Ouvrir le menu principal

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

film français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astérix et Cléopâtre (homonymie).
Astérix et Obélix :
Mission Cléopâtre
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Alain Chabat
Scénario Alain Chabat
Acteurs principaux
Sociétés de production Canal+
CNC
Chez Wam
La Petite Reine
Renn Productions
TF1 Films Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie de péplum
Durée 107 minutes
Sortie 2002

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre est un film français réalisé par Alain Chabat, sorti en 2002. Il s'agit d'une adaptation de la bande dessinée Astérix et Cléopâtre (1963) de René Goscinny et Albert Uderzo.

C'est le deuxième film de la saga Astérix et Obélix sur grand écran, et à ce jour celui qui a rencontré le plus de succès en France, avec plus de 14 millions d'entrées, ce qui le place au 4e rang des films français au box office national et au premier rang des films de l'année 2002.

SynopsisModifier

Cléopâtre, la reine d'Égypte, décide, pour prouver à Jules César la grandeur de la civilisation égyptienne, de construire un palais en plein désert en l'espace de trois mois. Pour cela, elle fait appel à l'architecte Numérobis. Ce choix déplaît fortement à l'architecte royal, Amonbofis, jaloux de n'avoir pas été désigné pour mener à bien le projet. Numérobis, inquiet du délai extrêmement court dont il dispose, décide de se rendre en Gaule pour demander de l'aide à un vieil ami, le druide gaulois Panoramix, détenteur du secret de la potion magique, ainsi qu'à ses amis, Astérix et Obélix. Les trois gaulois accompagnent Numérobis à Alexandrie où ils devront déjouer les manigances d'Amonbofis et des Romains, car si Numérobis ne termine pas à temps, il sera jeté aux crocodiles sacrés.

Fiche techniqueModifier

  France et   Belgique :
Québec :

DistributionModifier


Production et réalisationModifier

GenèseModifier

Après le succès critique et commercial du film Didier, qui avait valu le César de la meilleure première œuvre à Alain Chabat en 1998, le producteur Claude Berri l'encourage à tourner un prochain film, en lui indiquant notamment qu'il possède les droits d'adaptations de la bande dessinée Astérix[2]. Il avait produit Astérix et Obélix contre César, la première adaptation en prise de vues réelle d'Astérix pour le cinéma, qui fut un succès commercial, le film le plus vu dans les salles de cinéma en France durant l'année 1999, avec près de neuf millions de spectateurs.

Ravi par la proposition, Chabat se lance dans la recherche d'un album à adapter, en écartant d'emblée Astérix et Cléopâtre, qui serait trop difficile à tourner et nécessiterait de trop gros moyens[2]. Il s'oriente alors vers Astérix gladiateur, Le Combat des chefs ou encore Astérix légionnaire[2]. Claude Berri, lui, pense directement à Astérix et Cléopâtre comme base d'une adaptation, jugeant qu'avec ses costumes et ses décors somptueux l'album est le « plus cinématographique » d'Astérix, Goscinny et Uderzo l'ayant imaginé après avoir vu au cinéma le Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz[2],[3]. Malgré l'énorme budget qu'un tel projet devra coûter, il est décidé à lancer cette adaptation et convainc Chabat, lui déclarant : « le sphinx, les Romains, les pyramides, Cléopâtreetc. Ce sera un spectacle génial à filer aux spectateurs ! »[2].

Bande originaleModifier

La musique originale du film est composée par Philippe Chany, ami d'Alain Chabat depuis le lycée et compositeur des musiques originales des émissions des Nuls, telles que Objectif : Nul, TVN 595, ABCD Nuls et Nulle part ailleurs ainsi que des bandes originales des films La Cité de la peur et Didier. Par ailleurs, appréciant l'idée que « l’acteur principal du film interprète une chanson sur la bande originale du film, à l'instar de Will Smith dans Men in Black ou Wild Wild West », Alain Chabat propose à Jamel Debbouze de chanter un titre pour le générique[3]. Pour ce faire, ils demandent au rappeur américain Snoop Dogg de réaliser une collaboration. Ce dernier accepte, sous l'incitation de ses enfants, fans d'Astérix[3]. Il interprète donc aux côtés de Jamel la chanson Mission Cleopatra (en), qui constitue le générique de fin du film[3].

« Jamel est parti enregistrer pendant dix jours à Los Angeles. Le courant est très bien passé entre eux. Snoop aurait même déclaré à propos de Jamel : « he’s my brother ! ». J’avais donné des directives concernant les paroles : la chanson devait parler d’amour et de paix. »

— Alain Chabat, 2002[3].

Chansons et morceaux présents dans le film :

AccueilModifier

Box-officeModifier

Avec un total de 14 559 509 entrées en France[4], ce film se place l'année de sa sortie en seconde position des films de nationalité française au box-office français, derrière La Grande Vadrouille, mais devant Les Visiteurs. Il est dépassé en 2008 par Bienvenue chez les Ch'tis puis en 2012 par Intouchables, occupant depuis lors la quatrième position des films de nationalité française au box-office français et la neuvième position du box-office français. En Europe, le film a enregistré 21 525 941 entrées.

Pays Box-office Date de sortie Distributeur Source
  France 14 565 506 entrées 30 janvier 2002 Pathé Distribution [5]
  Allemagne 1 621 762 entrées 07 mars 2002 [6]
  Belgique 793 389 entrées 30 janvier 2002 Alternative Films [7]
  Suisse 496 813 entrées Pathé Distribution [8]
  Luxembourg 39 000 entrées 2006 [9]
  Union européenne 21 567 233 entrées [10]
  Québec 651 582 entrées 2002-2003 Christals Films/Pathé Distribution [11]
  États-Unis 451 762 entrées 2006 [12]
  Total hors France 10 200 000 entrées [13]
  Total 24 800 000 entrées

CritiquesModifier

Sur AlloCiné, la note de 4/5 lui a été attribuée par les spectateurs et 3,8/5 par la presse.

DistinctionsModifier

Autour du filmModifier

Clins d'œilModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (juin 2019)
   Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (juin 2019). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

De nombreuses scènes du film font référence au cinéma, à la musique, à la cuisine ou encore à la peinture.

Cinéma/TélévisionModifier

  • Pulp Fiction : quand César dessine à Cléopâtre une pyramide avec son doigt (« ces trucs pointus »). Une référence à la scène de Pulp Fiction quand Mia Wallace et Vincent Vega sont devant le Jack Rabbit Slim's. Mia lui dit « Ne sois pas si... » et elle lui dessine un carré avec ses doigts, Vincent lui répond « Pas la peine de me faire un dessin ».
  • Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ : le terme utilisé par Numérobis « charagiste » est un terme faisant référence au film de Jean Yanne.
  • Excalibur : lorsque Amonbofis termine son discours par le fameux « Voilà ! » : le magicien Merlin termine un dialogue avec Arthur en haut du château de Camelot par ce même mot.
  • Ben-Hur de William Wyler (1959) : gros plan, lors de la course de chars, sur l'essieu similaire à celui qui doit détruire la roue du char de Charlton Heston dans le film de Wyler.
  • Blade Runner : le nom du personnage Nexusis renvoie à Nexus 6, qui est aussi le type de l'androïde que l'on trouve dans Objectif Nul.
  • Cyrano de Bergerac : la tirade d'Obélix lorsqu'il parle du nez du Sphinx, interprétée par Gérard Depardieu qui avait joué le rôle-titre dans l'adaptation cinématographique de la pièce, mise en scène par Jean-Paul Rappeneau.
  • Forrest Gump : lorsqu'Astérix porte le message à Cléopâtre, il est encouragé par Numérobis : « Cours, Astérix ! Cours ! », également allusion au titre du film Cours, Lola, cours et au film Les Aventures du baron de Münchhausen de Terry Gilliam (Berthold et Astérix démarrent de la même façon).
  • Jurassic Park : l'agneau et les crocodiles parodiant la vache dévorée par les vélociraptors. Astérix se sert d'un miroir comme rétroviseur lorsqu'il se fait poursuivre en char, on peut y lire une inscription rappelant celle que l'on observe lorsque le T-Rex poursuit la Jeep.
  • Full Metal Jacket : La rentrée des soldats romains
  • Lawrence d'Arabie de David Lean (1962) : hommage très prononcé à la musique de Maurice Jarre.
  • Matrix : le combat entre Numérobis et Amonbofis.
  • Star Wars : lorsque Numérobis rencontre Astérix et Obélix à son arrivée en Gaule, il cherche Panoramix en précisant que « c'est un droïde », en référence à C-3PO et R2-D2 (également recherchés par les sbires de l'Empire). Plus tard on découvre le costume de Caïus Céplus qui parodie celui de Dark Vador, la musique de la Marche impériale accompagnés de la tirade : « Quand on l'attaque, l'empire contre-attaque ! ». On peut aussi entendre la voix robotique et la respiration de Dark Vador. Juste avant, Céplus dit à Antivirus : « Je suis très déçu par votre attitude  » en l'étranglant. Cela fait allusion à l'épisode IV de Star Wars où Dark Vador étrangle l'amiral Motti avec la Force en disant : « Votre manque de foi me consterne ». Une réplique de Panoramix fait aussi référence à l'épisode I de Star Wars avec la réplique de Jar Jar Binks : « Quelle vulgarité » lors de la scène du pilonnage du palais par les Romains.
  • Tigre et Dragon et plus généralement les films d'art martiaux hongkongais wu xia pian : la scène de combat entre Numérobis et Amonbofis.
  • Titanic : le chef pirate sur son bateau qui hurle « Je suis le roi du monde ! ».
  • Gladiator : la phrase de salutation « Respect et robustesse » des Romains parodie le salut « Force et honneur ».
  • Le Grand Pardon : la réplique d'Amonbofis à Numérobis : « Arrête tes salamalecs, Bettoun. », allusion à la famille mafieuse du film, dans lequel joue également Gérard Darmon.
  • Wayne's World 2 : Astérix annonce qu'il y a de la fausse potion magique qui circule sur le chantier, dans Wayne's World c'est de la réglisse rouge empoisonnée. Alain Chabat était par ailleurs à l'origine de l'adaptation française des Wayne's World avec son compère Dominique Farrugia.
  • Les Bronzés font du ski : lorsqu'un centurion se trompe avec le nom de Caïus Antivirus et l'appelle Jean-Claude Dusse. C'est une allusion au personnage maladroit interprété par Michel Blanc.
  • Le Père Noël est une ordure : lorsque les Gaulois sont emprisonnés par Cléopâtre, Astérix, après les insinuations amoureuses d'Obélix, dit « c'est fin, c'est très fin » en référence à la scène de ce film où Thérèse mange les fameux doubitchous roulés sous les aisselles : « C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim. »
  • Le Grand Blond avec une chaussure noire : Une des extravagantes robes de Cléopâtre fait clairement référence à la célèbre robe décollée du dos (laissant entrevoir le début des fesses) portée par Mireille Darc.
  • Uranus : Quand Obélix, Astérix et Panoramix se retrouvent en prison à la suite de la ruse du gâteau empoisonné, Obélix crie plusieurs fois « j'ai faim ! », en référence bien sûr à son énorme appétit, mais c'est également un clin d'œil au personnage de poète bistrotier alcoolique incarné par Depardieu dans Uranus, qui crie lui « j'ai soif ! » depuis la cellule où il est incarcéré.
  • The Benny Hill Show : Lorsque Idéfix guide Astérix, Obélix et Panoramix pour sortir de la pyramide, on peut entendre le thème musical du célèbre show télévisé popularisé dans les années 1970 et 1980.
  • Kamoulox : lorsque les courtisanes jouent à un jeu en bougeant un pion de manière aléatoire en énonçant : « antilope et lion », on peut voir une référence à la parodie de jeu télévisé Kamoulox, écrite par Kad Merad et Olivier Barroud.
  • Le Dictateur de Charlie Chaplin : Lorsque Amonbofis fait son discours aux ouvriers pour les pousser à se révolter on peut reconnaître les maniérismes et les mots sans aucun sens d'Adenoïd Hynkel.
  • Looney Tunes : Lorsque Numérobis reste quelques instants en suspension dans les airs, remarque le vide sous lui et tombe enfin, comme le fait régulièrement Vil Coyote.
  • L'homme qui valait trois milliards : Lorsque Obélix court vers l'armée romaine, on entend la bande son de la série quand Steve Austin court au ralenti

Bande dessinéeModifier

PeintureModifier

  • Le Radeau de la Méduse : les pirates sur leur radeau après que leur bateau a coulé. Barbe Rouge fait d'ailleurs la remarque : « Je suis médusé ! ». Cette référence est également présente dans la version bande dessinée.
  • La Joconde : lorsque Cléopâtre pose pour un tableau et demande à être peinte de face plutôt que de profil. Claude Berri est le peintre et paraît assez dubitatif sur l'art moderne : « Ben, moi, l'art contemporain... ». En fait, le metteur en scène était lui-même collectionneur d'art contemporain, et allait ouvrir une galerie en son honneur à Paris.

MusiqueModifier

  • Charlie Chaplin : le thème original du film, composé par Philippe Chany, est très largement inspiré de la musique du générique d'ouverture du film Le Dictateur composée par Charlie Chaplin lui-même.
  • Claude François : lorsque Numérobis parle des « lumières du port d'Alexandrie », Astérix complète sa phrase par les paroles de la chanson Alexandrie Alexandra, « ...font naufrager les papillons de ma jeunesse ». De même, un peu plus tard, quand Obélix dit « J'ai plus d’appétit qu'un barracuda », Astérix et lui reprennent alors la mélodie « Ba ra cuda ».
  • Umberto Tozzi : lorsqu'Astérix croise le regard de Guimieukis la chanson Ti amo retentit. Cette musique est également jouée lors de la scène finale lorsque Jules César et Cléopâtre s'embrassent (et pas que) sur le balcon du palais finalisé par Numérobis.
  • James Brown : la chanson I Got You (I Feel Good) sert de fond lorsque les ouvriers égyptiens prennent de la potion magique et se mettent au travail.
  • le groupe texan ZZ Top : trois Égyptiens faisant tourner des blocs de pierre sur la chanson I Got You (I Feel Good) portent la même barbe que les membres du groupe et reproduisent un mouvement popularisé par le groupe notamment dans leur clip Legs, où ils font tourner leurs guitares à 360°.
  • Gipsy Kings : lors de la confrontation entre Numérobis et le marchand de pierres, le dialogue en égyptien reprend en réalité une partie des paroles de la chanson Djobi Djoba.
  • Yakety Sax : le thème de l'émission télévisée The Benny Hill Show est repris lorsque Idéfix guide les trois Gaulois hors de la pyramide après que leur dernière torche s'est éteinte, les spectateurs ne voyant que les yeux des protagonistes.
  • Howard Shore : lorsque le camp romain est dévoilé pour la première fois, le thème composé est directement inspiré de Knife in the Dark, chanson issue du premier volet du Seigneur des Anneaux.
  • Ennio Morricone : la musique Chi Mai, composée pour le film Le Professionnel et reprise pour les publicités d'aliments pour chiens Royal Canin est diffusée lorsque Idéfix poursuit un légionnaire courant à quatre pattes. Alain Chabat, à l'époque des Nuls, avait déjà couru sur cette musique déguisé en rabbin pour la parodie « Royal Rabbin ».
  • John Williams : quand le centurion Céplus décide de bombarder le chantier, il imite la démarche et la voix de Dark Vador, ainsi que ses mots (« quand on l'attaque, l'Empire contre-attaque ») ; The Imperial March est jouée en fond.
  • Hugues Aufray : lorsque les pirates sont de retour sur leur troisième bateau, Barbe-Rouge dit « C'est un fameux un mât, fin comme un oiseau, hissez haut ! », ce qui fait référence aux paroles de la chanson Santiano.
  • The Bangles : la chanson du générique de fin est une reprise de Walk Like an Egyptian, tube des Bangles des années 1980.

PublicitéModifier

  • L’avancée des soldats romains venus détruire le palais de César fait référence à la pub des « Petits Filous tub’s » et à sa chanson, devenue virale : « On est des tub’s, on est pas des pots, mais on a tout ce qui vous faut : des fruits (des fruits), du fromage frais (du fromage frais) ! »

CuisineModifier

  • Numérobis fait référence à la recette de la sole meunière quand il explique son projet de jardin pour le palais à Otis

PersonnalitésModifier

  • Claude Rich : Claude Rich, jouant le rôle de Panoramix, fait référence à son propre nom lorsque lui, Astérix et Obélix sont en bateau en direction de l'Égypte. En effet Numerobis parle d'Amonbofis en disant qu'il est « bourré de talent ». Et Astérix de répondre : « Il est doué ? ». Ce à quoi répond Numerobis : « Non, il est bourré de talents d'or, il est riche ». Panoramix (Claude Rich) finit par : « Ce ne sont pas forcément les plus talentueux qui sont les plus riches ».
  • Mallaury Nataf : au générique, l'un des pirates est appelé Maori Mataf.
  • Elisha Otis : Otis, scribe de Numérobis invente l'ascenseur sous le nom de « sanseffortseur » alors qu'Elisha Otis est devenu célèbre en ajoutant le système de « parachute » à l'ascenseur. Otis est aussi une société de construction d'ascenseur.
  • Jacques Chirac : lorsque Panoramix dit à Numérobis que la disposition des cuisines pourrait gêner par « les bruits et les odeurs ».
  • Lionel Jospin et Martine Aubry : mention des 35 heures.
  • Mathieu Kassovitz : quand Numerobis et Otis cherchent le nom de Panoramix.
  • Jean Jaurès : la façon de parler d'Itinéris, Amonbofis s'adressant aux employés égyptiens en criant « Camarades ! »[18].
  • Stéphane Bern : caricaturé par le scribe Otis lorsqu'il s'émeut de la trace que laisseront dans l'Histoire les souliers des romains.
  • Claude Berri : caméo dans le rôle d'un peintre dans le film, il répond dubitatif à une demande de Cléopâtre : « Oh, moi l'art contemporain... », alors qu'il possédait une importante collection d'œuvres d'art contemporain.
  • Malcom X : quand Caius Céplus se trompe de nom en désignant Astérix.
  • Bruce Lee : Numérobis poussant un cri de chat pendant son combat avec Amonbofis, suivi d'un échanges de dialogues en chinois.
  • Alfred Dreyfus : lorsque Caïus Céplus étrangle Antivirus à la façon de Dark Vador, il lui dit « Je suis très déçu par votre attitude, Centurion Affairdreyfus »

Autre(s) clin(s) d'œil :

Le nom d'Itineris, l'une des ouvrières, provient de l'ancien réseau téléphonique du même nom. Après la discussion avec les ouvriers révoltés, Panoramix dit « Itineris a raison ! Ne pas se laisser faire. » Cette dernière phrase est un jeu de mot qui renvoie à SFR, à un autre réseau téléphonique.

Autres noms mentionnésModifier

Erreurs de Caius Céplus

Erreurs d'autres personnages

  • Panasonic : « Panasonix » pour Panoramix
  • Mathieu Kassovitz : « Mathieukassovix » pour Panoramix
  • Pomme de Reinette et pomme d'Api : « Pommederenetteetpommedapix » pour Panoramix
  • Ho! Hisse! : (expression employée pour motiver et pour synchroniser l'effort physique de plusieurs personnes) pour le travailleur Hohis

Les crocodiles

  • Immondis : une immondice.
  • Lovenpis : Qui fait référence au slogan hippie « Peace and love », mais tourné à l'envers pour garder la fin de l'expression en « is ».
  • Serge : pour le décalage avec les deux précédents, et peut-être en référence à Serge Karamazov, personnage principal de La Cité de la peur, interprété par Alain Chabat.[réf. nécessaire]

L'âne de Numérobis

Autres

  • Itineris : ancien service de radiotéléphonie GSM de France Télécom Mobiles
  • Otis : la marque d'ascenseur
  • Feudartifis : un feu d'artifice
  • Guimieukis : de l'anglais Gimme (Give me) a kiss
  • Sucettalanis (ce nom n'est pas mentionné) : une sucette à l'anis, probablement en clin d'œil à la chanson de Serge Gainsbourg Les Sucettes
  • Caesars Palace : la prononciation à l'anglaise est une référence au célèbre casino situé à Las Vegas.

AutreModifier

Le palais est orné de l'inscription « Domus Quietus Domus », référence au « Home Sweet Home », locution traditionnelle anglo-saxonne évoquant la douceur du foyer domestique, parfois inscrite sur des paillassons. Cette locution était apparue également de manière détournée dans les albums Le Combat des chefs (« Rome Sweet Rome ») et Astérix chez les Bretons (« Foyer Doux Foyer »).

Notes et référencesModifier

  1. (en)Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre (2002) - Full Cast & Crew, sur imdb.fr, consulté le 28 octobre 2017
  2. a b c d et e (fr) [vidéo] La leçon de cinéma d'Alain Chabat - ARTE Cinema sur YouTube, Cinémathèque française de Paris, 7 octobre 2017.
  3. a b c d et e « Interview d'Alain Chabat », sur Écran Noir, (consulté le 9 novembre 2017).
  4. Astérix et Obélix: Mission Cléopatre, sur jpbox-office.com, consulté le 28 octobre 2017
  5. Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (FR), sur coe.int, consulté le 28 octobre 2017
  6. (de)Top 100 Deutschland 2002, sur insidekino.de, consulté le 28 octobre 2017
  7. Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (FR), sur coe.int, consulté le 28 octobre 2017
  8. Non trouvé le 28 octobre 2017, sur procinema.ch
  9. Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (FR), sur coe.int, consulté le 28 octobre 2017
  10. Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (FR), sur coe.int, consulté le 28 octobre 2017
  11. Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (FR), sur coe.int, consulté le 28 octobre 2017
  12. Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (FR), sur coe.int, consulté le 28 octobre 2017
  13. Top 20 des films français à l'étranger - semaine du 6 au 12 avril 2012, sur unifrance.org, consulté le 28 octobre 2017
  14. European Film Awards 2002, sur imdb.com, consulté le 28 novembre 2017
  15. (en) « Description de Ouarzazate », TravBuddy.com (consulté le 21 mai 2008)
  16. « Interview - Edouard Baer », sur ecranlarge.com, (consulté le 2 juin 2016).
  17. « Asterix & Obelix: Mission Cleopatra Bd », Ufa (Sony Music) (consulté le 19 août 2018)
  18. Confirmé par Alain Chabat durant les commentaires audio du film

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Saga Astérix et ObélixModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier