Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Boualem Sansal

écrivain algérien francophone
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boualem (homonymie).
Boualem Sansal
Description de cette image, également commentée ci-après
Boualem Sansal au salon du livre de Francfort 2011.
Naissance (68 ans)
Theniet El Had Drapeau de l'Algérie Algérie
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

Signature de Boualem Sansal

Boualem Sansal (en arabe : بوعلام صنصال), né le à Theniet El Had, petit village des monts de l’Ouarsenis, est un écrivain algérien d'expression française, principalement romancier mais aussi essayiste, censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place. Il habite néanmoins toujours en Algérie, considérant que son pays a besoin des artistes pour ouvrir la voie à la paix et à la démocratie. Il est en revanche très reconnu en France et en Allemagne, pays dans lesquels ses romans rencontrent un grand succès public, et où il a reçu de nombreux prix.

Sommaire

BiographieModifier

Le père de Boualem Sansal, Abdelkader Sansal, est issu d'une famille aisée rifaine ayant fui le Maroc pour l'Algérie, et sa mère Khadjidja Benallouche a reçu une éducation « à la française » (elle a le brevet)[1]. Boualem Sansal a une formation d'ingénieur de l'École nationale polytechnique d'Alger ainsi qu'un doctorat d'économie.

Il a été enseignant, consultant, chef d'entreprise et haut fonctionnaire au ministère de l'Industrie algérien. Il est limogé en 2003 pour ses prises de position critiques contre le pouvoir en place particulièrement contre l'arabisation de l'enseignement[2].

Son ami Rachid Mimouni (1945-1995) l'encourage à écrire. Boualem Sansal, bien que grand lecteur, ne se vouait pas à l'écriture. Il commence pourtant à écrire en 1997, alors que la guerre civile bat son plein. Il cherche à entrer dans l'esprit de ses compatriotes, pour tenter de comprendre puis d'expliquer ce qui a mené à l'impasse politique, sociale et économique de son pays, et à la montée de l'islamisme[3].

En 1999, il publie son premier roman, Le Serment des barbares, qui reçoit le prix du premier roman et le prix Tropiques. Il y écrit :

« L'Université […], elle enseigne en arabe, ce qui se conçoit, à des étudiants qui ne pratiquent que leur langue et c'est marre : l'algérien, un sabir fait de tamazight, d'un arabe venu d'ailleurs, d'un turc médiéval, d'un français XIXe et d'un soupçon d'anglais new-age[4]. »

Cet ouvrage connaît un très grand succès de librairie : il est invité au printemps 2000 au festival du premier roman de Chambéry et, en été, au festival Les Nuits & les Jours de Querbes. Depuis, il multiplie les rencontres avec ses lecteurs, en France ou en Allemagne.

Son livre Poste restante, Alger, une lettre ouverte à ses compatriotes, est resté censuré dans son pays. Après la sortie de ce pamphlet, il est menacé et insulté[2], mais il décide de rester en Algérie. Il publie Petit éloge de la mémoire, récit épique de l'aventure berbère.

En 2003, Sansal est rescapé du séisme meurtrier qui a touché sa région à Boumerdès. Après avoir été porté disparu pendant un certain temps, il est retrouvé grâce à un appel lancé par la télévision algérienne.

Son troisième roman, Dis-moi le paradis, publié en France en 2003, est une description de l'Algérie post-colonisation, à travers les portraits de personnages que rencontre le personnage principal, Tarik, lors de son voyage à travers ce pays. Le ton est très critique envers le pouvoir algérien, se moquant de Boumédiène, critiquant ouvertement la corruption à tous les niveaux de l'industrie et de la politique, l'incapacité à gérer le chaos qui a suivi l'indépendance, et attaquant parfois violemment les islamistes. Ce livre est l'une des raisons qui conduisent le pouvoir à limoger l'auteur de son poste au ministère algérien de l'Industrie.

En 2005, s'inspirant de son histoire personnelle, il écrit Harraga[5] (harraga signifie « brûleur de route », surnom que l'on donne à ceux qui partent d'Algérie, souvent en radeau dans des conditions dramatiques, pour tenter de passer en Espagne). Pour la première fois, les personnages principaux sont deux femmes : Lamia, médecin pédiatre qui vit dans la misère à Alger, et Cherifa qu'elle recueille alors que cette dernière est enceinte de cinq mois[6]. Encore une fois, le ton est très critique envers le pouvoir algérien[7] : l'argent du pétrole coule à flots mais, l'argent étant accaparé par une minorité de dirigeants, le peuple est dans la misère et les jeunes vont tenter leur chance ailleurs, pendant que ceux qui ne peuvent pas partir restent dans la misère et la peur.

Son roman Le Village de l'Allemand, sorti en janvier 2008, est censuré en Algérie, car il fait le parallèle entre islamisme et nazisme. Le livre raconte l'histoire du SS Hans Schiller, qui fuit en Égypte après la défaite allemande, et se retrouve ensuite à aider l'armée de libération algérienne, pour finalement devenir un héros de guerre et se retirer dans un petit village perdu[8]. Le livre s'inspire d'un destin réel, découvert par la presse dans les années 1980.

En mars 2008, il choisit de se rendre au Salon du livre de Paris, malgré la polémique soulevée dans le monde arabe quant au choix d'Israël comme invité d'honneur et l'appel au boycott venant des pays arabes et de certains intellectuels[9]. Il s'en explique par la formule :

« Je fais de la littérature, pas la guerre », ajoutant : « La littérature n'est pas juive arabe ou américaine, elle raconte des histoires qui s'adressent à tout le monde[9]. »

Ce choix aggrave sa situation en Algérie.

En 2011, il publie un livre très personnel, écrit trois mois après la mort de sa mère[10]. Ce nouveau roman, Rue Darwin, est l'histoire d'une famille prise dans la guerre d'Algérie et dont le personnage de Yaz ressemble beaucoup à Sansal ; la rue Darwin est une rue où l'auteur a vécu dans son enfance, à cent mètres de la maison d'Albert Camus[10].

En février 2012, il fait partie du jury de la Berlinale 2012, sous la présidence de Mike Leigh[11] et, en mai de la même année, participe à la troisième édition du Festival international des écrivains à Jérusalem, suscitant de nombreuses critiques dans le monde arabe[12],[13]. Il fait un récit plein d'humour de son voyage[14].

Boualem Sansal habite près d'Alger, dans la ville de Boumerdès[10].

Autres prix littérairesModifier

Engagements et prises de positionModifier

Du 6 au 8 octobre 2012, Boualem Sansal et l'écrivain israélien David Grossman se retrouvent à Strasbourg, avec le soutien du Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe, et lancent « L’appel de Strasbourg pour la paix » dans le cadre du 1er Forum mondial de la démocratie organisé par le Conseil de l’Europe. Près de 200 écrivains venant de cinq continents ont depuis signé cet appel, et se sont déclarés prêts à s’engager pour faire progresser la paix et la démocratie partout dans le monde.

Sansal est connu pour ses propos critiques envers toute forme de religion, et l'islam en particulier :

« La religion me paraît très dangereuse par son côté brutal, totalitaire. L'islam est devenu une loi terrifiante, qui n'édicte que des interdits, bannit le doute, et dont les zélateurs sont de plus en plus violents. Il faudrait qu'il retrouve sa spiritualité, sa force première. Il faut libérer, décoloniser, socialiser l'islam[10]. »

Il met régulièrement en garde contre la progression de l'islamisme, particulièrement en France. À la fondation Varenne, le 13 décembre 2016, il déclare :

« [Les Algériens sont] inquiets parce qu’ils constatent jour après jour, mois après mois, année après année, que la France ne sait toujours pas se déterminer par rapport à l’islamisme : est-ce du lard, est-ce du mouton, est-ce de la religion, est-ce de l’hérésie ? Nommer ces choses, elle ne sait pas, c’est un souci. Pendant ce temps, le boa constrictor islamiste a largement eu le temps de bien s’entortiller, il va tout bientôt l’étouffer pour de bon[20]. »

Il écrit : « La vérité se tient mieux dans le silence[21] » ; ainsi que : « Dieu appartient à qui s'approprie son message[22]. » Et, dans 2084 : la fin du monde : « La religion fait peut-être aimer Dieu mais rien n'est plus fort qu'elle pour faire détester l'homme et haïr l'humanité. »

Sansal est très critique envers les pouvoirs :

« Bouteflika est un autocrate de la pire espèce […] C'est pourtant lui que les grandes démocraties occidentales soutiennent et à leur tête la France de Sarkozy[9]. » Il ajoute : « Je pense souvent à l'exil mais où, chez Bush, chez Sarkozy ? Remplacer un malheur par un autre n'est pas ce qu'on peut appeler une bonne décision[9]. »

Et, dans Dis-moi le paradis, il s'en prend aussi à « la bêtise souveraine » :

« Vinrent les guerres, toutes les guerres, les mouvements de population, les holocaustes, les famines, les déclarations solennelles, les liesses propices aux mensonges, les longues attentes sur le qui-vive, puis les guerres reprirent, les clivages de fer, les vieilles haines ressuscitées, les exils, les exodes, et encore les mots qui blessent, les mots qui tuent, les mots qui nient. Mais toujours, inchangée dans la guerre ou la paix de l'entre-deux, marchant en tête, discourant à perte de vue, pontifiante et grossière : la bêtise souveraine[23]. »

ŒuvresModifier

RomansModifier

NouvellesModifier

  • 2001 : La Voix, Gallimard / Le Monde
  • 2004 : La Femme sans nom, Littera et l’Aube
  • 2005 : « La Vérité est dans nos amours perdues », dans Des nouvelles d'Algérie, éd Métailié
  • 2005 : « Homme simple cherche évènement heureux », Le Monde
  • 2005 : « Tous les bonheurs ne valent pas le déplacement », Magazine des Beaux Arts
  • 2006 : « La Terrible Nouvelle », Le Monde
  • 2008 : « Ma mère » in Ma mère (collectif), Chèvrefeuille étoilée
  • 2008 : Rendez-vous à Clichy-sous-Bois : Mohand ou La mort au coin de la rue in Des nouvelles de la banlieue (collectif), Textuel/Ivre d'images

EssaisModifier

  • 2006 : Poste restante : Alger : lettre de colère et d'espoir à mes compatriotes, éd. Gallimard, « Folio » n° 4702
  • 2007 : Petit éloge de la mémoire : quatre mille et une années de nostalgie, éd. Gallimard, « Folio » n° 4486
  • 2013 : Gouverner au nom d'Allah : islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe, éd. Gallimard
  • 2017 : L'Impossible Paix en Méditerranée, avec Boris Cyrulnik, dialogue animé par José Lenzini, éditions de l'Aube

Livres techniquesModifier

  • 1986 : La Combustion dans les turboréacteurs, éd. OPU, Alger
  • 1989 : La Mesure de la productivité, éd. OPU, Alger

AutresModifier

  • 2001 : La Médiation dans l’art contemporain, musée du Jeu de Paume, Paris
  • 2002 : « Alger, mon amour », dans Amours de villes, villes africaines, coéd. Fest’Africa / Dapper littérature
  • 2003 : « L’âge de raison », dans Journal intime et politique, Littera-l’Aube
  • 2003 : « Souvenirs d’enfance et autres faits de guerre », dans L’Algérie des deux rives, coéd. Fayard / Mille et une nuits, Paris
  • 2005 : « L’odyssée de la mémoire », Senso Magazine, Paris
  • 2006 : Les Guerres d’Algérie, université de Berkeley
  • 2006 : La Question linguistique en Algérie, Lyriades
  • 2007 : C’était quoi, la France, éd. Gallimard, Paris
  • 2012 : Manifeste pour l'hospitalité des langues, Gilles Pellerin, Henriette Walter, Wilfried N'Sondé, Boualem Sansal, Jean-Luc Raharimanana et Patrice Meyer-Bisch, éd. La Passe du vent
  • 2017 : « La France, État altéré »[25], dans The New York Times

NotesModifier

  1. Kaoutar Harchi, Je n'ai qu'une langue et ce n'est pas la mienne, Fayard/Pauvert, (lire en ligne).
  2. a, b et c Ouest-France, « Boualem Sansal, le courage et la colère », 3 juillet 2008.
  3. Rencontre avec Boualem Sansal à la bibliothèque de Gap, 28 janvier 2009, dont le contenu est retranscrit sur le site Litera05 sous le titre « Rencontre avec Boualem Sansal ».
  4. Le Serment des barbares, 1999, « Folio » 2507, p. 391.
  5. Désirée Schyns, « Harraga dans la littérature francophone : Boualem Sansal, Tahar Ben Jelloun, Mathias Enard et Marie Ndiaye », in Romanische Studien 3 (2016), online.
  6. Cherifa est arrivée chez Lamia sur le conseil du frère de celle-ci, Sofiane, qui est en route pour entrer en Espagne clandestinement.
  7. « Lettre ouverte à Jean Daniel ».
  8. « L'Algérie à vif » sur lexpress.fr.
  9. a, b, c et d « Boualem Sansal : “Je fais de la littérature, pas la guerre” », interview par Sid Ahmed Hammouche, Rue89, 13 mars 2008.
  10. a, b, c et d Marianne Payot, « Boualem Sansal : “Il faut libérer l'islam” », L'Express, 14 août 2011.
  11. Aux côtés de Anton Corbijn, Asghar Farhadi, Charlotte Gainsbourg, Jake Gyllenhaal, François Ozon et Barbara Sukowa.
  12. « Boualem Sansal à Jérusalem », sur Kabyles.net, .
  13. Misha Uzan, « Israël - Boualem Sansal, la visite tumultueuse d'un écrivain algérien en Israël », sur Israël Info, .
  14. Boualem Sansal, « Je suis allé à Jérusalem… et j'en suis revenu riche et heureux », sur Le Huffington Post, .
  15. Ce prix récompense les œuvres développant une réflexion sur le métissage et toutes les formes d’émancipation, celle des imaginaires, des langues et des cultures.
  16. LeNouvelObs.fr, BibliObs, « Boualem Sansal : le dissident », par Grégoire Leménager, 13 octobre 2011.
  17. « Comment Boualem Sansal a fini par recevoir le prix du Roman arabe », Le Nouvel Observateur, 23 juin 2012 (consulté le 24 juin 2012)
  18. « Boualem Sansal privé du prix du Roman arabe », Le Monde (consulté le 24 juin 2012).
  19. Ce prix, doté de 20 000 euros, est destiné à « couronner l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française. »
  20. Boualem Sansal, « Intervention de Boualem Sansal », sur le site de la Fondation Varenne,
  21. Dis-moi le paradis, 2003, p. 96.
  22. Dis-moi le paradis, 2003, p. 99.
  23. Dis-moi le paradis, 2003, p. 99-100.
  24. « Boualem Sansal obtient le prix du Roman-News », sur livreshebdo.fr, (consulté le 31 mai 2012).
  25. Boualem Sansal, « Opinion | Boualem Sansal: La France, état altéré », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)

Voir aussiModifier