Charles Michels (métro de Paris)

station du métro de Paris

Charles Michels
La station fin 2009, après la rénovation et le retrait des caissons métalliques.
La station fin 2009, après la rénovation et le retrait des caissons métalliques.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 15e
Coordonnées
géographiques
48° 50′ 48″ nord, 2° 17′ 13″ est

Caractéristiques
Position par
rapport au sol
Souterraine
Voies 2
Quais 2
Nombre d'accès 2
Accessibilité Non
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Transit annuel 3 079 569 (2021)
Historique
Mise en service
Nom inaugural Beaugrenelle
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code(s) de la station 1613
Ligne(s) (M)(10)
Correspondances
Bus (BUS)RATP427088
Noctilien (BUS)NoctilienN12N61
(10)

Charles Michels est une station de la ligne 10 du métro de Paris, située dans le 15e arrondissement de Paris.

SituationModifier

La station est implantée à l'est de la place Charles-Michels et orientée est-ouest, selon l'axe de l'avenue Émile-Zola. Elle s'intercale entre les stations Javel - André Citroën et Avenue Émile Zola.

HistoireModifier

La station est ouverte le avec la mise en service du premier tronçon de la ligne 8, dont elle constitue provisoirement le terminus occidental (depuis Opéra) jusqu'au suivant, date à laquelle la ligne fut prolongée via une traversée sous la Seine jusqu'à Porte d'Auteuil.

Elle doit sa dénomination initiale de Beaugrenelle à sa situation sous l'ancienne place Beaugrenelle — renommée place Charles-Michels en 1945 — au sein du quartier homoyme, ce dernier ayant également donné son nom à la station La Motte-Picquet - Grenelle.

Dans la nuit du 26 au , la station est transférée à la ligne 10 à la suite du remaniement des lignes 8, 10 et de l'ancienne ligne 14, lorsque la ligne 8 fut redirigée vers son terminus actuel de Balard. Le service entre Porte d'Auteuil et Jussieu n'est toutefois assuré que deux jours plus tard, le 29 juillet, se limitant dans un premier temps à La Motte-Picquet - Grenelle à l'est[1].

Le , à la suite du bombardement des usines Citroën ayant endommagé ce jour-là le tunnel de la ligne entre Chardon-Lagache et Mirabeau, la station en devient temporairement le terminus depuis Gare d'Orléans - Austerlitz (aujourd'hui Gare d'Austerlitz) le temps de remettre l'infrastructure en état. Trois jours plus tard, une navette sur voie unique au départ de Beaugrenelle est assurée jusqu'à Porte d'Auteuil, avant le rétablissement du service normal dès le 8 juin[2].

Le , elle change de nom au profit de Charles Michels, en même temps que la place Beaugrenelle, renommée en hommage à Charles Michels (1903-1941), député communiste du 15e arrondissement, retenu en otage et fusillé par les nazis sous l'Occupation. La station est ainsi une des huit du réseau dont le nom a été modifié à l'issue de la Seconde Guerre mondiale afin d'honorer la mémoire de résistants morts pour la France, avec Trinité - d'Estienne d'Orves (ligne 12), Colonel Fabien (ligne 2), Corentin Celton (ligne 12), Guy Môquet (ligne 13), Jacques Bonsergent (ligne 5), Corentin Cariou (ligne 7) et Marx Dormoy (ligne 12).

Depuis les années 1960 jusqu'en 2008, les piédroits sur les quais sont revêtus d'un carrossage métallique avec montants horizontaux bleus et cadres publicitaires dorés éclairés, tandis que les poutres métalliques supportant le plafond de la station sont peintes en bleu. Avant la dépose de cet aménagement pour rénovation de la station dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, il était complété par des sièges « coque » caractéristiques du style « Motte », de la couleur des lambris et du tablier. Les travaux de modernisation se sont achevés en 2009[3].

Selon les estimations de la RATP, la station a vu entrer 4 601 730 voyageurs en 2019, ce qui la place à la 93e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[4],[5]. En 2020, avec la crise du Covid-19, son trafic annuel tombe à 2 198 392 voyageurs, la reléguant alors au 108e rang sur 304[6], avant de remonter progressivement en 2021 avec 3 079 569 entrants comptabilisés, ce qui la classe à la 102e position des stations du réseau pour sa fréquentation cette année-là[7].

Services aux voyageursModifier

AccèsModifier

La station dispose de deux accès, chacun constitué d'un escalier fixe orné d'une balustrade et d'un candélabre de type Dervaux :

  • l'accès 1 « Place Charles-Michels » débouchant face au no 11 de cette place ;
  • l'accès 2 « Rue des Entrepreneurs » se trouvant au droit du no 36 de cette rue.

QuaisModifier

 
Les quais de la station.

Charles Michels est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro situées au centre. Établie à fleur de sol, le plafond est constitué d'un tablier métallique, dont les poutres, de couleur argentée, sont supportées par des piédroits verticaux. Les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits et les tympans. Les cadres publicitaires, métalliques, sont inclinés et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur plaques émaillées. Les sièges sont de style « Akiko » de couleur jaune pâle. L'éclairage est partiellement indirect, projeté sur les piédroits, les publicités et les voûtains en briques au-dessus des quais.

La décoration est ainsi similaire à celle des stations École Militaire sur la ligne 8 et La Muette sur la ligne 9, également construites avec une couverture métallique et entièrement rénovées à la fin des années 2000.

IntermodalitéModifier

La station est desservie par les lignes 42, 70 et 88 du réseau de bus RATP. En outre, elle est desservie la nuit par les lignes N12 et N61 du réseau de bus Noctilien.

À proximitéModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 272.
  2. Jean Robert, op. cit., p. 136
  3. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le )
  4. « Trafic annuel entrant (2019) », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  5. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2019.
  6. « Trafic annuel entrant 2020 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  7. « Trafic annuel entrant 2021 », sur data.ratp.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier