Ouvrir le menu principal

Opération I-Go

opération militaire japonaise de la guerre du Pacifique

Opération I-Go
Description de cette image, également commentée ci-après
Jinichi Kusaka (au centre) avec l'amiral Isoroku Yamamoto (à gauche) à Rabaul lors de l'Opération I-Go en avril 1943.
Informations générales
Date 1er avril - 16 avril 1943
Lieu Nouvelle-Bretagne, îles Salomon et Nouvelle-Guinée
Issue Indécise
Belligérants
Alliés
Flag of the United States (1912-1959).svg États-Unis
Flag of Australia.svg Australie
Flag of New Zealand.svg Nouvelle-Zélande
Flag of Japan.svg Japon
Commandants
William F. Halsey
Douglas MacArthur
Isoroku Yamamoto
Jinichi Kusaka
Forces en présence
350 avions
Pertes
1 destroyer,
1 navire-citerne,
2 transports de troupes,
1 corvette,
25 avions[1]
55 avions détruits[2]

Seconde Guerre mondiale,
Guerre du Pacifique

Batailles

Campagne de Nouvelle-Guinée



L'opération I-Go (い号作戦, I-Go sakusen?) est une contre-offensive aérienne lancée du 1er au 16 avril 1943 par l'Empire du Japon contre les forces Alliées lors des campagnes des îles Salomon et de Nouvelle-Guinée de la Guerre du Pacifique.

HistoriqueModifier

Lors de l'opération, des unités de la marine impériale japonaise, principalement sous le commandement des amiraux Isoroku Yamamoto et Jinichi Kusaka, attaquent des bateaux, avions et installations au sol alliées situées au Sud-Est des îles Solomon et de la Nouvelle-Guinée. L'objectif de l'opération est de stopper les attaques alliées en Nouvelle-Guinée et dans les îles Solomon et de donner du temps au Japon afin qu'il puisse refaire ses défenses à la suite des défaites à Guadalcanal, à Buna-Gona, à Wau et dans la mer de Bismarck.

L'opération a été marquée par plusieurs raids aériens de bombardiers et chasseurs japonais basés à Rabaul, Bougainville et aux îles Shortland, contre les cibles alliées de Guadalcanal, des îles Russell, de Port Moresby, de baie d'Oro et de la Baie de Milne. Bien que les attaques japonaises aient coulé plusieurs navires alliés, elles n'ont pas infligé de pertes significatives à ces derniers. Se fiant à de mauvaises informations données par ses hommes, Yamamoto arrête les attaques le 16 avril, croyant que l'opération est un succès alors qu'elle n'a pas vraiment ralenti les opérations alliées.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Operation I-Go » (voir la liste des auteurs).
  1. Morison 1958, p. 117–127.
  2. Gamble 2010, p. 316–331.

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.