Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bataille de Charleroi (1940)

Pour la bataille de la Première Guerre mondiale, voir Bataille de Charleroi (1914)
Bataille de Charleroi
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue sur la Sambre et le quai de Brabant à Charleroi.
Informations générales
Date du 16 au
Lieu alentours de Charleroi (Belgique)
Issue Victoire tactique française qui permet de retarder la progression allemande ;
Occupation de Charleroi par les Allemands
Belligérants
Drapeau de la France France Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau de la France Colonel Mesny
Drapeau de la France Colonel Oger
Drapeau de la France Commandant Guillebaud
Drapeau de la France Lt Colonel Galtier
Drapeau de l'Allemagne inconnus
Forces en présence
Drapeau de la France 5e division d'infanterie nord-Africaine
(24e régiment de tirailleurs tunisiens)
(14e régiment de zouaves)
(222e régiment d'artillerie)
(1re brigade mécanisée)
(22e régiment d'artillerie colonial)
Éléments blindés et motorisés
Artillerie et soutien aérien de la Luftwaffe

Seconde Guerre mondiale,
Bataille de France

Batailles

Bataille de France et campagne des 18 jours
Pour le front néerlandais, voir Bataille des Pays-Bas.

Prélude et traversée allemande des Ardennes

Drôle de guerre · Évacuation des civils de la ligne Maginot · Mobilisation · Offensive de la Sarre · Baie de Heligoland · Accident de Mechelen · Plan jaune · Plan Dyle · Luxembourg · Ében-Émael · Hannut

Percées de la Meuse et rupture du front belge :

Sedan · Dinant · Monthermé · Givet · La Horgne · Gembloux · Flavion · Louvain · Charleroi

Tentatives de contre-attaques alliées :

Stonne · Montcornet · La Sambre · Arras

Défense des ports de la Manche et rembarquement britannique à Dunkerque :

L'Escaut · Amiens · La Lys · Massacre de Vinkt · Boulogne-sur-Mer · Calais · Poche de Lille · Massacre du Paradis · Abbeville · Dunkerque · Capitulation belge

Effondrement de la Ligne Weygand et avancée allemande sur la Seine :

L'Aisne · L'Ailette · Opération Paula · l’Exode

Front italien et percée allemande dans le Sud :
Pont-de-l'Arche · Les Alpes · Vallon du Seuil · Bombardement de Toulon · Opération Vado · La Loire · La vallée du Rhône · Bombardements de Marseille · Menton (Pont-Saint-Louis) · Armistice du 22 juin

La bataille de Charleroi eut lieu les 16- dans et autour de la ville belge de Charleroi, dans le cadre du plan jaune allemand qui avait pour but d'attirer les corps d'armée britannique et français au nord alors que la Wehrmacht en traversant les Ardennes et en atteignant la Manche pourrait encercler les armées alliées.

Sommaire

Contexte historiqueModifier

Le , le Troisième Reich lance une grande offensive sur les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique et la France dans ce qui sera appelé la bataille de France.

Les Allemands appliquent le plan jaune : leur groupe d'armées B attaque les Pays-Bas et avance dans la plaine belge, y attirant ainsi l'aile marchante des Franco-Britanniques qui suivent le plan Dyle-Bréda prévu dans le cas d'une telle offensive allemande dans les pays neutres. Dans le même temps, le groupe d'armées A allemand, avec en premier échelon ses formations de chars (la Gruppe Hoth et la Panzergruppe von Kleist), lance l'attaque principale au centre de la ligne de front, à travers les Ardennes, et atteint ainsi la Meuse le 12 au soir, la franchissant en force le lendemain. Les armées alliées sont encerclées dans le nord de la France et en Belgique.

Charleroi, qui avait déjà été le théâtre d'une bataille en 1914 pendant la Première Guerre mondiale, va être à nouveau convoitée entre les Français et les Allemands pour la possession des ponts sur la Sambre. La Wehrmacht atteint les portes de la ville le 16 mai 1940.

PréludeModifier

Le 16 mai, à 6 heures, l'arrière-garde française entame un mouvement de repli après avoir détruit le pont sur la Sambre à l'ouest de Charleroi. Ce repli s'effectue avec difficulté, les Allemands s'étant infiltrés sur la gauche du dispositif du 14e régiment de zouaves. Le régiment perd un officier et une cinquantaine d'hommes[1]. Le mouvement s'effectue par la suite normalement.

Le 14e régiment de zouaves se déploie dans Châtelineau tandis que le 24e régiment de tirailleurs tunisiens du commandant Guillebaud prend position à Gilly-Corbeau après avoir subi quelques pertes en raison des tirs d'artillerie et des raids de l'aviation ennemie.

Le 22e régiment d'artillerie colonial est quant à lui déployé dans le quartier sud de Charleroi. Le poste de commandement de la 5e division d'infanterie nord-Africaine est établi à Pironchamps. Le colonel Mesny en prend le commandement provisoire à la suite de l'évacuation du général Augustin Agliany du front pour raison médicale[1].

La ligne de défense principale repose sur la rive ouest du canal de Charleroi, divisée en un secteur nord et en un secteur sud (de Roux à la Sambre).

Le colonel Mesny décide de réserver la défense du pont de Roux au 14e régiment de zouaves tandis que les autres éléments de la 5e DINA doivent établir une tête de pont à Charleroi afin de couvrir l'installation du Ve Corps d'armée sur le canal de Charleroi.

Déroulement de la batailleModifier

Le 16 mai, hormis quelques bombardements et des patrouilles allemandes de reconnaissance qui mènent des escarmouches, peu de combats sont rapportés.

Le 17 mai, le 14e régiment de zouaves qui n’a pu utiliser le pont de Roux avant le lever du jour en raison de la retraite de la 12e division d'infanterie (DIM) est attaqué sur son flanc droit par les Allemands. Des mouvements ennemis (dont des motocyclistes et des blindés) sont rapportés au niveau de Temploux-Gosselies, prenant contact avec la tête de pont alliée à Charleroi.

Dans la matinée, des éléments de reconnaissance motorisés allemands sont arrêtés au Vieux Campinaire, laissant plusieurs blessés et prisonniers[2]. Le 14e zouaves met par ailleurs deux voitures blindées allemandes hors de combat sur le pont de Motte.

La résistance menée par les Français permet de diminuer la pression ennemie sur Charleroi. Autour de Gosselies, de violents combats sont en revanche signalés. Les troupes françaises, soutenues par la couverture des tirs du 22e régiment d'artillerie et du 222e régiment d'artillerie colonial (RAC), battent en retraite après avoir détruit tous les ponts sur la Sambre[2].

ConséquencesModifier

Le 17 mai, la retraite est générale derrière le canal de Bruxelles-Charleroi[3]. Les Allemands se lancent précipitamment en direction de la capitale, Bruxelles, qui est occupée dans la journée. Le lendemain, le 18 mai, Anvers tombe aux mains de l'ennemi. C'est le début de la bataille de l'Escaut qui dure du 20 au 27 mai[4].

Avec la perte de la bataille de la Lys, le roi belge Léopold III prend la décision de capituler le 28 mai 1940.

Occupée pendant quatre ans, Charleroi sera libérée par les Alliés en 1944.

Notes et référencesModifier

  1. a et b 16 mai repli ouest Charleroi, Le 1er Bataillon de Mitrailleurs - 5e DINA - Mai 1940
  2. a et b 17 mai 1940 canal de Charleroi, Le 1er Bataillon de Mitrailleurs - 5e DINA - Mai 1940
  3. La bataille de France - 10 mai - 22 juin 1940 (vue du côté français), ECPAD
  4. 1940: La bataille de l'Escaut

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • André Neufort, La libération de Charleroi : Il y a trente ans..., 1974, 357 p.
  • Roland Charlier, La guerre aérienne dans la région de Charleroi, 1940-1945, De Krijger, 2003, 416 p. (ISBN 9072547608)
  • William Theys, Charleroi 1940-1945 (Le Belgique en guerre « hier et aujourd'hui no 1 »), De Krijger, 2004, 96 p. (ISBN 9072547926)

Liens externesModifier