Ouvrir le menu principal

Chivres

commune française du département de la Côte-d'Or
Ne doit pas être confondu avec Chivres-Val ou Chivres-en-Laonnois.

Chivres
Chivres
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Brazey-en-Plaine
Intercommunalité Communauté de communes Rives de Saône
Maire
Mandat
Jean-Marc Chapuis
2014-2020
Code postal 21820
Code commune 21172
Démographie
Population
municipale
299 hab. (2016 en augmentation de 11,99 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 37″ nord, 5° 05′ 48″ est
Altitude Min. 173 m
Max. 204 m
Superficie 8,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Chivres

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Chivres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chivres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chivres
Liens
Site web http://www.mairie-chivres.fr/

Chivres est une commune française située dans le canton de Brazey-en-Plaine du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Situé à la limite sud du département de la Côte-d'Or, entre Beaune et Seurre, le village de Chivres occupe les premières collines qui bordent la vallée de la Saône. Certains écarts se trouvent d'ailleurs dans cette plaine inondable où se situe le point le plus bas du département. L'altitude moyenne est de 182 mètres.

Communes limitrophesModifier

  Labergement-lès-Seurre  
Palleau (Saône-et-Loire) N Trugny
O    Chivres    E
S
Écuelles (Saône-et-Loire) Charnay-lès-Chalon (Saône-et-Loire) Mont-lès-Seurre (Saône-et-Loire)

HistoireModifier

Étymologie : le nom de « Chivres » se rattache à la racine latine « capra » qui désigne la chèvre (forme gallo-romaine « gabra », à l'origine de Gevrey ou Givry). Comme il n'y a pas de raison particulière à une présence spécifique de chèvres sur le territoire de Chivres, le nom du village semble plutôt en relation avec la présence de chevreuils (chèvre sauvage, en latin « caprea »), présence qui demeure d'ailleurs dans la forêt voisine.

Le village de Chivres a partagé le sort de la Bourgogne. D'abord lieu de passage ancien avec la Saône qui a livré de nombreux vestiges romains ou médiévaux témoignant d'une navigation importante sur cet axe nord-sud que constitue la paisible rivière facilement navigable, c'est aussi un lieu d'implantation agricole dans l'orbite des grands domaines religieux du Moyen Âge bourguignon comme l'abbaye de Citeaux, l'abbaye de Nuits-Saint-Georges, les hospices de Beaune ou l'abbaye de Molaise.

Les traces de constructions anciennes sont repérables dans le chœur du XIIIe siècle de l'église Saint-Léger et dans la nef du XVe siècle. Les nombreux ornements intérieurs des XVIe et XIXe siècles (chaire - peintures murales- statue de saint Léger…) témoignent de la relative aisance des habitants. On repère aussi les traces d'une implantation d'un château qui sera reconstruit au XVIIIe siècle comme sa cour et son parc puis modifié (façade postérieure) après 1825.

Le village offre encore de nombreuses fermes des XVIIIe et XIXe siècles, caractérisées par l'utilisation de pans de bois, de briques, de moellons associés au torchis et recouvertes - semble-t-il - au départ de chaume, et aujourd'hui de tuiles plates. Elles organisent autour d'une cour, logis, étables, écuries et remises, éventuellement colombier, four à pain, puits…

Le début du XIXe siècle verra également la construction, près de l'église et en face du château, du bâtiment destiné à abriter la mairie et l'école. Un peu plus tard, on édifiera des petits oratoires en brique à chaque extrémité du village comme la chapelle Saint-Léger qui porte la date de 1853.

ÉconomieModifier

 
Vue d'une partie du village de Chivres.

Son activité agricole est importante et en évolution : la pomme de terre produite avant 1940 pour les féculeries des environs et la vigne encore cultivée au début du XXe siècle ont laissé la place à l'élevage des bovins d'engraissement de race charolaise (activité en régression depuis une dizaine d'années) et à la production intensive de lait et de céréales (blé - maïs - tournesol - colza).

Une voie ferrée du réseau PLM reliant Gray à Chalon-sur-Saône a été construite dans la plaine à la fin du XIXe siècle : inaugurée le 12 juillet 1887, déclassée en 1938 pour les voyageurs et 1951 pour les marchandises, la ligne a été définitivement abandonnée en 1969 et transformée en route départementale. Demeurent aujourd'hui la petite gare transformée en maison particulière, l'habitation du garde-barrière et la lampisterie aménagées aussi en logements.

Des travaux importants de remblai ont été nécessaires pour mettre la voie hors d'eau lors des crues de la Saône (la plus mémorable restant celle de 1955) qu'il a fallu enjamber par un pont métallique dit pont de cent mètres. Cet investissement a justifié la transformation de cette voie ferrée en route départementale quand la liaison ferroviaire a été déclassée à la fin des années 1960.

Par ailleurs le tourisme vert se développe peu à peu à Chivres avec des résidences secondaires, des gîtes ruraux et l'aménagement du sentier du Chevreuil qui permet de découvrir les champs et la forêt alors que d'autres chemins parcourent la plaine jusqu'à la Saône.

La vigne à ChivresModifier

Au début du XIXe la Côte d’or est marquée par une forte expansion du vignoble réalisée par de petits vignerons à l’aide du cépage gamay[1]. C’est le cas dans le canton de Seurre (aujourd’hui inclus dans le canton de Brazey-en-Plaine) malgré des terres argileuses compactes qui conservent longtemps l’humidité au printemps et se durcissent excessivement en été. Le vin produit est médiocre, peu coloré, avec un goût âpre, sans finesse ni bouquet mais sa production variable selon les années peut-être abondante. L’essentiel sert à la consommation personnelle et locale : le village a alors plus de 500 habitants et plusieurs cafés où se boivent des chopines.

Frappé par la crise du phylloxéra après 1875, le vignoble sera replanté avec des plants résistants dans les années 1880-1890 : il ne sera déclinant que plus tard après 1920 quand la concurrence des vins de table du sud et d’Algérie s’accentuera en même temps que s’amorcera la baisse démographique des campagnes. La commercialisation devient alors difficile d’autant que le principal client la batellerie sur la Saône concurrencée par le rail diminue et la consommation locale décroît alors que se fait sentir le manque de main d’œuvre pour cultiver des vignes devenues non rentables[2]. Dans les années 1830, à Chivres, 34 hectares sont consacrés à la culture de la vigne avec une production annuelle moyenne de 1368 hectolitres soit environ 40 hl à l’ha : la production est importante même si la superficie du vignoble reste faible par rapport à celle de la commune qui est de 8,23 km² avec un part de territoires agricoles de 80 % soit environ 656 ha[3]. Le village voisin de Labergement-les-Seurre avec sa superficie bien plus grande de 28,,83 km² produit encore davantage : près de 47 hl à l’hectare sur 216 ha soit 101 116 hl. Vendu pour une bonne part aux gens de rivière qui naviguent sur la Saône à Seurre, ce vin enrichit le village qui peut entreprendre entre 1855 et 1858 la reconstruction de son imposante église[4]. A Chivres les ceps seront petit à petit arrachés et la vigne finira par disparaître totalement vers 1970-1980 : elle n’était que résiduelle sur les coteaux à l’est du village.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Marc Chapuis SE Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 299 habitants[Note 1], en augmentation de 11,99 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
408401466486488511544522558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
544540550505500471490484467
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
439426400333318302312302265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
270240216224195207237267299
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 


Depuis quelques années, la population croît légèrement. En effet, de nouveaux arrivants travaillant à Nuits-Saint-Georges, Beaune ou même Dijon, font construire de nouvelles maisons (une dizaine depuis l'année 2000) qui transforment l'allure du village.

Lieux et monumentsModifier

.

L'église Saint-LégerModifier

L'édifice comporte des parties anciennes comme le chœur du XIIIe siècle et la nef du XVe siècle avec de nombreux ornements intérieurs comme la chaire, les motifs peints au plafond (animaux fabuleux et armoiries de pape et d'évêques) ou encore des vitraux (fin XIXe siècle). On trouve aussi des statues intéressantes comme les statues de saint Léger (l'une médiévale assez abîmée en bois polychrome, et une autre du XVIe siècle en bois polychrome, à laquelle manque la crosse), une Vierge à l'Enfant en bois peint et doré (fin XVIIe siècle – début XVIIIe siècle) et un saint Joseph en pierre du XVIIIe siècle.

Une cloche baptisée Mélanie-Hortense a été installée en 1849 dans le clocher couvert d'ardoise.

Galerie complémentaireModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Laurent (Robert). Les vignerons de la « Côte d'Or » au XIXe siècle. p 162-163[1]
  2. Schnerb Bertrand. Laurent (Robert). Les vignerons de la « Côte d'Or » au XIXe siècle.. In: Revue belge de philologie et d'histoire, tome 38, fasc. 1, 1960. Antiquité - Oudheid. pp. 158-165.[www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1960_num_38_1_2309_t1_0158_0000_1]
  3. [2]
  4. http://www.labergement-les-seurre.fr/l-eglise-de-l-assomption]
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.