Huawei

entreprise chinoise de télécommunications et d'informatique

Huawei Technologies
logo de Huawei
illustration de Huawei

Création 1987
Fondateurs Ren Zhengfei
Forme juridique Société à responsabilité limitée (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Longgang, Shenzhen
Drapeau de Chine Chine
Direction Ren Zhengfei, PDG
Liang Hua, président
Meng Wanzhou, DAF
Directeurs Ren ZhengfeiVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Actionnariat salarié
Activité Télécommunications, informatique
Produits Accès à internet à haut débit, smartphone, tablette tactile, Dongle, équipement d'interconnexion de réseau informatique, infogérance, 5G, ordinateur portable et smartwatchVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales HiSilicon, Huawei Technologies (UK) (d), Huawei (d), Huawei Technologies Deutschland (d), Huawei Technologies (Canada) (d), Huawei Technologies (France) (d), Huawei Technologies (Czech) (d) et Honor
Effectif en augmentation 194 000 (2019)
Site web https://consumer.huawei.com/fr/
https://www.huawei.com/fr/

Chiffre d'affaires en augmentation 121.72 milliards de dollars (2019)
en augmentation +15 % de 2016 à 2017
Résultat net 37 052 000 000 de renminbi ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
en augmentation + 33 % en 2013 à 4,5 milliards de dollars

Huawei (prononciation française : /ħuawɛj/; en chinois simplifié : 华为 ; chinois traditionnel : 華為 ; pinyin : Huáwéi Écouter), officiellement Huawei Technologies Co., Ltd. (en chinois simplifié : 华为技术有限公司 ; chinois traditionnel : 華為技術有限公司 ; pinyin : Huáwéi jíshù yǒuxiàn gōngsī), est une entreprise fondée en 1987, dont le siège social se trouve à Shenzhen en Chine et qui fournit des solutions dans le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC). Le métier historique de Huawei est la fourniture de réseaux de télécommunication aux opérateurs : l'entreprise fournit des matériels, des logiciels et des prestations de services pour les réseaux de télécommunications des opérateurs et les réseaux informatiques des entreprises.

Huawei en élargissant son marché est devenu un fournisseur de solutions numériques en terminaux, réseaux et cloud, pour les opérateurs, entreprises et consommateurs. Ses produits et solutions sont déployés dans plus de 170 pays. Il est le plus grand fabricant de matériel de télécommunication du monde[2].

Huawei fait l'objet de nombreuses critiques, ce qui amène en particulier plusieurs pays à refuser le développement de la 5G par Huawei, au vu du risque d'espionnage estimé.

DénominationModifier

Le caractère signifie notamment « Chine », mais peut aussi être utilisé comme adjectif pour signifier « beau », « splendide ». Le caractère signifie « action » ou « travail fini ». Huáwéi lui-même en tant que mot dissyllabique peut donc être traduit en « bel ouvrage ».

HistoireModifier

Création et développementModifier

 
Ren Zhengfei en 2014.

L'entreprise a été créée en 1987 à Shenzhen, à l'époque zone économique spéciale développée à proximité de Hong Kong, par Ren Zhengfei, ancien colonel[3] de l'Armée populaire de libération, membre du Parti communiste chinois, qui est devenu un magnat des télécommunications[4]. Le premier produit commercialisé par Huawei en 1988 est le PABX, un commutateur pour les entreprises.

InternationalisationModifier

En 1997, Huawei décroche son premier contrat à l’étranger et, en 2004, son premier gros contrat en Europe en signant avec le fournisseur néérlandais Telfort (en)[5].

En 2003, Huawei s’installe en France, notamment à Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux. Plus tard, le groupe ouvrira une antenne à Lyon en 2011 puis un centre de recherche à Grenoble en 2018[6].

En 2007, Huawei transfère son siège européen de Londres à Düsseldorf.

Le , Huawei Technologies et Bain Capital tentent de racheter le fabricant d'équipements réseau 3Com pour un montant de 2,2 milliards de dollars américains[7],[8], mais l'offre est abandonnée à cause de l'opposition du gouvernement américain pour des raisons de sécurité nationale, face aux menaces de cyber-espionnage venues de Chine[9].

En 2009, Huawei met en œuvre le premier réseau LTE commercial dans le monde pour l’opérateur finno-suédois Telia Sonera, pour couvrir la ville d’Oslo en haut débit mobile[10].

Depuis 2009, Huawei commercialise également des téléphones portables en marque propre, sous Android[11].

Acteur majeur mondialModifier

En 2010, avec 19,81 milliards d’euros de chiffre d'affaires, Huawei devient le deuxième fournisseur mondial en réseaux de télécommunications, derrière Ericsson et devant Nokia Siemens Networks, Alcatel-Lucent, Cisco Systems et ZTE[12],[13]. Ceux-ci ont vu leurs parts de marché en Asie s'effriter et ont assisté à la montée en puissance du groupe chinois sur les marchés émergents et occidentaux.

En 2010, Huawei réalise 65 % de son chiffre d'affaires à l'export, contre 60 % en 2009. Il s'élève à 185,2 milliards de yuans (27,36 milliards de dollars) en hausse de 24,2 % par rapport à 2009.

En 2011, Huawei se développe sur le marché de terminaux et des solutions pour les entreprises (informatique en nuage, téléprésence, centre de données, sécurité…).

En 2011, Huawei travaille avec 45 des 50 principaux opérateurs de télécommunication, et possède 110 000 collaborateurs dans 140 pays. Ces collaborateurs sont composés de 80 % d'ingénieurs avec une moyenne d'âge de 29 ans[14].

En 2013, 70 % du chiffre d'affaires de Huawei est réalisé à l'international[15]. Preuve de cette croissance, Huawei s'impose progressivement comme l'un des constructeurs de smartphones les plus importants. Au deuxième trimestre 2018, l'entreprise chinoise dépasse ainsi le géant Apple quant au nombre de smartphones vendus[16].

Selon le cabinet Dell'Oro, en 2018, Huawei est le premier fabricant mondial d'équipements télécoms avec 31 % du marché(contre 29 % pour Ericsson et 23 % pour Nokia).

En 2018, Huawei est le 2e constructeur mondial de smartphones derrière Samsung et devant Apple[17].

En 2018, Huawei doit se retirer du marché australien. En effet, les autorités australiennes ont exclu le chinois Huawei des contrats pour la mise en place de la future infrastructure 5G du pays[18].

En 2019, Huawei ouvre un centre de cybersécurité à Bruxelles sur 1 000 m2, Il va présenter sa pratique en cybersécurité, de la chaîne d'approvisionnement à la recherche et développement en passant par les produits et les solutions Huawei. Les opérateurs de télécommunications auront la possibilité de tester et d'examiner ses matériels et auront accès au code source[19]. Huawei possédait déjà deux centres de cybersécurité sur le sol européen : l'un à Londres, ouvert en 2010, et l'autre à Bonn en Allemagne, inauguré en 2018.

En 2019, le groupe Huawei est en situation de quasi-monopole sur le continent africain[20]. Il y dispose d'environ 70 % des parts du marché des infrastructures. Pareille domination (à laquelle ont largement contribué les facilités de financement fournis par les banques publiques d’État aux gouvernements ou opérateurs de télécommunications africains) place l’équipementier dans une position idéale pour le déploiement de la 5G en Afrique : des premiers contrats ont d’ailleurs été signés avec l’Afrique du Sud, le Kenya et l’Égypte et, en date de juillet 2020, aucun gouvernement africain n’a encore prononcé la moindre interdiction contre Huawei[21].

En janvier 2020, le Royaume-Uni pose des garde-fous sur le déploiement de la 5G par Huawei, aucun équipement sur les cœurs de réseaux, part de marché limitée à 35 % et aucune présence sur les sites critiques, comme les centrales nucléaires[22].

Le 27 février 2020, se positionnant pour le déploiement la 5G en Europe, Huawei annonce son intention d’installer un site de production d’équipements en France[23]. Mais, les autorités françaises ont indiqué le non-renouvellement des autorisations pour les opérations télécoms français souhaitant acheter des équipements 5G à Huawei. Les autorisations sont d'une part limitées à trois ou cinq années pour le matériel de l'entreprise et ne pourront d'autre part pas être reconduites[24].

En , Huawei ouvre un centre de recherche et développement(R&D) consacré à la recherche fondamentale en mathématiques à Paris en France[25].

Au second trimestre 2020, Huawei détrône Samsung et devient le 1er vendeur mondial de smartphones[26].

En , Huawei annonce la vente de sa filiale Honor, comprenant la marque, les usines et toutes les infrastructures affiliées, pour l'équivalent de 15,2 milliards de dollars à un consortium. La marque Honor représente 26 % des ventes de Huawei au moment de sa vente[27],[28].

En décembre 2020, Huawei annonce qu'il va installer à Brumath en Alsace un site de production d’équipements liés notamment à la technologie 5G. Il emploiera dans un premier temps trois cents personnes. Ce sera sa première usine de production hors de Chine[29]. Cette implantation est soutenue à hauteur de 800 000  par la région Grand Est[30]

Guerre commerciale entre les États-Unis et la ChineModifier

La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou qui est également la fille du fondateur Ren Zhengfei est arrêtée au Canada en sur requête des autorités américaines qui l'accusent de fraude bancaire et de fraude électronique[31],[32].

Le , le Secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis Kirstjen Nielsen, le Procureur général des États-Unis Matthew Whitaker, le Secrétaire au commerce Wilbur Ross, le Directeur du FBI Christopher Wray et les procureurs fédéraux annoncent vingt-trois chefs d'accusation (dont fraude bancaire et financière, blanchiment d'argent, complot visant à escroquer les États-Unis, vol de technologie des secrets commerciaux, prime offerte aux travailleurs qui volaient des informations confidentielles à des sociétés du monde entier, fraude par fil, entrave à l'exercice de la justice et violations de sanctions) contre Meng Wanzhou, Huawei, Huawei Device USA Inc. et la filiale iranienne de Huawei, Skycom. Le ministère a également déposé une demande d'extradition formelle concernant Meng auprès des autorités canadiennes le même jour[33],[34],[35],[36],[37].

Les États-Unis exercent au cours de l’année 2019 des pressions contre des dizaines de pays afin de les dissuader d'acheter du matériel de Huawei. Les services de renseignement américains se refusent toutefois à expliquer précisément en quoi le groupe chinois constituerait une menace pour la sécurité des réseaux de télécommunication mondiaux. D'après le chercheur américain en communication Dan Schiller, « la cause de cette panique est tout autre : alors que les États-Unis sont contraints d’abandonner leur leadership dans la mise en place des technologies réseaux de nouvelle génération, ce sont eux qui craignent de perdre l’accès à ces systèmes - un accès qu’ils s’étaient assuré grâce à une coopération de longue date entre le renseignement et les industriels[2]. »

En 2019, Huawei est exclu de plusieurs appels d'offres notamment concernant les cœurs de réseaux, où ses équipements sont dans certains pays occidentaux démontés[38]. En , Donald Trump annonce l'interdiction pour Huawei de vendre des équipements de réseaux aux États-Unis[39].

Dans le cadre de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et du soupçon envers Huawei de laisser Pékin espionner les télécommunications, le président américain Donald Trump interdit aux groupes américains de commercer dans les télécommunications auprès de sociétés étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale, et Google suspend ses relations avec l'entreprise chinoise, utilisatrice de son système Android[40]. Il en va de même pour Intel, Qualcomm et Broadcom[41]. Il faut noter que Huawei avait déjà anticipé un tel scénario et était déjà en train de développer une alternative à Android, un nouveau système d’exploitation sous le nom de code de "HarmonyOS" depuis 2012[42]. En , des analyses effectuées par The Wall Steet Journal montrent que Huawei a moins recours aux fournisseurs américains depuis mai et élimine l'utilisation de puces américaines dans les nouveaux modèles de smartphones[43].

Le , les États-Unis annoncent une prolongation de 90 jours de la licence provisoire accordée à Huawei (la troisième prolongation après celles de mai et août)[44],[45]. Toutefois, malgré ce sursis, les smartphones Huawei ne peuvent toujours pas bénéficier de la certification Android et donc des applications Google[46].

En février 2020, de nouveaux chefs d'accusation pour vol de secrets industriels s'ajoutant à ceux relatifs au commerce avec l'Iran et la Corée du nord sont prononcés contre Huawei[47].

En mai 2020, les États-Unis adoptent de nouvelles mesures interdisant la fourniture de composants électroniques semi-conducteurs à Huawei, dès le mois de septembre, sur la base de ses lois d'extraterritorialité, cet embargo devient mondial. TSMC (Taiwan Semiconductors Manufacturers), devra cesser ses fournitures[48],[49]. En parallèle du conflit sino-américain, d'autres nations prennent position et mettent à mal la place de Huawei sur l'échiquier mondial dans le déploiement de la 5G. En juillet 2020, la Grande-Bretagne annonce ainsi renoncer à continuer l'âge d'or des relations sino-britannique. Le 14 juillet 2020, le gouvernement britannique annonce ainsi bannir Huawei de tous ses projets de télécommunications avec une prise d'effet à compter du 21 janvier 2021[50]. La France confirme quant à elle que Huawei pourra investir sur son territoire[51].

En 2021, malgré le changement d'administration, Huawei reste visé par les États-Unis en tant que menace pour la sécurité intérieure. Huawei avait appelé le nouveau gouvernement à « une politique d’ouverture »[52].

Au premier semestre 2021, Huawei voit son chiffre d'affaires baisser de 29,4 %, et celui de sa branche mobile de 47 %, à la suite des sanctions américaines. D'après le cabinet d’études Canalys, Huawei ne figure plus parmi les cinq premiers mondiaux du secteur des smartphones. Le cabinet Counterpoint, au premier trimestre de 2021 ne lui accorde plus que 4% de part de marché, contre 20 % au deuxième trimestre de 2020[53].

En novembre 2021, Huawei annonce la vente de ses activités dans les serveurs suites aux sanctions américaines[54].

Marchés, produits et solutionsModifier

 
Un modem USB Huawei.

Huawei Technologies décline son offre à destination de trois types de marchés : opérateurs, entreprises, grand public.

OpérateursModifier

L'entreprise conçoit des équipements de télécommunications (antennes-relais, DSLAM, routeurs, commutateurs) pour les opérateurs de télécommunications.

Huawei accompagne les opérateurs dans la migration de leurs infrastructures réseaux vers des technologies plus récentes (par exemple pour les réseaux mobiles GSM vers successivement la 3G, la 4G (LTE), la 5G), ce qui permet de remplacer les équipementiers en place.

En matière de convergence des réseaux, Huawei construit le produit Single RAN (Radio Access Network), qui a pour fonction de fusionner toutes les capacités de communication radio d’un réseau cellulaire (GSM, UMTS HSPA+, LTE…) en un seul équipement[55].

La pose des câbles sous-marins de télécommunications constitue un nouvel axe de développement stratégique[56] de Huawei, car jusqu'à présent, seules trois entreprises (ASN, TE Subcom et NEC) contrôlaient la majeure partie de ce marché mondial, sachant que 99 % du trafic internet passe par ces câbles dont 80 % du flux transite par les États-Unis quelle qu'en soit sa destination[57]. En difficulté depuis son interdiction d’accéder aux technologies américaines, Huawei vend sa participation majoritaire dans Huawei Marine, joint-venture avec le britannique Global Marine Systems, sa filiale du secteur câbles sous-marins, qui avait vu le jour en 2008. Huawei cède ses 51 % à Hengtong Optic-Eletric, spécialiste de la fibre optique et du câblage. Huawei Marine a réalisé à ce jour de 90 projets du Pacifique à l'Atlantique[58].

EntreprisesModifier

Pour les entreprises, Huawei développe des solutions de bout en bout : commutateur PABX, cloud computing, communications unifiées[59], et solutions pour les gouvernements : Huawei 4G eLTE.

En 2015, Huawei et Alstom ont finalisé un projet pilote à Valenciennes consistant à développer une technologie de réseau haut débit de radiocommunication multiservice LTE 4G destinée à l'exploitation la signalisation embarquée des métros. Ce système prend en charge les messages vocaux et vidéo essentiels, le système CBTC (contrôle des trains basé sur la communication en réseau) et des applications de données à large bande comme les systèmes d’information passagers et la diffusion continue en direct d’images en TVCF[60]

En 2016, Huawei et Siemens ont annoncé la validation d'un système d'exploitation des trains CBTC basé sur un réseau mobile 4G LTE (les tests d'interopérabilité ont eu lieu en France fin 2015)[61].

En mars 2020, Huawei se positionne sur le marché des hôpitaux en signant à Paris un accord-cadre avec Schnell Li-Fi, un « spin-off » de l'institut allemand Fraunhofer. Les deux sociétés vont proposer aux hôpitaux une solution mondiale pour les salles opérationnelles basée sur le Li-Fi, une technologie similaire au Wi-Fi, mais plus sécurisée, car elle utilise la lumière pour fournir du très haut débit[62].

Grand publicModifier

 
Le Huawei Mate 10, sorti en 2017.

Pour le grand public, Huawei fabrique des téléphones mobiles. Ses smartphones sont équipés du système d'exploitation Android, mais également des clés 3G, tablettes, modems hybrides 3G / Wi-Fi…

Présent dans les entreprises européennes en coentreprise depuis quelques années[63], Huawei décide en de s'implanter avec sa propre marque sur le marché grand public français en plaçant le U8230 équipé d'Android chez Bouygues Telecom[64],[65].

En 2011, sort le Huawei Sonic (U8650), également sous Android 2.3, et le Huawei Vision (U8850)[66],[67].

Leader mondial des ventes de modems USB 3G / 3G+, Huawei développe en 2009 le plus petit modem au monde, le i-Mo[68].

Huawei construit la première tablette tactile sous Android 3, appelé aussi Android Honeycomb[69], ainsi que des clés 3G distribuées par les grands opérateurs comme Orange, SFR, et Bouygues Telecom. C’est le cas des clés 3G Huawei E160, Huawei E1552 ou Huawei E5823 vendu chez Orange avec le nom Domino.

Les années 2018 à 2020 voient arriver respectivement les smartphones :

  • en 2018 : les P20 et P20 Pro ;
  • en 2019 : les P30 et P30 Pro ;
  • en 2020 : les P40 et P40 Pro.

Ces modèles entendent se spécialiser en photographie et vidéo FHD et 4K, ainsi qu'en séquences de ralenti 240 fps jusqu'à 10 secondes.

Toutefois, une décision de Donald Trump interdit dès 2019 à Google toute fourniture de produits et services à Huawei, dont le Play Store, les applications Google, Google Maps et Gmail, et surtout YouTube. Huawei s'adapte en proposant le moteur de recherche français Qwant, son propre service de distribution de logiciels et l'usage du service français Dailymotion. Après avoir développé son propre système d'exploitation pour mobile pour se passer d'Android et son « app store » maison AppGalery pour compenser la perte du Play Store de Google, le groupe chinois lance Petal Maps, son propre service de navigation sur smartphone, disponible dans 79 langues[70].

En mars 2020, Huawei lance son service de streaming de musique en Europe, concurrençant Spotify : Huawei Music[71].

En juillet 2020, Huawei lance Sound X, une collaboration avec le fabricant français Devialet[pourquoi ?][72].

En novembre 2020, l'entreprise annonce le lancement de la version bêta de Harmony OS pour le mois de décembre de la même année. Il s'agit d'un nouveau système d'exploitation produit par Huawei dans le but de concurrencer Android[73].

La Watch 3 dont la sortie est prévue le 2 juin auprès du grand public est la toute nouvelle montre connectée de la marque[74].

SoC ARMModifier

Le , Huawei annonce au MWC de Barcelone la sortie de téléphones dont les processeurs sont coproduits avec l'entreprise HiSilicon[75], filiale de Huawei. Les deux entreprises coopèrent depuis à la production de processeurs d'architecture ARM Cortex A9, Cortex A7 et Cortex A15, sous licence de propriété intellectuelle d'ARM[76].

Les premiers téléphones utilisant le K3v2 sont les Huawei Ascend D1 Quad et Quad XL annoncés avec vingt jours d'autonomie en mode veille et un processeur Cortex A9 MP 4 cœurs, accompagné d'un GPU 16 cœurs[77].

Au même moment, en 2012, la tablette Huawei MediaPad 10 FHD utilisant le même processeur est présentée.

Produits HonorModifier

Honor est une marque numérique filiale de Huawei Technologies Co. Ltd, créée le .

La gamme d'appareils Honor comprend des smartphones, des ordinateurs portables, des tablettes et des montres intelligentes.

Honor est une marque d’entrée de gamme destinée principalement aux jeunes et aux petits budgets, qui vend quelque 70 millions de téléphones par an[78].

Honor a pour objectif de vendre des smartphones essentiellement sur Internet, sans avoir de budget publicité élevé, ce qui lui permet de proposer des smartphones performants à prix compétitifs.

La marque est présente lors d'événements qui fédèrent une population jeune, tels le FISE et les ColorRun.

Les produits Honor arrivent en France en avec le Honor 6.

En novembre 2020, Huawei annonce la vente sa filiale Honor, comprenant la marque, les usines et toutes les infrastructures affiliées, pour l'équivalent de 15,2 milliards de dollars à un consortium. La marque Honor représente 26 % des ventes de Huawei au moment de sa vente[78].

L'entrepriseModifier

Recherche et développementModifier

En 2010, Huawei ouvre un centre de R&D à Shanghai qui s'étend sur 227 000 m2 et compte 8 000 ingénieurs[79].

 
L'immeuble de Recherche et Développement de Huawei à Shenzhen.

Le département R&D de Huawei emploie environ 70 000 personnes dans le monde, soit un peu plus de 45 % de la masse salariale.

Fin 2020, Huawei compte vingt-trois centres de R&D en Europe[80], dont six en France[81] partagés entre Boulogne-Billancourt, Sophia-Antipolis et Paris 7e.

Les champs d’investissement en R&D de Huawei sont les suivants : technologies clés, architectures, standards dans les TIC.

En 2008, Huawei est à la tête des dépôts de brevets à l’OMPI avec 1 737 brevets[82] et est depuis resté dans le trio en tête des déposants de brevets. Cependant, il s'agit de demande de brevets, et non d'octrois de brevets[83].

En 2009, Huawei se place au deuxième rang avec 1847 dépôts de brevets. L’entreprise détient 10 % des brevets du LTE et de la 4G[84], 15 % en 2011[85].

En 2012, Huawei dépose 41 948 brevets en Chine et 14 494 en dehors de Chine. Parmi ces dépôts de brevets, 30 240 ont été obtenus. En 2012 toujours, les dépenses en R&D de Huawei atteignent 30 090 millions de yuans, soit 13,7 % du revenu annuel. 1 300 millions de yuans ont été investis dans la recherche.

Structure financièreModifier

Huawei est une entreprise privée dont le capital est détenu par ses salariés à travers un système de stock option[86] et par conséquent n'est pas cotée en bourse. Dispensée juridiquement de présenter ses résultats, l'entreprise publie toutefois sur son site web un rapport annuel d'activité.

Huawei compte, en tout et pour tout, deux actionnaires : Ren Zhengfei, qui détient 1,18 % du capital et le « syndicat » des employés qui possède le reste, soit 98,82 %[87].

Selon la Central Intelligence Agency (CIA), Huawei reçoit un financement de l'appareil sécuritaire de l'État chinois[88].

Pour contourner les monopoles d'État accordés par les opérateurs de téléphone à leurs fournisseurs étatiques, Ren Zhengfei a eu l'idée de faire entrer certains de ses clients dans le capital de Huawei[89].[réf. souhaitée].

Chiffre d'affairesModifier

En 2013, le chiffre d'affaires mondial de Huawei est 40 milliards de dollars, en augmentation de 8,5 % par rapport à 2012. Son bénéfice net de 3,47 milliards de dollars a crû de 34,4 % par rapport à 2012.

En 2015, le chiffre d’affaires de Huawei a atteint 395 milliards de CNY (60,8 milliards de dollars américains), soit une augmentation de 37 % par rapport à la même époque de l’année précédente[90].

En 2018, le chiffre d'affaires est estimé à 93,5 milliards d'euros[91].

En 2020, le chiffre d'affaires atteint 115,9 milliards d'euros (891,4 milliards de yuans), soit une croissance de 3,8 % par rapport à 2019. Son bénéfice net est, en hausse de 3,2 %,est lui estimé à 8,39 milliards d'euros (64,6 milliards de yuans)[92].

Critiques et controversesModifier

EspionnageModifier

En 2014 un jury décide de dédommager T-Mobile, à hauteur de 4,8 millions de dollars, concernant un espionnage du robot Tappy développé par l'opérateur. En 2018, Le Monde indique que des serveurs installés par Huawei au siège de l'Union africaine, à Addis-Abeba, ont permis de transférer pendant cinq ans des données confidentielles à la Chine[93].

Plusieurs pays de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) refusent le développement de la 5G par Huawei à cause du risque d'espionnage que celle-ci pourrait représenter[94]. Le fondateur de l’entreprise, Ren Zhengfei, dément ces risques d’espionnage : « J'aime mon pays, je soutiens le Parti communiste. Mais je ne ferai jamais rien pour nuire au monde »[95].

En 2019, Huawei est soupçonné d’un vol massif de données aux Pays-Bas. Selon la presse néerlandaise, les services de renseignement du royaume jugeraient « non souhaitable » l’ouverture du marché national de la 5G au groupe chinois[96]. En avril 2021, le quotidien De Volkskrant confirme ces accusations d'espionnage, Huawei aurait eu accès aux données de l’opérateur KPN et aux conversations de l’ex-premier ministre Jan Peter Balkenende[97].

En 2019, il est révélé que Huawei a tenté d'espionner l'entreprise californienne Akhan Semiconductor, ce qui donne lieu à une enquête du FBI[98]. À la suite des accusations d’espionnage, les États-Unis sanctionnent le groupe, puis Google s'en distance. Le cœur des accusations porte sur les équipements permettant de déployer aux États-Unis le réseau de données sans fil 5G[99]. Ils annoncent l'interdiction des infrastructures téléphoniques Huawei sur le territoire, considérées comme une menace en matière de sécurité nationale. Dans ce conflit épineux qui mêle sécurité nationale et guerre économique, l'Europe joue le balancier entre la Chine et les États-Unis[100], ce qui permettrait de renforcer la place de la France[101], mais la soumet aux pressions des 2 parties[102].

Le , The Wall Street Journal affirme que des employés de Huawei ont aidé les gouvernements de Zambie, d'Ouganda et d'Algérie à espionner leurs citoyens[103],[104].

Le , la Commission européenne émet des réserves sur la participation de Huawei au déploiement de la 5G en Europe en raison des risques d'espionnage et de détournement des données des citoyens ou des entreprises. La loi chinoise oblige en effet les entreprises comme Huawei à transmettre des informations aux services secrets chinois[105],[106].

En , le Royaume-Uni décide d'exclure Huawei de son réseau 5G. L’achat de nouveaux équipements de l'entreprise sera interdit dès la fin 2020 et les équipements existants devront être retirés d’ici à 2027, a déclaré le ministre chargé de la culture et du numérique, Oliver Dowden, à la Chambre des communes à l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) présidée par le premier ministre conservateur Boris Johnson[107].

Huawei va installer une usine de production en Alsace, le site produira des équipements liés à la technologie 5G. Cette implantation soulève aussi quelques questions en matière de possibilités d'espionnage dues à la proximité de sites sensibles[108].

Le 17 avril 2021, le quotidien néerlandais De Volksrant relaie un rapport interne de l'entreprise Capgemini, datant de 2010, qui souligne que Huawei aurait espionné l'opérateur néerlandais KPN[109]. Selon ce rapport, Huawei a pu écouter des échanges téléphoniques passés sur les lignes de KPN, dont ceux du Premier ministre de l'époque, Jan Peter Balkenende, et de ses membre du Gouvernement. Si KPN ne nie pas l'existence de ce rapport, l'entreprise réfute l'idée qu'un de ses fournisseurs ait disposé d'un "accès non-autorisé, non contrôlé et illimité à ses réseaux et systèmes"[109]. Déjà, en mai 2019, le même quotidien avait expliqué que les services de renseignement néerlandais enquêtais sur les agissements de Huawei qui été soupçonné d'avoir caché des backdoors dans l'équipement d'un des 3 opérateurs du pays, Vodafone, KPN ou T-Mobile/Tele2[110].

Violation de propriété intellectuelleModifier

En 2002, le groupe américain Cisco Systems accuse Huawei d’avoir dérobé du code source en lien à ses routeurs. En janvier 2003, Cisco Systems dépose une plainte en justice contre Huawei pour violation de la propriété intellectuelle, concernant essentiellement une version du logiciel VRP, utilisé dans certains produits de routage, et de manuels d’utilisation, contenus dans quelques produits[111]. En juin 2003, la cour du Texas a émis un jugement préliminaire contre Huawei. En octobre 2003, Cisco Systems annonce la suspension de son action afin de permettre aux deux sociétés de trouver un accord à l'amiable. Entre-temps, Huawei s'est engagé à respecter une décision de justice préliminaire lui ordonnant d'effectuer quelques modifications sur ses routeurs et ses commutateurs.

De manière plus générale, Huawei a souvent fait l'objet de critiques selon lesquelles le groupe chinois en serait resté au stade de la copie des technologies des concurrents occidentaux. Les investissements du groupe chinois dans la recherche sont élevés[112] et leur réalité ne fait plus de doute pour la plupart des observateurs[réf. souhaitée].

Vie privée et contrôle socialModifier

Huawei développe et commercialise, à partir de son expérience en Chine, son concept de ville sûre, une extension de la ville intelligente. Elle repose sur une infrastructure de télécommunications de nouvelle génération (5G), la capacité de contrôler à distance des milliers de types d'objets connectés (par exemple : feux de circulation, panneaux d'affichage, signalisations diverses), un déploiement de caméras de surveillances connectées au réseau et, potentiellement (car déjà déployées en Chine), des applications d'intelligence artificielle sur les images (reconnaissance des plaques minéralogiques, reconnaissance faciale, etc.). Toutes ces technologies combinées peuvent mener à un contrôle social très développé mettant en péril les libertés individuelles (notation sociale base d'un système de crédit social, « pilori » numérique sur écran d'affichage). La nocivité effective des villes sûres[113] est totalement dépendante des autorités en charge et met en alerte les associations de défense des droits de l’homme[114],[115] et les autorités indépendantes de contrôle telle la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) en France[116].

En France, la mairie de Valenciennes se laisse séduire en 2017 par un cadeau de l'équipementier Huawei pouvant représenter 2 millions d'euros, à charge pour la municipalité d'en définir son usage[117]. Huawei a pu expérimenter librement son système de « caméras intelligentes » dans la ville de Valenciennes grâce à un accord passé avec le maire Jean-Louis Borloo ; quelques années plus tard, en 2016, celui-ci est nommé au conseil d'administration de Huawei France, il est administrateur de l’équipementier pendant deux ans, jusqu’à fin 2018. Il renonce à prendre la présidence du conseil d'administration qui lui est proposée en 2019[118],[119],[120].

Une large majorité des projets de "villes intelligentes" construites en Afrique par la Chine le sont à l’initiative de Huawei qui, en mai 2018, a lancé un fonds de 1,5 Md USD pour soutenir le développement des « villes intelligentes » sur le continent[21].

DumpingModifier

En 2013, le commissaire européen au commerce extérieur Karel De Gucht affirme que les équipementiers chinois Huawei et ZTE « pratiquent le dumping de leurs produits sur le marché européen »[121].

La même année, Fleur Pellerin, alors ministre française de l'innovation et de l'économie numérique, déclare lors d’un sommet du groupe de réflexion IDATE sur les télécoms, que « l’Europe a lancé des enquêtes sur des pratiques de dumping ou d’aides d’État, mais nous n’avons pas de données pour les prouver. »[122].

CorruptionModifier

En 2014, Huawei identifie 116 employés suspectés d'avoir participé à un système de corruption entre commerciaux, au sein même de l'entreprise, et distributeurs externes. À l'issue de l'enquête interne, quatre personnes ont été remises à la justice[123].

Les pots-de-vin étaient versés par les distributeurs aux commerciaux. Ces derniers autorisaient de plus grand rabais dans les services de Huawei ce qui permettait aux distributeurs de toucher des bénéfices plus importants[124].

Roland Sladek, porte-parole du groupe, a précisé : « Sur le marché des entreprises, Huawei met strictement en place une politique de canaux de distribution ouverts, transparents et stables, afin d'instaurer équité et justice. Nous ne faisons preuve d'aucune tolérance à l'égard de pratiques qui ne respecteraient pas les standards que nous nous imposons[125] ».

Achat d'influence politique et « soft-power »Modifier

En 2010, Huawei embauche François Quentin, ancien cadre de Thales (groupe de hautes technologies spécialisé dans la défense) au poste de président du conseil d'administration de Huawei France, qui entame une politique offensive contre les détracteurs de l'entreprise, doublée d'une entreprise de séduction de masse de politiciens, journalistes et décideurs, grâce à des cadeaux mirobolants[126].

En effet, pour assurer son influence sur les décisions politico-économiques, Huawei recrute activement, et à prix d'or, d'anciens politiciens et diplomates au large carnet d'adresses, parfois aux limites des règles de déontologie, tels Jean-Louis Borloo, Jean-Marie Le Guen, Gérard Errera ou Jacques Biot. Ainsi, selon un communicant interrogé par Le Canard Enchaîné, « Je ne connais pas une grande boîte de lobbying ou un seul politique reconverti dans le business qui n'ait pas été approché ou contacté par Huawei »[126].

Ainsi, Gérard Errera, élevé à la dignité d'Ambassadeur de France en 2008, ex-secrétaire général des Affaires étrangères, ex-ambassadeur au Royaume-Uni, siège au comité consultatif de Huawei International[127]'[128].

L'ancien ministre Jean-Louis Borloo a été administrateur de l’équipementier Huawei Technologies, de 2016 à fin 2018. Il est de retour en juin 2019 jusqu'en mai 2020 en tant que président de la filiale française de Huawei, pour une rémunération annuelle de 250 000 [126]. En septembre 2020, l'ex-secrétaire d'État Jean-Marie Le Guen lui succède au conseil d'administration de Huawei France[120],[129],[130].

En , l'ancien directeur de l' École polytechnique et ancien conseiller technologies auprès du Premier Ministre français Jacques Biot est nommé administrateur chez Huawei France[126]. En il devient président du conseil d'administration de Huawei France[131]'[132]. Son parcours en cabinet ministériel et son appartenance au corps X-Mines permettront à Huawei de promouvoir sa stratégie à haut niveau[133].

De nombreux scientifiques sont également recrutés ou sponsorisés, que ce soit directement (comme les deux lauréats de la Médaille Fields, Pierre-Louis Lions et Cédric Villani) ou indirectement, puisque Huawei a financé six centres de recherches en mathématiques en France, comme le « Centre de recherches Lagrange en mathématiques et calcul » (dirigé par Merouane Debbah, passé de Centrale à Huawei France), et abonde également les finances d'autres laboratoires français comme l'Institut des Hautes Études Scientifiques (membre du campus Paris-Saclay)[134]. En mai 2021, dans une tribune dans le Monde, un collectif de scientifiques appelle ainsi leurs collègues chercheurs en mathématiques et informatique à ne pas s’impliquer dans les activités du centre Lagrange, compte tenu notamment de l'implication directe de la firme dans la répression au Xinjiang[135].

Face à ce lobbying, un « dispositif national de veille et d'action contre l'ingérence de Huawei » (baptisé « cerbère ») a été créé par le gouvernement français, piloté par les ministères de l’Économie et des Affaires Étrangères, avec l'appui des services de renseignement[126].

Campagnes de désinformationModifier

Début 2021, un réseau de faux comptes Twitter est démantelé et Huawei annonce l'ouverture d'une enquête interne, notamment après la publication d'un rapport publié par une société d'intelligence artificielle, spécialisée dans les faux comptes sur les médias sociaux et la désinformation : Graphika[136]. Les faux comptes ont servi à amplifier la diffusion d'articles sponsorisés en faveur de la technologie 5G proposée par l'équipementier, mais également à dénigrer les opposants à la marque et accuser de corruption les plans politiques en sa défaveur[137].

Travail des enfantsModifier

En 2014, Un reportage du magazine Cash Investigation sur France 2 révèle le travail des enfants, y compris la nuit, dans l'usine d'un sous-traitant de Huawei à Nanchang[138]. Interrogé par les journalistes de L'Usine nouvelle, François Quentin, président du conseil d'administration de Huawei France, menace la présentatrice de Cash Investigation, Élise Lucet : « J'ai activé tous mes réseaux et Madame Lucet n'aura plus aucun grand patron en interview, sauf ceux qui veulent des sensations extrêmes ou des cours de media training ! »[139]. Quelques jours plus tard, il publie sur son profil Twitter : « Je n'ai pas l'intention de porter atteinte à la réputation de l'équipe de Cash Investigation et regrette sincèrement ces propos mal exprimés. »[140]. Huawei annonce par la suite avoir décidé de cesser de travailler avec le sous-traitant concerné[141],[142].

EnvironnementModifier

En 2017, Greenpeace reproche à Huawei sa conduite sur les questions environnementales. Si dans sa communication l'entreprise soutient les initiatives gouvernementales chinoises sur l’environnement, elle ne livre aucune donnée sur ses propres produits et ne semble pas conduire de politique industrielle liée au recyclage[143].

Rupture de partenariatsModifier

En décembre 2020, le footballeur Antoine Griezmann rompt son contrat avec Huawei, accusé de participer à la surveillance des Ouïgours[144]. En juin 2021 à la suite de la mobilisation d'associations et d'artistes, le journal Les Inrockuptibles annule à son tour un partenariat avec l’équipementier chinois conclu pour son festival organisé à l’Olympia[145].

ObsolescenceModifier

Un étude datée du 19 aout 2021, explique comment Huawei, pour combler une faille de sécurité, a bloqué l'accès au mode DFU de certains de ses appareils. Cela implique que si le système d'exploitation devient corrompu sur ces téléphones, il n'y aucune solution de réparation[146].

Notes et référencesModifier

  1. « http://www-file.huawei.com/-/media/CORPORATE/PDF/annual-report/AnnualReport2016_en.pdf »
  2. a et b Dan Schiller, « Qui surveille, la CIA ou Huawei ? », sur Le Monde diplomatique,
  3. Éric Chalmet, « Le chinois Huawei brigue le leadership mondial d'Ericsson », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) Blake Schmidt, « Huawei's CEO Built an Empire. Trump Could Tear it Down », Bloomberg,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Alain Coffre, « Huawei gagne son premier contrat 3G en Europe », sur mobiworld.fr, (consulté le ).
  6. « Huawei ouvre à Grenoble un centre de recherche », sur www.lefigaro.fr, (consulté le ).
  7. Jérôme Bouteiller, « Le chinois Huaweï s'offre l'équipementier 3Com », sur clubic.com, (consulté le ).
  8. « 3Com passe dans le giron du fonds Bain Capital et du chinois Huawei », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Yves Drothier, « Le rachat de 3Com par le chinois Huawei inquiète les États-Unis », sur journaldunet.com, (consulté le ).
  10. Christian D., « Huawei et TeliaSonera : première connexion sur réseau LTE », sur generation-nt, (consulté le ).
  11. « Huawei sort son premier mobile en France », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Huawei devient le deuxième plus grand fournisseur mondial en télécoms », sur itrnews.com, (consulté le )
  13. Édouard Laugier, « Huawei, nouveau numéro 2 mondial des équipementiers télécoms », sur bfmbusiness.bfmtv.com,
  14. Édouard Laugier, « Christian Paquet : “L'influence de la culture chinoise : rien n'est immuable et tout est dans le mouvement” », sur lenouveleconomiste.fr, (consulté le )
  15. « Huawei à l'assaut d'Apple et Samsung en Europe », L'Expansion,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Huawei numéro 2 du marché des smartphones : pourquoi est-il préféré à Apple ? », MonPetitForfait,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Huawei reste numéro 2 mondial devant Apple… avant les fêtes de fin d’année, frandroid.com.
  18. https://www.lesnumeriques.com/mobilite/huawei-ne-pourra-pas-participer-infrastructures-5g-en-australie-n77423.html
  19. Alexandre Boero, « Huawei ouvre son centre de cybersécurité à Bruxelles pour séduire l'Europe », clubic.com, (consulté le )
  20. « Selon Huawei, « la Chine n’a aucun intérêt à espionner l’Afrique » », sur lemonde.fr,
  21. a et b « L'Afrique : nouvelle terre promise de la puissance numérique chinoise ? », sur Direction générale du Trésor,
  22. Raphaël Balenieri, « Le Royaume-Uni pourrait fermer ses portes à Huawei dès 2023 », Les Echos, (consulté le )
  23. « 5G : le chinois Huawei annonce vouloir installer un site de production en France », sur lemonde.fr,
  24. Joseph Martin, « Équipements pour opérateurs : Huawei accompagné poliment à la porte par la France », sur RSE Magazine (consulté le )
  25. Vincent Fagot, « Malgré ses déboires dans la 5G, Huawei continue à investir en France », Le Monde, (consulté le )
  26. [1],presse.citron.net.
  27. Julie Zhu, « Huawei to sell phone unit for $15 billion to Shenzhen government, Digital China, others - sources », sur Reuters,
  28. David Kirton, « Huawei selling Honor brand to agent-dealer consortium to keep smartphone unit alive », sur Reuters,
  29. Simon Leplâtre, « Huawei va implanter sa première usine de production hors de Chine dans l’est de la France », Le Monde,AFP, (consulté le )
  30. « Région Grand Est Délibération - Aide aux grandes entreprises »
  31. Stéphane Parent, « C’est officiel! Meng Wanzhou ciblée par la justice américaine qui présente au Canada une demande d’extradition », sur RCI,
  32. « Huawei : l’extradition de Meng Wanzhou, un dossier explosif entre le Canada, la Chine et les Etats-Unis », sur lemonde.fr,
  33. « Acting Attorney General Whitaker Announces National Security-Related Criminal Charges Against Chinese Telecommunications Conglomerate Huawei », sur U.S. Department of Justice,
  34. « Acting Attorney General Matthew Whitaker Announces National Security-Related Criminal Charges Against Chinese Telecommunications Conglomerate Huawei », sur U.S. Department of Justice,
  35. « Chinese Telecommunications Device Manufacturer and its U.S. Affiliate Indicted for Theft of Trade Secrets, Wire Fraud, and Obstruction Of Justice », sur U.S. Department of Justice,
  36. « Chinese Telecommunications Conglomerate Huawei and Huawei CFO Wanzhou Meng Charged With Financial Fraud », sur U.S. Department of Justice,
  37. « US files charges against China's Huawei and CFO Meng Wanzhou », BBC, (consulté le )
  38. Sébastien Dumoulin, « Les opérateurs télécoms s'inquiètent des mesures contre Huawei », sur Les Echos,
  39. « Huawei : la guerre commerciale entre Washington et Pékin s’envenime », sur Le Monde,
  40. « Google suspend ses relations avec le chinois Huawei, utilisateur de son système Android », sur lejdd.fr, .
  41. Ulrich Rozier, « Huawei perd également ses contrats avec Intel, Qualcomm et Broadcom », sur Fr Android,
  42. « Huawei : HongMeng OS présent sur 1 million de smartphones », sur siecledigital.fr, (consulté le )
  43. (en) Asa Fitch et Dan Strumpf, Huawei Manages to Make Smartphones Without American Chips, wsj.com, 2 12 2019
  44. (en) « U.S. Department of Commerce Extends Huawei Temporary General License », sur commerce.gov,
  45. « Huawei continue d’être balloté par la guerre commerciale entre les USA et la Chine », sur numerama.com,
  46. « Huawei : les États-Unis vont accorder un nouveau sursis de 6 mois », sur phonandroid.com,
  47. « Huawei à nouveau inculpé aux Etats-Unis pour vol de secrets industriels », sur lemonde.fr,
  48. Pierre Haski, « Entre Washington et Pékin, la guerre froide technologique », sur franceinter.fr,
  49. Simon Leplâtre, « Le leader des puces électroniques TSMC ne fournira plus Huawei », Le Monde, (consulté le )
  50. « En excluant Huawei de ses réseaux 5G, Londres enterre l’« âge d’or » de ses relations avec Pékin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. Alexandre Boero, « Bruno Le Maire confirme que Huawei pourra investir sur la 5G en France, mais sous contrôle », sur clubic.fr, (consulté le )
  52. « Huawei de nouveau dans le viseur des Etats-Unis en tant que menace pour la sécurité intérieure », Le Monde avec AFP, (consulté le )
  53. « Le chiffre d’affaires de Huawei en recul, conséquence des sanctions des Etats-Unis toujours en vigueur », sur LeMonde.fr avec AFP,Associated Press,
  54. « Huawei to sell key server division due to U.S. blacklisting- Bloomberg News », sur Reuters,
  55. Réseaux radio : Huawei mise sur le « single RAN », Le Journal des Télécoms, 28 avril 2009
  56. Pierre Manière, « LeTélécoms : pourquoi le chinois Huawei veut grandir dans les câbles sous-marins », sur latribune.fr, (consulté le )
  57. « Le Dessous des cartes - Câbles sous-marins : la guerre invisible », sur arte.tv, (consulté le )
  58. Pierre Manière, « Câbles sous-marins : Huawei jette l’éponge », sur La Tribune, (consulté le )
  59. Comment le constructeur chinois Huawei veut conquérir le cloud, Gilbert Kallenborn, L'Expansion, 14 juin 2012
  60. « Alstom et Huawei finalisent le premier pilote LTE 4G destiné au métro », sur alstom.com, (consulté le )
  61. « Siemens et Huawei mènent le CBTC à bonne fin à travers les essais LTE », sur prnewswire.com, (consulté le )
  62. Raphaël Balenieri, « Huawei veut désormais être un acteur de la connectivité des hôpitaux en France », Les Echos, (consulté le )
  63. (en) http://www.huawei.com/uk/catalog.do?id=621
  64. « Smartphone : le chinois Huawei à l'attaque du marché français avec sa propre marque », sur zdnet.fr
  65. Stéphanie Molinier, « Huawei lance son premier mobile Android avec Bouygues Telecom », sur 01net.com, 01Net,
  66. Huawei Vision : smartphone chic sous Android Gingerbread, Génération Nouvelles Technologies, Christian D., 3 août 2011
  67. Sophie Cousineau, « Fabriqué en Chine 2.0 », sur lapresseaffaires.ca, La Presse Affaires, (consulté le )
  68. Huawei i-Mo : plus petit modem HSPA / WiFi au monde, Christian D., Génération Nouvelles Technologies, 13 février 2009
  69. MediaPad de Huawei : la Chine à l'assaut des tablettes, Christian D., Génération Nouvelles Technologies, 20 juin 2011
  70. Raphaël Balenieri, « Huawei lance son alternative à Google Maps », Les Échos, (consulté le )
  71. « Huawei Music, un nouveau rival pour Spotify et Apple Music », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  72. « Avec Sound X, Huawei décroche la qualité audio malgré des fausses notes », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  73. Florian Schotter, « Harmony : Huawei lancera la bêta de son OS le 18 décembre », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  74. « Huawei s’apprête à présenter la Watch 3 », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  75. (en) HiSilicon Announces K3V2 Quad-core Application Processor hisilicon.com, voir archive
  76. (zh) http://www.arm.com/zh/about/newsroom/hisilicon-licenses-arm-technology-for-use-in-networking-infrastructure-and-mobile-computing-applications.php sur arm.com, voir archive
  77. (en) Huawei Ascend D1 Quad XL cnet.com, 31 août 2012
  78. a et b « Huawei, mis en difficulté par les sanctions américaines, vend sa marque de smartphones Honor », Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  79. « Huawei gonfle sa R&D », sur usinenouvelle.com,
  80. « Pourquoi Huawei choisit l'est de la France pour installer sa première usine en Europe », sur lexpansion.lexpress.fr, .
  81. « Huawei inaugure son nouveau centre de R&D à Paris », sur capital.fr, .
  82. [PDF] Les classements de déposants de brevet, Dominique Deberdt, Institut national de la propriété industrielle, mars 2009
  83. [PDF] WIPO TOP 50 Applications, World Intellectual Property Organisation, novembre 2012
  84. LTE : Qualcomm en tête des détenteurs de brevets, Christian D., Génération Nouvelles Technologies], 17 novembre 2009
  85. Le Chinois Huawei attaque son compatriote ZTE en Europe, Marc Cherki Le Figaro, 4 mai 2011
  86. Raphaële Karayan, « Huawei développe ses produits plus vite que ses concurrents », L'Expansion,‎ (lire en ligne, consulté le )
  87. Valerie Landrieu, « Huawei : un triumvirat à l’avant-poste », Les échos,‎ (lire en ligne)
  88. Selon la CIA, Huawei serait financé par le gouvernement chinois ADN, 25 avril 2019
  89. « Huawei », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  90. « Les stratégies de l’entreprise Huawei », sur master-iesc-angers.com,
  91. « Huawei : la guerre commerciale entre Washington et Pékin s’envenime », sur Le Monde,
  92. « Huawei: bénéfice net record en 2020, mais tassement du chiffre d'affaires », sur Le Figaro (consulté le )
  93. Julie Zaugg Huawei, l'empire sous pression, Les Échos, 25 avril 2019.
  94. Activités supposées d'espionnage par Huawei : l'Otan enfonce le clou RFI, 14 mars 2019
  95. Le fondateur de Huawei prend enfin la parole pour démentir les accusations d'espionnage BFMTV, 21 janvier 2019
  96. Huawei soupçonné d’un vol massif de données aux Pays-Bas, Le Monde, 16 mai 2019
  97. « Huawei accusé d’espionnage aux Pays-Bas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  98. (en) « Inside the Controversial Company Helping China Control the Future of the Internet », sur Time (consulté le ).
  99. « 6 questions pour comprendre les accusations d’espionnage contre Huawei », sur lemonde.fr, .
  100. Sébastien Arnaud, « Huawei : Emmanuel Macron rejette le bannissement mais reste « extrêmement attentif » », sur RSE Magazine (consulté le ).
  101. Le chinois Huawei achète de plus en plus «made in France», Le Parisien, Matthieu Pelloli, 30 juillet 2019
  102. 5G : Pékin met la France en garde contre des « mesures discriminatoires » , Le Monde avec AFP, 9 février 2020.
  103. Khelifa Litamine, « Huawei aurait apporté un soutien logistique pour espionnage en Algérie - Algerie Eco », sur Algerie Eco, AlgerieEco, (consulté le )
  104. « Huawei sollicité pour espionner l'opposition en Ouganda et en Zambie », sur RFI Afrique (consulté le ).
  105. « "Extension du réseau 5G : Ursula von der Leyen émet des réserves sur la participation de Huawei, évoquant des risques d'espionnage » », sur Boursorama, .
  106. « 5G: Ursula von der Leyen émet des réserves sur la participation de Huawei en Europe », Le Figaro, AFP, (consulté le ).
  107. « Le Royaume-Uni va finalement exclure Huawei de son réseau 5G », Le Monde, (consulté le ).
  108. Guillaume Farriol, « Espionnage : l'installation d'une usine du chinois Huawei en Alsace pose question », sur France Inter, (consulté le ).
  109. a et b « Huawei soupçonné d'espionnage du réseau téléphonique néerlandais », sur Les Echos, (consulté le )
  110. <img Src="https://Img.phon et roid com/2019/01/c46c878f9b1d7e7967d370eda94c14e4 png" width="40" height="40" alt="Florian Bayard" class="avatar avatar-40 wp-user-avatar wp-user-avatar-40 alignnone photo" /> Par Florian Bayard Le 16/05/2019 11 com's, « Huawei : les Pays-Bas accusent la firme chinoise d'espionnage », sur PhonAndroid, (consulté le )
  111. (en) Don Clark, « Cisco CEO Wary of Huawei », sur wsj.com, Wall Street Journal, (consulté le )
  112. (en) « The company that spooked the world », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « In the past few years, the firm has consistently been one of the world’s leading generators of intellectual property, and has filed for some 47,000 patents. [...] It has over 140,000 employees, and says 44% are in R&D »

