Ouvrir le menu principal

Bataille d'Edson's Ridge

bataille de la campagne de Guadalcanal
Bataille d'Edson's Ridge
Description de cette image, également commentée ci-après
Côte 80
Informations générales
Date 12 au
Lieu Guadalcanal, Îles Salomon
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Flag of the Solomon Islands (1956–1966).svg Salomons britanniques
Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Commandants
Alexander Vandegrift
Merritt A. Edson
Harukichi Hyakutake
Kiyotake Kawaguchi
Forces en présence
12 5006 217
Pertes
59 morts
204 blessés
entre 700 à 850 morts
env. 500 blessés

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne de Guadalcanal
Terrestres :

Navales :




Coordonnées 9° 27′ sud, 160° 03′ est

Géolocalisation sur la carte : Îles Salomon

(Voir situation sur carte : Îles Salomon)
Bataille d'Edson's Ridge

Géolocalisation sur la carte : Océanie

(Voir situation sur carte : Océanie)
Bataille d'Edson's Ridge

Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique

(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
Bataille d'Edson's Ridge

La bataille d'Edson's Ridge se déroule du 12 au sur l'île de Guadalcanal entre l'Armée impériale japonaise et les forces terrestres alliées (principalement des marines américains) au cours de la guerre du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette bataille est la deuxième des trois grandes offensives terrestres japonaises pendant la campagne de Guadalcanal.

HistoireModifier

Le 7 août 1942, les forces alliées débarquent sur les îles de Guadalcanal, Tulagi et Florida aux îles Salomon. Les débarquements sur les îles avaient pour but de déloger les Japonais qui utilisaient leurs bases pour menacer les routes d'approvisionnement entre les États-Unis et l'Australie. Ils étaient également destinés à sécuriser les îles comme point de départ d'une campagne visant à neutraliser la grande base japonaise de Rabaul et soutenir la campagne alliée en Nouvelle-Guinée[1].

 
Positions américaines.

Kawaguchi a fixé la date de son attaque sur le périmètre de Lunga pour le 12 septembre et a commencé à marcher à l'ouest de Taivu vers Lunga Point le 5 septembre. Il a envoyé un appel radio à la 17e armée et a demandé qu'il effectue des frappes aériennes sur Henderson Field à partir du 9 septembre et que des navires de guerre soient stationnés au large de Lunga Point le 12 septembre pour «détruire tous les Américains qui tentaient de s'enfuir de l'île». Le 7 septembre, Kawaguchi a publié son plan d'attaque pour «mettre en déroute et anéantir l'ennemi à proximité de l'aérodrome de l'île de Guadalcanal». Le plan de Kawaguchi a appelé ses forces à se séparer en trois, à s'approcher du périmètre des Lunga à l'intérieur des terres et à lancer une attaque nocturne surprise. La force d'Oka attaquerait le périmètre de l'ouest tandis que le deuxième échelon d'Ichiki - renommé le bataillon Kuma - attaquerait depuis l'est. L'attaque principale serait menée par le «Centre Corps» de Kawaguchi, comptant 3000 hommes dans trois bataillons, au sud du périmètre de Lunga. Le 7 septembre, la plupart des troupes de Kawaguchi avaient commencé à marcher de Taivu vers la pointe Lunga, le long de la côte. Environ 250 soldats japonais sont restés pour garder la base d'approvisionnement de la brigade à Taivu[2].

Pendant ce temps, Martin Scemens, officier du gouvernement britannique et officier de la Force de défense du Protectorat des îles Salomon, a lancé un raid contre les troupes japonaises à Taivu. Les destroyers USS McKean et Manley et deux patrouilleurs emmènent 813 hommes d'Edson à Taivu en deux voyages. Edson et sa première vague de 501 hommes ont atterri à Taivu à 05h20 le 8 septembre. Appuyés par des avions de Henderson Field et des tirs des destroyers, les hommes d'Edson s'avancèrent vers le village de Tasimboko mais furent ralentis par la résistance japonaise. À 11h00, le reste des hommes d'Edson sont arrivés à destination. Avec ce renforcement et plus de soutien de l'avion Henderson Field, la force d'Edson a avancé dans le village. Les défenseurs japonais, croyant qu'un atterrissage important était en cours après avoir observé l'approche concomitante d'un convoi de ravitailleurs alliés se dirigeant vers la pointe Lunga, se sont retirés dans la jungle, laissant 27 morts.

À Tasimboko, les troupes d'Edson ont découvert la base de ravitaillement des forces de Kawaguchi, y compris des stocks importants de nourriture, de munitions et de fournitures médicales, ainsi qu'une radio à ondes courtes. Les Marines ont saisi des documents, de l'équipement et des vivres, ont détruit le reste et sont retournés au périmètre de Lunga à 17h30. Les quantités de ravitaillement et de renseignements tirés des documents capturés ont révélé qu'au moins 3000 soldats japonais se trouvaient sur l'île et projetaient apparemment une attaque[3].

 
Troupes américaines.

Edson et le colonel Gerald C. Thomas, officier des opérations, croyaient que l'attaque japonaise arriverait à la crête de Lunga, une étroite roche dorsale corallienne de 1 000 m de long. La crête offrait une voie d'approche naturelle à l'aérodrome, commandait les environs et était presque sans défense. Edson et Thomas ont essayé de persuader Vandegrift de déplacer des forces pour défendre la crête, mais Vandegrift a refusé, croyant que les Japonais étaient plus susceptibles d'attaquer le long de la côte. Finalement, Thomas a convaincu Vandegrift que la crête était un bon endroit pour que les Raiders d'Edson se reposent de leurs actions du mois précédent. Le 11 septembre, les 840 hommes de l'unité d'Edson se déployèrent autour de la crête et se préparèrent la défendre[4].

Le Corps des troupes du Centre de Kawaguchi prévoyait d'attaquer le périmètre de Lunga à la crête, qu'ils appelaient "le mille-pattes" (mukade gata) à cause de sa forme. Le 9 septembre, les troupes de Kawaguchi ont quitté la côte à Koli Point. Divisés en quatre colonnes, ils ont marché dans la jungle vers leurs points d'attaque prédéfinis au sud et au sud-est de l'aérodrome. Une jungle épaisse et presque impénétrable ont fait que les colonnes japonaises se déplaçaient lentement et zigzaguaient, ce qui coûtait beaucoup de temps. Au même moment, les troupes d'Oka s'approchèrent du périmètre de Lunga par l'ouest. Oka avait des renseignements sur les défenses de la Marine, extraites d'un pilote de l'armée américaine capturé le 30 août.

 
Attaques japonaises

Au cours de la journée du 12 septembre, les troupes de Kawaguchi se sont battues à travers la jungle vers leurs points de rassemblement pour les attaques de cette nuit. Kawaguchi voulait que ses trois bataillons du Corps du Centre soient en place à 14h00, mais ils n'ont pas atteint leurs zones de rassemblement avant 22h00. Oka a également été retardé dans son avance vers les lignes marines dans l'ouest. Seul le bataillon Kuma a signalé qu'ils étaient en place à l'heure. Malgré les problèmes pour atteindre les positions d'attaque prévues, Kawaguchi était toujours confiant dans son plan d'attaque parce qu'un pilote américain capturé a révélé que la crête était la partie la plus faible des défenses de la Marine. Les bombardiers japonais ont attaqué la crête pendant la journée du 11 au 12 septembre[5].

Les Américains connaissaient l'approche des forces japonaises à partir des rapports des éclaireurs indigènes et de leurs propres patrouilles, mais ne savaient pas exactement où et quand ils allaient attaquer. La crête autour de laquelle Edson déployait ses hommes consistait en trois buttes distinctes. À la pointe sud et entouré de trois côtés par une jungle épaisse était la colline 80. Six cents mètres au nord était la colline 123, la caractéristique dominante sur la crête. Edson a placé les cinq compagnies du bataillon Raider du côté ouest de la crête et des trois compagnies du bataillon Parachute du côté est, occupant des positions en profondeur de la cote 80 jusqu'à la cote 123. Deux des cinq compagnies Raider, «B» et "C", tenait une ligne entre la crête. Les équipes de mitrailleurs de la compagnie "E", la compagnie d'armes lourdes, étaient éparpillées à travers les défenses. Edson a placé son poste de commandement sur Hill 123.

Le 12 septembre, à 21 h 30, le croiseur japonais Sendai et trois destroyers bombardent le périmètre de Lunga pendant 20 minutes et éclairent la crête à l'aide d'un projecteur. L'artillerie japonaise a commencé à bombarder les lignes maritimes, mais a fait peu de dégâts. Dans le même temps, des groupes dispersés de troupes de Kawaguchi ont attaqué les Marines autour de la crête. Le 1er bataillon de Kawaguchi, dirigé par le major Yukichi Kokusho, a attaqué la compagnie "C" du Raider entre le lagon et la rivière Lunga, faisant déborder au moins un peloton et obligeant la compagnie maritime à retomber sur la crête. L'unité de Kokusho s'est retrouvée mêlée aux troupes du 3e bataillon de Kawaguchi sous le lieutenant-colonel Kusukichi Watanabe, qui luttaient encore pour atteindre leurs positions d'attaque, et la confusion qui en résultait a effectivement arrêté l'attaque japonaise sur la crête ce soir-là[6].

Le matin du 13 septembre, des avions de la Cactus Air Force et de l'artillerie de la Marine ont tiré dans la zone située juste au sud de la crête, obligeant les Japonais à se cacher dans la jungle voisine. À 5 h 50, Kawaguchi a décidé de regrouper ses forces.

S'attendant à ce que les Japonais attaquent de nouveau durant la nuit, Edson ordonna à ses troupes d'améliorer leurs défenses autour de la crête. Après une tentative ratée par deux compagnies de reprendre le terrain sur le flanc droit de la Marine perdu à Kokusho la veille, Edson a repositionné ses forces. Il a ramené son front à environ 400 m (370 m) jusqu'à une ligne qui s'étendait sur 1 800 m (1 800 m), commençant à la rivière Lunga et traversant la crête à environ 150 m au sud de Hill 123. il a placé cinq entreprises. Avec seulement quelques heures de préparation, les Marines ont construit des fortifications rudimentaires et peu profondes. Ils manquaient de munitions, avec une ou deux grenades par Marine. Vandegrift ordonna à une force de réserve composée du 2e Bataillon de se placer juste à l'arrière des troupes d'Edson. En outre, une batterie de quatre obusiers de 105 mm du 3e bataillon du 11e Régiment de marine, sous le commandement du lieutenant-colonel James J. Keating, a été déplacée vers un endroit où elle pourrait tirer directement sur la crête.

Durant la nuit du 13 septembre, Kawaguchi fait face aux 830 Marines d'Edson avec 3 000 hommes de sa brigade, plus de l'artillerie légère. La nuit était noire, sans lune. À 21h00, sept destroyers japonais ont brièvement bombardé la crête. L'attaque de Kawaguchi commença juste après la tombée de la nuit, le bataillon de Kokusho attaque la compagnie B de Raider sur le flanc droit de la Marine, juste à l'ouest de la crête. La force de l'assaut a ramené la compagnie B à la colline 123. Sous le feu de l'artillerie de marine, Kokusho a rassemblé ses hommes et a continué son attaque. Sans s'arrêter pour essayer de faire reculer les autres unités marines voisines, dont les flancs n'étaient plus protégés, l'unité de Kokusho a fait un bond dans les basses terres marécageuses entre la crête et la rivière Lunga, se dirigeant vers l'aérodrome. Les hommes de Kokusho sont tombés sur des vivres de la marines. Vers 03h00, il les mena contre les unités marines autour de la partie nord de la crête, juste à côté de l'aérodrome, ainsi que de la colline 123[7].

Pendant ce temps, le 2e bataillon de Kawaguchi, sous le commandant Masao Tamura, s'est rassemblé pour l'assaut prévu contre la colline 80 de la jungle au sud de la crête. Les observateurs marins ont repéré les préparatifs de Tamura et ont fait appel à des tirs d'artillerie. Vers 22h00, un barrage de douze canons de 105 mm a heurté la position de Tamura. En réponse, deux compagnies des troupes de Tamura comptant environ 320 hommes chargèrent la colline 80 avec des baïonnettes fixes derrière leur propre barrage de tirs de mortier et de grenades. L'attaque de Tamura frappa la compagnie B du bataillon de parachutistes marins et également la compagnie Raider B, poussant les parachutistes du côté est de la crête dans un tirage au-dessous de la crête. Pour protéger la société exposée Raider B, Edson leur ordonna immédiatement de se retirer sur Hill 123.

Dans le même temps, une compagnie japonaise du bataillon de Watanabe s'est infiltrée par une passe entre le côté est de la crête et la compagnie Parachute C. Décidant que leurs positions étaient maintenant intenables, les compagnies B et C de Parachute ont grimpé sur la crête Hill 123. Dans l'obscurité et la confusion de la bataille, la retraite est rapidement devenue confuse et désorganisée. Après être arrivé derrière la colline 123, certains des Marines ont continué vers l'aérodrome mais ils ont été rappelés à retourner dans des positions défensives autour de Hill 123.

Alors que les Marines formaient une ligne en forme de fer à cheval autour de la colline 123, le bataillon de Tamura commença une série d'assauts frontaux sur la colline, chargeant la colline 80 et passant sous le côté est de la crête. Sous la lumière des fusées de parachute larguées par un hydravion japonais, les Marines repoussèrent les deux premières attaques des hommes de Tamura. Les troupes de Tamura ont hissé un canon de 75 mm au sommet de la cote 80 dans le but de tirer directement sur les Marines. Mais le canon n'a pas fonctionné en raison d'un percuteur défectueux. À minuit, pendant une courte accalmie dans les combats, Edson ordonna à Parachute des companies B et C d'avancer derrière Hill 123 pour renforcer son flanc gauche. Avec des baïonnettes fixes. Les Japonais ont frappé le flanc gauche d'Edson juste après que les Parachutistes eurent pris position, mais ils furent de nouveau arrêtés. L'artillerie de marine de 105 mm et de 75 mm a également fait un lourd tribut sur les attaquants japonais.

À 04h00, après avoir résisté à plusieurs autres attaques, dont certaines ont abouti à des combats au corps à corps, et des tirs de snipers sévères de tous les côtés, les hommes d'Edson ont été rejoints par les troupes du 2nd Battalion, 5th Marine Regiment. plus d'attaques japonaises avant l'aube. Pendant les combats, des sections de trois compagnies japonaises, dont deux de Tamura et un des bataillons de Watanabe, contournèrent les défenses de la Marine sur la crête, subissant de lourdes pertes de la part de Marine, et atteignirent le bord de « Fighter One » de Henderson Field.

Alors que le soleil se lève le 14 septembre, des poches de soldats japonais restaient éparpillées des deux côtés de la crête. Mais avec le bataillon de Tamura brisé après avoir perdu les trois quarts de ses officiers et hommes, et avec de lourdes pertes à ses autres unités attaquantes, l'assaut de Kawaguchi sur la crête avait effectivement pris fin. Une centaine de soldats japonais restaient encore à découvert sur le versant sud de la colline 80, préparant peut-être une charge de plus sur la colline 123. Au premier feu, trois chasseurs P-400 Airacobra de l'US Army ont mitraillé les Japonais près de la colline 80 et ont tué la plupart d'entre eux, les survivants se retiraient plus tard dans la jungle[8].

Notes et référencesModifier

  1. Frank, Guadalcanal, p. 219–220 and Smith, Bloody Ridge, p. 113–115 & 243. Most of the men in Ichiki's second echelon were from Asahikawa, Hokkaidō. "Kuma" refers to the brown bears that lived in that area.
  2. Griffith, Battle for Guadalcanal, p. 114, Frank, Guadalcanal, p. 199–200, and Smith, Bloody Ridge, p. 98.
  3. Hulbert and DeChant, Flying Leathernecks, p. 49.
  4. ^ Alexander, p. 138–139, Griffith, Battle for Guadalcanal, p. 116–124, Frank, Guadalcanal, p. 213, and Smith, Bloody Ridge, p. 106–109. Griffith says 400 troops were killed, Frank and Smith say 90 were killed. Oka commanded the entire 124th Regiment so his command section was attached to the 2nd Battalion at this time. The 2nd Battalion's commander, Major Takamatsu, was killed during the air attacks on the barge convoy.
  5. Peatross, Bless 'em All, p. 91, Morison, Struggle for Guadalcanal, p. 15 and Hough, Pearl Harbor to Guadalcanal, p. 298. U.S. transport destroyer Colhoun was sunk by Japanese aircraft off Guadalcanal on 30 August, after delivering Company D of the 1st Raiders, with 51 of her crew killed.
  6. Alexander, p. 142 & 146, Peatross, Bless 'em All, p. 102, Frank, Guadalcanal, p. 222–223 & 229 and Smith, Bloody Ridge, p. 138–139, and 146.
  7. Frank, Guadalcanal, p. 232 and Smith, Bloody Ridge, p. 151–152.
  8. Frank, Guadalcanal, p. 240–242, Smith, Bloody Ridge, p. 175–176, Alexander, p. 171. Hobbled by old wounds, Watanabe spent most of the night vainly searching for Kawaguchi in the jungle south of the ridge. For unknown reasons, most of Watanabe's battalion remained in place and did not join the attack as ordered.

BibliographieModifier

  • (en) Joseph H. Alexander, Edson's Raiders: The 1st Marine Raider Battalion in World War II, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-020-7).
  • (en) James F. Christ, Battalion of the Damned: The 1st Marine Paratroopers at Gavutu and Bloody Ridge, 1942, Naval Institute Press, (ISBN 1-59114-114-1).
  • (en) Donald A. Davis, Lightning Strike: The Secret Mission to Kill Admiral Yamamoto and Avenge Pearl Harbor, New York, St. Martin's Press, (ISBN 0-312-30906-6).
  • (en) Richard Frank, Guadalcanal: The Definitive Account of the Landmark Battle, New York, Random House, (ISBN 0-394-58875-4).
  • (en) Oscar E. Gilbert, Marine Tank Battles in the Pacific, Da Capo, (ISBN 1-58097-050-8).
  • (en) Samuel B. Griffith, The Battle for Guadalcanal, Champaign, Illinois, USA, University of Illinois Press, (ISBN 0-252-06891-2).
  • (en) Richard G. Hubler et Dechant, John A, Flying Leathernecks – The Complete Record of Marine Corps Aviation in Action 1941–1944., Garden City, New York, Doubleday (publisher), .
  • (en) Stanley Coleman Jersey, Hell's Islands: The Untold Story of Guadalcanal, College Station, Texas, Texas A&M University Press, (ISBN 1-58544-616-5).
  • (en) Samuel Eliot Morison, The Struggle for Guadalcanal, August 1942 – February 1943, vol. 5 of History of United States Naval Operations in World War II, Boston, Little, Brown and Company, (ISBN 0-316-58305-7).
  • (en) Oscar F. Peatross, Bless 'em All: The Raider Marines of World War II, Review, (ISBN 0-9652325-0-6).
  • (en) Michael T. Smith, Bloody Ridge: The Battle That Saved Guadalcanal, New York, Pocket, (ISBN 0-7434-6321-8).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier