Ouvrir le menu principal

Bataille des monts Austen, du Cheval au galop et de l'Hippocampe

Bataille des monts Austen, du Cheval au galop et de l'Hippocampe
Description de cette image, également commentée ci-après
Un soldat blessé de l'US Army est évacué de la première ligne dans les collines avoisinant la rivière Matanikau le 15 janvier 1943
Informations générales
Date
Lieu Guadalcanal dans les Îles Salomon
Issue Victoire alliée
Belligérants
Alliés
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des Salomon Salomon Colonie britannique des Îles Salomon
Drapeau des Fidji Fidji Colonie britannique des Îles Fidji
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[1],[Note 1]
Axe
Drapeau du Japon Empire du Japon
Commandants
Alliés
Drapeau des États-Unis États-Unis Alexander Patch
Axe
Drapeau du Japon Empire du Japon Harukichi Hyakutake
Forces en présence
Alliés
50,078[2],[Note 2]
Axe
20,000[3],[4],[Note 3]
Pertes
250 tués[Note 4], [5],[6],[7][Note 5]2,700–3,300 tués[8],[9],[Note 6]

Théâtre du Pacifique sud-ouest de la Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne de Guadalcanal
Terrestres :

Navales :




Coordonnées 9° 26′ 05″ sud, 159° 58′ 01″ est

La bataille des monts Austen, du Cheval au galop et de l'Hippocampe, dont certaines parties sont également connues sous l'appellation de bataille de Gifu, est un affrontement armé qui s'est déroulé du au à la fin de la campagne de Guadalcanal où les Américains repoussèrent progressivement les Japonais jusqu'à ce qu'ils décident d'évacuer l'île.

ContexteModifier

Les forces américaines, alors placées sous le commandement général d'Alexander Patch, s'efforçaient de détruire les forces japonaises sur Guadalcanal tandis que les Japonais, commandés par Harukichi Hyakutake, tentaient de tenir leurs positions défensives jusqu'à l'arrivée de nouveaux renforts.

Au cours de cet affrontement, les soldats et les Marines américains, assistés de natifs des îles Salomon, attaquèrent les forces de l'armée japonaise qui défendaient des positions bien fortifiées et enterrées sur plusieurs collines et crêtes sur plusieurs collines avoisinant la rivière Matanikau. Les collines les plus importantes furent baptisées mont Austen, le Cheval au galop, et l'Hippocampe par les Américains.

Les deux camps rencontrèrent des difficultés extrêmes à combattre dans la jungle épaisse et l'environnement tropical de la zone des combats. Pour la plupart des soldats américains, il s'agissait des premières opérations de combat dans lesquelles ils étaient impliqués. Les Japonais, quant à eux étaient coupés de leur ravitaillement logistique et souffrirent énormément de la malnutrition et du manque de soins médicaux.

DéroulementModifier

Après quelques difficultés, les Américains réussirent à prendre le mont Austen, notamment grâce à la prise de la position fortement défendue dénommée Gifu, et s'emparèrent de la colline du Cheval au Galop et celle de l'Hippocampe.

Dans le même temps, les Japonais décidèrent secrètement d'abandonner Guadalcanal et se retirèrent vers la côte ouest de l'île. À partir de là, les troupes japonaises survivantes furent progressivement évacuées avec succès durant la première semaine de février 1943.

DécorationsModifier

Trois soldats de l'armée reçurent la Medal of Honor : Charles W. Davis (en), Lewis Hall (en) et William G. Fournier (en) (les deux derniers à titre posthume pour la même action).

RéférencesModifier

OuvragesModifier

InternetModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Un petit nombre de commandos fidjiens commandés par des officiers et sous-officiers du Corps expéditionnaire néo-zélandais assista les forces américaines durant la bataille.
  2. Ce nombre inclut toutes les forces militaires américaines présentes sur Guadalcanal et pas seulement les forces impliquées dans la bataille.
  3. Miller explique qu'à cette époque, il y avait 25 000 japonais sur l'île, mais Frank entre plus dans les détails au sujet des forces japonaises en présence, affirmant que « un rapport (japonais) daté du démontre que sur les 29117 soldats japonais débarqués depuis le , déduction faite des morts en opérations, ainsi que des évacuations sanitaires et hospitalisations dues aux blessures et aux maladies, seuls 18 295 étaient toujours dans leurs unités. Parmi ces derniers, ceux qui étaient toujours en ordre de combat n'étaient que 12 775. Les survivants de la garnison initiale (incluant les ouvriers du bâtiment) ainsi que les unités de la marine impériale débarquées depuis le ajoutèrent 2 376 à l'effectif global des forces, mais seulement 550 hommes sur les effectifs aptes au combat »
  4. Le nombre exact de pertes américaines pour chaque opération durant la bataille n'est pas répertorié
  5. Anderson fait état de 200 morts, mais en additionnant les pertes de chaque action individuelle, le nombre s'approche de 250.
  6. Ceci est le nombre de morts directement dû aux opérations américaines au cours de cette bataille. Un nombre inconnu, mais de l'ordre d'un ou plusieurs milliers de soldats japonais moururent sur l'île de Guadalcanal de suite de la malnutrition et des maladies tropicales.

RéférencesModifier

  1. Jersey 2008, p. 356–358.
  2. Miller 1995, p. 220.
  3. Miller 1995, p. 215.
  4. Frank 1990, p. 497.
  5. Miller 1995, p. 244, 249–252, 270, 276–278.
  6. Frank 1990, p. 533–534, 555–558, 566–567.
  7. Anderson 1993.
  8. Miller 1995, p. 244, 249–252, 270, 275–279.
  9. Frank 1990, p. 533–534, 555–558, 562–563, 566–567.