Ouvrir le menu principal

Bataille des Thermopyles

bataille des guerres médiques en 480 AEC
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la bataille des Thermopyles de 480 av. J.-C.. Pour autres dates, voir Bataille des Thermopyles (homonymie).
Bataille des Thermopyles
Description de cette image, également commentée ci-après
Le site de la bataille : dans l'Antiquité, le rivage était approximativement au niveau du chemin de terre visible à travers le haut des branchages, et dans la forêt en haut à gauche une route suit plus ou moins le tracé du sentier du mont Anopée.
Informations générales
Date 480 av. J.-C.
Lieu Thermopyles (« portes chaudes » en grec)
Issue Victoire perse
Changements territoriaux Les Perses prennent le contrôle de la Béotie
Belligérants
Spartiates, Thébains, ThespiensPerse
Commandants
Leonidas Ier
Démophilus
Xerxès Ier,
Mardonios,
Hydarnes II,
Artapanus[1]
Forces en présence
Initialement env. 7 000[2],
Env. 2 100 le troisième jour:
1 000 Lacédémoniens dont 300 Spartiates, 800 Thespiens, 400 Thébains.
entre 70 000 et 300 000 selon les auteurs
Pertes
4 000 morts selon Hérodote[3]20 000 morts selon Hérodote[4]

Guerres médiques

Batailles

Ladé · Marathon · Thermopyles · Artémision · Salamine · Platées · Mycale · Eurymédon

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 38° 48′ 00″ nord, 22° 32′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Bataille des Thermopyles

La bataille des Thermopyles, le 11 août 480 av. J.-C., oppose une alliance des cités grecques à l'Empire achéménide. C'est l'un des plus célèbres faits d'armes de l'histoire antique. L'armée grecque, environ 7 000 hoplites, tente de retenir l'armée perse de Xerxès Ier, qui compte selon les estimations modernes entre 70 000 et 300 000 soldats, à l'entrée du défilé des Thermopyles qui commande l'accès de la Grèce centrale, le long de la mer Égée.

À la suite d'une manœuvre de contournement par les Perses, la plupart des Grecs — pris sur leurs arrières — abandonnent le champ de bataille à cause de la trahison d'un des leurs, et seul le contingent spartiate commandé par le roi Léonidas Ier, ainsi que 300 soldats de Thespies sous les ordres de Démophilus, décident de combattre jusqu'au sacrifice, malgré une infériorité numérique prononcée, pour laisser aux Grecs le temps d'organiser leur défense. Cette bataille devient un des emblèmes de la résistance grecque à l'envahisseur car grâce à elle, et malgré la prise d'Athènes par les Perses, les Grecs conservent leur indépendance après leurs triomphes à Salamine, le , et à Platées, en .

Au sommet du Kolonós, théâtre de l'ultime résistance spartiate, sur lequel a été érigé un mausolée, une inscription du poète Simonide de Céos commémore cette action :

« Étranger, va dire à Lacédémone
Que nous gisons ici par obéissance à ses lois. »

Le courage et le sacrifice des Spartiates, entrés dans la légende, ont été repris maintes fois par la culture populaire.

Sommaire

SourcesModifier

Article détaillé : Hérodote.

La principale source sur les guerres médiques est l'historien grec Hérodote[5]. Surnommé le « Père de l’Histoire » par Cicéron[6], il est né en 484 av. J.-C. en Asie mineure alors sous domination perse[7]. Il rédige ses Histoires vers 440–430 av. J.-C., essayant de retracer l'origine des guerres médiques. L'approche de Hérodote, nouvelle, se poursuit aujourd'hui[pas clair]. Selon Holland : « [pour] la première fois, un chroniqueur cherche à faire remonter les origines d'un conflit non pas à un passé si lointain pour être tout à fait fabuleux, ni aux caprices et aux désirs d'un dieu, ni à la prétention d'un peuple à manifester sa destinée, mais plutôt à des explications qu'il peut vérifier personnellement »[trad 1],[8].

Quelques historiens ultérieurs de l'Antiquité, même s'ils suivent ses pas, le critiquent, notamment Thucydide[9],[10]. Malgré tout, ce dernier commence son histoire de la guerre du Péloponnèse là où Hérodote arrête les siennes (au siège de Sestos en 479 av. J.-C.) ; il reconnaît donc de façon implicite que les Histoires de Hérodote sont suffisamment exactes pour ne pas avoir à les réécrire ou les corriger[10]. Plutarque critique Hérodote dans son essai Sur la malignité d'Hérodote, le qualifiant de « Philobarbaros » (amoureux des Barbares), parce qu'il ne montre pas suffisamment les Grecs sous leur meilleur jour, ce qui laisse supposer que Hérodote aurait démontré suffisamment de neutralité[11]. Cette appréciation négative de Hérodote s'est transmise en Europe jusqu'à la Renaissance, époque où il est néanmoins encore étudié[12]. Sa réputation augmente pendant le XIXe siècle à la suite des découvertes archéologiques qui confirment ses dires[13]. Au XXIe siècle, les spécialistes donnent une très bonne note à ses Histoires, mais plusieurs détails prêtent à débat (particulièrement le nombre de soldats et les dates) et doivent donc être considérés avec scepticisme[13]. Néanmoins, des historiens pensent encore que Hérodote a forgé de toutes pièces ses Histoires[14].

Des artefacts archéologiques, telle la colonne serpentine (partie de l'hippodrome de Constantinople actuel), soutiennent les affirmations d'Hérodote[15]. George B. Grundy est le premier historien moderne à mener une étude topographique approfondie du défilé des Thermopyles, et dans la mesure où les récits modernes de la bataille diffèrent de ceux d'Hérodote, ils s'appuient habituellement sur les travaux de Grundy[16]. Par exemple, le stratège militaire Basil Henry Liddell Hart se réfère aux travaux de Grundy[17], qui a aussi exploré Platées et rédigé un traité sur cette bataille[18].

Sur la bataille des Thermopyles même, seuls deux récits principaux nous sont parvenus, ceux d'Hérodote et de Simonide de Céos[19]. En pratique, toutefois, le récit d'Hérodote, dans le livre VII de ses Histoires, est si important que l'historien Paul Cartledge note : « ou bien nous écrivons l'histoire des Thermopyles avec [Hérodote], ou bien pas du tout »[trad 2],[20]. Un autre document est un résumé du récit de Ctésias, par l'historien byzantin du IXe siècle Photios Ier de Constantinople, mais c'est « presque pire qu'inutile »[trad 3],[21] parce qu'il omet des épisodes essentiels de la bataille, telle la trahison d' Éphialtès de Trachis. Le récit de Diodore de Sicile dans son Histoire universelle semble dériver de celui d'Éphore de Cumes et contient une différence notable par rapport au récit d'Hérodote : une attaque nocturne contre le camp perse, ce dont les historiens modernes doutent[22],[23].

ContexteModifier

Article principal : Guerres médiques.
 
Une carte de presque toutes les parties de la Grèce antique qui ont pris part aux guerres médiques.

Les cités-États grecques d'Athènes et d'Érétrie ont stimulé la malheureuse révolte de l'Ionie contre l'Empire perse de Darius Ier en 499-494 av. J.-C.. L'empire, relativement récent, est encore le théâtre de révoltes contre le pouvoir central[24],[25]. De plus, Darius est un usurpateur et a pris un temps considérable pour mater les révoltes contre son règne[24].

La révolte de l'Ionie menace l'intégrité de son territoire ; Darius a donc juré de punir les responsables, particulièrement les Athéniens, « parce qu'il est certain que [les Ioniens] seraient impunis pour leur rébellion »[trad 4][26]. Darius apprécie aussi l'opportunité d'étendre son Empire dans le monde hargneux[pas clair] de la Grèce antique[27]. Une expédition préliminaire sous le commandement de Mardonios en 492 av. J.-C., pour prendre le contrôle de territoires à proximité de la Grèce, permet de reconquérir la Thrace et oblige la Macédoine grecque à devenir cliente de l'Empire perse[28].

Darius envoie des émissaires à toutes les cités-États grecques en 491 av. J.-C. pour exiger « de l'eau et de la terre » en signe de soumission[29]. Ayant eu une démonstration de son pouvoir l'année précédente, la majorité des cités grecques se soumettent. À Athènes, toutefois, les ambassadeurs sont soumis à un procès puis exécutés ; à Sparte, ils sont simplement jetés dans un puits[29],[30]. Sparte a donc décidé d'entrer en guerre contre l'Empire perse[29].

Darius Ier regroupe une force amphibie sous le commandement de Datis et Artapherne en 490 av. J.-C., qui attaquent Naxos la même année, avant de recevoir la soumission des autres îles des Cyclades. La force armée se rend ensuite à Érétrie, qu'elle assiège puis détruit[31]. Finalement, elle se rend à Athènes, débarquant dans la baie de Marathon, où elle affronte l'armée ennemie, plus petite mais plus lourdement armée. Contre toute attente, les Athéniens gagnent la bataille de Marathon, ce qui oblige les débris de l'armée perse à se réfugier en Asie[32].

Darius, en prévision d'une seconde invasion, commence à lever une armée plus grande pour complètement subjuguer la Grèce antique. Cependant, en 486 av. J.-C., ses sujets égyptiens se révoltent, ce qui l'oblige à suspendre ses projets d'invasion[25]. Il meurt pendant les préparatifs ; son fils Xerxès Ier occupe à son tour le trône perse[33]. Il écrase la révolte égyptienne, puis reprend rapidement le projet d'invasion de son père[34]. S'agissant d'une invasion à grande échelle, il planifie des entrepôts et lance une conscription[34]. Xerxès décide d'une part de faire fabriquer un pont au-dessus de l'Hellespont, pour permettre à son armée de traverser à pied sur le continent européen, et d'autre part de faire creuser un canal à travers l'isthme du mont Athos[35]. Ces deux ouvrages sont d'une ampleur exceptionnelle pour l'époque[35]. Pourtant, au début de 480 av. J.-C., les préparatifs sont complétés et, avec l'armée regroupée à Sardes, Xerxès marche vers l'Europe, les soldats franchissant l'Hellespont sur deux ponts flottants[36]. Selon Hérodote, l'armée de Xerxès est si vaste que, arrivée sur les rives de la rivière Echedoros, les soldats l'épuisent complètement pour étancher leur soif. Devant une telle force, plusieurs cités grecques préfèrent accéder aux demandes perses qui exigent un tribut d'eau et de terre[37].

Les Athéniens, de leur côté, se préparent à la guerre depuis le milieu des années 480 av. J.-C. En 482, la décision est prise, sous la supervision de l'homme politique athénien Thémistocle, de construire une grande flotte de trirèmes qui sera essentielle pour s'opposer efficacement aux Perses[38]. Toutefois, les Athéniens manquent de soldats pour combattre à la fois sur terre et sur mer ; en conséquence, pour vaincre, Athènes doit obtenir la collaboration d'autres cités-États grecques. En 481 av. J.-C., Xerxès envoie des ambassadeurs en Grèce pour exiger le tribut « de l'eau et de la terre » tout en omettant délibérément de les envoyer à Athènes et Sparte[39]. En réaction, les cités-États commencent à apporter leur soutien aux deux cités. Un congrès de cités-États à Corinthe à la fin de 481 av. J.-C.[40] mène à la création d'une confédération de cités-États. Celle-ci jouit du pouvoir d'envoyer des plénipotentiaires pour demander de l'aide et envoyer des troupes des cités membres aux lieux à défendre, après consultation conjointe. Cette collaboration est remarquable dans ce monde grec disjoint, d'autant plus que plusieurs membres de la confédération sont toujours en guerre les uns contre les autres[41].

Le « congrès » se réunit à nouveau au printemps de 480 av. J.-C. Une délégation de Thessalie suggère de concentrer les forces grecques dans la vallée de Tempé, à la frontière de Thessalie, où elle pourrait bloquer l'avance de l'armée de Xerxès Ier[42]. Une force de 10 000 hoplites est envoyée dans la vallée, les Grecs croyant y confronter l'armée perse. Néanmoins, sur place, avertie par Alexandre Ier de Macédoine que les Perses peuvent emprunter le passage de Sarantoporo (et donc éviter la vallée) et que l'armée de Xerxès est immense, l'armée grecque fait retraite[43]. Peu après, les Grecs apprennent que l'armée de Xerxès a franchi l'Hellespont[42].

Thémistocle propose une seconde stratégie. La route méridionale de la Grèce (Béotie, Attique et le Péloponnèse) emprunte le défilé des Thermopyles, là où les hoplites grecs pourraient facilement bloquer l'immense armée perse[44]. De plus, pour interdire à l'armée de Xerxès de contourner le défilé par la mer, les navires d'Athènes et des alliés pourraient bloquer le détroit de l'Artémision. Le congrès adopte ce plan[44]. En même temps, les cités du Péloponnèse mettent au point une plan de rechange pour défendre l'isthme de Corinthe. Les femmes et les enfants d'Athènes sont évacués massivement vers Trézène, cité du Péloponnèse[45].

PréludeModifier

 
Carte montrant l'approche des Grecs (traits en bleu) et des Perses (traits en rouge) vers les Thermopyles et l'Artemision.

Selon les informations de l'époque[Lesquelles ?], l'armée perse aurait progressé lentement en Thrace grecque et en Macédoine grecque. La nouvelle d'une armée ennemie en approche atteint la Grèce grâce à un espion grec[46]. À ce moment de l'année, les Spartiates, de facto les meneurs militaires de l'alliance, célèbrent les Karneia. Toute démonstration militaire est interdite par la loi sparte, ce qui explique leur absence à la bataille de Marathon[47]. C'est aussi le moment des jeux olympiques, qui exigent une trève. Pour ces deux raisons, l'armée spartiate doit renoncer à faire la guerre[47],[48]. Toutefois, devant l'urgence de la situation, les éphores autorisent une expédition armée pour bloquer le défilé des Thermopyles. Léonidas Ier prend avec lui 300 hommes de la garde royale, les Hippeis[49]. Cette expédition poursuit un second but : rassembler le plus de soldats grecs possibles pour contenir l'armée perse en attendant l'armée spartiate principale[48].

Selon la légende rapportée par Hérodote, les Spartiates ont consulté l'oracle de Delphes plus tôt cette année-là[50], qui aurait prophétisé :

« Pour vous, citoyens de la vaste Sparte,
Votre grande cité glorieuse ou bien sous les coups des Perséides
Tombe, ou bien elle demeure ; mais sur la race d'Héraclès,
Sur un roi défunt alors pleurera la terre de Lacédémon
Son ennemi, la force des taureaux ne l'arrêtera pas ni celle des lions,
Quand il viendra : sa force est celle de Zeus.
Non, je te le dis,
II ne s'arrêtera pas avant d'avoir reçu sa proie, ou l'une ou l'autre[51]. »

Hérodote rapporte que Léonidas, influencé par la prophétie, est convaincu d'aller à une mort certaine puisqu'il ne peut rassembler une force armée suffisamment grande pour vaincre. Il ne choisit comme soldats que des Spartiates qui ont au moins un fils vivant, pour s'assurer que leur nom ne sera pas ignoré des générations futures[49].

Pendant qu'elle se dirige vers les Thermopyles, la force spartiate est renforcée par des contingents de plusieurs cités, et peut donc compter sur 7 000 combattants à son arrivée au défilé[52]. Léonidas choisit d'installer son camp, et donc de défendre, la « porte moyenne », la partie la plus étroite du défilé, où les Phocéens ont construit un mur défensif auparavant[53]. Léonidas reçoit des informations de la cité de Trachis : un passage montagneux pourrait servir à déborder les soldats présents dans le défilé. Il ordonne donc à 1 000 Phocéens de s'installer dans les hauteurs pour prévenir cette manœuvre[54].

À la mi-août, l'armée perse commence à traverser le golfe Maliaque[55], ce qui amène les Grecs à tenir un conseil de guerre[56]. Des Péloponnésiens suggèrent de se retirer à l'isthme de Corinthe pour bloquer le passage vers le Péloponnèse[56]. Les Phocéens et les Locriens s'indignent parce que leur État est tout près ; ils proposent de défendre le défilé et d'envoyer des demandes de renfort. Léonidas apaise les tensions et affirme vouloir défendre les Thermopyles[56]. Selon Plutarque, à la plainte d'un soldat : « À cause des flèches des Barbares, il est impossible de voir le Soleil »[trad 5], Léonidas réplique : « Ne serait-il pas agréable, alors, d'être à l'ombre pour les combattre ? »[trad 6],[57]. Hérodote rapporte une réplique semblable, mais l'attribue à Dienekès[58].

Xerxès Ier envoie un émissaire pour négocier avec Léonidas. Il offre la liberté aux Grecs, le titre d' « amis du peuple perse » et la possibilité de s'établir sur de meilleures terres qu'ils n'ont présentement[59]. Quand Léonidas rejette cette offre, l'ambassadeur ramène un message écrit de la main de Xerxès qui demande de « remettre vos armes ». Léonidas réplique alors Molṑn labé (Μολὼν λαβέ - littéralement, « Venu ici, prends », mais le plus souvent traduit par « Viens (les) prendre »)[57]. L'ambassade perse revenant les mains vides, la bataille semble inévitable. Xerxès attend quatre jours, croyant que les Grecs se disperseront, puis envoie des troupes pour les combattre[60].

Forces en présenceModifier

Armée perseModifier

Le nombre de soldats que Xerxès Ier a engagé dans la seconde invasion de la Grèce fait encore débat, le plus souvent entre les auteurs antiques, qui rapportent des nombres élevés, et les chercheurs modernes, qui avancent des nombres nettement inférieurs. Hérodote rapporte 2,6 millions de soldats, accompagnés d'autant de personnel de soutien[61]. Le poète Simonide de Céos, qui a vécu presque à la même époque, mentionne quatre millions ; Ctésias pour sa part avance 800 000 comme taille totale de l'armée assemblée par Xerxès Ier[1].

Les chercheurs modernes rejettent les nombres de Hérodote et des autres sources antiques, car il s'agit d'erreurs de calculs ou d'exagérations par les vainqueurs[62]. Ils avancent le plus souvent de 120 000 à 300 000 soldats[63]. Ces estimations s'appuient sur l'étude des moyens logistiques des Perses de cette époque, la capacité de leurs bases d'opérations à répondre aux besoins de l'armée et aux limites imposées par l'environnement. Le nombre de soldats perses présents aux Thermopyles est incertain, tout comme la taille de la force d'invasion. Par exemple, les chercheurs ignorent si toute l'armée perse a marché jusqu'aux Thermopyles, ou bien si Xerxès a laissé des garnisons en Macédoine et en Thessalie.

Ce qui est clair toutefois, c'est que Xerxès souhaite ardemment une victoire, il n'y a donc aucune doute qu'il dirige une armée de terre et une marine qui lui assurent une supériorité numérique écrasante[64].

Armée grecqueModifier

Selon Hérodote[52] et Diodore de Sicile[65], l'armée grecque comprend ces troupes :

Groupe Taille
selon Hérodote
Nombres
selon Diodore de Sicile
Lacédémoniens/
Périèques
900[66]? 700 ou 1 000
Hoplites de Sparte 300[66] 300
Mantinéens 500 3 000
(autres Péloponnésiens
envoyés avec Léonidas)
Tégéens 500
Orchomènes d'Arcadie 120
Autres Arcadiens 1 000
Corinthiens 400
Phliontéens 200
Mycénéens 80
Total Péloponnésiens 3 100[52] ou 4 000[67] 4 000 ou 4 300
Thespiens 700
Maliens 1 000
Thébéens 400 400
Phocéens 1 000 1 000
Locriens de l'Est « Tout ce qu'ils avaient »[trad 7] 1 000
Grand total 5 200 (ou 6 100)
plus les Locriens de l'Est
7 400 (ou 7 700)

Notes :

  • Nombre de Péloponnésiens
    Diodore indique la présence de 1 000 Lacédémoniens et de 3 000 autres Péloponnésiens, pour un total de 4 000. Hérodote est en accord avec ce nombre dans un passage de ses Histoires, citant une inscription de Simonide de Céos qui affirme la présence de 4 000 Péloponnésiens[67]. Toutefois, dans un autre passage, Hérodote écrit 3 100 Péloponnésiens aux Thermopyles avant la bataille même[52]. Il rapporte aussi que lors de la cérémonie en l'honneur des morts où Xerxès se présente, « les hilotes étaient aussi là pour qu'ils voient »[trad 8],[3] mais omet de mentionner leur nombre ou qui les avait envoyés. La différence entre ces deux nombres, 3 100 et 4 000, pourrait s'expliquer si on fait l'hypothèse qu'à la bataille, il y a un hilote pour trois Spartiates[66]. Si les hilotes sont présents à la bataille, alors il est certain qu'ils tiennent leur rôle traditionnel de serviteur armé pour les Spartiates. Sinon, les 900 soldats « manquants » d'Hérodote pourraient être des Périèques, lesquels seraient les 1000 Lacédémoniens de Diodore[66]
  • Nombre de Lacédémoniens
    La confusion est augmentée par l'ambiguïté de Diodore parce que les chercheurs ignorent si les 300 Spartiates sont compris dans les 1 000 Lacédémoniens. En effet, il écrit : « Léonidas, quand il obtient le commandement, annonce que seulement mille hommes devraient l'accompagner au combat »[trad 9],[65]. Il rajoute cependant : « Il y avait donc mille Lacédémoniens, et avec eux trois cents Spartiates »[trad 10],[65]. Il est donc impossible de clarifier cet aspect[réf. souhaitée].

Pausanias le Périégète, dans son récit de la bataille, est en accord avec Hérodote (qu'il a probablement lu[réf. souhaitée]), mais rajoute le nombre de Locriens, ce que Hérodote n'a jamais estimé. Se trouvant exactement sur le chemin de l'armée perse, ils ont envoyé tous leurs hommes aptes au combat, soit 6 000 selon Pausanias. Ajoutés aux 5 200 d'Hérodote, la force grecque s'élève donc à 11 200[68].

Plusieurs historiens modernes, qui jugent Hérodote plus crédible[69], ajoutent les 1 000 Lacédémoniens et les 900 hilotes aux 5 200 d'Hérodote pour arriver à un total de 7 100 ou environ 7 000 hommes comme nombre raisonnable, négligeant les Maliens de Diodore et les Locriens de Pausanias[70],[71]. C'est une approche parmi plusieurs autres plausibles. Par ailleurs, les nombres changent lorsque la bataille est engagée et que la majorité de l'armée grecque a fait retraite, laissant derrière elle environ 3 000 hommes (300 Spartes, 700 Thespiens, 400 Thébains, peut-être jusqu'à 900 hilotes et 1 000 Phocéens stationnés au-dessus du défilé, moins que les pertes enregistrées dans les jours précédents la bataille même)[69].

Considérations stratégiques et tactiquesModifier

 
Une carte des mouvements de troupes. En bleu, les forces perses et en rouge, les forces grecques.

D'un point de vue stratégique, la défense des Thermopyles constitue le meilleure usage des forces grecques[72]. Tant qu'ils peuvent freiner ou, mieux, bloquer l'avance perse, les Grecs n'ont aucune raison de s'engager dans une bataille décisive et donc préférer une guerre défensive. En défendant deux passages étroits, les Thermopyles et le cap Artémision, l'infériorité numérique grecque n'est plus décisive[72]. De leur côté, les Perses sont confrontés au problème de subvenir aux besoins d'une nombreuse armée, ils doivent donc éviter de rester au même endroit pendant une longue période[73]. Les forces armées perses sont donc condamnées à retraiter ou à avancer ; pour avancer, ils doivent franchir le défilé des Thermopyles[73].

D'un point de vue tactique, le défilé constitue un terrain idéal pour les techniques de combat grecques[72]. Une phalange d'hoplites grecs peut aisément bloquer le défilé, puisqu'elle ne peut être débordée par la cavalerie. Dans le défilé même, les soldats perses, plus légèrement armés, sont presque incapables de vaincre une phalange[72]. Le point faible des Grecs est un sentier dans la montagne qui permettrait de déborder leur position. Même s'il ne peut pas soutenir le passage de cavaliers, des hommes à pied peuvent facilement le parcourir et plusieurs soldats perses connaissent les techniques de combats en montagne[74]. Le roi Léonidas est toutefois au courant de l'existence du sentier et détache des soldats phocéens pour bloquer cette voie d'accès[75].

Topographie du champ de batailleModifier

 
Une carte des Thermopyles avec les berges modernes (bleu) et les berges, reconstituées selon les documents d'époque, de 480 av. J.-C. (traits pointillés en rose).

Selon Hérodote, le défilé à cette époque est un sentier qui longe la berge du golfe Maliaque[53] ; il fait au plus « 60 pas de largeur »[76], soit environ 20 mètres[77]. Hérodote rapporte que les Phocéens avaient amélioré l'aspect défensif du défilé en canalisant les flots de sources chaudes dans le but de créer un marécage. Au moment de la bataille, il ne reste plus qu'une chaussée si étroite qu'un seul chariot peut y passer à la fois. L'historien Pausanias rapporte que des Gaulois ont tenté de forcer le passage : « La cavalerie des deux armées était inutile, parce que le sol du défilé n'est pas seulement étroit, mais également lisse à cause des pierres naturelles ; ces pierres sont glissantes à cause des flots qui les recouvrent [...] les pertes des barbares, il est impossible de les connaître exactement. Parce que le nombre d'entre eux qui ont disparu sous la boue était grand. »[trad 11],[78]. Au IIIe siècle av. J.-C., une armée de Gaulois menée par Brennos a tenté de forcer le passage aux Thermoyples, mais a dû se résoudre à le contourner[79].

Le long du sentier même ont été construits trois resserrements, ou « barrières » (pylai). Sur le resserrement central, les Phocéens avaient construit un mur, au siècle précédent, pour soutenir leur défense contre les incursions des Thessaliens[53]. Le nom de « barrières chaudes » est une allusion aux sources chaudes à proximité[80].

Xerxès Ier et ses forces n'ont aucune expérience du terrain sur lequel se déroulera la bataille. Même s'ils proviennent de régions montagneuses, les Perses ignorent la vraie nature du pays qu'ils veulent conquérir. La rugosité de cette région est causée par d'abondantes précipitations à raison de quatre mois par année et par une saison estivale si chaude et si sèche que le sol en est régulièrement crevassé. La rare végétation se compose d'arbustes bas et épineux. Les flancs de coteaux le long du défilé sont couverts de buissons épais, des plants atteignant 3 mètres de haut. Avec la mer d'un côté et des collines infranchissables aux pentes abruptes de l'autre, Léonidas et ses hommes ont choisi un champ de bataille nettement à leur avantage[81].

Au XXIe siècle, le défilé se trouve à des kilomètres de la mer à cause de la sédimentation dans le golfe Maliaque. Les traces de l'ancien défilé sont visibles aux pieds des collines, encadré par une route moderne. Des travaux récents indiquent que le défilé ne faisait que 100 mètres et que les eaux montaient jusqu'aux portes[82].

BatailleModifier

Premier jourModifier

 
Illustration d'une phalange grecque selon le Perseus Project[83].

Le premier jour de la bataille, le cinquième après son arrivée aux Thermopyles, Xerxès Ier se résout à attaquer les Grecs. Il ordonne à 5 000 archers de créer un barrage de flèches, qui est inefficace. En effet, ils tirent d'une distance d'au moins 100 mètres, selon des chercheurs modernes, et les casques et les boucliers grecs en bronze dévient les flèches. Par la suite, le roi perse envoie 10 000 Mèdes et Cissiens pour capturer des défenseurs et les ramener auprès du roi[60],[84]. Devant cet échec, les Perses attaquent frontalement, par vagues de 10 000 hommes, les positions ennemies[60]. Les Grecs se tiennent devant le mur phocéen, au passage le plus étroit du défilé, ce qui leur permet d'utiliser un minimum de soldats pour défendre leurs positions[85],[86]. Peu d'informations sont connues sur les tactiques grecques ; Diodore de Sicile affirme que les hommes se tiennent côté à côte et que les Grecs « sont d'une valeur supérieure et dans la grande taille de leur boucliers »[trad 12],[87]. Il s'agit probablement d'une description de la phalange grecque habituelle, formation où les hommes forment un mur de boucliers qui se chevauchent tout en pointant de longues lances hors du mur, ce qui est très efficace si le mur bloque toute la largeur du défilé[88]. Les lances, les épées, toutes deux plus courtes, et les boucliers des Perses les empêchent de combattre efficacement les hoplites grecs[87],[89]. Hérodote rapporte que les unités de chaque cité combattent ensemble et que les unités sont régulièrement remplacées pendant la bataille pour réduire la fatigue[90] (ce qui laisse supposer que les Grecs ont plus d'hommes que nécessaire pour bloquer le défilé). Les Grecs tuent un si grand nombre de Mèdes que Xerxès se serait levé trois fois de son siège pendant qu'il observe les combats[91]. Selon Ctésias, la première vague aurait été « découpée en rubans »[trad 13], les Grecs accusant la perte de deux ou trois Spartiates[1].

Selon Hérodote et Diodore, le roi, ayant pris la mesure de ses ennemis, lance ensuite ses meilleurs hommes dans un second assaut la même journée, les Immortels, un corps d'élite de 10 000 hommes[87],[89]. Eux non plus ne parviennent pas à percer les défenses grecques[89]. Les Spartiates auraient feint une retraite, puis se seraient retournés contre les Perses, tuant plusieurs ennemis courant vers eux[89].

Deuxième jourModifier

Le deuxième jour de la bataille, Xerxès envoie encore l'infanterie attaquer, « faisant l'hypothèse que ses ennemis, si peu nombreux, étaient invalides à la suite de leurs blessures et ne pouvaient plus guère opposer de résistance. »[trad 14],[91]. Comme au premier jour, les Perses sont incapables de percer les défenses grecques[91]. Xerxès, « complètement perplexe »[trad 15], ordonne la fin des assauts et se retranche dans son camp[1].

À la fin du jour, le roi perse, recherchant une solution à son problème, reçoit une offre inattendue : Éphialtès de Trachis l'informe de l'existence d'un sentier dans la montagne, qui permet de contourner le défilé des Thermopyles, et lui offre de guider les Perses[92]. Éphialtès agit dans le but de recevoir une récompense[92]. À cause de cette trahison envers le peuple grec, son nom devient synonyme de « cauchemar » et il devient l'archétype du traître dans la culture grecque antique[93].

Hérodote rapporte que Xerxès envoie le soir même le commandant Hydarnès et des soldats sous ses ordres, pour encercler les Grecs[94]. Les Immortels ayant subi de lourdes pertes pendant la première journée de la bataille, il est probable que Hydarnès dirigeait une force militaire mixte, le reste des Immortels formant un contingent. Selon Diodore de Sicile, Hydarnès dirige une armée de 20 000 hommes[95]. Le sentier commençait à l'est du camp perse le long du mont Anopée et se poursuivait dans les collines qui longeaient le défilé. Il se divisait en une branche qui menait à la région de Phocide, l'autre branche se dirigeant vers le golfe Maliaque en direction d'Alpenus, une cité de la Locride[54].

Troisième jourModifier

 
Léonidas aux Thermopyles deJacques-Louis David, 1814. Ce tableau rassemble des éléments de sources diverses, qu'elles soient historiques ou légendaires, sur la bataille des Thermopyles.

À l'aube du troisième jour, les Phocéens qui gardent le sentier qui surplombe le défilé prennent conscience de la colonne perse qui s'avance vers eux par le bruissement des feuilles d'ormes. Hérodote affirme qu'ils se sont mis debout, tout étonnés[96]. Hydarnès est également très surpris de les apercevoir, les Phocéens s'armant rapidement pour s'opposer à la marche des Perses[97]. Il craint d'avoir affaire à des Spartiates, mais Ephialtès le rassure que ce n'est pas le cas[96]. Les Phocéens retraitent sur une colline à proximité, où ils pourront affronter leurs adversaires, croyant que les Perses venaient les attaquer[96]. Toutefois, refusant de perdre du temps, les Perses tirent seulement une volée de flèches en leur direction, avant de continuer leur chemin, toujours dans le but d'encercler le gros des forces grecques dans le défilé[96].

Apprenant d'un messager que les Phocéens n'ont pas tenu le sentier, Léonidas appelle un conseil de guerre à l'aube[98]. Selon Diodore, c'est un Perse nommé Tyrrhastiadas, natif de Cymé en Éolide, qui avertit les Grecs[99]. Lors du conseil de guerre, des Grecs arguent en faveur de la retraite, mais Léonidas préfère rester dans le défilé avec les Spartiates[98]. Lorsqu'il découvre que son armée est encerclée, Léonidas dit à ses alliés de quitter la bataille s'ils le souhaitent. Plusieurs Grecs acceptent son offre et s'enfuient, alors qu'environ 2 000 soldats restent pour combattre jusqu'à la mort. Plusieurs autres contingents grecs se retirent (sans en recevoir l'ordre) ou bien quittent sur l'ordre de Léonidas ; Hérodote admet son incapacité à déterminer ce qui s'est passé à ce moment[98],[100]. Les 700 Thespiens, menés par leur général Démophilos, refusent de partir et participent aux combats[101]. Sur place se trouvent 400 Thébéens et probablement les Hilotes qui accompagnent les Spartiates[97].

Les décisions et les gestes de Léonidas font l'objet de maints débats. Régulièrement, des gens[Qui ?] avancent que les Spartiates sur place ont obéi aux lois de Sparte en refusant la retraite, mais ce serait plutôt le refus de retraiter des Thermopyles qui a donné naissance à l'idée que les Spartiates ne reculent jamais[102]. Également, Léonidas, se rappelant la prophétie de l'Oracle, a décidé de sacrifier sa vie pour sauver Sparte. Toutefois, puisque la prophétie ne vise que lui, ce serait une bien faible justification pour obliger 1 500 hommes à combattre jusqu'à la mort[102]. La théorie la plus crédible est que Léonidas a décidé de former une arrière-garde pour permettre aux autres Grecs de s'enfuir[102],[103]. En effet, si le défilé n'avait plus été défendu, la cavalerie perse aurait pu encercler les soldats grecs en fuite. S'ils étaient tous restés au défilé, ils auraient tous été encerclés puis tués[97]. En protégeant la retraite tout en continuant de bloquer le défilé, Léonidas et ses hommes pouvaient sauver plus de 3 000 hommes, qui seraient encore capables de combattre l'envahisseur[103].

La présence des Thébéens fait aussi l'objet de débats. Hérodote suggère qu'ils avaient été amenés au défilé en tant qu'otages pour garantir que la cité-État de Thèbes agisse correctement[49]. Cependant, comme l'indique Plutarque (mort en 125), s'ils étaient des otages, pourquoi ne pas les renvoyer avec le reste des forces grecques qui firent retraite[102] ? Il est plus raisonnable de croire que ces Thébéens étaient des « loyalistes » qui, au contraire de la majorité des Thébéens, s'opposaient à la domination perse[102]. Si cette hypothèse est avérée, alors ils étaient présents aux Thermopyles de leur gré et ne pouvaient retourner à Thèbes si les Perses conquéraient la Béotie[97].

Les Thespiens, refusant de se soumettre à Xerxes, anticipaient la destruction de leur cité si les Perses conquéraient la Béotie[102]. Toutefois, cette anticipation seule ne peut expliquer leur présence parmi les forces grecques qui restèrent[102]. Les Thespiens décidèrent de se sacrifier, sans plus, ce qui est incroyable parce que Thespies avait envoyé tous ses hoplites combattre[104]. Cette posture semble un trait des Thespiens ; en effet, à une autre occasion ultérieure (à la bataille de Délion en 424 av. J.-C.), une force thespienne décida de combattre jusqu'à la mort[102].

À l'aube, Xerxès fait des libations, ce qui donne le temps aux Immortels de descendre des montagnes, puis il ordonne à ses hommes d'avancer[86]. Une force de 10 000 Perses, à la fois de l'infanterie légère et de la cavalerie, charge la partie frontale des forces grecques de Léonidas. Les Grecs ont quitté la protection du mur défensif des Phocéens dans le but de confronter les Perses dans la partie la plus large du défilé, espérant infliger un maximum de pertes à leurs adversaires[86]. Ils combattent avec leurs lances, jusqu'à ce qu'elles soient toutes brisées, puis combattent avec des xiphos (de courtes épées de bronze)[105]. Selon Hérodote, deux frères de Xerxès tombent au combat : Abrocomès et Hypérantès[105]. Léonidas tombe également sous les flèches perses ; les deux adversaires luttent pour la possession de son corps et les Grecs gagnent[105]. À l'approche des Immortels, les Grecs se retirent sur une colline près du mur défensif[106]. Les Thébéens, s'éloignant de leurs compatriotes avec leurs mains levées en signe de reddition, s'avancent vers les Perses ; quelques-uns sont tués avant que leur capitulation ne soit acceptée[106]. Plus tard, le roi Xerxès Ier les fat marquer du sceau royal[107]. Des Grecs restants, Hérodote écrit : « Ceux à qui il restait encore des épées s’en servirent pour leur défense ; les autres combattirent avec les mains nues et les dents[106] ». Ayant ordonné la destruction du mur, Xerxès décide l'encerclement de la colline. Les archers perses tirent alors des flèches jusqu'à la mort du dernier Grec[106]. En 1939, l'archéologue Spyridon Marinatos, travaillant aux Thermopyles, découvre de nombreuses pointes de flèches perses en bronze sur la colline de Kolonos, ce qui permet de situer le lieu où tombèrent les derniers Grecs. Auparavant, les archéologues situaient les derniers combats sur une colline plus près du mur[108].

Selon Hérodote, le défilé est dorénavant ouvert aux forces de Xerxès Ier, au prix de 20 000 morts chez les Perses[4]. En contrepartie, les Grecs ont perdu de 2 000 soldats pendant les trois jours de bataille[109]. Hérodote indique jusqu'à 4 000 morts chez les Grecs, mais si les Phocéens qui gardaient le sentier dans les hauteurs sont exclus du décompte (parce que Hérodote juge qu'ils ont été tués), ce décompte comprend presque tous les soldats grecs présents (selon les estimations de Hérodote)[110].

SuitesModifier

Quand les Perses parviennent à prendre possession du corps de Léonidas, Xerxès Ier, de colère contre le chef grec, ordonne que sa tête soit tranchée et que son corps soit crucifié. Hérodote observe qu'il s'agit d'une exception chez les Perses, car ils traitent avec respect les grands guerriers (l'exemple de Pythès, capturé avant la bataille de l'Artémision, donne du poids à cette observation)[111],[112]. Toutefois, Xerxès est connu pour ses colères. Selon une rumeur, il aurait fait fouetter les eaux de l'Hellespont parce qu'elles refusaient de lui obéir[36].

L'armée perse partie, les Grecs s'occupent de leurs morts et les enterrent sur la colline. Plus tard, après l'échec de l'invasion perse, un lion en pierre est érigé aux Thermopyles pour commémorer la bravoure de Léonidas[111]. Quarante ans après la bataille, les os de Léonidas sont remis à Sparte, où ils sont enterrés avec les honneurs ; des jeux funéraires annuels sont tenus par la suite en sa mémoire[105],[113].

Les Perses franchissent le défilé des Thermopyles à peu près au même moment où la marine grecque affronte son adversaire lors de la bataille de l'Artémision, qui se solde par une impasse tactique pour les deux camps. Les navires grecs se retirent en bon ordre dans le golfe Saronique, où ils transportent les derniers citoyens d'Athènes sur l'île de Salamine[103].

Par la suite, les Perses mettent à sac et incendient Platée et Thespies, les villes de la Boétie qui ont refusé de se soumettre, avant de s'élancer vers Athènes, qui a été évacuée[114]. Entre-temps, les Grecs, principalement des Péloponnésiens, préparent la défense de l'isthme de Corinthe en démolissant la seule route qui permet de le franchir et en élevant de plus un mur sur la route démolie[115]. Pour être utile, cette stratégie doit être soutenue par un blocus maritime visant à interdire le passage de la flotte perse dans le golfe Saronique et, donc, le débarquement de l'infanterie perse sur les plages du Péloponnèse[116]. Toutefois, Thémistocle, plus ambitieux, veut convaincre les coalisés de rechercher une victoire décisive contre la flotte perse. Usant de ruse, à la fois auprès des chefs grecs — en faisant traîner les négociations — et des Perses — en leur envoyant un agent double chargé de les tromper —, il parvient à attirer les Perses dans les eaux entourant l'île de Salamine, là où la flotte grecque n'a d'autre choix que de combattre. Elle détruit l'essentiel des navires perses lors de la bataille de Salamine, ce qui met en pratique un terme à la menace qui pèse sur le Péloponnèse[117].

Craignant que les Grecs ne détruisent les ponts qui enjambent l'Hellespont, ce qui aurait piégé son armée en Europe, Xerxès Ier fait retraiter la majorité de son infanterie en Asie[118]. Toutefois, la plupart des soldats meurt de faim et de maladie sur le chemin du retour[119]. Xerxès laisse en Europe une armée d'élite sous les ordres de Mardonios dans le but d'achever la conquête l'année suivante[120]. Sous la pression des Athéniens, les Péloponnésiens acceptent par la suite d'amener Mardonios à combattre ; ils marchent donc dans l'Attique[121]. Mardonios feint une retraite en Béotie pour leurrer les Grecs en terrain découvert ; les deux armées se retrouvent face à face près de la cité de Platées[121]. Les Grecs remportent une victoire décisive, détruisant la majorité de l'armée adverse, ce qui réduit les chances de succès du projet d'invasion perse[121]. Presque simultanément, lors de la bataille du cap Mycale, ils déciment la majorité de la flotte perse restante, ce qui réduit encore plus les risques d'invasion[122].

Les Thermopyles constituent très probablement la plus fameuse bataille de l'Europe antique, régulièrement mentionnée dans la culture populaire, tant ancienne que récente. Dans la culture occidentale, les Grecs sont glorifiés pour leur opposition à l'armée perse[8]. Néanmoins, il s'agit d'une victoire sans équivoque pour les Perses[123]. Les chercheurs ont conclu sans l'ombre d'un doute que la stratégie grecque visait à retenir les Perses à la fois aux Thermopyles et au cap Artémision[72]. Peu importe leurs intentions, les chercheurs pensent que les Grecs refusaient de laisser le champ libre aux Perses en Béotie et en Attique[72]. La solidité de la position grecque était si supérieure que l'armée perse, qui surpassait largement les Grecs par le nombre, n'aurait jamais pu s'emparer du défilé par un assaut frontal, sinon au prix de très lourdes pertes[103]. Si les forces grecques avaient tenu la position un peu plus longtemps, l'armée perse aurait dû faire retraite faute de vivres et d'eau[73]. Pour cette raison, les Perses, malgré leurs pertes humaines, ont obtenu une victoire stratégique[103]. Toutefois, la retraite paisible des autres coalisés, qui constituaient le gros des forces grecques, est également une victoire. La mort de Léonidas et ses hommes en font des martyrs, ce qui suscite l'enthousiasme parmi les soldats grecs qui ont combattu la seconde invasion perse[103].

Parfois, des gens[Qui ?] affirment qu'il s'agit pour les Perses d'une victoire à la Pyrrhus[124],[125]. Cependant, selon Hérodote, les chefs perses ne jugent pas qu'il s'agit de lourdes pertes. En effet, après la bataille des Thermopyles, ils pouvaient espérer conquérir avec facilité la majorité de la Grèce[126]. Un autre constat milite contre cette thèse : les Perses combattaient encore en Grèce un an plus tard[127]. Des gens avancent que la bataille des Thermopyles a suffisamment retardé les Perses pour permettre à la marine grecque de se préparer pour la bataille de Salamine. Cependant, le temps ainsi acquis avant cette bataille, environ un mois, est négligeable pour le niveau de compétence des armées de cette époque[128]. De plus, cette idée de victoire à la Pyrrhus néglige le fait que la marine grecque combat au cap d'Artémision pendant la bataille des Thermopyles, où elle subit des pertes non négligeables[129]. L'historien néo-zélandais George Cawkwell suggère que le délai entre les Thermopyles et Salamine est la conséquence de la décision de Xerxès de réduire systématiquement l'opposition grecque en Phocée et en Béotie ; dans ce cas, seul la procrastination de Xerxès est à blâmer pour son retard à envahir d'autres régions grecques[126]. De leur côté, les chercheurs modernes soulignent plutôt les victoires de Xerxès pendant la période des guerres médiques, parce qu'il a vaincu les formidables défenses grecques et il a conquis la majorité de la Grèce. Par exemple, Cawkwell écrit : « il obtient succès sur terre et sur mer ; la Grande Invasion commence avec un brillant succès. [...] Xerxès a toutes les raisons de se féliciter »[trad 16],[130], alors que Lazenby qualifie la défaite grecque de « désastreuse »[trad 17],[123].

La réputation de la bataille des Thermopyles tient non pas à son incidence sur l'issue de la guerre, mais à son exemple inspirant[128],[131]. Elle est fameuse à cause de l'héroïsme de l'arrière-garde condamnée qui, malgré la perspective d'une mort certaine, a tenu sa position au défilé[8]. Depuis, les évènements de cette bataille ont été maintes fois soulignés. Par exemple, Michel de Montaigne écrit en 1580 : « Aussi y a il des pertes triumphantes à l'envi des victoires. Ny ces quatre victoires sœurs, les plus belles que le Soleil aye oncques veu de ses yeulx, de Salamine, de Platee, de Mycale, de Sicile, n'oserent oncques opposer toute leur gloire ensemble à la gloire de la desconfiture du roy Leonidas et des siens au pas des Thermopyles[132],[133]. » Une autre raison tient à l'image d'hommes libres, qui combattent pour leur pays et leur liberté :

« Presque immédiatement, les Grecs contemporains ont vu les Thermopyles à la fois comme une leçon de morale et de culture. En termes plus généraux, un petit groupe libre affronte volontairement une immense troupe de sujets impériaux qui avançaient sous les coups de fouet. De façon plus spécifique, l'idée occidentale que les soldats doivent d'eux-mêmes décider où, comment et contre qui combattre contraste avec les notions orientales de despotisme et de monarchie — la liberté démontrant sa supériorité par l'exemple des courageux Grecs combattant aux Thermopyles ; les victoires subséquentes à Salamine et Platées soutiennent cette thèse[trad 18],[134]. »

Même si ce paradigme d'« hommes libres »[trad 19] qui combattent des « esclaves »[trad 20] peut être jugé comme une grossière généralisation, plusieurs écrivains ont utilisé la bataille des Thermopyles pour soutenir ce point de vue, malgré de nombreux contre-exemples[72].

Plutôt que de s'attarder au sacrifice des Grecs, les militaires peuvent tirer profit de l'étude des deux premiers jours de conflits. La bonne performance des défenseurs est la conséquence de trois facteurs : entraînement, équipement et usage judicieux du terrain, qui ont radicalement augmenté la puissance des troupes grecques[135].

Dans la cultureModifier

MonumentsModifier

Plusieurs monuments ont été érigés près du défilé des Thermopyles.

Épitaphe de SimonidèsModifier

 
Épitaphe de Simonides.

Un épigramme notoire, habituellement attribué à Simonide de Céos, a été gravé comme épitaphe sur une pierre commémorative installée au sommet du tumulus mortuaire des Spartiates tombés aux Thermopyles. C'est aussi la colline sur laquelle le dernier combattant est mort[67]. La pierre originale n'existe plus ; en 1955, l'épitaphe a été gravée sur une nouvelle pierre. Le texte grec d'Hérodote est[67] :

« ὦ ξεῖν᾿, ἀγγέλλειν Λακεδαιμονίοις ὅτι τῇδε
κείμεθα, τοῖς κείνων ῥήμασι πειθόμενοι[136].
 »

« Étranger, va dire à Lacédémone
Que nous gisons ici par obéissance à ses lois. »

— (trad. Philippe-Ernest Legrand)[137]

Le texte alternatif en grec ancien πειθόμενοι νομίμοις (peithomenoi nomίmois) pour ῥήμασι πειθόμενοι (rhēmasi peithomenoi) substitue « lois » ou « ordres » à « mots ». On peut conclure que les « ordres » n'ont pas été donnés à une personne, mais qu'il s'agit plutôt de phrases officielles qui exigent des choses (le terme en grec ancien peut aussi vouloir dire un discours formel)[138].

Ce poème en grec antique est une élégie, forme couramment utilisée dans les épitaphes. C'est également un exemple de la concision des Laconiens, un style de langage couramment utilisé par les Spartiates qui prête à interprétations diverses. L'historien britannique Ioannis Ziogas souligne que les nombreuses traductions en anglais n'épuisent pas toutes les interprétations possibles ; elles sont souvent symptomatiques du romantisme des traducteurs[139].

