Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Cahan

commune française du département de l'Orne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cahan (homonymie).

Cahan
Cahan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Athis-de-l'Orne
Intercommunalité Flers Agglo
Maire
Mandat
Bernadette Lefoye
2014-2020
Code postal 61430
Code commune 61069
Démographie
Population
municipale
179 hab. (2015 en augmentation de 9,15 % par rapport à 2010)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 35″ nord, 0° 26′ 31″ ouest
Altitude Min. 50 m
Max. 242 m
Superficie 5,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Cahan

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Cahan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cahan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cahan

Cahan est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 179 habitants[Note 1].

Sommaire

GéographieModifier

Le Noireau limite puis traverse le nord du territoire.

Le territoire ceint en outre une enclave de Pont-d'Ouilly (et donc du Calvados) d'environ six hectares à environ 350 mètres de la limite nord avec cette commune (au lieu-dit les Fourneaux).

ToponymieModifier

Deux substantifs gaulois cato (combat) et magos (plaine ou marché agricole)[2]. « Champ de bataille ».

HistoireModifier

Lors de la bataille de Normandie pendant l'été 1944, les hauteurs de Cahan et de la commune voisine de Berjou sont données comme objectifs à la 214e brigade de la 43rd Wessex Division. Les combats commencent le 15 août à 17 h 30 lors de la traversée du Noireau et dans les bois sur les pentes. Ils se déroulent toute la journée du 16 sur les hauteurs avec l'appui des chars Sherman du Sherwood Rangers Yeomanry (en) de la 8e brigade blindée britannique. Entre 1 600 et 2 200 civils trouvent abri dans le tunnel des Gouttes pendant les combats et les jours qui les ont précédés. Cet épisode marque pour les deux unités britanniques la fin de la bataille de Normandie et prennent dans les hameaux alentour une pause de quelques jours avant de s'élancer vers la Seine et la Belgique.

Le bilan des tués est estimé à plus de cinquante Britanniques dans les quatre bataillons engagés (1st Worcesters Regiment, 5th Duke of Cornwall Light Infantry, 7th Somerset Light Infantry, Sherwood Rangers Yeomanry), plus du double (voire triple, sans source disponible) pour les groupes de combats allemands (soldats appartenant à la 276e div. d'infanterie et à la 3e div. parachutiste) et environ une trentaine de civils, y compris des communes environnantes, à cause des mitraillages et autres tirs d'artillerie. Plusieurs milliers d'impacts d'obus de tout calibre ont marqué les deux communes où se sont déroulés les combats ; le bourg de Berjou est fortement détruit.

Cette bataille a fait l'objet de commémorations avec les vétérans britanniques au monument aux morts de la commune en 1994, 2004 et 2014. Un musée leur est dédié à Berjou.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1949 1995 Yves de Saint-Pol    
1995 mars 2014 Joël Houssaye SE Enseignant technique
mars 2014[3] en cours Bernadette Lefoye SE Employée de bureau retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 179 habitants[Note 2], en augmentation de 9,15 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Cahan a compté jusqu'à 654 habitants en 1851.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
506424559541546533570591654
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
614606594569530536513530505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
424365331337272282283254250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
279250205223211187200164179
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

  • Le Chameau : fabrication de paires de bottes, bottillons, sabotins, cuissardes ou waders (500 pièces par jour).

Lieux et monumentsModifier

La halte de Cahan (aujourd'hui disparue) était située sur la ligne Falaise - Berjou, entre les gares de Berjou et du Ménil-Hubert près de Pont-d'Ouilly. C'est la charmante petite 'gare' où l'acteur Jean Gabin attend les dames dans le célèbre film de Max Ophüls sorti en 1952, Le Plaisir : La Maison Tellier. La scène fut tournée en avec du matériel ferroviaire loué pour 6 jours. Le train était composé de matériel hétéroclite car on y trouvait une locomotive 030C du dépôt d'Argentan, un fourgon Nord, deux voitures à 3 essieux du Sud-Est et un wagon tombereau Ouest, le tout peint en vert très clair à la demande de la production. Le train se déplaçait à une vitesse maxi de 40 km/h.

  • Église Saint-Pierre.
  • Le pont des Bordeaux, détruit par la Résistance dès juin 1944, fut remplacé par un élément de ponton des ports artificiels du débarquement. Il est un des rares exemplaires encore existants en Europe.

Activités et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Tranquille Husnot, botaniste né et mort à Cahan (1840-1929),
  • Ibon Gogeascoechea Arronategui, chef présumé de l'organisation indépendantiste basque armée ETA, a été arrêté à Cahan, où il occupait un logement, le 28 février 2010 avec deux autres membres de l'organisation[8].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[9].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Revue de la Manche, Volumes 37 à 38, Société d'archéologie et d'histoire de la Manche, 1995, page 168
  3. « Cahan (61430) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 mai 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Libération.fr - Arrestation en France du «chef militaire» et numéro un de l'ETA » (consulté le 28 février 2010)
  9. « Cahan sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :