Bataille de Stonne

bataille de la Seconde Guerre mondiale

La bataille de Stonne, opposant Allemands aux Français et se déroulant du au , est une des plus importantes batailles de la campagne de l'ouest.

Bataille de Stonne
Description de cette image, également commentée ci-après
Monument d'un Char B1 bis à Stonne.
Informations générales
Date du 15 au
Lieu Stonne, France
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau de la France France Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau de la France Jean Flavigny Drapeau de l'Allemagne Gustav Anton von Wietersheim
Otto-Wilhelm Förster
Forces en présence
21e corps d'armée
42 500 hommes
130 chars
XIV. Armee-Korps (mot.)
6. Armee-Korps
90 000 hommes
300 chars
Pertes
3 000 pertes, dont 1 000 tués[1]
33 chars détruits[2]
estimées à 6 000 pertes, dont 2 500 tués[1]
24 chars détruits[2]

Seconde Guerre mondiale,
Bataille de France

Batailles




Percées de la Meuse et rupture du front belge :


Tentatives de contre-attaques alliées :


Défense des ports de la Manche et rembarquement britannique à Dunkerque :


Effondrement de la Ligne Weygand, avancée allemande sur la Seine et évacuation des troupes alliées :


Front italien et percée allemande dans le Sud :
Coordonnées 49° 33′ 03″ nord, 4° 55′ 38″ est
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
(Voir situation sur carte : Ardennes)
Bataille de Stonne
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Stonne

Pendant plusieurs jours, l'infanterie et les blindés des deux camps s'affrontent, avec de lourdes pertes, pour le contrôle du village de Stonne et de la ligne de crête sur laquelle il est situé. Dominant en hauteur la tête de pont allemande de Sedan au nord, une attaque française depuis cette ligne aurait pu déboucher contre elle et menacer ainsi la progression des Allemands vers la Manche.

Parfois évoqué comme le « Verdun de 1940 »[3], les attaques françaises à Stonne furent considérées comme les plus dangereuses de la campagne de l'ouest[4], le village en lui-même changera de camp dix-sept fois en seulement trois jours.

C'est finalement une victoire opérationnelle des Allemands, malgré des pertes importantes pour leurs troupes. Les forces allemandes écartent la menace sur le flanc de leur axe d'attaque principal, dont la direction réelle a aussi été masquée un temps aux Français par la bataille.

Contexte historique

modifier

Le , le Troisième Reich lance une grande offensive sur les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique et la France dans ce qui sera appelé la bataille de France.

Les Allemands appliquent le plan jaune : leur groupe d'armées B attaque les Pays-Bas et avance dans la plaine belge, y attirant ainsi l'aile marchante des Franco-Britanniques qui suivent le plan Dyle-Bréda prévu dans le cas d'une telle offensive allemande dans les pays neutres. Dans le même temps, le groupe d'armées A allemand, avec en premier échelon ses formations de chars (la Gruppe Hoth et la Panzergruppe von Kleist), lance l'attaque principale au centre de la ligne de front, à travers les Ardennes, et atteint ainsi la Meuse le 12 au soir, la franchissant en force le lendemain.

Prélude à la bataille

modifier

Tête de pont allemande à Sedan

modifier
 
Attaque allemande en France ("Fall Gelb" ou "Plan jaune") du 10 Mai au 16 Mai 1940

Ainsi, le XIX. Armee-Korps (mot.) de Heinz Guderian (dépendant de la Panzergruppe von Kleist) traverse la Meuse autour de Sedan dans l'après-midi du 13 avec trois divisions blindées face au 10e corps d'armée français (Xe CA du général Grandsard, relevant de la 2e armée de Charles Huntziger). Les Allemands forment une tête de pont qu'ils étendent encore pendant la nuit, à l'aube du 14 celle-ci est comprise entre les rivières Bar et Ennemane, profonde jusqu'au sud du bois de la Marfée, sur la ligne d'arrêt[5].

Réaction française : montée en ligne du 21e corps d'armée

modifier

Les Français se préparent à contre-attaquer pour le lendemain afin de repousser les Allemands de l'autre côté de la Meuse[6]. La 2e armée prévoit ainsi que ce soit le fait de sa réserve : le XXIe corps d'armée (XXIe CA, de Jean Flavigny) qui dispose de cinq divisions (notamment la 3e division cuirassée (3e DCr) et la 3e division d'infanterie motorisée)[6]. De son côté le Xe CA s'apprête à mener sa propre contre-attaque, mais sans coordination aucune avec celle du XXIe, alors qu'ils se fixent les mêmes objectifs : en effet la 2e armée semblant estimer le Xe CA comme n'étant plus opérationnel, n'a pas tenu compte de sa présence pour préparer l'attaque du XXIe CA[6],[7]. Pourtant, seule l'attaque du Xe CA a lieu, mais elle échoue[8]. Le XXIe CA qui a subi de nombreux retards (notamment du fait de la lenteur des transmissions) pour gagner le front voit son attaque finalement annulée, manquant selon l'auteur allemand Karl-Heinz Frieser l'occasion idéale[9]. Le XXIe CA se place alors en défense face à la tête de pont allemande, les chars sont ainsi dispersés pour constituer des « bouchons »[10],[9].

Protéger le flanc sud de l'offensive allemande vers la Manche : prendre les hauteurs de Stonne

modifier

La tête de pont allemande de Sedan s'est agrandie dans la journée du vers le sud, sous l'impulsion de Guderian qui fait pousser la 10e Panzerdivision (de Ferdinand Schaal) et l'Infanterie-Regiment Grossdeutschland (IRGD) vers le sud[11], tandis que ses deux autres divisions blindées traversent la Bar et le canal des Ardennes, le XIX. Armee-Korps (mot.) se réorientant vers l'ouest[11], son objectif lointain étant la mer. Toutefois les Allemands ont bien détecté les blindés du 21e CA[5] qui constituent une menace sur le flanc de la progression de leur corps d'armée[11].

Le au soir, Guderian fixe les ordres pour le lendemain à la 10. Panzer-Division et à l’IRGD : ces unités doivent atteindre et tenir « la ligne canal des Ardennes - Stonne - Meuse au sud de Villemontry » afin de protéger le flanc sud de son corps d'armée qui progresse vers l'ouest[12]. Par ailleurs, ces unités passent temporairement — le temps que les blindés français ne représentent plus un danger sur le flanc sud — sous contrôle du XIV. Armee-Korps (mot.) (de Gustav Anton von Wietersheim) qui relève le XIX. Armee-Korps (mot.) dans la tête de pont de Sedan pendant que celui-ci poursuit l'offensive vers l'ouest[12],[13].

Par cet ordre, cette volonté de pousser vers le sud alors que l'offensive principale est orientée vers l'ouest, Guderian s'oppose à ce qui a été planifié, et ainsi à ses supérieurs, comme Ewald von Kleist qui prévoyait de s'arrêter sur la ligne Noyers-Pont-Maugis - Chéhéry[14]. Si Guderian tient tant à ce que les Allemands prennent et tiennent les hauteurs de Stonne, c'est non seulement pour que la tête de pont soit suffisamment grande pour l'écoulement des troupes et profonde (deux à trois fois plus profonde) pour éviter les tirs d'artillerie française sur les points de franchissement sur la Meuse, mais c'est aussi qu'il a dans l'esprit le plan opérationnel proposé par Erich von Manstein[14], qui prévoyait une défense active, par l'offensive, du flanc sud de l'attaque, et non passive comme ce qui était prévu par le plan final de Fall Gelb qui n'a pas retenu cet aspect des idées de Manstein[15]. Cette défense par l'attaque doit ainsi empêcher la contre-attaque française contre la tête de pont[14].

Ordre de bataille

modifier

La bataille mobilisa au total pas moins de 90 000 soldats et 300 chars allemands, 42 500 soldats et 130 chars français.[réf. souhaitée]

Forces françaises

modifier

XXIe corps d'armée (XXIe CA)

Forces allemandes

modifier
 
Stonne - mars 2018

XIV. Armee-Korps (mot.)

VI. Armee-Korps

Déroulement de la bataille

modifier
 
Monument commémoratif de la bataille.

Une partie du plan initial de Guderian prévoyait une feinte vers le sud et derrière la ligne Maginot, pour masquer l'intention de pousser vers la Manche. Le général Franz Halder avait abandonné le plan, mais Guderian le ressuscita et ordonna à la 10e Panzer-Division et au Infanterie-Regiment Grossdeutschland (IRGD) d'attaquer à travers le plateau de Stonne. Dans cette ville anodine, une bataille acharnée de deux jours a eu lieu au cours de laquelle les Allemands se sont retrouvés face à face pour la première fois avec le char français lourd B1-Bis de 36 tonnes.

Première attaque allemande , 6 h 00

modifier
 
Carte de l'attaque initiale allemande à Stonne, 15 mai 1940

La bataille de Stonne commence donc le matin du lorsque l’IRGD et des chars du II./Panzer-Regiment 8 repoussent, en lui causant des pertes, le I/67e RI et le 6e GRDI de Stonne[18]. Dans cette action, les Allemands perdent sept chars[19] et les Français des automitrailleuses de découverte[18]. Par ailleurs la défense française retient l'attaque allemande sur le reste de la ligne de crête (bois du Mont-Dieu, bois de Raucourt)[18].

Première attaque française , 7 h 30

modifier

Le village est aux mains des Allemands, mais ils sont chassés par une première contre-attaque française à h 30, depuis l'ouest, par les chars légers H39 de la 1/45e BCC, plusieurs chars sont à nouveau détruits de part et d'autre[18].

Seconde attaque allemande , 8 h 00

modifier

Sans aucune infanterie en soutien, le I/67e RI étant épuisé et manquant de munitions et d'essence, les chars français se replient ; à h Stonne est aux mains des Allemands[19],[18].

Seconde attaque française , 9 h 00

modifier

Les chars lourds B1 de la 3/49e BCC (capitaine Caravéo) repoussent à leur tour les Allemands à h[19], également sans infanterie pour l'appuyer, la compagnie retourne finalement en arrière[18] , pour ravitailler.

Troisième attaque allemande , 9 h 30

modifier

Les Allemands réinvestissent alors Stonne à h 30[19], cette fois avec l'appui des canons antichars de la Panzer-Jäger-Abteilung 521[18].

Troisième attaque française , 10 h 30

modifier

Apprenant que les Allemands sont revenus, le capitaine Caravéo repart à l'attaque et reprend le village à 10 h 30[19], mais trois B1 sont détruits ou immobilisés, dont un par des tirs répétés d'antichars allemands (3,7 cm PaK 36) dans la grille de ventilation[18],[19].

Quatrième attaque allemande , 10 h 45

modifier
 
Repli de la la 3/49e, 15 Mai 11H

Toujours sans soutien d'infanterie, les chars français se replient à nouveau, toujours pour ravitailler, laissant Stonne aux Allemands à 10 h 45[19],[18].

Quatrième attaque française , 12 h 00

modifier

Le I/67e RI prépare une attaque appuyée par le I/51e RI et des chars des 3/49e BCC, 1/45e BCC et 2/4e BCL[18]. À 12 h les Français réoccupent Stonne après de violents combats[18]. L'attaque française inquiète les Allemands qui craignent qu'elle se poursuive vers Maisoncelle-et-Villers, mais les Français se contentent, une fois Stonne repris, de le défendre[18].

Pendant ce temps, à la suite d'un rappel à l'ordre venant du général Alphonse Georges (commandant le front du nord-est) que le XXIe CA doit attaquer et non défendre, Flavigny prépare une offensive contre la tête de pont de Sedan dans la journée, mais l'action est repoussée à plusieurs reprises, il faut en effet regrouper les unités après les avoir dispersées la veille pour la défense[9],[16].

Cinquième attaque allemande , 17 h 30

modifier

C'est ainsi que lorsque les chars quittent Stonne pour se ravitailler et participer à l'offensive prévue par Flavigny, une attaque allemande du I./Infanterie-Regiment 69 et de l’IRGD reprend le village à l'infanterie française à 17 h 30[19]. Ceci contrarie l'attaque française qui doit notamment démarrer de Stonne, elle est ainsi annulée : la tête de pont de Sedan ne sera plus menacée, ce selon l'auteur Karl-Heinz Frieser les Allemands remportent ainsi une victoire opérationnelle, les combats à Stonne et ses environs ne seront plus désormais que d'ordre tactique[19].

Cinquième attaque française , 7 h 30

modifier
 
Attaque française le 16 Mai à 7H30

Le village changera encore deux fois de mains le 16 mai. L'un des chars B1-bis Eure de la 1/41e BCC de la 3e DCR, commandé par Pierre Billotte, s'est montré invulnérable aux tirs antichar allemands et a subi 140 coups sûrs. Parvenant au sommet de la butte, il débouche dans le village où il découvre treize chars de la 10e Panzer-Division deux Panzer IV et onze Panzer III) arrêtés sur les bas-côtés de la route : il les détruit l’un après l’autre ainsi qu'un certain nombre de canons antichar[20]. Le reste des forces allemandes, surprises par cette contre-attaque, s’échappe par le flanc Nord de la butte.

Sixième attaque allemande , 17 h 00

modifier

Les Allemands réinvestissent Stonne et renforcent leurs défenses dans la nuit du 16 mai, le VI. Armee-Korps remplace la 10. PzD et l’IRGD qui peuvent reprendre leur marche vers l'ouest[19]. Les Allemands renforcent leurs défenses dans la nuit du 16 mai avec le VIe Corps, composé de la 16e division dirigée par Heinrich Krampf et de la 24e division d'infanterie. C'était un déploiement opportun. À ce moment-là, le Großdeutschland avait perdu 570 hommes et avait besoin de repos et la Panzerjägerkompanie 14 (14e Panzer Antichar Company) avait perdu six de ses 12 canons. Elle avait également 12 morts et 65 blessés. Les panzers ont quitté le secteur : Guderian a fait pivoter les blindés qu’il avait lancés en vain contre Stonne et les a dirigés vers l’Ouest, laissant la bataille à des divisions d’infanterie.

Sixième attaque française , 11h 00

modifier

L'afflux d’unités allemandes fraîches maintiennent une puissante pression sur la 3e DIM et les unités de la 3e DCR. Forte de 126 chars opérationnels au début des combats, elle ne pourra en déployer que quelques dizaines à la fois autour de Stonne, devant dans le même temps répartir ses efforts sur d’autres secteurs comme le canal des Ardennes ou le sud du Mont-Dieu. On estime qu’au 17 mai, la 3e DIM a déjà perdu 20 % ses effectifs d’infanterie. L’artillerie a aussi été touchée par les attaques aériennes qui interviennent brusquement en formations de Stukas, et par les contre-batteries car l’artillerie allemande se montre très offensive.

Septième attaque allemande , 14 h 30

modifier

Reprise de Stonne par les 4e division d’infanterie et 16e division d’infanterie allemandes

Septième attaque française , 15 h 00

modifier

La 3e division d'infanterie française reprend la ville.

Huitième attaque allemande , 16 h 30

modifier

La ville est reprise par les fantassins allemands

huitième attaque française , 17 h 00

modifier

Une section de trois chars B1 bis du 49e BCC entre dans Stonne. L’un d’eux, le Riquewihr, est conduit par le lieutenant Domecq, fait face à une colonne de fantassins allemands dans un fossé le long de la route. Les Allemands ouvrent le feu sur le char français. Celui-ci poursuit sa route et neutralise les tirs en écrasant les occupants du fossé sous ses chenilles. Arrivés dans le village, les défenseurs allemands rompent le combat, pris de panique à la vue des chenilles couvertes de sang. On parlera du char Riquewihr comme du « Boucher de Stonne ».

Neuvième attaque allemande , 17 h 30

modifier

Le , Stonne change de camp à maintes reprises avant de tomber définitivement sous contrôle allemand dans la fin de l'après-midi. « le promontoire cède et change de maître pour la dix-septième fois vers dix-sept heures trente ce . »[21]; Ainsi, le village aura changé 17 fois de mains en quatre jours de combats acharnés. Des poches de résistance françaises continuent de se battre sans relâche jusqu'au , date où le village est totalement occupé par l'armée allemande. Environ 33 chars français et 24 Panzers allemands furent détruits.

Alors que le « coup de faucille » opéré par les panzerdivisions du IIIème Reich est parvenu à faire tomber le port de Boulogne sur la Manche le 23 mai, à Stonne on se bat encore et toujours. Qui plus est, les 23 et 24 mai sont les plus terribles journées de la bataille. Il tente une manœuvre d’encerclement.

La 3e DIM fait donner toute son artillerie : 48 canons théoriquement actifs. Pour sa part, l’ennemi fait converger le feu de ses 144 canons sur les Français (l’artillerie de 3 divisions et de 2 corps d’armée). En prévision, l’ennemi a stocké 5 600 tonnes d’obus. C’est l’unique exemple d’une si importante concentration d’artillerie de toute la guerre de 1940. Le 23 mai le 5ème groupe du 242e RA tirent 10 700 obus. Au total, on peut estimer que les Français tirent la quantité énorme de 45 000 obus, soit près de 400 tonnes de projectiles.

Stonne vit de durs combats, selon l'historien allemand Karl-Heinz Frieser : « Les soldats de la Wehrmacht ont toujours comparé l'enfer de Stonne en 1940 à l'enfer de Verdun en 1916 »[22] ; dans Blitzkrieg-Legende: der Westfeldzug 1940, citant un officier allemand qui compare Stonne à Stalingrad et à Monte Cassino[23] ;

Conséquences

modifier
 
Le général allemand Heinz Guderian.

Les pertes de cette bataille sont nombreuses : du côté allemand, on dénombre près de 6 000 pertes (dont 2 500 tués), constituant une des batailles les plus coûteuses en vies humaines infligées lors de la campagne de France alors que du côté français, on dénombre environ 3 000 pertes, dont près de 1 000 tués, le reste étant des prisonniers de guerre, des blessés ou des disparus[1]. Les pertes matérielles sont de 33 chars français détruits pour 24 chars allemands détruits[2].

La majorité des troupes allemandes engagées appartenant au régiment Grossdeutschland furent perdues durant la bataille, ces pertes étant de 570 hommes au total, dont 103 tués[24]. De même, le 67e RI français subit de nombreuses pertes avec 362 soldats tués et de nombreux blessés. Une compagnie du 51e RI terminera même la bataille avec seulement cinq sergents et 30 soldats.

Selon la quatrième de couverture de l'ouvrage La bataille de Stonne : Ardennes, de Dominique Lormier, la bataille est décrite de la façon suivante :

« Cette bataille peu connue du grand public, qui s'est déroulée du 14 au , vaut par l'emploi intelligent, côté français, des chars associés à l'infanterie et à l'artillerie. Elle est en quelque sorte le modèle de ce qui aurait dû être réalisé sur l'ensemble du front, à savoir la rapidité de violentes contre-attaques, utilisant toute la puissance de feu de l'armement moderne en des points névralgiques. Par ailleurs, elle met à mal l'idée reçue de la supériorité matérielle de l'armée allemande. Le char B1 bis s'avère en effet supérieur en plusieurs points au Panzer : blindage plus épais, armement sans équivalent ». Mais le gros défaut du char B1 bis était son énorme consommation d'essence, ce qui l'obligeait continuellement à retourner en arrière pour ravitailler. Des chars en panne d'essence ont été perdus aux mains des Allemands.

Le général allemand Guderian en contact avec le régiment Grossdeutschland pendant cette journée indiqua que « l'atmosphère était un peu nerveuse ». Le journal d'opérations de la 10e Panzer-Division précisa que la contre-attaque française était extrêmement dangereuse, menaçant le flanc du XIXe corps d'armée allemand. Le général Hermann Hoth a écrit après la guerre qu'en retardant l'intervention et en n'engageant pas toutes les forces blindées dont disposait le général français Jean Flavigny, « les Français manquèrent une occasion favorable ; cette contre-attaque, menée de façon résolue, eût pu changer la défaite en victoire »[25].

Cette bataille, et les pertes des deux côtés, démontrent la combativité des belligérants[26].

Sources et annexes

modifier

Notes et références

modifier
  1. a b et c Jacques Vadon, Les Ardennes dans la guerre 1939-1945, Lyon, Horvath, , 203 p. (ISBN 978-2-717-10914-6), p. 24
  2. a b et c (fr) Stonne - Circuit de la Bataille Mai-Juin 1940, Chemins de la mémoire. Consulté le 29 novembre 2010
  3. Frieser 2003, p. 224.
  4. Frieser 2003, p. 122.
  5. a et b Mary 2009, p. 269-270
  6. a b et c Mary 2009, p. 274
  7. Mary 2009, p. 281.
  8. Mary 2009, p. 281 à 289 et 318.
  9. a b et c Frieser 2003, p. 218 à 220.
  10. Mary 2009, p. 318.
  11. a b et c Mary 2009, p. 314-315
  12. a et b Mary 2009, p. 319.
  13. Mary 2009, p. 344.
  14. a b et c Frieser 2003, p. 225-226
  15. Frieser 2003, p. 90-91.
  16. a et b Mary 2009, p. 352
  17. a et b Jorge Rosado et Chris Bishop (trad. de l'anglais), Les divisions blindées de la Wehrmacht : 1939-45, Londres, Éditions de Lodi, , 192 p. (ISBN 978-2-84690-287-8), p. 98
  18. a b c d e f g h i j k et l Mary 2009, p. 346 à 351
  19. a b c d e f g h i et j Frieser 2003, p. 224 à 232
  20. « Pierre Billotte - Héros de la France », sur Armored Warfare - Official Website, (consulté le ).
  21. Jean-Paul Autant et Jean-Pierre Levieux 2010, p. 165 et suivantes.
  22. Lormier 2010
  23. (de) Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende: der Westfeldzug 1940, Volume 2 de Operationen des Zweiten Weltkrieges, R. Oldenbourg, 1996, p. 257
  24. Frieser 2003, p. ?.
  25. Alistair Horne (trad. de l'anglais par René Jouan), Comment perdre une bataille mai 1940 [« To lose a battle: France 1940 »], Paris, Tallandier, coll. « Texto », , 477 p. (ISBN 978-2-847-34657-2), p. 280-284
  26. d'après Philippe Wodka-Gallien, La bataille de Stonne. La Défense no 180 mai-juin 2016, p. 60, Livres et publications citant Jean-Paul Autant "La bataille de Stonne"

Bibliographie

modifier
  • Jean-Paul Autant et Jean-Pierre Levieux (témoignage) (388 pp. dont cartes, croquis, insignes et photos d'époque), La bataille de Stonne, mai 1940 : un choc frontal durant la campagne de France, Nice, France Europe, (ISBN 978-2-848-25243-8).
  • Jean-Paul Autant, « La bataille de Stonne (mai 1940) : quelques réflexions stratégiques », Stratégique, Institut de Stratégie Comparée, vol. 1, no 114,‎ , p. 189-202 (ISSN 0224-0424, DOI 10.3917/strat.114.0189  , lire en ligne, consulté le ).
  • Gérald Dardart, Les Ardennes dans la guerre, 1939-1945, Romagnat, De Borée, , 429 p. (ISBN 978-2-844-94823-6).
  • Bernard Horen, Une bataille "oubliée" de la seconde guerre mondiale : bataille de Stonne-Le Mont-Dieu-Tannay, 14-, Association Ardennes 1940, 1999.
  • Karl-Heinz Frieser (trad. Nicole Thiers), Le mythe de la guerre éclair : La campagne de l'ouest 1940 [« Blitzkrieg-Legende : der Westfeldzug 1940 »], Paris, Belin, , 479 p. (ISBN 978-2-7011-2689-0)
  • Daniel Hochedez et Catherine Hochedez-Schuster, « Une journée à Stonne, en Argonne ardennaise, sur les traces des « lions » de mai- », Horizons d’Argonne, no 94,‎ , p. 69-82 (lire en ligne).
  • Dominique Lormier, La bataille de Stonne : Ardennes, mai 1940, Paris, Perrin, , 183 p. (ISBN 978-2-262-03009-4).
  • Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 978-2-84048-270-3)

Liens externes

modifier