπός / Hermês psukhopompós). Enfin, il est le patron des voyageurs, qu'ils soient simples itinérants, commerçants ou même encore voleurs.
  Héphaïstos Fils de Zeus et d'Héra ou d'Héra seule selon les traditions, il travaille dans sa forge sur l'île de Lemnos. On le décrit comme laid et boiteux, contrastant avec son épouse, la belle Aphrodite.
  Arès Fils de Zeus et d'Héra, il est le dieu de la guerre. Mais contrairement à sa sœur Athéna, il représente non pas la stratégie militaire, qui mène à la victoire, mais la guerre dans sa dimension violente, celle qui provoque les ravages et rougit la terre.
  Dionysos Fils de Zeus et de Sémélé, il est le dieu de la fureur et de la folie. D'une part, associé à l'ivresse, il est le dieu du vin et de la vigne. D'autre part, en tant que dieu de l'enthousiasme, il préside aux rassemblements déchaînés et aux processions confuses, où l'ordre alterne avec le chaos. C'est parmi ces foules, souvent déguisées, que prend place l'émergence de troupes masquées, annonçant ainsi la naissance du théâtre[15].

Mais il arrive aussi qu'Arès et Dionysos soient remplacés par Hadès et Hestia[16]. De même, certains textes font d'Héraclès et Dionysos des Olympiens. La tradition n'explique jamais quels dieux sortent de la liste quand d'autres y entrent.

Représentation Nom Fonctions et attributs
  Hadès Fils de Cronos et de Rhéa, il règne sur le monde souterrain. Il épouse sa nièce, Perséphone, après l'avoir enlevée.
  Hestia Fille de Cronos et de Rhéa, elle veille sur le foyer. Elle demeure une figure discrète du panthéon.

Généalogie Modifier

 
 
 
 
 
 
Cronos
 
Rhéa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hestia
 
Poséidon
 
 
Déméter
 
Zeus
 
 
Héra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dioné
 
 
Maïa
 
 
Sémélé
 
 
Métis
 
 
 
 
Léto
 
 
 
 
Alcmène
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hadès
 
Perséphone
 
Ilithye
 
Hébé
 
Héphaïstos
 
 
Arès
 
 
Aphrodite
 
 
Hermès
 
 
Dionysos
 
Athéna
 
Apollon
 
Artémis
 
Héraclès
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Harmonie
 
Phobos
 
Déimos
 
Antéros
 
Hermaphrodite
 
Hymen
 
Priape
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En gras et vert, les douze (en fait quatorze) divinités olympiennes. En italique, les mortelles. Cette généalogie est cependant très variable selon les auteurs, les traditions et les époques : Homère fait par exemple de Zeus le père de presque tous les autres dieux (et notamment d'Aphrodite, qui est plus souvent considérée comme sa sœur). Des dieux tels qu'Arès et Aphrodite sont absents de certaines listes.

Références Modifier

  1. (de) Johannes Scherf, « Olympos II. Mythologisch », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, vol. 8 : Mer–Op, Stuttgart et Weimar, J.B. Meltzer, , col. 1191-1192
  2. Sineux 2006, p. 81-83.
  3. a et b (en) Ken Dowden, « Olympian Gods, Olympian Pantheon », dans Daniel Ogden (dir.), A Companion to Greek religion, Malden et Oxford, Blackwell, , p. 43-45
  4. Bonanno 2016.
  5. (de) Renate Schlesier, « Chthonische Götter (Χθόνιοι θεοί). II. Griechenland », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, Altertum, vol. 2 : Ark-Ci, Stuttgart, J. B. Metzler,‎ 1997 / 1999 col. 1186-1190
  6. (en) Robert Parker, On Greek religion, Ithaca, Cornell University Press, , p. 80-84
  7. Georgoudi 2021.
  8. Rutherford 2010, p. 46-47.
  9. Lévêque et Séchan 1990, p. 26.
  10. Lévêque et Séchan 1990, p. 25-27.
  11. Sineux 2006, p. 49-53.
  12. Stella Georgoudi, « Les Douze Dieux des Grecs : variations sur un thème », dans Stella Georgoudi et Jean-Pierre Vernant (dir.), Mythes grecs au figurés, de l'antiquité au baroque, Paris, Gallimard, , p. 43-80
  13. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne], v. 188–200.
  14. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], V, 370–372.
  15. C'est d'ailleurs durant des fêtes en l'honneur de Dionysos, les Grandes Dionysies, qu'avaient lieu des concours consistant en des représentations de tragédies. Quant aux comédies, elles faisaient l'objet d'un concours organisés lors des Petites Dionysies
  16. La religion grecque : Dans les cités à l'époque classique, p. 170.

Bibliographie Modifier

  • Pierre Lévêque et Louis Séchan, Les grandes divinités de la Grèce, Paris, Armand Collin, (1re éd. 1966)
  • (en) Scott Scullion, « Olympian and Chthonian », Classical Antiquity, vol. 13, no 1,‎ , p. 75-119 (JSTOR 25011006)
  • Pierre Sineux, Qu'est-ce qu'un dieu grec ?, Paris, Klincksieck,
  • (en) Daniela Bonanno, « Olympian deities », dans Roger S. Bagnall et al. (dir.), The Encyclopedia of Ancient History, John Wiley & Sons, (lire en ligne)
  • (en) Ian Rutherford, « Canonizing the Pantheon: the Dodekatheon in Greek Religion and its Origins », dans Jan N. Bremmer et Andrew Erskine (dir.), The Gods of Ancient Greece: Identities and Transformations, Édimbourg, Edinburgh University Press, , p. 43-54
  • Stella Georgoudi, « Les dieux d’en haut et les dieux d’en bas chez Homère : une question à réexaminer », Gaia, vol. 24,‎ (lire en ligne)

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier