Campagne des archipels Ogasawara et Ryūkyū

Campagne des archipels Ogasawara et Ryūkyū
Description de cette image, également commentée ci-après
Deux Marines du second bataillon du 1er régiment de Marine en à Okinawa.
Informations générales
Date 19 février au
Lieu Archipels Ogasawara et Ryūkyū, océan Pacifique
Issue Victoire américaine
Belligérants
Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau : États-Unis Chester W. Nimitz
Drapeau des États-Unis Douglas MacArthur
Drapeau des États-Unis Holland Smith
Drapeau des États-Unis Simon B. Buckner
Drapeau des États-Unis Roy Geiger
Drapeau des États-Unis Joseph Stilwell
Drapeau des États-Unis Raymond Spruance
Drapeau des États-Unis Marc A. Mitscher
Drapeau des États-Unis William F. Halsey
Drapeau du Royaume-Uni Bernard Rawlings
Drapeau du Royaume-Uni Sir Philip Vian
Drapeau du Royaume-Uni Bruce Fraser
War flag of the Imperial Japanese Army.svg Tadamichi Kuribayashi
War flag of the Imperial Japanese Army.svg Mitsuru Ushijima
War flag of the Imperial Japanese Army.svg Isamu Chō
War flag of the Imperial Japanese Army.svg Hiromichi Yahara (c)
Drapeau de l'Empire du Japon Seiichi Itō
Drapeau de l'Empire du Japon Minoru Ōta
Drapeau de l'Empire du Japon Kōsaku Aruga (en)
Drapeau de l'Empire du Japon Keizō Komura (en)
Pertes
Drapeau : États-Unis 19 321 tués au combat
7700 disparus, décédés des suites de blessures ou de morts non liés au combat
74 501 blessés
79 navires coulés et détruits
773 avions détruits
Drapeau : Japon 105 000 à 137 000 morts ou disparus
17 000 blessés
7 216 capturés
21 navires coulés et détruits
3 130 avions détruits
75 000 à 140 000 civils morts ou portés disparus

Théâtre du Pacifique de la Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne des archipels Ogasawara et Ryūkyū


Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Japon :

Pacifique central :

Pacifique du sud-ouest :

Asie du sud-est :


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

La campagne des archipels Ogasawara et Ryūkyū, également connue sous le nom de campagne des îles Volcano et Ryūkyū, est une série de batailles et d'engagements entre les forces alliées et les forces impériales japonaises sur le théâtre du Pacifique central de la Seconde Guerre mondiale entre janvier et juin 1945.

La campagne s'est déroulée dans l'archipel des îles Volcano et Ryūkyū. Les deux principales batailles terrestres de la campagne furent la bataille d'Iwo Jima (16 février-26 mars 1945) et la bataille d'Okinawa (1er avril-21 juin 1945). Une bataille navale majeure eut lieu, appelée opération Ten-Gō (7 avril 1945) d'après le titre opérationnel que lui donnèrent les Japonais.

La campagne faisait partie de la campagne alliée au Japon visant à fournir des zones de transit pour une invasion du pays ainsi qu'à soutenir le bombardement aérien et un blocus naval du continent japonais. Le largage d'armes atomiques sur deux villes japonaises et l'invasion soviétique de la Mandchourie japonaise amenèrent cependant le gouvernement japonais à se rendre sans qu'une invasion armée ne soit nécessaire.

La campagneModifier

L'importance stratégique d'Iwo Jima était discutable. Les Alliés considéraient l'île comme une zone de rassemblement importante pour les futures forces d'invasion, cependant, après la capture de l'île, leur objectif passa de l'utilisation de l'île comme zone de transit à base pour les escortes de chasseurs et les B-29. Les Japonais disposait d'une station radar et des pistes d'atterrissage pour les chasseurs traquant des B-29 qui attaquaient le continent japonais. S'il est capturé par les Américains, celui-ci leur fournirait des bases d'escortes de chasseurs afin d'aider les bombardiers B-29 à attaquer le continent japonais, ainsi qu'une piste d'atterrissage d'urgence pour tout aéronef endommagé ne pouvant pas retourner aux Mariannes.

L'opération de prise d'Iwo Jima est autorisée en octobre 1944, puis mise en oeuvre à partir du 19 février 1945. L'île fut sécurisée le 26 mars ; seuls quelques Japonais furent capturés, les autres étant tués ou se suicidant afin d'éviter la reddition. Cependant, les Américains subirent un lourd tribut en victimes lors de leur débarquement initial, par opposition aux combats principaux. Les chasseurs débutèrent leurs opérations à partir du 11 mars, lorsque les aérodromes furent sécurisés, et les premiers bombardiers bombardèrent les îles d'origine.

Okinawa était juste à la porte du Japon, fournissant le tremplin aux Alliés pour envahir le continent japonais. Lors de la bataille, 131 000 soldats japonais défendirent l'île en essayant de faucher les Américains alors qu'ils débarquaient de leurs véhicules de débarquement. Le général Mitsuru Ushijima, voulant garder à distance des plages l'ennemi, utilisa la méthode kamikaze à grande échelle (déployé par Soemu Toyoda) qui coula 34 navires, endommagea 25 au-delà de toute réparation économique, et 343 autres endommagés à des degrés divers[1]. Lors de la campagne terrestre, 48 193 militaires furent tués, blessés ou portés disparus lors de la campagne de sécurisation de l'île. À la fin de la bataille, les trois quarts des officiers japonais furent tués ou s'étaient suicidés. Seule une poignée d'officiers survécurent à la bataille, davantage de soldats ayant capitulé. Le 7 avril, le grand cuirassé japonais Yamato quitta le Japon pour une mission suicide nommé Ten-Go contre les forces alliées envahissant Okinawa. La flotte japonaise fut interceptée par l'aviation américaine et presque totalement détruite avant d'atteindre Okinawa. Le Yamato et cinq autres navires japonais furent coulés — le vice-amiral Seiichi Itō et le commandant du cuirassé, Kōsaku Aruga (en), furent tués dans la mission fatale.

Le contrôle des îles Volcano et Ryūkyū aida les forces aériennes de l'armée américaine à mener des missions contre des cibles sur Honshū et Kyūshū, avec le premier raid sur Tokyo, du 9 au 10 mars.

Notes et référencesModifier

  1. HP Willmott, Robin Cross, Charles Messenger: World War II (2004)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier