Ouvrir le menu principal

La Maison Tellier

nouvelle de Guy de Maupassant publiée en 1881

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Maison Tellier (homonymie).

La Maison Tellier
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution Drapeau : France 1881
Recueil
La Maison Tellier,
recueil de nouvelles homonyme
Intrigue
Lieux fictifs Une maison close de Fécamp
Un village normand reculé
Personnages Mme Tellier
Les cinq « filles » de Mme Tellier
Le voyageur de commerce
Joseph Rivet, frère de Mme Tellier
Constance, la petite nièce
Les notables de Fécamp
Nouvelle précédente/suivante

La Maison Tellier est une nouvelle de Guy de Maupassant publiée en 1881 dans le recueil de nouvelles homonyme, puis reprise dans les revues La Lanterne en février 1889 et Gil Blas en octobre 1892[1].

Se situant dans la continuité des récits sur la prostitution, elle constitue la nouvelle réaliste la plus célèbre de Maupassant après Boule de suif.

Sommaire

RésuméModifier

La maison close d'une petite ville normande, tenue par Madame Tellier, est « fermée pour cause de première communion » au grand dam des habitués. Après un voyage en chemin de fer, les pensionnaires assistent à la cérémonie et sont émues par Constance, nièce de Madame Tellier, et l’atmosphère de recueillement de l’église, si bien qu'elles passeront pour de saintes femmes. Après l'événement sacré, Joseph Rivet, le frère de Mme Tellier, donne une fête en l'honneur de ces visiteuses qui lui ont valu d'être le point de mire du village. Mais à la fin des festivités, éméché, il cherche à obtenir plus…

BibliographieModifier

EssaisModifier

  • Une lecture paranoïaque-critique de La Maison Tellier (Guy de Maupassant), Jean-Claude Lutanie, Le Veilleur Éditeur, 1993

AdaptationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Maupassant, contes et nouvelles, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, page 1357.

Lien externeModifier


Sur les autres projets Wikimedia :