Ouvrir le menu principal

Centre Pierre-Mendès-France

Centre Pierre-Mendès-France
CentrePMF Paris1.jpg
Vue du Centre Pierre-Mendès-France depuis la rue de Tolbiac.
Histoire
Architecte
Construction
1972-1973
Ouverture
Inauguration
Usage
Universitaire
Architecture
Hauteur du toit
70
Étages
22
Administration
Contracteur
Occupant
Localisation
Pays
Ville
Quartier
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le centre Pierre-Mendès-France, surnommé « Tolbiac », est une annexe de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne hébergée dans un immeuble de grande hauteur inauguré en 1973 et situé dans le 13e arrondissement de Paris, en France.

Sommaire

NomModifier

Le centre est nommé en l'honneur de l'homme politique français Pierre Mendès France. Il est parfois appelé « centre Tolbiac », bien que ce nom désigne officiellement d'autres locaux de la même université.

CaractéristiquesModifier

Le centre Pierre-Mendès-France s'élève au 90 rue de Tolbiac dans le 13e arrondissement de Paris, à proximité de la station de métro Olympiades et du quartier du même nom, site de plusieurs autres bâtiments de grande hauteur.

Le bâtiment comprend trois tours d'inégales hauteurs, construites autour d'un noyau en béton armé. La tour A comprend 9 étages, la tour B 16 et la tour C, la plus grande, 22. Cette dernière s'élève à 70 m de hauteur[1]. Les circulations, escaliers et ascenseurs, sont situées dans le noyau. Les fondations sont réduites au minimum afin de placer les amphithéâtres de la faculté dans les sous-sols. Les premiers étages fonctionnels sont suspendus au-dessus des amphithéâtres, lesquels forment un socle. Le toit de ces amphithéâtres est accessible.

Les locaux universitaires sont installés dans des modules cubiques vitrés et identiques. La tour A en comprend un seul, la tour B deux l'un au-dessus de l'autre, la tour C en empile trois. Dans le cas des tours B et C, un espace est laissé entre chaque module, ce qui leur donne l'aspect extérieur d'un empilement de cubes.

Au pied des tours se trouve une zone ouverte en dénivelée appelée « la fosse », qui permet d'accéder aux bâtiments. Jusqu'à la fin des années 1990, elle était accessible de nuit ; elle est depuis protégée par des grilles[2].

Le bâtiment accueille environ 6 000 étudiants de première et deuxième années de licence en sciences humaines, en sciences économiques, en gestion et dans quelques disciplines juridiques, notamment la première année de capacité en droit.

HistoriqueModifier

 
Vue du centre Pierre-Mendès-France depuis la rue Baudricourt.

Création du siteModifier

Dans le cadre de la rénovation du quartier au début des années 1970, le rectorat de Paris souhaite y implanter un centre universitaire important. Les architectes retenus, le studio français ANPAR (constitué de Michel Andrault et Pierre Parat), doit faire face à de nombreuses contraintes. Ils doivent ainsi créer un centre pouvant accueillir près de 13 000 étudiants sur un terrain étroit et triangulaire de 4 500 m2[3],[1]. L'immeuble est érigé entre février 1972 et septembre 1973[3],[4].

Mouvements sociauxModifier

 
Le centre (au niveau de la fosse) bloqué contre le Plan Étudiants, le 13 avril 2018.

Depuis la création du centre, des mouvements sociaux d'étudiants ont émaillé l'histoire du campus. Ils ont souvent montré leur mécontentement par rapport aux réformes liées au système universitaire ou à l'emploi. La durée des mobilisations, qui peuvent se traduire par des blocages, sont variables mais peuvent parfois durer plusieurs mois. Parmi les mouvements récents ayant provoqué des blocages, celui contre le CPE en 2006[5], celui contre l'autonomie des universités en 2007[6], celui contre la mise en oeuvre de Parcoursup en 2018[7],[8] sont les plus notables.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Centre Pierre Mendès-France », PSS
  2. Georges Haddad, interviewé par Caroline Beyer, « Le président de Paris-I : "Les dégradations des lieux sont terribles », Le Figaro, samedi 14 / dimanche 15 avril 2018, p. 3.
  3. a et b « Paris - Ensemble Universitaire Tolbiac - M. Andrault », As-tu déjà oublié ?,
  4. Centre Pierre Mendès-France sur Structurae.
  5. « Fermeture envisagée du centre Tolbiac », dans Le Nouvel Obs, le 1 mars 2018, consulté sur www.nouvelobs.com le 10 mars 2018
  6. A.Sulzer, « Tolbiac fermée, Tolbiac occupée », dans 20 minutes, le 5 novembre 2007, consulté sur www.20minutes.fr le 10 avril 2018
  7. Louis Chahuneau, « À Tolbiac, un blocage tendu mais déterminé », lepoint.fr, 30 mars 2018.
  8. « Université Paris-I : un local de l'Union des étudiants juifs saccagé », lepoint.fr, 29 mars 2018.

Sur les autres projets Wikimedia :