En 1894, John Ruskin exprime l'importance dans la culture occidentale de l'« obéissance à ses lois » :

« Aussi l'obéissance dans sa plus haute incarnation n'est pas l'obéissance à une loi constante et obligatoire, mais une obéissance volontairement donnée ou obtenue par la persuasion à un ordre [...] Son nom qui mène les armées du Ciel est « Loyal et Vrai » [...] et tous les actes qui sont faits en alliance avec ces armées [...] sont essentiellement des actes de foi, qui par conséquent [...] sont à la fois la source et la substance de tout acte connu, à juste titre appelé [...] tel qu'énoncé dans le dernier mot du groupe de mots le plus noble jamais prononcé, pour autant que je sache, par un homme simple au sujet de sa pratique, étant le témoignage final des dirigeants d'une grande nation pratique. [...] [l'épitaphe en grec ancien] »[trad 21],[140]

Cicéron a rédigé une variation latine dans ses Tusculanae Disputationes (1.42.101) :

Dic, hospes, Spartae nos te hic vidisse iacentes dum sanctis patriae legibus obsequimur.

Rapporte à Sparte, étranger, que tu nous a vus étendus ici
parce que nous avons obéi aux lois sacrées de la mère patrie.

Monument à LéonidasModifier

 
Monument à Léonidas.

Sur le site de la bataille se trouve une statue moderne en bronze, le « Monument à Léonidas ». Sous la statue apparaît la réplique de Léonidas : Μολὼν λαβέ. La métope plus bas comprend des scènes stylisées de la bataille. Le monument est flanqué de deux statues en marbre, les deux symbolisant respectivement le fleuve Eurotas et la chaîne de montagnes Taygète, des points de repères notoires de Sparte[141].

Monument aux ThespiensModifier

En 1997, le gouvernement grec dévoile un monument à la mémoire des 700 Thespiens qui ont combattu avec les Spartiates. Le monument est fait de marbre et comprend une statue en bronze qui dépeint le dieu Éros, parce que les anciens Thespiens le vénéraient. Sous la statue, on peut lire : « À la mémoire des 700 Thespiens »[trad 22]. Il se trouve près du Monument à Léonidas[142].

LégendesModifier

Le récit coloré d'Hérodote a inspiré plusieurs récits apocryphes d'incidents et de conversations en marge des évènements historiques. Ils ne peuvent être vérifiés ou réfutés faute de sources solides, mais ils sont partie intégrale de la légende de la bataille et démontrent régulièrement le laconisme et l'esprit des Spartiates[réf. souhaitée].

Par exemple, dans ses Paroles de Lacédémoniennes, Plutarque rapporte un échange entre Gorgô et Léonidas. « Comme elle encourageait son mari Léonidas qui partait pour les Thermopyles à se montrer digne de Sparte, elle lui demanda ce qu’il fallait qu’elle fasse. Il lui répondit : « Épouser un homme honorable et mettre au monde des enfants honorables[143] »

Selon Hérodote, à leur arrivée aux Thermopyles, les Perses ont envoyé un cavalier faire une reconnaissance. Les Grecs l'autorisent à observer leur camp, puis à partir. Xerxès lit le rapport du cavalier, notamment sur la taille de l'armée grecque, et apprend que les Spartiates s'adonnent à la callisthénie et peignent leurs longs cheveux[85]. Il recherche les conseils de Démarate de Sparte, un roi spartiate en exil qui a trouvé refuge à sa cour. Xerxès apprend que les Spartiates se préparent à la bataille et ornent leurs cheveux lorsqu'ils anticipent de perdre la vie. Démarate ajoute : « Au reste, si vous subjuguez ces hommes-ci et ceux qui sont restés à Sparte, sachez, seigneur, qu’il ne se trouvera pas une seule nation qui ose lever le bras contre vous ; car les Spartiates, contre qui vous marchez, sont le plus valeureux peuple de la Grèce »[144].

Hérodote décrit aussi l'accueil des Perses par Léonidas. « Xerxès lui écrivit que s'il voulait ne pas combattre contre un dieu et embrasser son parti, il lui donnerait l'empire de toute la Grèce. « Si vous connaissiez les vrais biens de la vie, lui répondit Léonidas, vous n'ambitionneriez pas les possessions des autres. J'aime mieux mourir pour la Grèce que de dominer sur ses habitants. » »[145]. C'est alors que l'ambassadeur exige que les Laconiens rendent leurs armes, exigence à laquelle réplique Léonidas : Μολὼν λαβέ (« Venez les prendre »)[145].

Hérodote rapporte une répartie de Diénécès, un soldat spartiate. « Avant la bataille, ayant entendu dire à un Trachinien que le soleil serait obscurci par les flèches des Barbares, tant était grande leur multitude, il répondit sans s’épouvanter, et comme un homme qui ne tenait aucun compte du nombre des ennemis : « Notre hôte de Trachinie nous annonce toutes sortes d’avantages ; si les Mèdes cachent le soleil, on combattra à l’ombre, sans être exposé à son ardeur[146]. » »

Après la bataille, Xerxès s'est enquis des raisons de combattre avec un tel désavantage numérique. « Ayant été conduits devant le roi, quelques Perses, et l’un plus particulièrement encore que les autres, leur demandèrent à quoi s’occupaient alors les Grecs. « Maintenant, répondirent-ils, ils célèbrent les jeux olympiques, et regardent les exercices gymniques et la course des chevaux. » Ce même Perse leur demanda encore quel était le prix des combats. « Une couronne d’olivier, » dirent-ils. On rapporte à cette occasion une expression généreuse de Tritantæchmès, fils d’Artabane, qui le fit accuser par le roi de lâcheté ; car, ayant su que le prix ne consistait point en argent, mais en une couronne d’olivier, il ne put s’empêcher de s’écrier devant tout le monde : « Ô dieux ! [Mardonios], quels sont donc ces hommes que tu nous mènes attaquer ? Insensibles à l’intérêt, ils ne combattent que pour la gloire [147]! » »

Arts visuels et littératureModifier

Depuis qu'elle est largement connue, la bataille des Thermopyles est une icône culturelle de la société occidentale. Elle est reprise dans d'innombrables ouvrages, que ce soit par exemple :

  • au cinéma : Les films La Bataille des Thermopyles (1962)[148] et 300 (2007)[149] sont inspirés des évènements pendant ou temporellement proches de la bataille ;
  • en poésie : Lord Byron, dans son poème Don Juan, y fait allusion[150] ; de même Emily Dickinson dans son poème "Go tell it" — what a message[151] ;
  • en chansons : Le disque The Last Stand, du groupe Sabaton, comprend Sparta, une chanson sur les Thermopyles[152] ; idem pour la chanson en finnois Thermopylain laulu (poème de Uuno Kailas (en) — l'un des poètes les plus en vue des années 1930[153] — sur une musique de Heikki Klemetti) parue dans l'entre-deux-guerres[154] ;
  • à la télévision : Dans la série télévisée Xena, la guerrière, l'épisode One Against an Army de la saison 3 montre la bataille menée par Xena et une autre guerrière contre des soldats perses[155] à la suite de la bataille des Thermopyles[156] ; dans l'épisode Spartans de la série Samouraï Jack, le héros apporte son soutien à 300 soldats d'élite qui combattent une armée de robots[157] ;
  • dans les jeux vidéos : Par exemple, le jeu Gates of Troy propose au joueur de participer à la bataille des Thermopyles[158] ; pour accompagner le film 300, le jeu vidéo 300: March to Glory est publié en février 2007[159].

AnaloguesModifier

Plusieurs batailles partagent les mêmes caractéristiques que les Thermopyles.

 
Les portes Persiques.

Les auteurs anciens et modernes mentionnent plusieurs analogies entre la bataille des Portes persiques et la bataille des Thermopyles[160]. La première est comme un renversement de situation par rapport à celle survenue en Grèce, un siècle et demi auparavant, où les Grecs ont été vaincus[161], un auteur la surnommant les « Thermopyles perses »[162]. La campagne de conquêtes d'Alexandre le Grand contre la Perse en 300 av. J.-C. est menée en représailles de l'invasion de la Grèce. L'armée perse, menée par Ariobarzanes (en), bloque son avance aux portes Persiques pendant 30 jours, et peut-être plus. L'opposition perse tombe lorsque des soldats d'Alexandre découvrent un sentier qui permet de contourner le défilé. D'après certains témoignages antiques, un berger perse aurait guidé les forces macédoniennes sur un sentier de montagne, de la même manière qu'un Grec a mené les troupes de Xerxès Ier au sentier de contournement. Cependant, de nos jours, on suppose que ce n'est qu'une invention tentant de faire le rapprochement avec la bataille des Thermopyles[161],[163]. Quinte-Curce qualifie la confrontation qui suit de « mémorable » parce que les Perses combattent sans armes[164].

Pendant la bataille de Krtsanissi en 1797, Les Trois cents Aragviens (en) sont les derniers soldats géorgiens qui s'opposent à l'avancée des forces d'Agha Mohammad Shah, qui se prépare à occuper Tbilissi, la capitale géorgienne[165],[166]. Lors du siège de Fort Alamo en 1836, les occupants de la mission Alamo tiennent tête aux forces mexicaines pendant 13 jours ; lorsque les Mexicains s'introduisent dans la mission, ils massacrent la majorité des occupants dont le nombre est estimé entre 185 et 260[167],[168]. À la bataille de Saragarhi, 21 soldats sikhs défendent un poste de l'armée britannique face à une armée de 10 000 soldats afghans ; même s'ils tuent de nombreux Afghans lors de plusieurs combats, ils sont submergés puis tués[169]. Lors de la bataille de Wizna en 1939, 720 Polonais tiennent tête à 40 000 soldats allemands pendant trois jours[170].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Battle of Thermopylae » (voir la liste des auteurs).

Citations originalesModifier

  1. (en) « For the first time, a chronicler set himself to trace the origins of a conflict not to a past so remote so as to be utterly fabulous, nor to the whims and wishes of some god, nor to a people's claim to manifest destiny, but rather explanations he could verify personally. »
  2. (en) « we either write a history of Thermopylae with [Herodotus], or not at all »
  3. (en) « almost worse than useless »
  4. (en) « since he was sure that [the Ionians] would not go unpunished for their rebellion »
  5. (en) « Because of the arrows of the barbarians it is impossible to see the sun »
  6. (en) « Won't it be nice, then, if we shall have shade in which to fight them? »
  7. (en) « All they had »
  8. (en) « helots were also there for them to see »
  9. (en) « Leonidas, when he received the appointment, announced that only one thousand men should follow him on the campaign »
  10. (en) « There were, then, of the Lacedemonians one thousand, and with them three hundred Spartiates »
  11. (en) « The cavalry on both sides proved useless, as the ground at the Pass is not only narrow, but also smooth because of the natural rock, while most of it is slippery owing to its being covered with streams...the losses of the barbarians it was impossible to discover exactly. For the number of them that disappeared beneath the mud was great. »
  12. (en) « superior in valour and in the great size of their shields »
  13. (en) « cut to ribbons »
  14. (en) « supposing that their enemies, being so few, were now disabled by wounds and could no longer resist. »
  15. (en) « totally perplexed »
  16. (en) « he was successful on both land and sea, and the Great Invasion began with a brilliant success. ... Xerxes had every reason to congratulate himself »
  17. (en) « disastrous »
  18. (en) « So almost immediately, contemporary Greeks saw Thermopylae as a critical moral and culture lesson. In universal terms, a small, free people had willingly outfought huge numbers of imperial subjects who advanced under the lash. More specifically, the Western idea that soldiers themselves decide where, how, and against whom they will fight was contrasted against the Eastern notion of despotism and monarchy—freedom proving the stronger idea as the more courageous fighting of the Greeks at Thermopylae, and their later victories at Salamis and Plataea attested »
  19. (en) « free men »
  20. (en) « slaves »
  21. (en) « Also obedience in its highest form is not obedience to a constant and compulsory law, but a persuaded or voluntary yielded obedience to an issued command .... His name who leads the armies of Heaven is "Faithful and True"... and all deeds which are done in alliance with these armies ... are essentially deeds of faith, which therefore ... is at once the source and the substance of all known deed, rightly so called ... as set forth in the last word of the noblest group of words ever, so far as I know, uttered by simple man concerning his practice, being the final testimony of the leaders of a great practical nation ... [the epitaph in Greek] »
  22. (en) « In memory of the seven hundred Thespians »

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Photius' excerpt of Ctesias' Persica », Livius.org (consulté le 26 novembre 2014)
  2. Dascalakis 1962, p. 18
  3. a et b Hérodote, VIII, 25
  4. a et b Hérodote, VIII, 24
  5. Corvisier 2010, p. 99.
  6. Cicéron, I, 5.
  7. Airton Pollini, « Hérodote le père de l'Histoire », Histoire antique et médiévale, no 49,‎ , p. 13.
  8. a b et c Holland 2005, p. xviii.
  9. (en) Thucydide, History of the Peloponnesian War, I, 22 (lire en ligne).
  10. a et b Finley 1972, p. 15.
  11. Holland 2005, p. xxiv.
  12. David Pipes, « Herodotus: Father of History, Father of Lies » [archive du ] (consulté le 18 janvier 2008)
  13. a et b Holland 2005, p. 377.
  14. Fehling 1989, p. 1–277.
  15. (en) « Herodotus, The Histories », (consulter la note sous le texte principal de la page)
  16. (en) George B. Grundy et John Murray, The Great Persian War and its Preliminaries; A Study of the Evidence, Literary and Topographical, Albemarle Street, Londres, (lire en ligne)
  17. (en) Basil Henry Liddell Hart, Strategy, New York, Frederick A. Praeger, , « II »
  18. (en) G.B.Grundy, The Topography of the Battle of Plataea: The City of Plataea, the Field of Leuctra (lire en ligne)
  19. Cartledge 2007, p. 215.
  20. Cartledge 2007, p. 224.
  21. Cartledge 2007, p. 231.
  22. Bradford 2004, p. 137
  23. Cartledge 2007, p. 146.
  24. a et b Holland 2005, p. 47–55
  25. a et b Holland 2005, p. 203
  26. Hérodote, V, 105. [lire en ligne]
  27. Holland 2005, p. 171–178
  28. Hérodote, VI, 44
  29. a b et c Holland 2005, p. 178–179
  30. Hérodote, VII, 133
  31. Hérodote, VI, 101
  32. Hérodote, VI, 113
  33. Holland 2005, p. 206–206
  34. a et b Holland 2005, p. 208–211
  35. a et b Holland 2005, p. 213–214
  36. a et b Hérodote, VII, 35
  37. (en) Jeremy Cox, « “They Died the Spartan’s Death”: Thermopylae, the Alamo, and the Mirrors of Classical Analogy », Advances in the History of Rhetoric, vol. 19,‎ , p. 276-297 (DOI 10.1080/15362426.2016.1231638)
  38. Holland 2005, p. 217–223
  39. Hérodote, VII, 32
  40. Hérodote, VII, 145
  41. Holland 2005, p. 226
  42. a et b Holland 2005, p. 248–249
  43. Hérodoté, VII, 173
  44. a et b Holland 2005, p. 255–257
  45. Hérodote, VIII, 40
  46. Holland 2005, p. 255–256
  47. a et b Hérodote, VII, 206
  48. a et b Holland 2005, p. 258–259.
  49. a b et c Hérodote, VII, 205
  50. Hérodote, VII, 220.
  51. Voir aussi Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée [détail des éditions] [lire en ligne], II, 11, 8.
  52. a b c et d Hérodote, VII, 202 et 203
  53. a b et c Hérodote, VII, 176
  54. a et b Hérodote, VII, 217
  55. Holland 2005, p. 269–270
  56. a b et c Hérodote, VII, 207
  57. a et b (en) Plutarque, Apophthegmata Laconica, vol. III, Loeb Classical Library, (lire en ligne), « Sayings of Spartans » (passage Leonidas, son of Anaxandridas)
  58. « Herodotus Book 7: Polymnia, 226 », Sacred-texts.com (consulté le 26 novembre 2014)
  59. Holland 2005, p. 270–271
  60. a b et c Hérodote, VII, 210
  61. Hérodote, VII, 186
  62. Holland 2005, p. 237
  63. Holland 2005, p. 394
  64. (en) Michael S. Neiberg, Warfare in World History, Routledge, (lire en ligne), p. 9
  65. a b et c (en) Diodorus Siculus, « Livre XI, 4 », dans Library (lire en ligne)
  66. a b c et d (en) Reginald Walter Macan, Herodotus, The Seventh, Eighth, & Ninth Books with Introduction and Commentary (lire en ligne) (note de Macan pour Hérodote, VIII, 25)
  67. a b c et d Hérodote, VII, 228
  68. Pausanias, X, 20
  69. a et b Green 1996, p. 140
  70. Bradford 2004, p. 106
  71. Bury et Meiggs 2000, p. 271–282
  72. a b c d e f et g Lazenby 1993, p. 248–253
  73. a b et c Holland 2005, p. 285–287
  74. Holland 2005, p. 288
  75. Holland 2005, p. 262–264
  76. Louis de Jaucourt, « THERMOPYLES, ou PYLES », dans Denis Diderot et Jean Le Rond d'Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, , 1re éd. (lire en ligne)
  77. La mesure du pied grec de l'Antiquité varie selon la région. Le pous, ou pied grec, varie de 296 mm à 333 mm. Pour plus d'informations à ce sujet, consulter (en) Sir William Smith et Charles Anthon, A new classical dictionary of Greek and Roman biography, mythology, and geography partly based upon the Dictionary of Greek and Roman biography and mythology, New York, Harper & Bros., , p. 1024–1030, Tables
  78. Pausanias, Description of Greece (lire en ligne), « Livre X »
  79. Barry Cunliffe (trad. Laura Benson et Denis Bertholet), Les Celtes, Infolio, , 159 p. (ISBN 2884742174), p. 51
  80. Hérodote, VIII, 201
  81. (en) Ernle Bradford, The Battle For The West: Thermopylae, New York, (ISBN 0-07-007062-8), p. 68–69
  82. (en) « EDSITEment’s Persian Wars Resource Pages », National Endowment for Humanities,
  83. Diodore de Sicile, XI, 6
  84. a et b Hérodote, VII, 208
  85. a b et c Hérodote, VII, 223
  86. a b et c (en) Diodorus Siculus, Library (lire en ligne), p. XI, 7
  87. Holland 2005, p. 274
  88. a b c et d Hérodote, VII, 211
  89. Hérodote, VII, 204
  90. a b et c Hérodote, VII, 212
  91. a et b Hérodote, VII, 213
  92. Consulter l'entrée « Εφιάλτης » dans Tegopoulos et Phytrakis 1988.
  93. Hérodote, VII, 215
  94. Green 2006, p. 59
  95. a b c et d Hérodote, VII, 218
  96. a b c et d Holland 2005, p. 291–293
  97. a b et c Hérodote, VII, 219
  98. (en) Diodorus Siculus, Library, vol. XI (lire en ligne), chap. 8, section 5
  99. Hérodote, VII, 220
  100. Hérodote, VII, 222
  101. a b c d e f g et h Lazenby 1993, p. 144–145
  102. a b c d e et f Holland 2005, p. 294
  103. Lazenby 1993, p. 259-260
  104. a b c et d Hérodote, VII, 224
  105. a b c et d Hérodot, VII, 225. [lire en ligne]
  106. Hérodote, VII, 233
  107. Crawford 1955, p. 302
  108. Holland 2005, p. 397
  109. Lazenby 1993, p. 148
  110. a et b Hérodote, VII, 238
  111. Hérodote, VII, 181 et 182
  112. (en) Pausanias (trad. W.H.S. Jones, et H.A. Ormerod), Description of Greece, vol. III, Cambridge, MA et Londres, Harvard University Press et William Heinemann Ltd., , 4 volumes (lire en ligne), p. 14
  113. Hérodote, VIII, 50
  114. Hérodote, VIII, 71
  115. Holland 2005, p. 299–303
  116. Holland 2005, p. 327–334
  117. Hérodote, VIII, 97
  118. Hérodote, VIII, 115
  119. Holland 2005, p. 327–329
  120. a b et c Holland 2005, p. 338–341
  121. Holland 2005, p. 357–359
  122. a et b Lazenby 1993, p. 151.
  123. Tung et Tung 2010, p. 239.
  124. Marozzi 2008, p. 74.
  125. a et b Cawkwell 2006, p. 105–106
  126. Hérodote, IX, 1
  127. a et b (en) « Greco-Persian Wars: Battle of Thermopylae », HistoryNet,
  128. Hérodote, VIII, 1–19
  129. Cawkwell 2006, p. 104.
  130. Lazenby 1993, p. 150
  131. Michel de Montaigne, Essais de Michel de Montaigne, vol. 1, Lefèvre, (lire en ligne), p. 362
  132. Michel de Montaigne est cité dans Holland 2005, p. xviii :
    « ...the fairest sister-victories which the Sun has ever seen, yet they would never dare to compare their combined glory with the glorious defeat of King Leonidas and his men. ».
  133. (en) Victor Hanson, « History and the Movie “300” », VDH'S Private Papers,
  134. Eikenberry 1996
  135. (en) David A. Campbell (éd. et trad.), Greek Lyric, vol. 3 : Stesichorus, Ibycus, Simonides, and Others, Cambridge et Londres, Harvard University Press, coll. « Loeb Classical Library » (no 476), , 672 p. (lire en ligne), p. 540.
  136. Hérodote, Histoires. Polymnie. Trad. par Ph.-E. Legrand, Paris : Les Belles Lettres, 1951, §228, p. 228.
  137. (en) Reginald Walter Macan, Herodotus, The Seventh, Eighth, & Ninth Books with Introduction and Commentary (lire en ligne) (note pour Hérodote, VIII, 28).
  138. Ioannis Ziogas, « Sparse Spartan Verse: Filling Gaps in the Thermopylae Epigram », Aureal Publications,
  139. Ruskin 1894, p. 212
  140. (en) Trudy Ring, Noelle Watson et Paul Schellinger, Southern Europe: International Dictionary of Historic Places, Routledge, (ISBN 978-1-134-25958-8, lire en ligne), p. 695
  141. (en) Scott Manning, « In Memory of the 700 Thespians at Thermopylae », An Historian on the War Path,
  142. Plutarque, Paroles de Lacédémoniennes (lire en ligne)
  143. Hérodote, VII, 209
  144. a et b Plutarque, Œuvres morales. Apophtegmes des Lacédémoniens, Lefèvre, (lire en ligne), « 225b »
  145. Hérodote, VII, 226 [lire en ligne]
  146. Hérodote, VIII, 26 [lire en ligne]
  147. (en) « The 300 Spartans », IMDb,
  148. « 300 », Allociné,
  149. (en) George Gordon Byron Baron Byron et Thomas Moore, The Works of Lord Byron: Complete in One Volume, J. Murray, (lire en ligne), p. 637
  150. (en) « "Go tell it" — What a Message », Verse Press,
  151. (en) « Sparta – Lyrics », sur Sabaton.net,
  152. (en) Anna Balakian, The Symbolist Movement in the Literature of European Languages, John Benjamins Publishing, (lire en ligne), p. 601
  153. (fi) « thermopylain laulu », sur Suomi sanakirja.fi,
  154. (en) « One Against an Army », sur IMDb.com,
  155. (en) Lord Nelson, « One Against An Army », sur Ausxip Network,
  156. (en) « Spartans », sur Samurai Jack Wiki,
  157. (en) « Gates of Troy », sur GameZone,
  158. (en) « 300: March to Glory », sur metacritic.com,
  159. (en) W. Heckel, « Alexander at the Persian Gates », Athenaeum, vol. 58,‎ , p. 171
  160. a et b Prevas 2004, p. 17
  161. (en) A. R. Burn, Alexander the Great and the Middle East, Harmondsworth, , p. 121
  162. (en) Partha Sarathi Bose, Alexander the Great's Art of Strategy, Gotham, , 134 p. (ISBN 1-59240-053-1, lire en ligne).
  163. (en) A. Sh. Shahbazi, « Ariobarzanes », dans Encyclopaedia Iranica (lire en ligne)
  164. (en) Donald Rayfield, Edge of Empires: A History of Georgia, Londres, Reaktion Books, (ISBN 1780230303), p. 256
  165. (en) Valeri Silogava et Kakha Shengelia, History of Georgia: From the Ancient Times Through the "Rose Revolution", Tbilisi, Caucasus University Publishing House, (ISBN 9994086162), p. 167
  166. (en) Stephen L. Hardin, Texian Iliad, Austin, TX, University of Texas Press, (ISBN 978-0-292-73086-1), p. 139
  167. (en) Lon Tinkle, 13 Days to Glory: The Siege of the Alamo, College Station, TX, Texas A&M University Press, (ISBN 0-89096-238-3), p. 161-162
  168. (en) Geeta Pandey, « India polo match honours Sikhs' 1897 Saragarhi battle », BBC News,‎ (lire en ligne)
  169. (en) David G. Williamson, Poland Betrayed: The Nazi-Soviet Invasions of 1939, Mechanicsburg, PA, Stackpole Books, coll. « Stackpole Military History », (ISBN 978-0-8117-0828-9), p. 272

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Sources antiquesModifier

Sources modernesModifier

En anglais
  • (en) Ernle Bradford, Thermopylae : The battle for the West, New York, Da Capo Press, (ISBN 9780306813603)
  • (en) J. B. Bury et Russell Meiggs, A History of Greece to the Death of Alexander the Great, Palgrave Macmillan, , 4e éd. (lire en ligne)
  • (en) George Cawkwell, The Greco-Persian Wars, Oxford University Press, (ISBN 0-19-929983-8)
  • (en) Paul Cartledge, Thermopylae : the battle that changed the world, Londres, Pan, (ISBN 9780330419185)
  • (en) Osbert Guy Stanhope Crawford, Said and Done: The Autobiography of an Archaeologist, Weidenfeld and Nicolson,
  • (en) Lyn Dore, « Once the War Is Over », dans P. W. M. Freeman et A. Pollard, Fields of Conflict: Progress and Prospect in Battlefield Archaeology, David Brown Book Co., , 285–286 p. (EAN 978-1-84171-249-9, lire en ligne)
  • (en) Karl W. Eikenberry, « Take No Casualties », Parameters: US Army War College Quarterly, vol. XXVI, no 2,‎ , p. 109–118 (lire en ligne)
  • (en) D. Fehling (trad. J.G. Howie), Hérodote and His "Sources": Citation, Invention, and Narrative Art, Leeds, Francis Cairns, coll. « Arca Classical and Medieval Texts, Papers, and Monographs », , chap. 21.
  • (en) Moses Finley (trad. Rex Warner), Thucydides – History of the Peloponnesian War, Penguin, (EAN 978-0-14-044039-3), « Introduction ».
  • (en) Peter Green, The Greco-Persian Wars, University of California Press, (ISBN 0-520-20313-5)
  • (en) N. G. L. Hammond, The Expedition of Xerxes: Persian Preparations and the Advance to Therma in Macedonia, Cambridge University Press, coll. « The Cambridge Ancient History / IV Persia, Greece and the Western Mediterranean », (ISBN 0-521-22804-2), p. 532-534
  • (en) Tom Holland, Persian Fire, Abacus, (ISBN 978-0-349-11717-1).
  • (en) J. F. Lazenby, The Defence of Greece 490–479 BC, Aris & Phillips Ltd., (ISBN 0-85668-591-7)
  • (en) Justin Marozzi, The Way of Herodotus: Travels with the man who invented history, Da Capo Press, (ISBN 0-306-81621-0)
  • (en) F. Maurice, « The Size of the Army of Xerxes in the Invasion of Greece 480 B.C. », Journal of Hellenic Studies, no 50,‎ , p. 210-235 (lire en ligne)
  • (en) John Prevas, Envy of the Gods: Alexander the Great's Ill-Fated Journey across Asia, Da Capo Press, (ISBN 0-306-81268-1)
  • (en) John Ruskin, The Complete Works: Modern Painters: Volume the Fifth, New York, Bryan, Taylor and Company, (OCLC 4631131), « Part VIII: Of Ideas of Relation – I. of Invention Formal: Chapter I: The Law of Help »
  • (en) G. Tegopoulos et A. Phytrakis, Elliniko Lexico, Athènes, Armonia,
  • (en) Douglas S. Tung et Teresa K. Tung, 36 Stratagems Plus: Illustrated by International Cases, Trafford Publishing, (ISBN 1-4269-2806-8)
En français
  • Jean-Nicolas Corvisier, Guerre et société dans les mondes grecs (490-322 av. J.-C.), Armand Colin, coll. « U Histoire », , 298 p. (ISBN 978-2200250607)
  • Jean-Nicolas Corvisier, La Bataille de Platées 479 av. J.-C., Clermont-Ferrand, Lemme edit, coll. « Illustoria », , 102 p. (ISBN 978-2-917575-17-8).
  • Apostolos Dascalakis, Problèmes historiques autour de la bataille des Thermopyles, École française d'Athènes, éd. E. De Boccard,
  • Victor Davis Hanson (trad. Laurent Bury), Les Guerres grecques : 1400-146 av. J.-C., Paris, Éditions Autrement, , 223 p. (ISBN 2-86260-972-2)
  • Jean Malye, La Véritable Histoire de Sparte et de la bataille des Thermopyles, Les Belles Lettres, , 328 p. (ISBN 978-2251443218)
  • Luc Mary, Les Thermopyles : La bataille la plus célèbre de l'Antiquité, Larousse, coll. « L'Histoire comme un roman », , 208 p. (ISBN 978-2035854667)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier