Branche albertine

La branche albertine est la branche cadette de la dynastie princière des Wettin qui régna sur le duché, l'électorat puis le royaume de Saxe de 1485 à 1918. Elle tire son nom de son ancêtre, le duc Albert l'Intrépide.

Portrait d'Albert l'Intrépide, fondateur de la branche albertine (XVe siècle).

OrigineModifier

Après la mort de l'électeur Frédéric II en 1464, le pouvoir sur les pays saxons est exercé conjointement par ses deux fils Ernest (1441-1486) et Albert III (1443-1500). En 1482, ils ont également acquis le territoire du landgraviat de Thuringe, patrimoine de leur cousin Guillaume III.

Cependant, les frictions et querelles entre les frères ont donné lieu à un acte de partage conclu le à Leipzig : Albert et ses descendants ont obtenu le nouveau duché de Saxe autour la résidence de Dresde, tandis que l'aîné, Ernest, maintient la dignité électorale liée à l'ancien duché de Saxe-Wittemberg et devint le fondateur de la branche ernestine des Wettin.

Albert a accédé au titre de duc de Saxe régnant sur les domaines de Misnie, l'Osterland et le nord de la Thuringe. Il épousa en 1459 la princesse Sidonie de Poděbrady (1449-1510), fille du roi Georges de Bohême, qui lui donna neuf enfants, dont :

 
La Saxe ernestine et albertine, après la division de 1485.

Lorsque l'électeur ernestin Frédéric le Sage a soutenu la Réforme protestante, son cousin albertin Georges le Barbu s'employa à empêcher la propagation de la nouvelle religion dans ses terres. C'est son frère cadet Henri qui, à la requête de son épouse Catherine de Mecklembourg, a affirmé son soutien au protestantisme.

L'acquisition de la dignité électoraleModifier

Les représentants de la branche albertine, ducs de Saxe, prirent de plus en plus de pouvoir au détriment de la branche ernestine. En 1546, le fils de Henri le Pieux, Maurice de Saxe (1521-1553), bien qu'il ait été protestant, se range aux côtés de l'empereur Charles Quint contre les princes de la ligue de Smalkalde. Après leur défaite dans la bataille de Mühlberg l'année suivante, il reçoit de l'empereur la dignité électorale de Saxe et une grande partie des pays ernestins.

À partir de là, la branche albertine a été la lignée directrice de la maison de Wettin. Leur membres furent électeurs de Saxe de 1547 à 1806. La branche elle-même compte plusieurs rameaux cadets, fondés en 1652 par disposition de l'électeur Jean-Georges Ier en apanage pour ses fils cadets :

Rois de Pologne, rois de SaxeModifier

 
Auguste le Fort, roi de Pologne, électeur de Saxe.

À partir de 1697, l'électeur Frédéric-Auguste le Fort (1670-1733) et son fils Frédéric-Auguste II (1696-1763) furent en même temps rois de Pologne en alternance avec Stanislas Leszczynski. Après la guerre de Sept Ans, toutefois, les Wettin sombrèrent dans l'insignifiance. En 1791, le petit-fils de Frédéric-Auguste II, l'électeur Frédéric-Auguste III, est à nouveau élu roi de Pologne, mais il a dû rejeter la couronne fà la suite des partages de la Pologne.

Le , l'empereur Napoléon Ier fait Frédéric-Auguste III roi de Saxe. A la suite des traités de Tilsit, il a également été nommé duc de Varsovie. Par la suite, il resta fidèle à la cause de Napoléon : il en fut sanctionné par la perte d'un tiers de ses États, qui revinrent à la Prusse en donnant naissance à la Saxe prussienne lors du congrès de Vienne en 1815. Le dernier souverain de la branche albertine, le roi Frédéric-Auguste III, a été renversé lors de la révolution allemande en 1918.

Liste des représentants albertinsModifier

Ducs de SaxeModifier

Électeurs de SaxeModifier

Rois de SaxeModifier

Titres portés par les représentants albertinsModifier

Margrave de Arbre de la Branche AlbertineModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
dynastie de Wettin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marguerite d'Autriche
 
Frédéric II de Saxe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sidonie de Bohême
 
Albert III
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Branche Ernestine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Catherine de Mecklembourg
 
Henri IV
 
Georges
 
Barbara Jagellon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anne de Danemark
 
Auguste Ier
 
Maurice
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sophie de Brandebourg
 
Christian Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sibylle-Élisabeth de Wurtemberg
 
Jean-Georges Ier
 
Christian II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Madeleine de Brandebourg-Bayreuth
 
Jean-Georges II
 
Auguste
(Fondateur de la branche Weißenfels, éteinte en 1746)
 
Christian
(Fondateur de la branche Merseburg, éteinte en 1738 )
 
Maurice
(Fondateur de la branche Zeitz, éteinte en 1718 )
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anne-Sophie de Danemark
 
Jean-Georges III
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eberhardine de Brandebourg-Bayreuth
 
Frédéric-Auguste Ier
( Auguste II de Pologne)
 
Jean-Georges IV
 
Éléonore-Erdmuthe de Saxe-Eisenach
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie-Josèphe d'Autriche
 
Frédéric-Auguste II
(puis Auguste III roi de Pologne)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie-Antoinette de Bavière
 
Frédéric Christian
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Caroline de Bourbon-Parme
 
Maximilien
(renonce au trône en 1830)
 
Frédéric-Auguste Ier
(à partir de 1806 Frédéric-Auguste Ie roi de Saxe)
 
Antoine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amélie de Bavière
 
Jean Ier
 
Frédéric-Auguste II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie-Anne de Portugal
 
Georges Ier
 
Albert de Saxe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise-Antoinette de Habsbourg-Toscane
 
Frédéric-Auguste III
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Georges
 
Frédéric-Christian
 
Ernest-Henri
 
Marguerite de Saxe
 
Marie-Alice de Saxe
 
Anne de Saxe

Les châteaux de la branche albertineModifier

SourcesModifier