  113. Félix Tréguer, « La « ville sûre » ou la gouvernance par les algorithmes », sur monde-diplomatique.fr, (consulté le )
  114. Julien Nocetti, « Point de vue : Europe le nécessaire débat sur la reconnaissance faciale », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  115. « Safe city à Marseille premier recours contre la vidéosurveillance automatisée de l'espace public ? », sur ldh-france.org,
  116. « Reconnaissance faciale : pour un débat à la hauteur des enjeux », sur cnil.fr, CNIL, .
  117. Théodore Therschlucen, « Valencienne, Demain les caméras de vidéosurveillance seront intelligentes et… chinoises », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  118. Christophe Alix, « Jean-Louis Borloo, un lobbyiste de choc pour Huawei France », Libération, (consulté le ).
  119. « Jean-Louis Borloo renonce à prendre la présidence de Huawei France », Le Monde,
  120. a et b Romain Besnainou, « Qui a peur de Huawei ? », sur france.tv, .
  121. « Dumping : Huawei et ZTE mis en cause pour la première fois par Bruxelles », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  122. Anne-Sophie Bellaiche et Anne Debray, « “Nos frontières avec la Chine sont ouvertes à 99,3 %”, affirme Arnaud Montebourg », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle, (consulté le )
  123. (en) « Huawei Technologies uncovers corruption in internal probe », sur Reuters, .
  124. Huawei soupçonne certains de ses employés d’avoir touché des pots-de-vin, FrAndroid, .
  125. Huawei touché par une affaire de corruption, Le Monde, .
  126. a b c d et e « Prononcez ouais-ouais », Les dossiers du Canard Enchaîné : La Chine démasquée,‎ .
  127. « Huawei - Building a Fully Connected, Intelligent World », sur huawei
  128. « Conférencier Gérard Errera - Spécialiste reconnu de la vie politique », sur a-speakers.fr
  129. Par Raphaël Balenieri, « Le curieux retour de Jean-Louis Borloo chez Huawei France », Les Echos , (consulté le ).
  130. « L'ex-secrétaire d'État Jean-Marie Le Guen entre au conseil d'administration de Huawei », Le Figaro, AFP, (consulté le ).
  131. « Après Borloo, Huawei recrute Jacques Biot, l'ex-président de Polytechnique », sur Challenges (consulté le )
  132. « Jacques Biot President du conseil d administration de Huawei France », sur huawei (consulté le )
  133. « Un bol de riz pour un polytechnicien », Le Canard Enchaîné,‎
  134. Odile Benyahia-Kouider, « Comment Huawei a attrapé les boss des maths », Le Canard Enchaîné, no 5243,‎ .
  135. Collectif de chercheurs en mathématiques, « Nous demandons aux chercheurs de ne pas participer aux activités du centre de recherche Huawei à Paris », sur Le Monde, .
  136. (en) « Fake Cluster Boosts Huawei : Accounts with GAN Faces Attack Belgium over 5G Restrictions »  , sur Graphika, (consulté le )
  137. « 5G/Huawei : un réseau de… manipulation démantelé : Huawei a relayé les faux comptes », Le Virus informatique, ACBM, no 47 « Tenir éloigné du feu ! »,‎ , p. 20-21 (ISSN 1276-8790, lire en ligne  , consulté le ) :

    « Entre les messages relayés, chaque compte a publié des liens vers des articles pour défendre Huawei, toujours les mêmes, mais avec des commentaires différents. Le compte NoriceMaslen (lui aussi suspendu depuis) affirmait que le gouvernement belge est « corrompu » (une accusation très grave) et relayait un article « sponsorisé » publié par Politico et écrit par Sophie Batas, directrice de la cybersécurité chez Huawei EU. Un exemple parmi d'autres. »

  138. Martin Boudot, « "Cash investigation" sur l'industrie du portable : Apple, Samsung... Ils sont tous mouillés », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  139. Julien Bonnet, « Cash Investigation : le président de Huawei France répond à la polémique sur le travail des enfants », L'Usine Nouvelle, (consulté le ).
  140. Grégory Rozières, « "Cash Investigation": le patron de Huawei France "regrette sincèrement" ses propos », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  141. Gaël Weiss, « Huawei France : Le président réagit vertement à la diffusion du reportage Cash Investigation », sur frandroid.com, (consulté le ).
  142. Steven, « Honor 10 officiel en Chine : le sosie du Huawei P20 entre en scène », sur meilleurmobile.com, (consulté le ).
  143. Corentin Durand, « Greenpeace épingle Amazon, Google et Huawei pour leur impact environnemental négatif - Tech », sur Numerama, (consulté le )
  144. « Antoine Griezmann rompt son contrat avec Huawei, accusé de participer à la surveillance des Ouïgours », sur lemonde.fr,
  145. Laurence Defranoux, « Ouïghours : les «Inrocks» effacent Huawei », sur liberation.fr,
  146. (en) « Test Point Break: Analysis of Huawei’s OTA Fix For BootROM Vulnerabilities », sur labs.taszk.io, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier