Ouvrir le menu principal

Guy Môquet (métro de Paris)

station du métro de Paris
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Môquet.

Guy Môquet
Un des accès de la station.
Un des accès de la station.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 17e, 18e
Coordonnées
géographiques
48° 53′ 32″ nord, 2° 19′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : 17e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 17e arrondissement de Paris)
Guy Môquet

Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
Guy Môquet

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Guy Môquet
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 4 660 620 (2013)
Historique
Mise en service
Nom inaugural Carrefour Marcadet
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 30-12
Ligne(s) (13)
Correspondances
Bus RATP (BUS) RATP 31 81

Traverse Batignolles-Bichat

(13)

Guy Môquet est une station de la ligne 13 du métro de Paris, située à la limite des 17e et 18e arrondissement de Paris.

Sommaire

SituationModifier

La station est établie sous l'avenue de Saint-Ouen, au sud de l'intersection des rues Guy-Môquet, Championnet, Marcadet, Legendre et de la Jonquière.

HistoireModifier

La station est ouverte le avec la mise en service du premier tronçon de la ligne B de la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris (dite Nord-Sud) entre Saint-Lazare et Porte de Saint-Ouen.

Elle doit sa dénomination initiale de Carrefour Marcadet à son implantation au croisement avec la rue Marcadet, laquelle tient son nom d’un lieu-dit, la Mercade, situé à la Chapelle Saint-Denis. Il s'y tenait un marché, marcadus, à l’époque de la foire du Lendit ;

En 1912, la station change de nom une première fois au profit de Marcadet - Balagny afin de souligner sa proximité avec la rue Balagny, alors nommée en l'honneur d'Auguste Balagny, qui fut maire des Batignolles-Monceau de 1843 à 1848, puis premier maire du 17e arrondissement de Paris.

Le , la ligne B devient la ligne 13 à la suite de l'absorption de la société du Nord-Sud le par sa concurrente : la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (dite CMP).

Le , la station est renommée une seconde fois pour devenir Guy Môquet, en même temps que la rue Balagny, rebaptisée rue Guy-Môquet en hommage à un jeune militant communiste français, fusillé par les nazis à l’âge de dix-sept ans[1]. La station est ainsi une des cinq du réseau à avoir vu son patronyme évoluer à l'issue de la Seconde Guerre mondiale afin d'honorer la mémoire de résistants morts pour la France, avec Jacques Bonsergent (ligne 5), Corentin Cariou (ligne 7), Charles Michels (ligne 10) et Marx Dormoy (ligne 12).

Depuis les années 1950 jusqu'en 2008, les piédroits sont revêtus d'un carrossage métallique avec montants horizontaux bleus et cadres publicitaires dorés éclairés. Cet aménagement était par la suite complété de sièges « coque » caractéristiques du style « Motte », en blanc.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs de la station ont été rénovés le 16 mai 2003, puis ce fut au tour des quais en 2009[2], entraînant la dépose de leur carrossage au profit d'une restitution de la décoration « Nord-Sud » d'origine.

En 2011, 4 524 101 voyageurs sont entrés à cette station[3]. Elle a vu entrer 4 660 620 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 97e position des stations de métro pour sa fréquentation[4].

Services aux voyageursModifier

AccèsModifier

La station dispose de quatre accès, tous constitués d'escaliers fixes :

  • l'accès 1 « rue Legendre », agrémenté d'un candélabre Dervaux, débouchant face au no 79 de l'avenue de Saint-Ouen et au no 193 de la rue Legendre ;
  • l'accès 2 « rue de la Jonquière », également muni d'un mât Dervaux, se trouvant au droit du no 73 de rue Guy-Môquet et du no 1 de la rue de la Jonquière ;
  • l'accès 3 « avenue de Saint-Ouen », aussi pourvu d'un totem Dervaux, se situant face au no 86 de l'avenue de Saint-Ouen et au no 253 de la rue Marcadet ;
  • l'accès 4 « rue Lamarck », orné d'un entourage dans le style caractéristique du Nord-Sud, débouchant au droit des nos 68 et 70 de l'avenue de Saint-Ouen.

QuaisModifier

 
Vitrine mémorielle, octobre 2007.

Guy Môquet est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro et la voûte est semi-elliptique, forme spécifique aux anciennes stations du Nord-Sud. Les carreaux et la céramique en reprennent la décoration d'origine avec des cadres publicitaires et les entourages du nom de la station de couleur marron, des dessins géométriques marron sur les piédroits et la voûte, le nom inscrit en faïence blanche sur fond bleu de petite taille au-dessus des cadres publicitaires et de très grande taille entre ces cadres, ainsi que les directions incorporées dans la céramique sur les tympans. Les carreaux de faïence blancs biseautés recouvrent les piédroits, la voûte et les tympans. L'éclairage est assuré par deux bandeaux-tubes et les sièges, de style « Akiko », sont de couleur bordeaux.

 
La nouvelle fresque de 2010.

Au milieu de l’un des quais, une vitrine présentait des reproductions de photographies de Guy Môquet, sa mère, et son père Prosper Môquet, de sa dernière lettre et divers documents. À l’occasion de la commémoration du , les étagères ont été repeintes et le matériel luminaire a été renouvelé[5].

Lors de la rénovation de la station en 2010 dans le cadre du programme « Renouveau du métro », la RATP a dévoilé le le nouvel aménagement thématique remplaçant cette vitrine : une fresque de 4 m sur 1,70 m en mémoire de Guy Môquet, conçue en collaboration avec l’Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé et créée par l’agence de design Curius[6].

IntermodalitéModifier

La station est desservie par les lignes 31, 81 et le service urbain Traverse Batignolles-Bichat du réseau de bus RATP.

À proximitéModifier

Notes, sources et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier