Ouvrir le menu principal

L'Opération Famine (en anglais Operation Starvation) est le nom de code d'une opération militaire menée par l'armée de l'air américaine à la fin de la Seconde Guerre mondiale durant laquelle les ports et les voies fluviales japonais furent minés afin d'empêcher la circulation du fret et des troupes.

Sommaire

DéroulementModifier

La mission fut démarrée sous l'insistance de l'amiral Chester Nimitz qui désirait une augmentation de l'impact de ses opérations navales grâce au minage de l'intérieur du Japon par l'armée de l'air. Le général Henry Arnold en saisit l'importance et demanda au général Curtis LeMay de la mener à bien.

La 313th Bombardment Wing (313e escadre de bombardement), comprenant 160 avions, fut mobilisée pour cette tâche et se vit ordonner de larguer 2 000 mines marine en avril 1945. À partir du , des mines à senseurs acoustique et magnétique furent lancées depuis les airs, ainsi que des modèles sensibles à la pression de l'eau. Durant le reste du conflit, la 20th Air Force (20e flotte de l'armée de l'air) fit 1 529 sorties et larga 12 135 mines sur 26 champs au cours de 46 différentes missions. 15 bombardiers B-29 seulement furent perdus au cours de la mission.

La plupart des ports et détroits du Japon furent minés à répétition ce qui permit d'interrompre les convois logistiques et les transports de troupes pour le restant de la guerre : 35 des 47 principales routes maritime durent être abandonnées par les Japonais. L'Opération famine a coulé plus de tonnage de cargaison durant les six derniers mois du conflit que tous les autres efforts de guerre réunis : 670 bateaux — 1,25 million de tonnes — furent endommagés ou envoyés par le fond.

Après la guerre, le commandant japonais des opérations de déminage émit son opinion au sujet de cette opération : elle aurait pu seule conduire à la défaite du pays si elle avait été entamée plus tôt.

Voir aussiModifier